alexametrics
mardi 27 février 2024
Heure de Tunis : 04:13
Chroniques
Kaïs Saïed, comme un bulldozer
Par Nizar Bahloul
12/02/2024 | 15:59
6 min
Kaïs Saïed, comme un bulldozer

 

Cela fait un an que les prisonniers politiques sont en détention sans procès et sans aucune information officielle sur l’état d’avancement de l’enquête chez le juge d’instruction. Un an ! Douze mois ! 52 semaines ! 365 jours !  Jusqu’à quand les autorités du régime de Kaïs Saïed vont-elles poursuivre ce silence sur la situation de dizaines de prisonniers dont le seul tort est de s’être opposé à Kaïs Saïed et d’avoir travaillé à le déloger du palais de Carthage comme le ferait tout opposant dans un pays civilisé ? Jusqu’à quand vont-elles maintenir l’interdiction de traitement par les médias de ces affaires ? Quand est-ce que la justice va se rendre compte des multiples contradictions et vices de procédure dans ces affaires ?

Ces affaires dites de complot contre l’État salissent l’image du régime et du pays. On a aujourd’hui des présumés innocents en prison et dont les droits fondamentaux et la présomption d’innocence ont été largement bafoués, depuis un an, depuis douze mois, depuis 52 semaines, depuis 365 jours ! Ces affaires font honte, elles sont indignes d’un pays et d’une justice du XXIe siècle. « Il vaut mieux cent coupables en liberté qu’un seul innocent en prison », a dit Voltaire au sujet du procès Calas. Cette phrase est fondamentale pour tout juge qui se respecte. C’était vers 1765. La justice tunisienne de 2024 est hélas comparable à celle française de 1765.

Depuis son putsch du 25 juillet 2021, le président Kaïs Saïed avance comme un bulldozer, ne laissant personne sur la scène lui disputer le pouvoir. Les uns sont jetés en prison et les autres sont cités dans d’autres affaires de complot, de blanchiment d’argent ou de malversation. La finalité est la même, empêcher toute opposition de respirer de telle sorte à le laisser disputer seul la course vers la présidentielle de l’automne 2024.

Il a beau dire qu’il ne s’immisce pas dans la justice, il n’est pas crédible. Il est le seul à profiter de ce crime. Ni la justice, ni le pays n’en sortent gagnants.

En dépit de leur monstruosité et du bafouement de la présomption d’innocence, ces affaires sont bien applaudies par un pan de Tunisiens. Ils voient en Kaïs Saïed quelqu’un qui est en train d’assainir le pays de ses malfaisants. Et tant pis s’il y a des innocents dans le lot.

Cette « philosophie » (si on peut l’appeler ainsi) n’est pas recevable. De quelque manière que ce soit. N’empêche. En fonçant comme un bulldozer, Kaïs Saïed a attrapé quelques malfaisants dans le tas.

À commencer par plusieurs islamistes, Rached Ghannouchi en premier. En dépit de ses soutiens en Algérie, au Qatar, aux États-Unis et en Turquie, le président octogénaire d’Ennahdha mérite amplement d’être là où il est. Par ses actes odieux, par ses tricheries, par ses calculs partisans foireux, il a phagocyté la révolution, la justice et la démocratie tunisiennes. Ce n’est pas Kaïs Saïed qui est à l’origine du mal, c’est bel et bien Rached Ghannouchi. Pareil pour Habib Ellouze, Noureddine Bhiri et quelques autres.

Ce sont ces quelques arrestations, a priori justes, qui parasitent la vision de plusieurs Tunisiens et leur donnent la quiétude nécessaire pour ne pas voir les dizaines d’innocents emprisonnés.

 

Ne s’arrêtant pas aux personnalités politiques, le régime de Kaïs Saïed a élargi le cercle des arrestations aux hommes d’affaires. Ici aussi, il y a quelques coupables parmi un tas d’innocents ou l’inverse, quelques innocents parmi un tas de coupables. Dans un cas comme dans l’autre, la présomption d’innocence est bafouée et la devise fondatrice de Voltaire (paix à son âme) est ignorée.

Poursuivant sur sa lancée, le régime s’est attaqué depuis quelque temps aux seconds couteaux. Il ne se passe plus une semaine où l’on n’entend pas parler de nouvelles arrestations de personnalités autrefois puissantes. Les informations (non vérifiées) de la semaine dernière font état de la convocation par un juge d’instruction de la sulfureuse Sihem Ben Sedrine. D’après les pages Facebook proches du régime, cette dernière ne se serait pas présentée devant le juge et serait devenue fugitive. À vérifier. Comme Rached Ghannouchi, comme plusieurs islamistes, cette dame a fait beaucoup de mal à la justice transitionnelle en Tunisie. Elle a piétiné le droit, elle a jeté à la poubelle des décisions de justice en sa défaveur, lorsqu’elle était présidente de l’Instance vérité et dignité, organe chargé de la justice transitionnelle, devenu sous sa direction organe de justice transactionnelle.

Il fallait un bulldozer comme celui de Kaïs Saïed pour qu’une pareille individue soit rattrapée par la justice.

 

Après cette comptabilisation à charge et à décharge, il faudrait tirer des conclusions. En agissant comme un bulldozer, Kaïs Saïed est-il sorti gagnant au change ?

Quant à sa popularité, et au regard des résultats affligeants (autour de 11%) des trois scrutins qu’il a organisés, elle est au plus bas. Idem pour l’image de la justice, et de son régime, devenue désastreuse à cause de ses arrestations abusives et de son déficit chronique de toute communication et reddition de comptes au peuple. Sur le plan économique, le despotisme n’a pas fait améliorer la situation. Au contraire, elle a bien empiré avec une inflation à deux chiffres pour plusieurs produits, des pénuries à répétition et des faillites sans compter.

En emprisonnant ses adversaires politiques, Kaïs Saïed ne les a pas fait taire. Au contraire, ils n’ont jamais été aussi bruyants. 

En emprisonnant les hommes d’affaires, Kaïs Saïed n’a pas rempli les caisses de l’État, ni annihilé la corruption dans le pays.

En fait, et à observer de près, Kaïs Saïed a blanchi les coupables en les mettant dans le même sac que les innocents. Aujourd’hui, des malfaisants comme Rached Ghannouchi, Sihem Ben Sedrine ou encore Moncef Marzouki peuvent, en toute illégitimité, prétendre l’innocence et avoir été victimes du système répressif du régime et de sa justice aux ordres.

En laissant en prison des hommes d’affaires notoires, il les empêche de diriger leurs entreprises, de créer de la croissance dans le pays et de verser des taxes conséquentes à l’État.

C’est difficile à prouver, mais il est plus que probable que Kaïs Saïed aurait été plus populaire s’il n’avait pas mis ses adversaires en prison et s’il avait joué le jeu de la démocratie. Avant leur détention, l’ensemble des opposants réunis n’arrivaient pas à la moitié de la popularité du président de la République.

Certes, en agissant comme un bulldozer, Kaïs Saïed a mis quelques malfaisants hors d’état de nuire, mais le prix qu’il paie et qu’il fait payer au pays est très lourd. Il ne sort pas gagnant au change, c’est une certitude.  

Par Nizar Bahloul
12/02/2024 | 15:59
6 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
DHEJ
Un bulldozer ayant...
a posté le 13-02-2024 à 09:28
Un bulldog comme conducteur...


Attention au missile Al-yassine 109!
Citoyenne
Une chose est certaine : KS a jeté les bases du cercle infernal
a posté le 12-02-2024 à 21:57
KS ne sait pas construire. Une trentaine d'années à l'université Sans thèse. '?a veut tout dire. Mais ce n'est pas le plus grave. L'histoire retiendra qu'il aura ouvert la brèche d'une violence à venir, inévitable. Et c est une certitude. Jamais la Tunisie n'a connu une gouvernance avec autant d'arrogance.
Majid Laabidi
Médiocrité
a posté le 12-02-2024 à 19:07
Seuls les médiocres, les minables et les illégitimes ont peut peur de la concurrence et de la diversité. Comprendra celui qui veut comprendre.
Gg
Etrange
a posté le 12-02-2024 à 18:55
"Kaïs Saïed aurait été plus populaire... s'il avait joué le jeu de la démocratie"

Mais pourquoi attendez vous de Saied ce que vous n'avez pas exigé des islamistes?
C'est cette position trouble qui fait que l'on peut vous attribuer toutes les arrière pensées...
lambda
ah bon GG ?
a posté le à 08:47
Business news par sa ligne éditoriale bien cl;aire a toujours été contre les islamistes et leurs magouilles. ils ont toujours dénoncé les conneries d'ennahdha, même dans cet article nizar dit que rached ghannouchi mérite ce qui lui arrive.
Fares
@GG
a posté le à 21:05
Saied avait un capital sympathie de 90% au lendemain du 25 que seuls les islamistes appelaient un putch à l'époque. Ce capital a fondu comme neige lorsque le peuple s'est rendu compte que Saied n'a pris le pouvoir (suite à son arnaque juridique) que pour réaliser son programme, enfin ses fantasmes d'adolescent.

Les arrestations sont un corollaire de l'échec historique qu'à essuyé Saied lors des élections législatives. Ce dernier s'est rendu compte qu'il ne jouit plus du soutien populaire d'antan et s'est donc précipité d'arrêter tous ses adversaires en se basant sur ce complot contre L'Etat, un argument aussi flou et non vérifiable que le danger imminent qu' il a utilisé pour justifier le putch du 25.

D'un autre côté, BN a toujours critiqué véhément les agissements et la corruption des islamiste lorsqu'ils avaient le pouvoir. Ce journal n'a jamais défendu Ennahdha.
Mourad Boubala
Système khamij
a posté le 12-02-2024 à 18:27
Ce système est pourri et il finira par être consumé par son propre khmaj.
SALIM
MAIS MOI J'AI DIT ,ET DEPUIS 2022, C'EST COMME UN TANK.
a posté le 12-02-2024 à 18:05
SALIM a écrit sur l'article de B.N: Salwa Hamrouni : la loi électorale aboutira à un parlement d'hommes fortunés' B.N 19/09/2022 | 10:54

SALIM

FARRAGH KALBEK ET KHALTEK JANNET
a posté le 20-09-2022 à 11:31

Les émissions radio sont devenues des émissions FARRAGH KALBEK, ou les invités, notamment des professeurs de droit constitutionnel, dénoncent, critiquant et condamnent les décisions du PRESIDENT KAIS SAID. Lui, il FONCE comme un TANK sans regarder ni à droite ni à gauche. Et meme ,il s'est moqué d'eux en disant :Si l'ALGERIE est le pays du million de MARTYRS, la TUNISIE est devenue le pays du million DE PROFESSEURS DE DROIT CONSTITUTIONNEL. Ces professeurs ont une jalousie et une envie à KAIS SAID, car ,lui, professeur de droit constitutionnel, est devenu PRESIDENT NON TARTOUR, et a osé s'opposer aux ennemis de l'état et du peuple. ils ont aussi une haine pour KAIS SAID car il les a écarté de la composition de la cour constitutionnelle. Ces 'professeurs' à l'exception de quelques uns (KHRAIFI, RSAISI,GAIDI,...) ne sont pas neutres ,ni idéologiquement ,ni politiquement ,et sont meme réactionnaires, ont eté MUETS lors de la décennie NOIRE, et leurs LANGUES ne sont DENOUEES qu'aprés le 25 JUILLET.ET KAIS SAIED n'ecoute pas leur bavardage vide, inutile et parfois hypocrite ,puisque les decrets sont déja publiés, et que KAIS SAIED est SUR DE LUI, a la CONFIANCE de son peuple et a gagné le soutien de toutes les organisations nationales (UGTT,UTICA, UTAP Union de la Femme, Ordre des avocats...).
A4
Pour les amoureux des échecs:
a posté le 12-02-2024 à 17:38
LA DIAGONALE DU FOU
Ecrit par A4 - Tunis, le 16 Juillet 2023

Comme sur un banal échiquier
Où pions, tours et reines se côtoient
Il y a de quoi être inquiet
Quand un fou se prend pour le roi

Un fou instable qui s'agite
Qui s'excite à mort, se déchaîne
Ne connaissant pas de limites
Ne nous épargnant aucune peine

Un fou qui devient fou à lier
Qui se croît au dessus de tout
Pour occuper seul l'échiquier
Et être l'unique manitou

Un fou au regard arrogant
Prisonnier de sa diagonale
Qui voudrait bien en zigzagant
Nous cacher sa haine viscérale

Et le voilà qui se défoule
Qu'il écrase tout sur son chemin
Qu'il entre en transe, qu'il perd la boule
Qu'il s'en prend aux pions blancs et bruns

Et c'est la diagonale du fou
Qui s'allonge et qui s'étire
Sans barrière ni garde-fou
Pour atteindre le délire

C'est une diagonale immense
Qui se fracasse sur les bords
Qui ne connait aucun bon sens
Aucun regret, aucun remords

Une diagonale infernale
Où il n'y a que des cases noires
Où des tactiques prises pour géniales
Nous plongeront dans du brouillard

Mais à la tombée de la nuit
Notre fou se brisera le bec
Et on ne retiendra de lui
Que c'était le roi des échecs !
AMMAR BEZZOUIR
Kaïs Saïed, comme un bulldozer ?
a posté le 12-02-2024 à 17:15
Monsieur Nizar Bahloul, la comparaison n'est pas tout à fait exacte, car tous les bulldozers étrangers, toutes marques et générations confondues, peuvent bien faire mache arrière.
Zakia
Ce qui est bien
a posté le 12-02-2024 à 17:07
Ce qui est génial est que le putschiste et ses zabanias seront exactement incarcérés dans les mêmes cellules de prison, sans jugement. Les successeurs du putschiste se régaleront sur le dos du régime présent.
Carthage Libre
Ceux qui applaudissent Kaies Saied aujourd'hui, sans comprendre, vomiront leurs tripes demain.
a posté le 12-02-2024 à 16:36
Et qu'ils vomissent loin de nous, les vrais Patriotes!

Ceux qui soutiennent cette Dictature bas de gamme paieront leur INCONSCIENCE ; lui, il veut le pouvoir et détruit le pays, par SECTEUR ENTIERS et eux...applaudissent....Ils sont dégoûtants.