alexametrics
jeudi 20 juin 2024
Heure de Tunis : 14:29
SUR LE FIL
Abdelkebir : de véritables problématiques liées à la réouverture de Ras Jedir n’ont pas été résolues
09/06/2024 | 11:47
2 min
Abdelkebir : de véritables problématiques liées à la réouverture de Ras Jedir n’ont pas été résolues

 

Le président de l'Observatoire tunisien pour les droits de l'Homme, Mostafa Abdelkebir est revenu dimanche 9 juin 2024, sur les problématiques autour de la fermeture du passage frontalier de Ras Jedir.

 

Le passage frontalier de Ras Jedir a été fermé, rappelons-le, depuis le 19 mars 2024 à la suite d’affrontements ayant éclaté près de la frontière entre des groupes armés libyens. 

Plusieurs réunions ont eu lieu entre la partie tunisienne et libyenne afin de rouvrir le passage. La Libye a promis à maintes reprises une réouverture, la dernière, étant prévue pour le 1er juin, avait été finalement reportée.

 

Dans une déclaration médiatique, Mostafa Abdelkebir a affirmé qu’il existait de véritables problématiques qui n’ont pas été résolues et que la question n’était pas seulement logistique, mais qu’il y avait d’autres aspects liés à la gestion du passage et “à la manière dont les Libyens traitent les Tunisiens, mais aussi comment les Tunisiens traitent les Libyens sur leur sol”.

Pour le président de l’observatoire, il n’y aurait pas encore de date précise pour la réouverture du passage.

 

La fermeture de Ras Jedir impacte fortement la vie des gens dépendant économiquement du passage. Mostafa Abdelkebir avait affirmé, dans une précédente déclaration, que les flux de touristes ne représentaient que 10% des personnes traversant le passage frontalier de Ras Jedir. Pour le reste, il s’agit d’un lieu de travail ou d’un point de passage pour des raisons professionnelles et économiques.

Vendredi 7 juin, le président de la République, Kaïs Saïed s’était entretenu avec le chef du gouvernement d’union nationale libyen, Abdulhamid Dabaiba, évoquant « l’intérêt commun à surmonter tous les obstacles pour rouvrir le passage de Ras Jedir, à offrir les meilleures conditions aux voyageurs dans les deux sens et à faciliter les échanges commerciaux entre les deux pays ».

 

I.L

09/06/2024 | 11:47
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Hermès
C le statuquo sur ce plan !
a posté le 09-06-2024 à 17:28
Vaut mieux que la frontière demeure fermée.!
C'est dans l'intérêt des deux pays !
veritas
C'est les americains qui sont derrière cette fermeture .
a posté le 09-06-2024 à 16:29
Les americains qui ont investis la base militaire d'El watia à 150 km de rass jeddir c'est eux qui décide de l'ouverture et de la fermeture du passage pour se venger des commerçants tunisiens et de l'économie tunisienne dans le but d'emboîter le pas à Tunisie et au président de la république qui a décidé de sortir le pays du giron us sioniste et destructeur '?'la Libye est colonisée par les américains d'un côté et par plusieurs autres pays qui se sont partagés la Libye pour exploiter gratuitement ses richesses '?'la présence us en Libye consiste à encercler l'Algérie voisine qui est entourée car par des ennemis comme côté marocain .
il faut que les libyens se libère de l'emprise us sur leur pays à travers des décisions politiques souveraines.
Rationnel
La Libye regrettera ce chantage
a posté le 09-06-2024 à 15:17
Si on croit les information de l'article mentionné dans ( déclaration médiatique, Mostafa Abdelkebir ), Le premier ministre du gouvernement de l'est Libyen, Debiba, exerce des pressions pour la levée du gel sur des comptes appartenant a des libyens qui sont soupçonnés de blanchiment d'argent. Le gel était pour satisfaire les exigences de la convention FATF, une des conditions pour sortir de la liste noire. Les montants ne sont pas importants, de l'ordre de 140 millions de dollars. Debiba exige aussi que la Tunisie lève les restriction d'entrées contre des libyens soupçonnés d'appartenance a certain réseaux violents principalement des membres du mouvement des frères musulmans Libyen qui soutiennent son gouvernement.
Dans ces conditions la Tunisie ne pas accepter ces demandes vu le risque nuire aux relations plus importantes avec l'union européenne et le reste du monde .
La Chine et l'union européenne planifient déjà pour le monde post net-zéro ou la demande pour le pétrole sera réduite. Dans ce monde qui peut devenir réalité en 2035 la production de pétrole va excéder la demande et la Libye verra ses revenus se réduire comme une peau de chagrin, le pays reviendra a sa condition d'avant la richesse pétrolière mais avec plus de chaos.
Ok
La Tunisie ferait mieux de consolider ses telations avec l'Algérie
a posté le 09-06-2024 à 14:10
Les algériens sont très proches des tunisiens et représentent un potentiel commercial 30 à 50 fois supérieur à la Libye. Pays d'ingrats gouverné par un gouvernement qui ne veut pas du bien à la Tunisie. Les tunisiens qui les ont pourtant accueillis par centaines de milliers