alexametrics
vendredi 03 février 2023
Heure de Tunis : 21:31
Chroniques
Liban, on arrive !
Par Nizar Bahloul
14/03/2022 | 15:59
8 min
Liban, on arrive !

 

Il n’y a plus de couscous, d’huile végétale ou de semoule dans les supermarchés, on ne trouve plus de pain subventionné dans les boulangeries et le ftayri ne vend plus de ftayer (sorte de beignets frits) et de fricassés, faute de farine. Bienvenue en Tunisie sous l’ère de Kaïs Saïed. Ce n’est qu’un début, car les pénuries que nous observons actuellement sont dues à des raisons autres que la guerre en Ukraine. Dans quelques semaines, ce même ministère du Commerce va avoir du mal à importer du blé et c’est là qu’on verra les véritables pénuries.

A quoi sont dues les pénuries actuelles ? Aux spéculateurs et monopoleurs, d’après le président de la République. A la frénésie des consommateurs, d’après le ministère du Commerce. Ah bon ? Et pourquoi donc on n’a pas eu ces pénuries en 2011, en pleine révolution, ni après ?

La vérité, et il ne faut pas être un grand expert pour la deviner, est que les pénuries actuelles sont dues à une mauvaise gestion des approvisionnements de la part du ministère du Commerce.

Ce dernier, sur injonction du président de la République, a mis son nez dans les circuits de distribution dans l’objectif de comprimer les prix et de barrer la route à d’hypothétiques spéculateurs. Le résultat a été à l’inverse de l’objectif initial. Non seulement les prix n’ont pas baissé, mais on ne trouve plus les denrées désirées. Du coup, le consommateur s’est trouvé dans l’obligation d’acheter plus cher ses produits de première nécessité. Ce que l’on observe actuellement avec la farine, l’huile et les pâtes a été observé il y a quelques mois, au lendemain de la visite du président de la République à un entrepôt de fer.

Chers ministres du Commerce et de l’Intérieur, continuez vos descentes brutales sur les entrepôts des commerçants, continuez à obéir aveuglément et bêtement aux fantasmes du président de la République, vous ne ferez qu’empirer la situation, les pénuries et l’inflation.

 

Un petit bilan à mi-chemin depuis le coup d’Etat du 25-Juillet. On a des fonctionnaires et des retraités qu’on paie en retard et on a des agents dépendant de l’État qu’on ne paie même pas (le cas de Cactus). On a des pénuries de médicaments, parce que la Pharmacie centrale n’a pas payé ses fournisseurs, des pénuries de denrées alimentaires parce que le ministère du Commerce n’a pas bien fait son boulot et des entreprises fournisseuses de l’État en défaut de paiement parce que l’État n’a pas les moyens de les payer (le cas des entreprises de BTP).

Ce qui nous arrive en ce premier trimestre 2022 était prévisible. Nous avons averti nos lecteurs depuis le mois de septembre d’un possible scénario libanais en Tunisie.

Kaïs Saïed est-il responsable de cela ? Non, car la crise datait d’avant le putsch. Si rien n’est fait, on se dirige vers un scénario libanais, a averti l’expert et ancien ministre des Finances, Hakim Ben Hamouda, depuis mai 2021.  D’ailleurs, c’est le cumul des crises à l’intérieur de l’appareil de l’État qui a poussé le président à faire son putsch. Un putsch bien accueilli par la population, consciente de la mauvaise gouvernance des islamistes.

Depuis juillet, Kaïs Saïed est seul aux commandes. Il a éliminé les islamistes du pouvoir, il a limogé le gouvernement Mechichi et il gouverne par décret. Théoriquement, il aurait dû trouver les solutions à nos problèmes. Au moins en partie. Sauf que voilà, les faits sont là et ils sont têtus, la crise empire, Kaïs Saïed n’a rien solutionné, il a même créé de nouveaux problèmes qui n’existaient pas auparavant. Le pire est à venir, attendez que l’on soit impactés par la guerre russo-ukrainienne.

 

Qu’est-ce qui nous attend encore, la situation peut-elle empirer ? Difficile de ne pas être un oiseau de mauvais augure. Les mêmes causes produisent, généralement, les mêmes effets.

Les Tunisiens paient, aujourd’hui, l’absence d’un gouvernement pendant des mois, le retard pris dans l’élaboration de la loi de finances, les aberrations contenues dans cette même loi de finances, les décisions unilatérales du président, l’effroi des investisseurs de la chasse aux sorcières lancée par le président et ce climat général d’incertitude.

Comment sera le lendemain ? La loi de finances a prévu un baril à 75 dollars en 2022. Il est, aujourd’hui, à 130 dollars et il pourrait atteindre les 300 dollars, d’après les Russes (200 dollars, d’après les traders). Chaque dollar de hausse coûte à notre État près de 140 millions de dinars. Faites le calcul. La loi de finances a prévu un financement du budget par le FMI à partir du deuxième trimestre. Nous sommes à la fin du premier trimestre et il n’y a aucun accord qui pointe à l’horizon. Comment sera financé le budget à partir du mois prochain ? Le ministère des Finances ne répond pas.

L’institut national de la statistique a été en grève. C’est lui notre tableau de bord et on en a été privé durant plusieurs semaines. C’est comme si l’on conduisait une voiture dans le noir sans phares. Cette grève nous a empêchés d’établir des prévisions et ceci aura son impact.

Enfin, et c’est le pompon, on va subir de plein fouet les conséquences de la guerre entre la Russie et l’Ukraine avec une augmentation substantielle des prix du blé et l’absence quasi-certaine de touristes provenant de ces deux pays.

 

Pour savoir ce qui va se passer demain en Tunisie, regardons ce qui s’est passé et ce qui se passe encore au Liban. A ceux qui disent que les situations sont incomparables, j’oppose toujours la règle : les mêmes causes produisent les mêmes effets.

A cause d’une mauvaise gouvernance, la livre libanaise a chuté de 92% par rapport au dollar. Le salaire minimum au Liban est de 600.000 livres par mois, équivalent avant la crise à 450 dollars et aujourd’hui à 20 dollars. L’électricité n’est plus fournie et les habitants doivent recourir aux générateurs fournis par des « contrebandiers » privés (tolérés par l’Etat). Ces générateurs marchent avec du carburant, dont le prix connait une forte hausse. Conséquence immédiate, l’électricité coûte nettement plus cher aux Libanais et des milliers de foyers n’ont plus que des bougies pour s’éclairer, faute de moyens. D’après les derniers articles de presse, 82% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. En Tunisie, c’est le tiers de la population qui vit en-dessous de ce seuil, d’après le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux. Il était de 14% avant la pandémie du coronavirus, d’après la Banque mondiale qui tablait déjà sur un taux de 21% en 2020. Cette tendance baissière est plus alarmante que les chiffres eux-mêmes.

Aux dernières nouvelles nous parvenant du Liban, les supermarchés ont décidé la semaine dernière de limiter les achats avec des cartes bancaires. Ils exigent du cash à hauteur de 50% minimum des achats.

La situation est telle que la Turquie a décidé, hier, l’octroi de 500.000 tonnes d’aides alimentaires et que l’Union européenne a promis d’étudier sérieusement l’octroi d’aides urgentes au vu des crises qu'il traverse, notamment suite à l'invasion russe de l'Ukraine qui a ébranlé sa sécurité alimentaire et fait flamber les prix des carburants et des produits importés..

Avec les pénuries observées dernièrement en Tunisie et l’absence totale de visibilité quant aux futures importations de blé et leur prix, il est impératif de nous interroger, nous aussi, sur notre sécurité alimentaire.

 

Puisqu’il faut le répéter, Kaïs Saïed n’est pas responsable de cette situation. Il n’a fait qu’hériter d’un pays qui tangue et d’une population qui consomme plus que ce qu’elle produit. Il n’en demeure pas moins qu’il sera responsable de ce qui nous arrivera dans le futur.

Un problème bien posé est à moitié résolu (Henri Bergson). Or Kaïs Saïed pose mal les problèmes.

Il pose de bonnes questions, mais apporte de mauvaises réponses.

Il consacre du temps inestimable à des sujets secondaires, comme celui de sa consultation nationale.

Il est intellectuellement paresseux, préférant accuser des spéculateurs pour justifier la hausse des prix plutôt que de travailler sur le fond du problème.

Il préfère la belle théorie du complot à la réalité amère.

Il préfère subir les problèmes que de les anticiper. Il préfère s’écouter que d’écouter.

Qu’a-t-on préparé pour juguler la hausse du prix du pétrole ? Rien.

Quel est le plan maintenant que le FMI ne nous a pas aidés ? On n’en sait rien.

Sommes-nous prêts pour affronter la hausse vertigineuse des prix du blé et sa probable pénurie ? Non !

Sommes-nous conscients que nous sommes menacés, à l’instar de dizaines d’autres pays, dans notre sécurité alimentaire ? On ne dirait pas.

Tous les médias internationaux qu’on parcourt parlent de ces sujets, sauf nous !

 

A cause de leurs gouvernants qui ne savent ni anticiper, ni préparer, ni communiquer, ni dialoguer, les Tunisiens finiront par subir ce que subissent dramatiquement nos amis libanais. Pourquoi ? Parce que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Par Nizar Bahloul
14/03/2022 | 15:59
8 min
Suivez-nous
Commentaires
Gg
Les céréales...
a posté le 15-03-2022 à 23:46
C'est le moment pour l'humanité de montrer qu'elle n'est pas qu'un mot: il va falloir partager le blé. Sinon l'Afrique du Nord, l'Egypte... vont crever.
En serons nous capables?
VR
Sinon l'Afrique du Nord, l'Egypte... vont crever.?
a posté le à 13:55
Ou bien on va enfin maitriser l´epidemie de Diabete!
VR
@Rationnel: Bonjour!
a posté le 15-03-2022 à 14:28
"La liste est encore longue, le seul défit est que les gens refusent de travailler."

La réponse : les Cafés doivent travailler sans usage de chaises et un horaire de travail de 07 - 17 h !
URMAX
... "Bienvenue en Tunisie sous l'ère de Kaïs Saïed." ...
a posté le 15-03-2022 à 12:59
Rectification, vous devriez-dire :
"Bienvenue en Tunisie, sous l'ere DES SPECULATEURS combattus par Kais SAIED" ...
...
Kais SAIED - D'Artagnan - et ses mosquetaires, nous en libereront ...
Rationnel
Grandes opportunites pour la Tunisie mais il faut travailler
a posté le 15-03-2022 à 11:59
La Tunisie a de grandes opportunités . Elle est ni l'argentine ni le Liban et plus proche de l'Argentine que du Liban. Notre version de Péronisme est moins sévère que celle qui domine en Argentine. Le Liban est au moins dix fois plus corrompu.
Le prix du baril de pétrole est 97 dollars et non 130. '?a descendre davantage. Les prix spot change chaque seconde et on doit les consulter avant d'écrire.
La guerre Russie contre l'Ukraine a augmenter le prix du gaz, puisque la Tunisie produit 50% de ses besoins, l'augmentation du prix du 50% produit par la Tunisie annule l'augmentation sur les 50% importes. Les revenus de transit du pipeline algero-tuniso-italien vont aussi augmenter. L'Europe va remplacer le gaz importe de Russie par du Gaz Algérien, Qatari et Américain, le pipeline va transporter du gaz a capacité maximale toute l'année a des prix supérieurs.
Les prix du blé a aussi baisse des 450 euros, il est maintenant a 380 euros la tonne.
La Tunisie a plusieurs atouts, on doit investir et travailler pour les fructifier et l'UGTT doit arrêter son sabotage. Nos atouts sont les 2 millions d'hectares de terres cultivables, soleil donc énergie solaire PV et CSP (Concentrated Solar Power), éolien, géothermique. Connexion au réseau électrique européen projet finance par l'UE, le site de Sra Ouerate (5% des réserves mondiales de phosphates et terres rares), les terres rares sont d'une importance stratégique extrême puisque la chine détient 90% du marche.
La liste est encore longue, le seul défit est que les gens refusent de travailler.
zozo Zohra
ZETTO
a posté le 15-03-2022 à 10:17
Bonjour Monsieur,
J'ai eu honte de moi, de ma Tunisie "dieu sait mon amour pour mon pays"
Mon choc pétrolier à moi, mon choc irréversible à moi, le pire.

Le JOUR DE TALAA ALBADROU ALYNA"

Ces images, m'avaient jamais quitté
Ces femmes en deuil, de noires vêtues.

Je savais que la Tunisie c'était finie pour longtemps.



veritas
Zozo
a posté le à 11:01
Bonjour ,
Vous n'êtes pas la seule à avoir senti le roussi '?'l'ordre mondial et leur protagoniste sont décidés à détruire le pays via les criminels islamistes comme ça été fait en Iraq en Libye en Syrie en Afghanistan et j'en passe '?'ces islamistes sont pire que la bombe atomique il faut que les peuples des pays visés arrête leur ânerie et doivent se retourner contre ces vendeurs de religion quitte à créer une guerre civile contre eux .
Zetto
Désespoir
a posté le 15-03-2022 à 09:57
Pour la première fois de ma vie, j'ai honte d'etre Tunien. La Tunisie n'a jamais été le Japon ni la Suisse mais réussissait à se maintenir, parfois à briller. Nous avons pourtant tout essayé: monarchie, colonisation, dictature éclairée, démocratie parlementaire... Rien ne marche.
Je percois tout de meme une constante à tout cela, nous le peuple. Nous ne nous mettons jamais sincèrement en question, et on ne nous encourage jamais à le faire. C'est toujours la faute à Ben Ali, la colonisation française, Bourguiba, Ghannouchi, les Ottomans, le FMI...

Les opposants de Ben Ali, dont je fais partie, se plaisaient à dire que le peuple était parmi les meilleurs au monde mais, manque de chance, son président l'empeche de s'exprimer et de montrer ses talents oubliant de dire que Ben Ali est le pure produit de notre société.

Le jour ou nous aurons une vraie conscience collective et le sens de l'intéret commun nous pourrons espérer un jour sortir de notre misère matérielle, intellectuelle, culturelle et morale.
En sommes-nous capables ? Y'a-t-il quelqu'un ou quelque chose qui peut nous aider à changer? Je ne sais vraiment pas.

Pourtant, on voit une pléthore de Tunisiens, produits du système tunisien, briller partout dans le monde, dans les universités, les multinationales, les centres de recherches, en médecine... Pourquoi sommes nous incapables de créer un environnement en Tunisie pour que nos talents puissent s'épanouir ? Pire, ces Tunisiens pour la plupart, sont prets à tout sacrifier pour aider leur pays. La Tunisie dispose d'un heritage de 3000 ans dans lequel elle pourrait puiser les ressources nécessaires pour se reconstruire.

C'est franchement énigmatique et malheureusement tragique.
DHEJ
La misère à un goût
a posté le 15-03-2022 à 09:42
La BHAMA à une odeur...


Entre un président lettreux et une cheffe de gouvernement scientifique c'est l'ONAS!
Fares
Les bébés
a posté le 14-03-2022 à 21:45
Bientôt 9 mois depuis le 25 juillet, des bébés conçus le soir du 25 juillet verront le jours pendant les prochaines semaines, des bébés qui vont vivre pendant 90, 100 ans ou peut-être plus. Entre-temps qu' a fait Saïed? Rien, que du sur place depuis le 25.

Une faillite et une famine bien méritées, peut être que les tunisiens vont finalement apprendre à bien voter.
veritas
A-h Nizar tu me rejoint '?'
a posté le 14-03-2022 à 21:23
Depuis des mois je ne cesse de répéter que les tunisiens seront victime d'un scénario libanais à la puissance 10 '?'je rajoute que la situation aux liban a été créer et monter de toutes pièces par les Mc do et leur donneur d'ordre pour ne pas dire plus '?'le problème de ce scénario est dû en tunisie suite à l'engagement du pays pour la cause palestinienne et son refus catégorique de normaliser avec '?'.(tout le monde sait avec qui) le Liban aussi on a provoqué sa faillite car il refuse de normaliser avec ('?'.)
En Tunisie on aurait pu trouver un juste milieu à cette situation ni normalisation ni affrontement verbal ça aurait été beaucoup mieux pour tout le monde '?'car normaliser c'est être sous les ordres de ('?'.) et perdre toute indépendance, affronter c'est se faire des ennemis et subir des mesures de rétorsion et de vengeance très grave '?'en 1990 ben Ali a pris la bonne décision il a fait revenir un maximum de juifs tunisiens en leur accordant passeport et carte d'identité en 1/4 de tour et les choses se sont bien passées durant 2 décennies maintenant il faut faire très attention pour ne pas commettre les erreurs commis par le Liban à cause de hizbollah qui prend les libanais en otages et a entraîné le pays dans une situation catastrophique'?'ce qui se passe en Tunisie ressemble beaucoup à la situation aux liban avec le gourou de Montplaisir qui a tout fait pour prendre les tunisiens en otage via la famine et l'appauvrissement des gens pour les entraîner dans des conflits qui ne sont pas les leur '?'en public les islamistes tout comme le hizbollah crient à la destruction de ('?') et en privée ils dorment sur le même lit avec ('?'.) ..,le gourou de Montplaisir a été aux siège de l'aipac moult fois pour obtenir la bénédiction et recevoir les ordres de sa mission '?'les dindons de la farce sont les tunisiens et la tunisie qui sont entrain de payer la facture pour avoir défendu des causes qui ne sont pas les leurs'?'il faut tout réviser pour renverser le cours de l'histoire du pays '?'la dégringolade du Liban à commencer depuis 1990 et ça continue jusqu'à ce jour .
Tunisino
Oui!
a posté le 14-03-2022 à 18:12
Les mêmes causes produisent les mêmes effets. La mauvaise gestion, suite à l'incompétence/irresponsabilité de Saied ou à l'opportunisme/traitrise de Ghannouchi, tue!
zozo Zohra
SCNERIO LIBANAIS
a posté le 14-03-2022 à 17:40
"Makom tnigou le Liban le Liban"
Le scénario du Liban vient tout seul sans aucun effort, ne vous forcez pas trop.
Vous ne serez pas les seuls, c'est le choc économique le plus terrible d'après guerre.

Les pays riches eux-mêmes auront du mal à faire face, que dire des pays vulnérables et surtout les pays fatalistes comme la Tunisie qui se battent déjà pour un bout de pain.
BIEN
zozo Zohra: Pays riches vous dites!
a posté le à 19:23
Pouvez-vous nous citer lequel des pays suivants n'est pas au moins 1000 fois plus en faillite que la Tunisie :
France
USA
Allemagne
Italie
Japon
Espagne
UK..
zozo Zohra
Bien
a posté le à 20:10
Si vous le dites, Il ya un beau reste quand même. Loin très très de la situation tunisienne.

Ces pays surtout européens sont à la merci de Poutine. S'il ferme le robinet d'énergie, ils seront tous en récession.

Sarra
Tout est dit...
a posté le 14-03-2022 à 17:04
Rien à rajouter...
BI
Liban, on arrive !?
a posté le 14-03-2022 à 16:10
Et surtout, à pas sûrs et imparables !