alexametrics
BN TV

BCE au stade de Radès pour les éliminatoires de la Coupe du Monde Russie 2018

BCE au stade de Radès pour les éliminatoires de la Coupe du Monde Russie 2018

Le président de la République Béji Caïd Essebsi a assisté ce soir du samedi 11 novembre 2017, au stade de Radès, au match des éliminatoires de la Coupe du Monde Russie 2018 opposant l'équipe nationale de football à la Libye.

 

 

La Tunisie vient de décrocher son billet pour la coupe du monde de football qui se déroulera en Russie du 14 juin au 15 juillet 2018.

 

 

A cette occasion, le président de la République a félicité l'équipe nationale pour cette réussite affirmant que "cette victoire s'ajoutera à d'autres, dans plusieurs disciplines sportives". Il a aussi salué "la prestation honorable" de l'équipe libyenne adverse. " Nous espérons que cette réussite sera suivie d'autres, dans le domaine de l'économie, de l'emploi et dans d'autres domaines. Ceci n'est pas impossible pour la Tunisie", a déclaré BCE.

 

Béji Caïd Essebsi en a également profité pour féliciter les citoyens du Sud pour les imporantes précipitations enregistrées ce weekend mais aussi leur présenter ses condoléances pour les pertes subies, notamment suite au décès du chef du district de la Garde nationale de Matmata à cause des innondations.

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (14)

Commenter

Farouk
| 13-11-2017 15:57
Si on est pas capable de marquer un but aux Lybiens,vaut mieux rester a la maison.

Saber
| 12-11-2017 23:30
Certains commentaires semblent incapables d'apprécier les petits moments de bonheur qu'ont vécus beaucoup de tunisiens après le match.
Ils ont une tendance presque maladive à ne retenir ou à voir que du mal.

takilas
| 12-11-2017 21:55
Comme les trois fois précédentes (excepté celle de l'Argentine, il s'agira d'une simple figuration.
Après les machinations de Kasperjack, c'est au tour de Maaloul d'être manipulé par Wadii Jeri et de lui imposer les joueurs à sélectionner ; et comme d'habitude le football dépend de la politique.
Toutefois en Décembre 1977 et contre l'Égypte, les billets ont été étonnement épuisés avant plusieurs semaines, et les spectateurs ramenés par des cars sont entrés gratuitement?
Le sport en sport en Tunisie est dénué de toute stratégie et toute politique.
Il n'y a que de rares réussites fortuites pour quelques sports individuels, et ce grâce au suivi ou à l'entraide de tierces personnes.

Larry
| 12-11-2017 20:52
Une pauvre et nulle équipe de Tunisie devant une équipe de Lybie qui refusait de jouer et de marquer !

Une enquête de la Fifa serait la bienvenue ! Non ???

Mais en Russie ce sera un petit tour et puis s'en vont !

Fares
| 12-11-2017 19:50
Il est au moins rassurant de constater le pouvoir rassembleur qu'a toujours le football en Tunisie.

Tunisien
| 12-11-2017 16:14
Que Chater écrit qq chose de sensé. Tt a fait d'accord avec lui, Ellibi yo9o3d mini, c'est un état d'esprit

SBL
| 12-11-2017 15:36
Au lieu dire Mabrouk à l'equipe nationale, malgré son match moyen, certains lecteurs, qui ne connaissent rien en football, ralent et prédisent un avenir sombre à la Tunisie.
Mais pourquoi tant de haine ?
Allez comprendre.

Mohamed 1
| 12-11-2017 15:15
L'équipe nationale a unifié le pays. Mais Marzouki n'a pas dit son dernier mot.

Abel Chater
| 12-11-2017 13:46
Je m'attendais à ce que nos frères libyens jouent un football fairplay, en respect au jeu et aux spectateurs tunisiens, libyens et autres. Il s'est toutefois avéré, que les joueurs libyens n'avaient joué qu'un "jeu de quartiers" (lèeb Hawimm), qu'on n'a plus vu depuis les années soixante. Un jeu "karakouz", où on comptait souvent de huit à dix joueurs libyens se bousculant entre eux-mêmes, sur une superficie d'une salle de bains, pour encercler un joueur tunisien. Un jeu de lâches sans le moindre goût ni la moindre éthique pouvant appartenir au jeu de football.
On aurait compris cette débilité footballistique, si c'était pratiquée du côté tunisien. Ces Tunisiens qui devaient acquérir un résultat minimum d'un match-nul, pour aller à la Coupe du monde en Russie. Mais que les Aigles de Carthage jouaient, attaquaient et faisaient tout leur possible pour marquer des buts, alors que contrairement à toute logique humaine, ce furent nos frères les Libyens, dont aucun acquis mathématique n'est à attendre de leur part, se ridiculisent de la sorte, en sautant comme des sauterelles d'un joueur tunisien à un autre, pour ne faire que l'encercler, sans la moindre stratégie, ni la moindre technique, ni même le moindre respect pour leur propre peuple libyen, qu'ils ont ridiculisé, ça ne nous fait que confirmer l'adage tunisien : «Ellibi yokoèd Libi» (le Libyen demeure Libyen).

mokamokadem
| 12-11-2017 12:35
il y a des gens qui ne pensent qu'à détruire.on ne nous laisse meme pas le temps de savourer une victoire ! je pense au commentaire de A.B.A.qui nous menace de s'exprimer de(la plus vive manière!!)c'est un *** en sommeil!!

A lire aussi

« Un gouvernement doit employer des experts, ce sont ceux-là qui sont à même de remettre les choses

16/07/2019 12:14
14

Kamel Madouri a annoncé le démarrage de la conférence nationale sur le thème « personnes âgées et

16/07/2019 09:04
3

Newsletter