alexametrics
coronavirus

Covid-19 : Chloroquine, la controverse

Temps de lecture : 5 min
Covid-19 : Chloroquine, la controverse

 

La Chloroquine fait la Une des journaux partout dans le monde et c’est grâce à l’infectiologue et directeur de l'IHU de Marseille Didier Raoult. Sous le titre "Diagnostiquons et traitons" l’institut IHU Méditerranée Infection a publié une vidéo sur YouTube dans laquelle Didier Raoult présente son traitement à l’hydroxychloroquine réalisé sur 24 patients atteints par le Covid-19. Il n’en fallait pas moins pour s’attirer un réel intérêt, voire un engouement pour les résultats de l’essai en cours.

 

Dans la vidéo publiée le 17 mars et visionnées des milliers de fois, l’infectiologue a présenté un bilan qualifié de « spectaculaire ». En effet, selon le chercheur « 25 % des cas seraient encore porteurs du virus, alors que 90 % de ceux qui n'ont pas reçu ce traitement seraient toujours positif ». Le professeur Didier Raoult qui dénonce la politique de la quarantaine et exige seulement l’isolation des porteurs, a fait appel aux autorités pour faire plus de tests sur les patients afin de diminuer le portage viral. D’après l’infectiologue, il faut faire plus de dépistages et prescrire largement de la Chloroquine, car une personne peut porter en moyenne le virus pendant 20 jours s’il n'y a pas de traitement.

Une étude chinoise a été faite dans ce sens par l’université de Wuhan « Clinical course and risk factors for mortality of adult inpatients with COVID-19 in Wuhan, China : a retrospective cohort study ». Cette étude a montré que la durée du portage viral est un élément essentiel pour tenter de contrôler cette maladie, ce qui confirme l’analyse du Professeur Raoult.

 

La Chloroquine, la controverse

Le traitement à la Chloroquine fait débat en France. Pendant que certains appellent à l’utilisation de ce médicament, comme le maire de Nice Christian Estrosi (guéri du coronavirus suite à l’application du protocole du professeur Didier Raoult à base de chloroquine), d’autres chercheurs appellent à la vigilance. Certains chercheurs critiquent l’insuffisance des conclusions du professeur Raoult basées sur le bilan de 24 personnes testées, et pointent les effets secondaires de ce médicament. Parmi les effets indésirables on peut citer : des troubles de la vue avec une vision floue, des troubles digestifs ou encore des réactions allergiques.

L’institut hospitalo-universitaire de Marseille a annoncé dans un communiqué publié dimanche 22 mars que « Tous les malades fébriles qui viennent nous consulter de pratiquer les tests pour le diagnostic du Covid-19 et pour tous les patients infectés de proposer dès le diagnostic un traitement par l’association hydrochloroquine et azithromycine ». Le ministre français de la Santé Olivier Véran a déclaré que le Haut Conseil de santé publique « recommande de ne pas utiliser la chloroquine ni l’hydroxychloroquine dans la lutte contre le coronavirus, à l’exception des formes graves ». Il a même signé un décret le lundi 23 mars pour encadrer la prescription de la chloroquine, à l’hôpital.

Tedros Adhanom Ghebreyesus le directeur général de l’OMS a condamné l’usage de médicaments sans prescription pour les patients infectés par le Covid-19 ainsi que les faux espoirs qu’ils peuvent susciter. « Administrer des médicaments non testés, sans la preuve suffisante, pourrait susciter de faux espoirs et même faire plus de mal que de bien en entraînant des pénuries de médicaments essentiels pour traiter d'autres maladies », déclare-t-il dans une conférence de presse tenue lundi 23 mars à Genève.

 

La Chloroquine un médicament miracle ?

Pendant que la France hésite encore d’autres pays comme les Etats-Unis semblent plus enthousiastes. Donald Trump a ordonné la distribution de la Chloroquine à New York et dit qu’il s’agit d’ « un don du ciel », et il a même soukigné ses propos par la guérison d’un patient en Floride qui a été traité à la Chloroquine. Mais ce même médicament a causé la mort d’un homme en Arizona selon la chaine américaine NBC. La chaine avait interviewé la femme de la victime qui a confirmé la prise de la Chloroquine par son mari.

Le Maroc a réquisitionné tous les stocks de Chloroquine produits par le pays. Les autorités sanitaires viennent d’acheter tous les médicaments à base de Chloroquine le Nivaquine ou encore le Plaquenil. Le ministère marocain de la Santé a adressé une circulaire le lundi 23 mars 2020 aux centres hospitaliers et aux directeurs régionaux de la Santé pour « l'introduction de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine dans la prise en charge thérapeutique des cas confirmés de Covid-19 ».

En Tunisie, les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ont accordé une enveloppe de 2,5 Mdt en faveur des recherches et des expérimentations sur l’usage de la Chloroquine dans le traitement du Covid-19. Le ministre de la Santé, Abdelatif Mekki a autorisé depuis le 21 mars l’utilisation de la Chloroquine par les hôpitaux tunisiens.

Dans une déclaration donnée à l’agence TAP, Chokri Hammouda le directeur général des soins de santé de base a annoncé que des essais sont réalisés par des scientifiques et de chercheurs tunisiens en coordination avec le Laboratoire national de contrôle des médicaments (LNCM), le Centre national de pharmacovigilance et l’Instance nationale de l’évaluation et de l’accréditation en santé (INEAS). Chokri Hammouda a assuré qu’il existe des quantités suffisantes de Chloroquine, et c’est grâce au soutien de la Pharmacie centrale et de la Banque Centrale.

 

Chloroquine, hydrochloroquine quelle différence ?

L’hydroxychloroquine qui se trouve dans la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé est un dérivé de la Chloroquine. Tout comme la Chloroquine, l’hydrochloroquine est un antipaludique mais il est également prescrit pour la polyarthrite rhumatoïde et le lupus. Moins toxique que la Chloroquine, cette poudre cristalline blanche appelée hydrochloroquine crée moins d’effets secondaires graves que la Chloroquine. Il faut préciser que le Professeur Didier Raoult défend plutôt l’utilisation de l’hydrochloroquine.

 

La crise sanitaire mondiale due à la pandémie de Covid-19 a lancé la course pour obtenir un traitement le plus rapidement possible sur la base de médicaments déjà existants, à défaut d’un vaccin dans l’immédiat. Les études cliniques prometteuses, quoique incomplètes sur la véritable efficacité de la Chloroquine, font débat alors que le nombre de personnes testées positives ne fait qu’augmenter. Les grandes puissances rivalisent pour trouver LE remède face à une situation inédite impactant les systèmes de santé et l’économie mondiale.

 

Rabeb Aloui  

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (10)

Commenter

Alya
| 26-03-2020 20:09
Des essais cliniques démarrent en Europe et la Tunisie commence aussi son essai. Des complications secondaires ont été reportes lors des traitements antipaludique. Lors de ces essais cliniques les patriciens prendront leur responsabilité DE MEME QUE LE PATIENT QUI DEVRA SIGNER APRES AVOIR ETE AVERTI DES EFFETS SECONDAIRES

Nazou de la chameliere
| 26-03-2020 19:06
Cette chloroquine va être administrer a des personnes très gravement atteintes en france !!
Il y aura forcément des morts .
Et c'est là le piege a con ,pour discréditer Raoult .
J'apprécie beaucoup le bonhomme !
Mais faire des tests sur les frappadingues et souvent jeunes ,ne mènera a rien !!
Et bonne nouvelle passée inaperçue, Macron a fait appel a un deuxième comité d'experts.

Gg
| 26-03-2020 18:11
Par décret de ce jour, l'hydrochloroquine en association avec un antibiotique est autorisée en France, en établissement médical et sous surveillance médicale.
N'étant pas médecin, je ne connais pas le protocole.

moimeme
| 26-03-2020 16:54
Je te croyais bien plus raisonnable que çà. Ton amour pour le criminel de guerre (je ne parle pas de Ben Ali; mais de Sarkozy) serait-il à l'origine de cette prise de position criminelle?
Bises chaleureuses.

hourcq
| 26-03-2020 15:16
'?'. on se contente de merles. Au cours d'un séjour de deux ans en Afrique Noire, j'ai pris tous les jours de la Nivaquine, un médicament dérivé de la chloroquine qui est prescrit à titre préventif contre le paludisme, sans ressentir d'effets secondaires particuliers. Le professeur Raoult est mondialement connu, avec son labo, pour ses recherches sur les virus. Il ne prétend pas que son protocole- qui associe deux médicaments- va sauver des malades gravement atteints mais qu'il ralentit la charge virale de ceux qui n'ont pas encore atteint ce stade de gravité. D'où la nécessité d'un dépistage précoce.
Le coronavirus ce n'est pas une simple grippe C'est un virus
beaucoup plus contagieux et actif qu'on ne sait pas traiter. Si on laisse faire, sans remède connu, on risque une hécatombe dans tous les pays touchés par cette pandémie. Par exemple en Tunisie ça pourrait provoquer 200000 à 300000 morts (2 à 3% de la population) d'abord parmi les plus âgés mais pas seulement.
Qui serait prêt à prendre ce risque parmi nos gouvernants?


nazou de la chameliere
| 26-03-2020 11:32
Arretez par pitié !!!
Tout le monde ne va pas MOURRRRRIR !!!
Un médicament n'est pas un bonbon !!
La majorité des personnes atteinte du covid 19 s'en sortent SANS médicaments !!! SANS MEDICAMENTS !!!
C'est dingue ça ,tous le monde panique ,alors qu'il suffit de ne pas diffuser la "grippe" a une plus grande échelle !!!
C'est une grippe sévère ,ça n'est pas la peste ,ni le choléra ni le sida ni UNE MALADIE HONTEUSE !!

Léon
| 26-03-2020 10:06
Les esclaves et pions des atlantistes sont incapables de prendre, de manière souveraine, les décisions les plus à mêmes de sauver leurs populations. Les temps de la décision souveraine sont révolus et les décisions souveraines sont enterrés avec Ben Ali, laissant une Tunisie en proie à la colonisation.
Lorsque Léon, l'Homme d'état qui vous raconte tout ce qui allait vous arriver depuis 2011, donne des instructions, il ne faut pas les prendre à la légère. Il faut s'y plier et ne faire confiance à aucun autre état.
Je tiens à vous dire que tous ceux qui, en France, se sont opposé à l'utilisation de la chloroquine, n'auront AUCUN argument sérieux à faire prévaloir devant les tribunaux que le grand Peuple de France sait si bien dresser quand il le faut.
Laisser mourir ses citoyens sous prétexte que l'on aura les essais dans deux mois, tient de la criminalité d'état; et n'est pas étranger aux lobbies pharmaceutiques et à leurs enjeux financiers énormes. Pour ces derniers, les pandémies sont des aubaines et il n'est pas question que l'Humanité s'en sorte à si peu de frais, à savoir 10 cts d'euros le comprimé de chloroquine.
Ya Kaïs Saïed, lorsque les scientifiques anti-chloroquine et leurs pourvoyeurs de Monsanto et autres tristement célèbres labos pollueurs, traineront devant les tribunaux avec les hommes politiques, sachez monsieur le Président, qu'ils ne pourront rien pour vous. C'est un peu comme l'histoire coranique de Satan et des Hommes devant Dieu: Satan ne reconnait pas sa faute que ces gens ont été induits en erreur. Il a rétorqué "je leur ai dit et ils m'ont suivi.je ne les ai pas obligé".
Ils étaient libres et ont choisi le mauvais chemin et l'ont choisi.
Personne n'est responsable de l'autre en état de crise. Je crains fort pour la Tunisie car nos dirigeants sont très précisément nommés par ces mêmes atlantistes criminels, capables de tuer leurs propres populations pour des écus.
Les directives ne seront donc pas dans le sens de ceux de Léon. L'Homme Libre et responsable.
Ya Si Kaïs, cela ne servait à rien d'appeler Macron pour lui demander ce qu'il faut faire, il n'est rien, lui et ses ministres, devant des gens comme Raoult et comme Léon.
Il fallait Me demander et je n'ai aps attendu que vous le fassiez. Je l'ai fait et vous avez préféré appeler Macron.
Bien avant la décision du Roi du Maroc, je vous ai envoyé une batterie de missives dans plusieurs articles de BN, dont l'un est le suivant (lire l'intervention de Léon, Lettre à KS)

https://www.businessnews.com.tn/carte-en-temps-reel-de-la-propagation-du-covid-19-en-tunisie,520,96469,3

vous exhortant à ne pas attendre les décisions des autres pays. Je ne vous dis pas que l'on tient un remède miracle (bien que ce soit mon avis), mais que le bon sens vous oblige, dans un pays sans moyens à l'utiliser sans réfléchir.
Aujourd'hui je pousse le raisonnement plus loin en vous demandant de l'administrer dès que les patients présentent des signes d'une grippe quelconque (ou du moins le donner pour les proches d'un seul cas positif testé).
Nous n'avons ni le temps ni l'argent d'acheter des tests en masse. Il faut arrêter cette épidémie et la méthode que je vous dicte en viendra à bout assez vite et à moindre frais.
A vous de voir, Monsieur.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya,
Résistant.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

Fehri
| 25-03-2020 22:15
Le FDA ne la pas encore approuvé. Fauci la considerer comme une anecdote ni plus ni rien. Ne gaspillez pas votre. Il faut l'utiliser pour les masques et les respirateurs.

Badboy
| 25-03-2020 21:46
https://www.raialyoum.com/index.php/'?'?'?-'?'?'?-'?'?'?-'?-'?'-'?'?'?'/

Badboy
| 25-03-2020 21:09
Le président KS à demander au roi de Jordanie l'envoi du médicament en Tunisie. Le roi de Jordanie à promis l'envois dans les prochains jours.

A lire aussi

Selon un communiqué publié par la présidence du

31/03/2020 17:50
0

Heureusement que c’est le corps, pas le

31/03/2020 17:30
0

Initialement prévue à Carthage le 2 avril 2020 à l’Académie Beït El Hikma, la conférence de Ghazi

31/03/2020 17:00
0

Le ministre de la Santé, Abdellatif Mekki a indiqué ce mardi 31 mars 2020 ; que la Tunisie est

31/03/2020 16:50
9