alexametrics
mardi 27 février 2024
Heure de Tunis : 05:31
Dernières news
Kristalina Georgieva : Ahmed Hachani m'a assuré que les portes sont grandes ouvertes au FMI
12/02/2024 | 17:54
2 min
Kristalina Georgieva : Ahmed Hachani m'a assuré que les portes sont grandes ouvertes au FMI

 

La directrice du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, a indiqué, dans une déclaration donnée hier, dimanche 11 février 2024, à Al Arabiya Business, que la Tunisie, bien qu’ayant profité d’une certaine relance du tourisme, doit toujours affronter des défis économiques importants.

La responsable a souligné que la Tunisie détient un taux d’inflation très important, estimé à 9,8% en 2024, et que la croissance qu’enregistre le pays est très lente comparée aux autres pays de la région. Une croissance, rappelle Mme Georgieva, estimée à 1,9%.

« La Tunisie doit réfléchir si elle veut compter sur le soutien du FMI car c’est cela son rôle et c’est pour fournir un tel soutien qu’il a été créé. J’ai rencontré le chef du gouvernement tunisien et nous avons discuté de la disposition de la Tunisie à poursuivre le dialogue avec le FMI et il m’a assuré que son pays, contrairement à ce qui se dit, garde les portes du dialogue grandes ouvertes. Nous allons donc poursuivre notre travail ensemble et nous engager pour soutenir la Tunisie si le pays décide de bénéficier de notre support et de nos conseils, nous serons heureux de les lui fournir » a-t-elle poursuivi.

 

On rappellera que le chef du gouvernement, Ahmed Hachani a rencontré Kristalina Georgieva en marge du Forum de Davos au mois de janvier. Il lui avait alors présenté les efforts déployés par l'État tunisien dans divers domaines, ayant conduit à l'amélioration de nombreux indicateurs économiques et financiers malgré les défis majeurs.

Ahmed Hachani avait aussi souligné, selon le communiqué de la Kasbah, l'engagement continu de la Tunisie dans le processus de réformes répondant aux attentes du peuple et aux exigences de l'économie nationale et de la paix sociale.

Kristalina Georgieva, citée par la Kasbah, a considéré que la Tunisie faisait partie des pays qui ont réussi à obtenir des résultats positifs sur le plan économique et financier malgré les difficultés rencontrées, principalement en raison de facteurs externes.

Elle avait, en outre, souligné que la politique générale du Fonds ne repose pas sur des diktats et prend en compte les particularités de chaque pays, exprimant son ouverture à toutes les propositions dans le cadre de la coopération avec la Tunisie.

 

M.B.Z

 

 

12/02/2024 | 17:54
2 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
AMMAR BEZZOUIR
C´est étonnant Madame Kristalina Georgieva
a posté le 13-02-2024 à 12:36
Pourquoi ne pouvez-vous pas vous débarrasser de vos prêts à tous les Européens et Américains ? ils sont tous cent fois plus en faillite que la Tunisie ?
Mansour Lahyani
Il fallait "juste" avoir le courage de lire le texte !
a posté le 13-02-2024 à 11:17
Se contenter du titre pouvait vous envoyer dans une folle sarabande à la recherche de ce que voulait dire l'auteur... Et heureusement ; car tout le monde ne peut pas se targuer d'avoir assez de courage pour franchir ce Rubicon-là !
veritas
Le fmi ne commande rien .
a posté le 13-02-2024 à 10:52
On à donner des directives au FMI de ne rien faire avec la Tunisie sauf si elle accepte de normaliser ,de partager le pouvoir avec leur mercenaire les criminels islamistes et de donner libre libre cours à l'OTAN pour contrer l'Algérie comme ça été le cas avec la Libye tout le reste qui est évoqué par le fmi c'est de la poudre aux yeux et c'est l'enfumage pour brouiller les pistes '?'si le pouvoir tunisien cède les robinets des crédits seront grands ouverts comme ils l'ont fait avec le pouvoir islamiste des mercenaires d'ennhba.
Tounsi Tounsi
En langage clair ?
a posté le 13-02-2024 à 08:23
Bon, en clair ça veut dire : Nous sommes prêts à déconstruire la Tunisie et à lui prodiguer les mêmes méthodes que nous avons imaginé pour les pays de l'ex-URSS, l'Argentine (2001) et la Grèce (2010).

Qu'elle et son organisation de rapaces capitalistes restent loin de notre pays. On en veut pas de vos méthodes catastrophiques.
EL OUAFI
Kristalina Georgieva ( qu'elle hypocrisie !
a posté le 12-02-2024 à 23:15
(Kristalina Georgieva : si la Tunisie veut de notre soutien, nous serons heureux de le lui fournir)
Madame, je vous prie de finir la phrase,car vous ne dites pas tout.
Vous êtes heureuse sous conditions, que la Tunisie a déjà rejeté vos conditions, or votre scoop, ne tient pas la route, ce n'est qu'une manipulation de plus,non vous n'êtes pas dans le sérieux, une tromperie insolence et inacceptable un leurre concocté par vos soins.
La Tunisie ne mettrait jamais genoux à terre ne s'inclinera jamais, les conséquences dans lesquelles vous manigancez à créer un soulèvement contre les autorités du pays.
Vous êtes en train de pactiser avec le Diable.
La Tunisie s'en sortira et ne cédera pas à vos plans destructeurs.
ourwa
Le FMI, c'est la famine assurée
a posté le 12-02-2024 à 22:18
" Elle avait, en outre, souligné que la politique générale du Fonds ne repose pas sur des diktats" sic, mais Mme Kristalina Georgieva omet de dire que son machin, le FMI, est sous l'autorité des USA, son principal contributeur; alors devrait-on s'étonner du fait que KS ait renvoyé cette organisation mafieuse sur les roses?... N'est pas Bourguiba qui veut, ni ben ali, ni marzouki, ni caïd essebsi, ni K.S, des apprentis sorciers, pour ne pas dire des apprentis en politique qui se moquent des interêts de la population tunisienne et ce au bénifice de leurs interets partisans et personnels... Qu'a réalisé KS depuis qu'il a été élu président en 2019? Rien, sauf brasser du vent et embastiller sans jugement tous ses opposants, politiques, syndicaux, hommes d'affaires, journalistes... Si son régime n'était pas un régime dictatorial, issu d'un coup d'Etat constitutionnel, il y ressemble à merveille...
Gg
Bizarre
a posté le 12-02-2024 à 19:20
Saied l'a dit et répété mainte et mainte fois: le FMI, il n'en veut pas Il ne veut pas de règles, il veut des dons.
Alors quoi