alexametrics
mardi 16 avril 2024
Heure de Tunis : 12:11
Chroniques
11% de popularité, 0,4% de moyenne
Par Nizar Bahloul
19/02/2024 | 15:59
6 min
11% de popularité, 0,4% de moyenne

 

À suivre ce que relaient les médias publics, redevenus superbement propagandistes, l’actualité de la semaine en Tunisie se résume en la réhabilitation d’une piscine municipale par l’armée nationale. La piscine en question n’est ni olympique, ni un joyau architectural, elle est juste une piscine municipale construite dans les années 1930 dans un quartier où ont grandi le président de la République et l’auteur de ces lignes. Pour les habitants nostalgiques de ce quartier, la piscine a peut-être une grande valeur sentimentale, mais qu’en est-il pour le reste des citoyens de ce pays ? Quelle importance a ou pourrait avoir cette piscine pour que les médias du pays et le président de la République lui accordent toute cette importance ? Elle a beau être jolie, elle a beau être dans un quartier cher au chef de l’État, cette piscine municipale ne peut intéresser qu’une infime minorité de Tunisiens. Plutôt que de s’occuper de cette piscine et de ses souvenirs d’enfance, Kaïs Saïed aurait été plus intéressant s’il s’était occupé de l’hôpital de Kairouan qui a fait l’objet de plusieurs réunions qu’il a lui-même présidées depuis 2020, mais dont le chantier n’a toujours pas démarré. En tout état de cause, l’armée devrait avoir mieux à faire que de s’occuper d’une piscine de quartier.

 

Le vrai sujet d’actualité de la semaine qui n’a nullement intéressé nos médias publics propagandistes, mais qui touche 100% des Tunisiens, est le chiffre de la croissance 2023 révélé par l’Institut national de la Statistique (INS). 0,4% ! Oui, la Tunisie a réalisé une croissance de 0,4% en 2023, alors que les propagandistes de tous bords parlaient, au début de l’année, d’une croissance supérieure à 3% et meilleure en tous cas que celle de 2022 qui a été de 2,6%.

Ce chiffre reflète l’état d’avancement d’un pays et c’est par son biais que l’on évalue sa santé. Il est aux pays ce qu’est la moyenne annuelle à un élève.

Le 17 novembre 2023, lorsqu’il présentait la loi de finances 2024 devant les députés, le chef du gouvernement Ahmed Hachani s’est engagé à ce que la Tunisie réalise une croissance de 3% en 2024. Théoriquement, elle devrait s’engager sur cette voie de la croissance dès la fin d’année 2023. Or, d’après les chiffres de l’INS, la « croissance » a été de -0,2% au quatrième trimestre et de -0,3% au troisième.

Cette régression est pire que les 0,4% obtenus en 2024, car elle ne présage rien de bon. On peut bien obtenir une mauvaise moyenne, ce n’est pas grave dès lors que l’on s’aperçoit que l’élève est en train d’évoluer et pourrait faire mieux la prochaine fois. Or l’élève Tunisie est actuellement sur une pente descendante et semble aller de mal en pis. Les chiffres des troisième et quatrième trimestres 2023 ne sont pas annonciateurs d’un pays qui va faire mieux en 2024 que 0,4%, ils montrent qu’il va faire pire.

Ahmed Hachani a beau promettre qu’il va faire mieux, ses résultats montrent le contraire. Et comment d’ailleurs pourrait-il faire mieux, alors que son président continue encore à confondre les millions et les milliards et à consacrer son temps aux poubelles de Mnihla (son quartier de résidence avant Carthage) et à la piscine municipale (son quartier d’enfance) ?

 

À vrai dire, ce zéro de croissance n’étonne que les non-initiés. Cela faisait des années que les analystes et experts politiques et économiques alertaient sur la chute du pays. Les agences de notation internationales ne s’y sont pas trompées quand elles ont fait dégrader la note tunisienne à répétition. En janvier 2023, Moody’s a abaissé la note à Caa2 avec perspectives négatives. En août 2023, c’est l’agence R&I qui a abaissé la note souveraine de B à B-, tout en maintenant les perspectives négatives. Fitch Ratings ne dit pas l’inverse. Les signaux d’alarme ont été tirés depuis belle lurette et le président de la République a beau jouer l’autruche et s’énerver contre ces agences de notation, il ne changera rien à la réalité. Il a beau contester le droit de ces agences de noter la Tunisie, parce que la Tunisie n’est pas leur élève estime-t-il, il ne peut rien contre l’INS dont le rôle premier est de donner des chiffres exacts, froids, dépolitisés. Il a beau mettre au pas les médias publics pour qu’ils parlent de ses visites qui ne servent pas la population, il ne peut rien contre les médias privés qui présentent la réalité comme elle est.

Autre chiffre révélé par l’INS, celui du chômage, lui aussi en hausse passant de 15,2% au quatrième trimestre 2022 à 16,4% au quatrième trimestre 2023. Le régime a beau promouvoir les sociétés communautaires les présentant comme LA solution à l’emploi, il est démenti par la réalité, il est démenti par les chiffres.

 

 

Avec zéro de croissance et un chômage en hausse, l’INS ne note pas la Tunisie seulement, elle note le régime de Kaïs Saïed après quatre ans de pouvoir et deux ans et demi de pouvoir absolu.

Qu’a fait de concret le régime ? Rien ! Absolument rien. Il faut le dire, le redire et le crier sur tous les toits pour rappeler aux aficionados de Kaïs Saïed et aux médias publics propagandistes qu’ils sont en train de mentir ouvertement.

L’INS immortalise en chiffres ce que les Tunisiens vivent depuis des mois : pénuries, inflation, désinvestissement et faillites. Ce que l’INS nous a dit la semaine dernière, on le savait déjà, puisqu’on le vivait dans notre quotidien.

Pas du tout idiot, le peuple tunisien dans sa majorité est conscient de l’inefficience de ce régime et de ses mystifications à répétition. C’est vrai qu’il ne s’est pas soulevé encore contre lui et c’est vrai qu’il est silencieux pour le moment, en dépit des critiques des voix d’opposants encore libres et des quelques médias privés qui osent encore dire les choses avec courage.

Les Tunisiens ont beau être silencieux, mais il y a une grogne sous-jacente dont on entend les bribes dans les rayons vides de supermarchés et les longues queues devant les boulangeries. Mais là où le silence désapprobateur des Tunisiens a été assourdissant, c’est incontestablement quand il a superbement boycotté tous les scrutins organisés par le régime. Aux dernières élections, le taux de participation a été de 11% et ce chiffre reflète la vraie popularité de ce régime à 0,4% de moyenne.

Aficionados et propagandistes, continuez à parler de piscines, de sociétés communautaires et de décharges, n’arrêtez pas vos louanges et vos léchages, vous ne changerez rien à la réalité, vous ne changerez rien aux chiffres, ils demeureront plus têtus que tout.

Par Nizar Bahloul
19/02/2024 | 15:59
6 min
Suivez-nous
Commentaires
Houcine
Nous comment.
a posté le 21-02-2024 à 12:49
Réduire tout ce que fait Kais Saied à des considérations personnelles, et bâtir son propos hostile sur le même mode retire tout crédit à l'objet visé.
Fares
Réduire zéro à zéro
a posté le à 20:05
Ces commentaires sophistes ne cessent de me faire marrer. Soyez honnête dans votre argumentation.
Hammadi
Dommage
a posté le 20-02-2024 à 15:40
Il ne connait rien en economie et il refuse d etre conseillé ,c est tres dangereux pour le pays.
Tunisino
L'INS
a posté le 20-02-2024 à 11:57
L'INS est maquilleur de chiffres, c'est connu! S'il refuse, c'est son directeur qui sera à la porte. Maquiller les chiffres est tolérable si c'est dans l'intérêt national, mais est inacceptable si c'est dans l'intérêt des politiciens. Un homme d'Etat doit faire la différence entre les intérêts de la patrie et ses intérêts personnels, il risque de payer cher tout dérapage.
Nephentes
On peut craindre le pire
a posté le 20-02-2024 à 10:14
Les chiffres de l'INS sont manipulés ; la réalité est bien plus décourageante.

La voie choisie par le régime de Kaes Saed est sans issue malgré sa bonne volonté. Soit le président prend conscience de la gravité de la situation soit une effusion de sang est à craindre au cours des trois prochaines années.
Pharaon
La solution est simple!
a posté le 20-02-2024 à 08:16
Il faut virer le DG de l'INS... et tout rentrera dans l'ordre!
Un Tunisien.
.....
a posté le 19-02-2024 à 23:18
M. Bahloul,
vous avez toujours défendu Béji alors que cette personne s'est avérée le plus mauvais des présidents qu'a connu la Tunisie et le plus pourri!

Il s'est joué de vous, de tous les tunisiens et ne s'est occupé que de sa famille, elle aussi pourri!!!

Les hommes politiques actuels sont pires que Béji et ils auraient massacrés le pays ou ce qu'il en reste s'ils étaient à la place de Béji.

M. Bahloul,
Ce que je sais, c'est que le président actuel est presque l'unique homme politique propre actuellement,
Ce ce que je sais aussi, c'est qu'il est IMPOSSIBLE de réparer l'économie détruite d'un pays en quelques années, dans un contexte économique mondial qui ne préserve rien de bon.
Quant à la levée des subventions imposées par le FMI, vous savez trés bien que cette solution entrainera le chaos dans notre pays.

Alors, M. Bahloul, ayez un peu d'objectivités dans vos commentaires, vos critiques.
Et n'oubliez jamais que Béji s'est joué de vous et de pas mal de tunisiens, ce président qui n'a pratiquement jamais quitté la banlieue nord huppée de Carthage!

Pour votre gouverne, je ne suis pas un des adeptes du 25 luillet.

J'espère que cet écrit ne sera pas censuré.

Ben Hassen Mondher
La conscience consciente
a posté le 19-02-2024 à 20:44
Merci de contribuer à une conscience éveillée !
SAHLI
Allah Lè Ya9ta3 Linè 3èdè, maintenant c´est aussi de Mnihla..
a posté le 19-02-2024 à 20:33
Pour son village, le GRAND Sayed Lassyed a fait énormement de choses dans son village Monastir, ce que la ville de Sfax n´a pas encore vu: Même un mausolée extravagant pour sa famille, a été construit avec insolence, avec l'argent des pauvres tunisiens et de son vivant..

Il en va de même pour Ben Ali et Hammam-Sousse..
Les recettes fiscales de la ville de Hammam Sousse sont dix fois supérieures aux revenus de la ville de Sousse..
Houda
Incompatible
a posté le 19-02-2024 à 19:03
Et presque impossible que KS à passé sa jeunesse dans l un des quartiers de la ville de tunis et je doute fort même qu il soit passer par l in de ces quartiers même pas bourjel
Alya
Houda
a posté le à 13:48
Nous nous n allons pas décrire la généalogie du président . Quelques confusions au départ mais tout le monde sait actuellement que le président est issu d une classe plutôt aisée. Donc grandi à lafayette ou au belvédère ? Tout à fait logique
Houda
Impossibke
a posté le 19-02-2024 à 18:50
Il est presque impossible de croire que le président KS à passé son enfance dans la quartier ou même dans les environs lointain du quartier jamais les quartiers du belvédère , la facette, bab el khadhra ou même el omrane et jebel lahmer parceque le enfants de ces quartiers ont brillé par leurs intelligenges et le savoir faire lcelui qui n à jamais été à l école et qui a oassd sa jeunesse dans ces quartier est capable de faire mieux de0,4
Guide de tourisme
On dirait que vous vivez tous ailleurs
a posté le 19-02-2024 à 18:47
Sabbrou rwehkom, tous les moyens sont bons!
Abir
Président de son quartier
a posté le 19-02-2024 à 17:17
Malgré 11% de votants sur 12 millions, ils sont fiers wa echa3eb m3ah, un épicier de son quartier qui a toute la marchandise alors :qui manquait dans toute la Tunisie, une piscine de son quartier rénovée alors que El Nafoura de Bardou est en état lamentable, peut être est elle était rénovée, on l'espère ! On est bien , ils ont raison quand ils disent ks nadhif ! Quel président avant lui s'est occupé de son quartier !? Quant au silence des Tunisiens, le décret 54 d'un côté qui leur fait peur et l'interdiction de manifester comme il la fait pour le PDL dans un autre côté ! Donc ce n'est pas par satisfaction mais par interdiction ! Et tant que les Habitants de Mnihla sont contents , tout va bien
Tunisino
11% ou 2.2/20
a posté le 19-02-2024 à 16:57
Les mauvaises notes ne dérangent pas les médiocres!
Kouki
Dsl
a posté le 19-02-2024 à 16:47
Je suis désolé mais la popularité de K.S dépasse largement 60%
Le peuple n'a confiance qu'à lui..
Adil
@ kouki
a posté le à 21:47
Si on faisait un sondage non truqué, Abir Moussi du PDL serait la première. Et ce, malgré ses détracteurs gratuits.
Replonge dans l'histoire de la Tunisie, tu comprendras que seule une femme patriote et compétente sauverait la Tunisie.
Houda
Es tu sur
a posté le à 18:51
Sûrement tu rigokes
abdou
comment vous le saviez?
a posté le à 18:01
comment vous avez su que la popularité du Président dépasse 60% ? sur quelle base? puisqu'il a interdit les sondages ? D'après les analystes ce taux ne dépassera pas 20% et je leur fait confiance...
DHEJ
Cette régression est pire que les 0,4% obtenus en 2024
a posté le 19-02-2024 à 16:38
!
Carthage Libre
11% ? Tu rêves ya Si Nizar : le véritable "chiffre" n'excède pas les 2 ou 3%.
a posté le 19-02-2024 à 16:26
D'ailleurs Abir Moussi, qui a démontré A+B que les "11%" du Diktatour et de son ISIE sont falsifiés a été jetée en prison.

Même les 0.4% sont faux ; comment tu fais -0.3% et tout à coup +0.4% ! C'est impossible en 2 mois!

Bref, la Comédie Kaies Saied, Diktatour proclamé, continue...

PS : Ce qui m'inquiète, c'est que ennahdha et les khwenjias islamistes n'ont pas eu un procès équitable, transparent, à la hauteurs de leurs MEFAITS très graves ; ceci les renfircera et quand le Diktatour sera balayé (parcequ'il le sera, ne vous inquiétez pas)....ils vont REVENIR les islamistes plus forts que jamais en pleurant et en se disant "victimes". Vous allez voir ce que je dis est vrai ou pas.