alexametrics
mardi 23 avril 2024
Heure de Tunis : 02:24
Chroniques
Ces gouverneurs qui ne servent à rien !
Par Marouen Achouri
03/04/2024 | 15:59
4 min
Ces gouverneurs qui ne servent à rien !

 

Ce ne sont pas moins de huit gouvernorats qui restent aujourd’hui sans gouverneurs. Le président de la République n’est pas représenté dans le tiers des gouvernorats du pays et cela ne semble déranger personne. En plus, on parle de gouvernorats importants à plusieurs niveaux comme Tunis, Sfax ou Le Kef. Mais malgré cela, tout se passe à merveille si l’on en croit les affichettes publiées par la présidence du gouvernement. Les partenaires de la Tunisie sont apparemment éblouis alors que l’on manque de gouverneurs, imaginez ce qui leur serait arrivé si l’on était au complet !

 

Il faut avouer aussi que certains gouverneurs, par leur activité et par leur présence, nous font oublier les vacances des autres postes. Dans ce cadre, il nous faut citer le gouverneur de Ben Arous, Ezzeddine Chelbi, qui a fait une visite dans une recette des finances qui restera dans toutes les mémoires, du moins celles de ceux qui ont le malheur de suivre quotidiennement l’actualité nationale. Ezzeddine Chelbi est allé fanfaronner et donner des leçons à des personnes, à une administration qui ne se trouve pas sous sa responsabilité. Il y est allé en veillant à ce que tout soit filmé puis publié sur la page officielle du gouvernorat, pour que le plus grand nombre puisse se délecter de l’activité du gouverneur. C’était sûrement pour assurer la transparence de sa visite qu’il a souhaité être filmé. Rien à voir avec ce que disent les mauvaises langues qui prétendent que l’on veut donner dans le spectaculaire tout en sachant que rien ne changera au niveau du service proposé aux citoyens.

 

La gestion des nominations par le président de la République est un sujet qui soulève plusieurs interrogations. Il parait clair que le chef de l’Etat, Kaïs Saïed, n’est pressé par aucune urgence et qu’il prend son temps. Pire encore, plus on le presse concernant une nomination à un poste donné, plus il va prendre son temps. Les vacances de postes à quelque niveau que ce soit ne le gênent aucunement. Ce fut le cas pour des ministères, des représentations à l’étranger et évidemment des gouverneurs. Rappelez-vous qu’il a fallu plus de deux mois au président de la République pour composer un gouvernement après le coup de force du 25 juillet 2021. Le rapport au temps du président de la République a toujours été particulier.

Mais il existe une autre motivation derrière la conservation de ces vacances jusqu’à l’exagération. Le chef de l’Etat ne veut pas être perçu comme étant celui qui va désigner ses partisans à la tête de gouvernorats et donner l’impression qu’il les récompense par ce geste. Il est d’une extrême importance pour le président de maintenir l’illusion selon laquelle il vient d’en dehors du système et donc qu’il n’adopte pas ses pratiques. Il s’agit d’une président pas comme les autres qui ne fait pas de cadeaux à ses soutiens et ne les promeut pas à de hauts postes, ou du moins c’est l’image que l’on souhaite dépeindre.

 

Il faut également ajouter à cela que le président de la République ne fait pas facilement confiance et qu’il doit savoir qu’il y a des vautours dans son entourage. Le problème c’est que Kaïs Saïed n’a pas de parti pour disposer d’un vivier dans lequel il irait piocher des compétences tout en étant certain de leur allégeance. De plus, n’ayant jamais navigué auparavant dans la politique, il ne connait pas beaucoup de gens et ne connait donc pas de compétences notables, donc il a du mal à recruter pour nommer des personnes au poste de gouverneur, notamment. Par ailleurs, son rapport avec les compétences de manière générale est assez conflictuel, le doyen Sadok Belaïd en sait quelque chose. En plus, il estime que plusieurs parmi les personnes qu’il a lui-même choisi l’ont trahi ou n’ont pas été à la hauteur de la tâche. L’exemple le plus parlant dans ce cadre est sans doute celui de Nadia Akacha qui est passée du statut de superpuissante cheffe de cabinet présidentiel à celui d’exilée poursuivie par la justice sans parler des différentes limogeages opérés au sein d’un gouvernement dont les membres avaient été, en théorie, choisis soigneusement pour être à la hauteur d’un instant historique.

 

Dans tout cela, il faudrait que l’on croie que tout va bien dans le meilleur des mondes, comme nous l’a lourdement et maladroitement déclaré la présidence du gouvernement. Avec seulement les deux tiers de l’effectif des gouverneurs, la Tunisie tracerait résolument son chemin vers la prospérité et le développement. Les habitants des huit gouvernorats concernés par l’absence de gouverneur devront patienter et faire ce sacrifice pour que l’on continue à éblouir nos partenaires, ce n’est pas cher payé. Comme le dit le président de la République, nous sommes dans une guerre de libération nationale et l’on doit être à la mesure de l’instant historique, peu importe si, en tant que dommage collatéral, les intérêts de plusieurs millions de citoyens sont touchés.

Par Marouen Achouri
03/04/2024 | 15:59
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Riri
Triste texte
a posté le 03-04-2024 à 20:18
J aime bien et c est très drôle de voir tout les dernier journaux libre sombrer dans le cynisme pour poub'voir encore s exprimer '?'

Merci pour l article, mais on sent bien la tristesse qui envahit aussi businessnews, l un des dernier bastion..

Triste à voir.
CHKOBBA
OUi, c'est une tradition héritée de la France.
a posté le 03-04-2024 à 19:15
Ces gouverneurs depuis Bounquiba, n´ont jamais servi la population.
Ils sont là pour espionner et gérer la mafia régionale au service du parti unique et ça ne va pas changer de sitôt : C'est une tradition héritée de la France.
Juan
oui, ne servent à rien
a posté le 03-04-2024 à 19:05
preuve: Belgique restée 2 ans sans gouvernement ...
Fares
Un régime ha****
a posté le 03-04-2024 à 18:30
Quelqu'un pourrait nous éclairer sur les diplômes et l'expérience de ouali Ben Arous? A-t-il un CV ce gugus ou bien il a été balancé du ciel ou trouvé sur le seuil d'une mosquée? C'est ce qui arrive lorsque une poignée de gueux prennent le contrôle du sort de 10 millions de pauvres âmes.

Ce ouali a dû être limogé depuis une belle lurette, mais le cancer et la pourriture ont déjà atteint la tête. Seule une ablation douloureuse pourra sauver le peuple tunisien et le sortir de ce cauchemar.

J'espère que la chaîne officielle de ce ouali (venu de mintali) n'est pas "Tunisie Neuf" traduction de "Tounis el jadida" je suppose. Il faut que ce ouali arrête de consommer des médicaments et des dopants "exéprimés", sinon son arrogance et "9illat 7ya" ne feront que croître. H*&&ch

A4
Chauffard !
a posté le 03-04-2024 à 17:58
Le chauffard est tellement mauvais conducteur qu'il ne trouve plus de clients à embarquer.
Il met du temps pour en avoir, il les malmène dans son tacot tout bosselé puis les éjectes soudainement.
Mais ne perdez pas espoir, les profiteurs et autres opportunistes sont nombreux dans ce pays !!!
ftouh
camaera cachiiii
a posté le 03-04-2024 à 17:31
Je suggere a Mr le president de nommer Mr.Chalbi comme gouverneur tinerant, chaque semaine gouverneur d'une region...

Il peut meme etre simultanement gouverneur de plusieurs regions a la fois, tiens.
Et vous allez voir ce que vous aller voir.
Mr Chelbi n'est pas un fusible.
Chelbi
Au revoir à l'Etat
a posté le 03-04-2024 à 16:56
Nous avons totalement perdu la notion de l'Etat depuis le maudit 25/7. C'est l'arbitraire qui reigne avec un grand dosage d'humeur personnel. C'est tout le pays qui est malmené et qui marche avec les désirs (plutôt délires) d'une seule personne. Je ne sais pas quel travail attend les historiens pour commenter cette mascarade après l'avoir balayé, mais ça va être pénible.