alexametrics
mardi 23 avril 2024
Heure de Tunis : 03:11
BN TV
Maghzaoui : le bilan du 25-Juillet est négatif !
26/03/2024 | 14:51
5 min
Maghzaoui : le bilan du 25-Juillet est négatif !

 

Le secrétaire général du Mouvement Echaâb, Zouhair Maghzaoui a indiqué que son parti s’était penché sur l’élection présidentielle prévue d’ici la fin de l’année 2024. « Pour ce qui est des candidats, rien n’est clair… Même le président de la République [Kaïs Saïed] n’a pas annoncé sa candidature… Le bilan du processus du 25-Juillet est négatif », a-t-il dit.

Invité le 26 mars 2024 d’Elyes Gharbi à « Midi Show » sur Mosaïque Fm, Zouhair Maghzaoui a indiqué que le Mouvement Echaâb était l’une des entités ayant participé à la mise en place du processus du 25-Juillet. Il a évoqué l’importance de procéder à une évaluation de la situation, notamment du côté du gouvernement. Il a évoqué une divergence entre le gouvernement et le chef de l’État. D’après lui, les choix du gouvernement sont en opposition avec le discours de Kaïs Saïed. Il a tenu ce dernier pour responsable en raison de sa qualité de chef de l’exécutif.

Zouhair Maghzaoui a cité l’exemple du décret 86 relatif aux énergies renouvelables. Il a considéré que ce texte portait atteinte à la souveraineté nationale en accordant aux entreprises étrangères le droit d’acquérir des terrains dans le but d’approvisionner des foyers européens en électricité à bas prix. Ceci aura lieu, selon le politicien, au détriment des Tunisiens. Il a conclu que le non-respect de la mesure incluse à ce niveau dans la loi de finances 2024 était le fruit du blocage exercé par les lobbies, en plus de l’opposition de la ministre des Finances, Sihem Nemsia, à celle-ci.

 

 

Zouhair Maghzaoui a considéré que le bilan du processus du 25-Juillet était négatif et qu’on aurait dû mieux faire. Il a expliqué que l’élection présidentielle devait être une évaluation. D’après lui, le 25-Juillet est le fruit de plusieurs volontés, dont celles du président de la République ou du Mouvement Echaâb. Ces volontés se sont finalement révélées être divergentes, selon lui, et le président pourrait avoir été induit en erreur. Il a expliqué qu’on cherchait à revenir à un État policier, tout en assurant que les Tunisiens n’accepteront pas cela.

« Après le 25-Juillet, nous avons découvert que le président avait son propre projet politique… Qu'il fasse ou non l’objet d’un consensus et un autre débat… Malheureusement, la construction par les bases a été instaurée avec 10% (en référence au taux de participation au référendum de 2022)… Quant à la conciliation pénale, nous avons révisé le texte à deux reprises ! Encore et encore. Et sans avancer… Qu’on me cite une entreprise communautaire qui fonctionne… Le 25-Juillet n’a pas pour objectif de concrétiser la construction par les bases et les entreprises communautaires… Le 25-Juillet appartient au peuple », a-t-il ajouté.

 

Zouhair Maghzaoui a affirmé que Kaïs Saïed a exploité le 25-Juillet dans le but de mettre en place son projet politique personnel. Il a assuré que ce processus allait avoir lieu tôt ou tard. Le chef de l’État a eu, d’après lui, le courage d’annoncer des mesures exceptionnelles. Il a évoqué la dégradation continue de la situation économique. Il a, également, expliqué que le 25-Juillet devait mener le pays d’une démocratie défaillante vers une véritable démocratie. D’après lui, l’échec et la dépravation au niveau de certains partis politiques ne doit pas conduire à la sanction de tous les partis.

« Il y a une mauvaise gestion du processus du 25-juillet… Les gens se sont réjouis de l’annonce des mesures du 25-Juillet non pas pour mettre en place la construction par les bases… Leurs attentes sont simples : pas de files d’attente pour le pain, le lait et des produits disponibles, un hôpital public, une santé et des transports de qualité… C’est aussi simple que ça… C’est à quoi s’attend tout peuple… Nous croyons que tout peut avoir lieu en même temps… La justice peut poursuivre les responsables de crimes… Parallèlement, il y a un gouvernement de Madame Bouden et Monsieur Hachani… Ils auraient pu mettre en place un ensemble de mesures pouvant alléger la situation et transmettre un message d’un futur meilleur », a-t-il déploré.

 

Zouhair Maghzaoui a indiqué que l’épuration et la réforme pouvaient être appliquées en même temps. Il a déploré l’absence d’innovation au niveau des textes de législation. Il a, aussi, critiqué l’absence d’interaction de la part de la Tunisie avec les changements géopolitiques à l’échelle mondiale.

Pour ce qui est de l’élection présidentielle, Zouhair Maghzaoui a indiqué que le Mouvement Echaâb pouvait soutenir le président de la République ou présenter son propre candidat. S’adressant à Kaïs Saïed, il a dit : « Il vous reste une chance, mais peu de temps, de former le véritable Front national fondé sur des visions et des programmes répondant aux attentes des Tunisiens… N’imaginez pas que la voie est libre comme on essaie de vous le faire croire ». Zouhair Maghzaoui a expliqué que le Mouvement Echaâb pouvait soutenir un candidat se présentant contre le président de la République. Kaïs Saïed est, selon lui, au pouvoir et dans l’obligation de passer à des réalisations d’ordre économique et sociale.

D’un autre côté, Zouhair Maghzaoui a évoqué une défaillance de la part de l’Instance supérieure indépendante des élections. Il a critiqué l’absence d’une loi électorale et a affirmé que tout citoyen tunisien avait le droit de se présenter et d’avoir connaissance de règles du jeu.

 

S.G

26/03/2024 | 14:51
5 min
Suivez-nous
Commentaires
A4
Lamentable !
a posté le 26-03-2024 à 17:32
Lamentable ! Quand il parle de l'énergie et de l'électricité. Un discours populiste de quelqu'un qui n'y comprend rien !!!
Les énergies renouvelables c'est aussi un nouveau train que le pays rate à cause de l'incompétence de nos politicards idiots !!!
Aujourd'hui, le citoyen européen paye son électricité à 0,30 euro le kWh, soit pratiquement 1 dinars tunisien par kWh.
En Tunisie et à titre d'exemple, un "champ" photovoltaïque produit le kWh à 0,1 dinar, soit environ 0,03 euro, soit 10 fois moins cher que le prix de vente aux abonnés.
N'est-il pas profitable à la Tunisie de produire des kWh à 100 millimes et les vendre à 400 ou 500 millimes aux européens ? Ce prix qui correspond à un gain de 300 % à 400 % serait très intéressant et abordable pour les compagnies européennes.
Mais le train est déjà passé et les compagnies sont parties vers d'autres pays.
Tant pis pour les idiots !!!