alexametrics
lundi 28 novembre 2022
Heure de Tunis : 11:58
SUR LE FIL
L’UGTT rejette tout dialogue marginalisant les forces politiques et sociales
06/05/2022 | 21:08
2 min
L’UGTT rejette tout dialogue marginalisant les forces politiques et sociales

 

Le bureau exécutif de l’UGTT a rendu public un communiqué à la suite de sa réunion tenue vendredi 6 mai 2022, dénonçant les campagnes de dénigrement, de falsification et de mensonges visant le secrétaire général et un nombre de dirigeants de la centrale syndicale, par des pages connues par leur affiliations au président de la République et au mouvement Ennahdha.

Le bureau exécutif indique que ces campagnes interviennent à la suite des positions de l’UGTT par rapport à la crise sévissant en Tunisie, appelant la Justice à poursuivre ces violations et ses auteurs.

Il a, également, condamné le communiqué du mouvement Ennahdha datant du 5 mai 2022, qui accuse le secrétaire général adjoint de l’UGTT, Sami Tahri. Dans ce contexte, le bureau affirme que les déclarations et les positions des différents membres du bureau exécutif engagent la centrale syndicale.

 

Par ailleurs, l'UGTT a condamné les enregistrements fuités ces derniers jours, s’interrogeant à propos de leur timing, leurs objectifs et les personnes que se cachent derrière. Il a, également, mis l’accent sur la gravité de ces enregistrements sur la sécurité générale, tout en faisant part de son étonnement de la lenteur enregistrée dans l’intervention du ministère public et des services techniques. Dans ce contexte, il a appelé à l’accélération des enquêtes afin révéler la vérité à l’opinion publique.

 

Le bureau exécutif a, également, dénoncé les incendies prémédités qui se sont déclarés ces derniers jours, appelant le ministère de l’Intérieur à rassurer les Tunisiens et à révéler la nature de ces incendies, tout en saluant les efforts déployés par les agents de la protection civiles, les agents forestiers et les forces sécuritaires et militaires.

Par ailleurs, il a réitéré son refus de toute aventure visant l’unité du pays à travers la création d’entités parallèles et étranges contribuant à approfondir la crise et poussant à la confrontation et la division.

 

Revenant sur le dialogue, l’UGTT rappelle son engagement au dialogue, constatant le retard enregistré dans son lancement tout en refusant les leçons et les mises en garde. Il a, aussi, revendiqué des explications à propos de son contexte. Ainsi, il a rappelé sa position appelant à un véritable dialogue élargi sans décisions préétablies, et sans approbation des conclusions élaborées précédemment, appelant à un accord autour des objectifs de ce dialogue, son cadre, ses parties prenantes, ses thèmes, les formes de sa mise en œuvre et son agenda. Dans ce sens, il a fait part de son rejet de tout dialogue formel, conditionné, sans intérêt et marginalisant les forces politiques nationales et sociales.

Et de conclure en appelant le gouvernement à interagir positivement avec les revendications des travailleurs, notamment, l’annulation de la circulaire 20 et le démarrage des négociations sociales aboutissant à l’augmentation du Smig et la rectification du pouvoir d’achat des salariés du secteur public.

 

S.H

06/05/2022 | 21:08
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Mohamed Reguig
mreguig2@gmail.com
a posté le 08-05-2022 à 11:41
Toutes les forces syndicales(ugtt, Utica), politiques et de la société civile patriotiques et progressistes devraient s'unir autour des positions énoncés dans ce communiqué
Agatacriztiz
Va doucement, Taboubi, va doucement...
a posté le 07-05-2022 à 17:18
Que l'UGTT se cantonne à la difficile tâche de la défense des intérêts des travailleurs et à celle, encore plus difficile ces derniers temps, du pouvoir d'achat et ne perde pas le sens de sa mission syndicale en se prenant pour un parti politique, ce n'est ni son rôle ni sa vocation et cette attitude persistante risque de la faire courir à sa perte.
Car, en voulant à tout prix faire cavalier seul et s'imaginer en unique arbitre de la paix sociale, son secrétaire général a tendance à oublier qu'il y a, en tenant ce langage "moi ou le chaos" un encouragement implicite à la scission et de formation de syndicats corporatistes (ex : '?ducation nationale, métiers du numérique, etc.) ou d'éclatement (autres mouvements syndicaux structurés qui n'attendent que l'occasion du désenchantement populaire envers la centrale syndicale pour se mettre en avant) qui le tenaille.
Ce n'est pas en proférant des déclarations aussi lyriques que ridicules où il semble souffler le chaud et le froid selon l'humeur du moment qu'il va se poser en générateur de forces populaires tournées vers la construction d'un avenir meilleur pour leur pays.