alexametrics
vendredi 23 février 2024
Heure de Tunis : 15:13
Dernières news
Tunisie - Article 1 de la Constitution: La grande tristesse des Islamistes radicaux
27/03/2012 | 1
min
Tunisie - Article 1 de la Constitution: La grande tristesse des Islamistes radicaux
{legende_image}

Bien que consensuelle, la décision d’Ennahdha de maintenir tel quel l’article 1 de la Constitution n’a pas fait que des heureux.
Certains Islamistes n’ont pas du tout apprécié cette décision et ont fait part de leur grande tristesse.
Ainsi le cas de Habib Ellouze, député d’Ennahdha, qui a déclaré, sur les ondes de la Radio Nationale être «profondément triste» de la décision de son parti et la non-inscription de la Chariâa dans la Constitution en tant que source principale ou unique de législation.
«J’ai fait une demande officielle au président du comité constitutif d’Ennahdha lui demandant de réunir à nouveau le bureau afin de réviser cette décision et répondre aux demandes insistantes qui me parviennent par téléphone ou via Facebook», a déclaré M. Ellouze.

Dans une déclaration exclusive au quotidien Le Maghreb, Ridha Belhadj, porte-parole officiel du parti Ettahrir (non reconnu), a indiqué que «la décision d’Ennahdha s’inscrit dans un cadre de regroupement et la démocratie n’est finalement qu’un jeu d’alliances, de concessions et de tromperies entre l’électeur et l’élu».
Selon lui, et à ce rythme, rien ne changera dans la Constitution puisque tout est considéré comme étant des acquis à préserver. «Mais la oumma se réserve le droit de répondre, car la révolution est encore de mise et ce qui se passe aujourd’hui est une forme de plaisanterie politique», a-t-il souligné avant de menacer que la rue préserve son droit de lutte.
Pour Ridha Belhadj, ce qu’a fait Ennahdha est une trahison législative de la «oumma» islamique et si les lois tunisiennes sont principalement inspirées de la Chariâa, comme ils disent, pourquoi alors avons-nous milité et sommes-nous entrés en prison?
Selon lui, la position d’Ennahdha est une préparation pour une laïcité portant une barbe et une jebba et il s’agit là d’un déni des volontés du peuple qui demande à ce que la Chariâa soit l’unique législation en Tunisie.

R.B.H.
27/03/2012 | 1
min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous