alexametrics
A la Une

Tunisie - Les fuyards tentent de réécrire l’Histoire

Tunisie - Les fuyards tentent de réécrire l’Histoire

 

Démarrage aujourd’hui, jeudi 16 mai 2019, du procès de Habib Bourguiba, premier président de la République tunisienne et fondateur de la Tunisie moderne, accusé post mortem, de l’assassinat de Salah Ben Youssef, alors que les Tunisiens sont englués dans une véritable crise économique et plutôt préoccupés par leur iftar que par une réécriture éhontée de l’Histoire de leur pays.

 

Les modernistes le considèrent, sans le soupçon d’un doute, comme le fondateur de cette Tunisie qu’ils aiment, orientée vers l’Ouest, moderne et égalitaire. Cette Tunisie qui a libéré la femme et parié sur l’enseignement de ses enfants. Pour eux, Habib Bourguiba est le Leader Suprême.

Et puis il y a ces nationalistes arabes et islamistes qui le considèrent comme assassin et mécréant, fondateur de cette Tunisie qu’ils exècrent, à l’opposé des pays arabo-musumans et leurs sociétés patriarcales, conservatrices et machistes. Pour eux, Habib Bourguiba est le terroriste suprême, celui qui a tué leur idole Salah Ben Youssef.

Tout un monde sépare ces deux-là. Ils vivent dans deux époques différentes. Pour être exact, quatorze siècles les séparent.

 

Ce jeudi 16 mai 2019, les nationalistes croient tenir leur revanche avec l’ouverture d’un procès monté de toutes pièces, dans le cadre de ce qu’ils appellent justice transitionnelle. A vrai dire, comme l’a écrit ce matin Selim Azzabi, leader du parti Tahya Tounes en reprenant le fameux slogan répété depuis 6 ans en jouant sur la consonance en langue arabe, il n’y a point de justice transitionnelle, il n’y a qu’une justice revancharde, vengeresse.

Par le biais de Sihem Ben Sedrine, présidente de l’Instance Vérité et Dignité, organe de cette justice transitionnelle, on tente depuis 2013 de réécrire l’Histoire du pays. Tous ceux qui ont occupé un poste de pouvoir sous Bourguiba et Ben Ali sont lynchés sur la place publique et accusés de tous les maux de la Tunisie. Vol, corruption, sous-développement, à les entendre, il n’y a rien qui marche depuis l’Indépendance de la Tunisie, il y a de cela 63 ans. A les entendre, la Tunisie serait une Suède ou une Suisse si Ben Youssef était resté au pouvoir.

Ce jeudi 16 mai 2019, Bourguiba et Ben Ali sont traités de tous les noms avec une indescriptible cruauté reflétant une absence totale de respect, de dignité et de valeur. Imed Daïmi et Salim Ben Hamidane, leaders du mouvement Harak de Moncef Marzouki, figurent en tête des accusateurs. Ils sont plus « Youssefistes » que la famille de Salah Ben Youssef elle-même. Sans l’once d’une preuve, et avant même le début du vrai-faux procès, ils accusent Habib Bourguiba d’être le commanditaire de l’assassinat du leader défunt par des mercenaires à Francfort-sur-le-Main en 1961. Il est assassin et terroriste, disent-ils. « Il est le terroriste suprême », déclare l’ancien ministre Ben Hamidane, lui-même mis en examen dans un gros scandale financier. Il y a quelques semaines, il l’a traité de pédophile. Soudain, la présomption d’innocence n’existe plus à ses yeux. Paradoxalement, le même Ben Hamidane se rappelle cette valeur basique de la justice quand il s’agit de personnes accusées de terrorisme. Paradoxalement encore, les mêmes qui accusent Bourguiba et Ben Ali de tous les maux et remettent en doute le patriotisme des deux présidents tunisiens, ont été les premiers à fuir le pays quand il était en crise et avait besoin de toutes ses compétences. Ils n’y sont revenus qu’après la révolution quand ils ont su que personne ne va s’occuper de chercher les véritables raisons de leur « évasion » et d’aller fouiner dans leurs dossiers judiciaires et ce dont ils étaient véritablement accusés.

 

 

Sur les réseaux sociaux, ce procès ne laisse pas indifférents les politiques. Tous ceux appartenant au camp moderniste savent parfaitement que c’est un procès monté de toutes pièces. Qu’il s’agit là d’un procès politique destiné à gagner des points lors de cette année électorale.

Abir Moussi, leader du PDL, parti de droite à l’extrême opposé des islamistes, n’a jamais mâché ses mots à l’encontre de ceux qu’elle appelle « traitres et vendus ».

Slah Mâaoui, ancien ministre et haut cadre du parti Machrouû joue l’ironie en multipliant les posts Facebook avec des clins d’œil historiques : « Des procès oubliés par l’IVD : La reine Didon qui s’est accaparé des terres, Okba qui a réalisé des conquêtes terroristes,… » Et dans un subtil jeu de mots en référence à Sihem Ben Sedrine (dont le prénom en arabe signifie flèches), M. Maâoui conclut : « Le leader, tu resteras comme un aigle dans le ciel, les flèches de la haine viscérale n’atteindront pas ta grandeur ! ».

Les deux membres élus de l’IVD, Lilia Bouguira et Mustapha Baâzaoui figurent parmi les nombreuses personnes qui ont dénoncé la supercherie de Sihem Ben Sedrine et la manipulation de l’IVD, outil de justice transitionnelle, à des fins politico-historiques. Rebondissant sur le procès de Bourguiba, Mme Bouguira écrit : « La justice transitionnelle ou la fakejustice faite sur mesure et pour bien de mesures ». M. Baâzaoui écrit pour sa part : « Quelle base juridique y a-t-il pour pouvoir juger des morts ? Comment les magistrats sont-ils tombés dans cette comédie ? » « Question aux juristes : les textes de loi et la justice peuvent-ils détailler des faits historiques ? Le procès des assassins de Ben Youssef est un exemple !»


Ailleurs, un peu partout, les Facebookers aficionados de Habib Bourguiba se lâchent en postant un peu partout les photos de Habib Bourguiba avec des messages parfois ironiques, parfois insultants contre Sihem Ben Sedrine et les différents nationalistes arabes qui veulent réveiller les morts et réécrire l’Histoire : « Ils ont lâché les criminels vivants et se sont amusés à juger les morts », « En supposant que la justice prouve la culpabilité de Habib Bourguiba, Taïeb Mhiri et Béchir Zarg Laâyoun, que va-t-il se passer ? Ils vont être condamnés à mort ? », lit-on ici et là.

 

Une chose est sure, c’est que ce procès du 16 mai et les réactions qui ont suivi, ont montré que le processus de réconciliation est un véritable mirage et que la justice transitionnelle entamée en 2013 a été un véritable échec. Vouloir réécrire l’Histoire dans un sens bien précis, autre que celui de la pure vérité, ne peut se faire par des hommes politiques ou des personnes politisées. La société civile est là pour rappeler aux différents usurpateurs qui ont pris l’avion au lendemain du 14-Janvier pour revenir au pays (et au lendemain des élections de 2014 pour le fuir de nouveau), que la réécriture de l’Histoire de la Tunisie ne peut pas se faire aussi facilement qu’ils le pensaient. Qu’elle ne pourra pas se faire tout court. Les médias et les hommes politiques défendant l’héritage moderniste bourguibiste sont nettement plus nombreux et plus puissants qu’eux.

Ce que l’Histoire retiendra vraiment ? La révolution de 2011 et le processus de la justice transitionnelle entamé ensuite n’ont pas abouti à résoudre les problèmes économiques et encore moins les interrogations historiques. Pire que tout, ces usurpateurs et historiens auto-proclamés n’ont réussi qu’à diviser les Tunisiens autochtones, alors qu’ils étaient bien unis les 14, 15, 16 et 17 janvier quand ils étaient, eux, à Paris et à Londres.

 

Raouf Ben Hédi

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (28)

Commenter

Walid Ben jemaa
| 18-05-2019 09:41
Ce que j'aime le plus avec business news, c'est leurs impartialité, leurs neutralité dans l'information ! Ils ne sont pas du tout mais alors pas du tout partisans !! LOOL

observator
| 17-05-2019 18:46
Zohra.......et tous ceux qui me traitent de tous les noms parce que je n aime pas Bourguiba.

'?tes vous aller à l enterrement de Bourguiba ?
Avez vous manifester la moindre compassion quand Ben Ali l a interné au Sahel sous contrôle?

Réponse que non: alors vous n êtes que des lâches.
Vous avez attendu que les courageux enfants de Thala Kasserine Sidi Bouzid. ..etc piétinent le portrait de ben Ali et crèvent sous ses balles pour l ouvrir ...
Maintenant qui il y a la liberté d expression vous avez la grande gueule. Mais grâce à qui vous pouvez aboyer,?. Grâce au sacrifices des enfants de nos régions intérieures qui ont été justement victimes du système régionaliste instauré par votre Bourguiba. Des centaines de milliers de tunisiens vivent dans la misère à cause du bourguibisme. Nos régions ont été pillées par son système régionaliste corrompus. Aujourd'hui il n y a rien dans nos régions ni usines. Ni hôpitaux digne de ce nom, nos enfants n ont que l échec scolaire.........Ni infrastructure........Le désert. Heureusement que nous avons la terre....

L avez vous insulter en face Ben Ali comme vous le faites sur ce site contre ceux qui ne pensent pas comme vous ?
Noooon vous l avez fermé en plus vous avez rampe rasé les murs devant Ben Ali, vous l avez applaudi comme l homme du changement.
Pendant 23 ans vous avez fait l'éloge de l artisan du changement.
Changement par rapport à qui ? Par rapport au Bourguibisme.
Vous n êtes que des lâches ....facile de parler après coup, insulter les gens sur un site...
Bourguiba, dans sa tombe, doit vous mépriser....

Citoyen_H
| 17-05-2019 18:38
ils ne savent plus quoi faire, ils ne savent plus ou donner de la tête, ils ne savent plus quoi inventer pour reprendre le contrôle des opportunistes qu'ils avaient si bien manipulé en 2011.
Les chameliers sont en mode deuil.
Tout le reste du lot de pingouins de la trika est passé en mode silence radio. Ces jours-ci, a discrétion est de rigueur.

Les résultats des sondages de Zargouni ont été perçus par la horde d'imposteurs qui avaient équarri notre NATION , comme la pluie de pierres enflammées qui s'était abattue sur Sodome et Gomorrhe.

Leurs beaux jours ne cessent de s'éloigner. Ceux de la guillotine ne cessent de s'approcher.

Fama Rabi, ya néss, et pour la majorité d'entre vous, vous ne pourrez pas éviter le passage à la caisse.
Quant au goumi marzougui, une surprise l'attend et lui tombera dessus, au moment ou il s'attendra le moins.

Et dire que ces guignols pensaient vraiment avoir confisqué le pouvoir pour les siècles à venir.
A votre place, je recommencerai à creuser.



rz
| 17-05-2019 18:13
Quand Bourguiba mettait en application les idées pour faire naître le pays de ses cendres, ces minables qui essaient de ternir l'image du vrai Leader n'étaient même pas nés et si le leader Ben Youssef était à la place de Bourguiba le pays serait dans la poussière. Mais n'aiez pas peur le pays qui a enfanté le Grand Hannibal, le Grand Ibn Khaldoun et le Grand Bourguiba sortira bientôt de cette merdologie des minables.

hannibal
| 17-05-2019 17:52
ta diatribe dans ton esprit malade ne fera plaisir qu'aux minables de ton espèce, tu auras beau insulté un être éclairé qu'était le zaim, pour la majorité des tunisiens les usurpateurs sont les islamo-fascistes. Bourguiba reste pour la majorité des tunisiens un grand homme à la différence des médiocres de ton espèce comme on dit la bave du crapaud n'atteint la Blanche colombe, la médiocrité se retrouve chez les gens de ton acabit à salir la mémoire d'un mort, je n'aime pas salah ben youssef mais je ne saurai jamais sa mémoire, c'est la différence entre les gens de ton espèce et les personnes sensés

Zohra
| 17-05-2019 17:28
Vous êtes odieux
Ce n'est pas possible Inimaginable autant de haine. Criminel et n'êtes vous pas criminel de parler d'un mort qui n'est pas la pour se défendre. Wikharjlik 3inik.

Ramdan aman

HAtemC
| 17-05-2019 17:21
La Grandeur restera du côté des Bourguibiens, des progressistes ...

La décadence du côté des Harkis qui ont tourné le dos à la Tunisie, qui insultent sa mémoire, la mémoire de ses compagnons dont Benyoussef d'ailleurs et de l'Histoire de ce pays ...


Tous les hommes d'Etat ont été un jour ou l'autre vilipendé par des moins que rien au passé douteux pour se construire un passé nationale qu'ils n'ont pas et n'ont JAMAIS EU ...

'?numérez ici même le passé militant de marzouki, benhmiden et autres bensedrine .... NADA.. QUEDAL que du VENT.


Le différend entre Bourguiba et Benyoussef est le LEADERSHIP uniquement.


Ceux qui veulent s'approprier le Youssefisme n'ont de cesse que de diviser le pays et semer la DISCORDE ... Ces énérgumènes veulent se raccrocher à une idéologie qui leur fait défaut.


Or Benyoussef n'est pas un idéologue c'est un Nationaliste Destourien Tunisien, un compagnon de route de Bourguiba et n'a rien à voir avec les Islamo Kharab, ILS SALISSENT SA MEMOIRE ...


Les Islamo Kharab et les Panarames Tunisiens n'ont eu aucun destin national ... AUCUN ... ils cherchent un leader pour forger leur ancrage en Tunisie ...


Or si Benyoussef vivait encore, il leur cracherait à la gueule .... il mépriserait marzouki le Harki et ghannouchi le criminel terrorise le DEJJEL ....


Que Abir Moussi s'approprie la mémoire de Bouguiba, pourquoi pas après tout, que Nioda Tounes s'approprie la mémoire de Bourguiba pourquoi pas, que Tahyé Tounes s'approprie la mémoire de Bourguiba, pourquoi pas ....


L'?uvre de Bourguiba et de ses compagnons restera INSCRITE DANS LE MARBRE A TOUT JAMAIS .... et les islamo gauchistes en seront écarté, ils n'ont eu aucun DESTIN NATIONAL. AUCUN.


Le BOURGUIBISME n'est pas une ID'?OLOGIE mais bien une PHILOSOPHIE DE VIE ...


Les Islamo kharab et panarabes n'ont aucun référent idéologique nationale en Tunisie ... AUCUN.

C'est leur faiblesse.

Si je prends pour exemple la France, plusieurs partis politiques se réclament du Gaullisme, pourquoi pas en Tunisie ... mais épargnez nous des islamo kharab et des panarabes baasistes ... HC

observator
| 17-05-2019 16:40
Dans
l Histoire tunisienne
Comme usurpateur
Comme criminel
Regionaliste
Comme président dictateur menteur arrogant qui n a d importance que ce qu il réclame lui-même et que ce que lui octroient ses adeptes arrivistes
Qu' il a été vendu par ces mêmes qui font ses louanges aujourdhui à Ben Ali qui l a enfermé le restant de sa vie et mort anonyme.
Voilà ce que retiendra la vraie Histoire.
L histoire racontée par tous ces arrivistes qui ont profité de son système et qui l ont vendu à Ben Ali et qui l utilisent comme fonds de commerce aujourd'hui est plus idyllique biensure.
Mais cette dernière disparaîtra avec la disparition de ses adeptes profiteurs.
Restera en définitive que la vraie .
Hannibal au moi s lui a toute une histoire à son actif.
Bientôt Bourguiba sera aux oubliettes.
Un petit dictateur criminel sans réelle envergure que son amour pour le pouvoir lui a causé une triste fin.
Son cercueil a voyagé , de Tunis à Monastir, dans la soute d un ancien avion .
Ironie de l Histoire , lui qui voulait que son cercueil soit porté sur les épaules des tunisiens de Tunis à Monastir . Pour les achever dans la chaleur.

L Histoire ne pardonne pas.

Abdelkader
| 17-05-2019 16:25
Ceux qui l'ont initié n'en tireront aucune gloire , encore moins un quelconque bénéfice politique .
En revanche , mettre sur le même pied d'égalité Bourguiba le père de la Tunisie moderne ( malgré tout ce qu'on peut lui reprocher et la liste est longue !) et Ben Ali est une étourderie intellectuelle , voire plus grave , une insulte à la mémoire de l'assigné à résidence que fut Bourguiba , au bénéfice de son geôlier le Général Ben Ali , l'autre fuyard qui manque à votre liste .
Le procès concerne Bourguiba et vous lui adjoignez Ben Ali à dessein !

Sensei
| 17-05-2019 16:10
Defoulez vous, defoulez vous Si Raouf Ben Hedi
C est une therapie indispensable pour ceux qui ne se resignent pas accepter qu le systeme de l oppression, des assassinat, de la torture n est plus, et que les victimes de l oppression, leur fils et filles, leur arrieres petits fils et filles ne cesseront jamais de demander que la verite soit faite et que les criminels de Bourguiba et de Ben Ali aient le courage de reconnaitre leur mefaits, de demander pardon afin de retourner la page. sinon Slah Maoui qui se plait de parler de Didon moqueur, il n est pas un pseudo haut cadre du penible Machrou Tounes, c est surtout un fidele serviteur rcdiste du dictateur Ben Ali et son ex ministre. Ses sarcasmes refletent l arrogance des residus du Rcd qui au lieu de demander pardon au victimes de l oppression, ils insulte leur memoire. Au lieu de remercier la generosite du peuple tunisien pour ne les avoir pas condamne par des tribunaux revolutionnaires, comme l ont fait les iraniens, ils se plaisent a insulter l avenir et les victimes de leur dictature..

A lire aussi

Les échéances électorales s’approchent et les nouvelles coalitions partisanes ont commencé à

16/06/2019 15:59
3

Depuis quelques années, les réseaux sociaux ont commencé à devenir un vivier d’ambassadeurs pour des

14/06/2019 19:59
0

Les élections du bâtonnier de l’Ordre national des avocats approchent à grands pas. A peine un mois

13/06/2019 19:59
1

C’était le 11 juin courant que le Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) a annoncé, dans un

12/06/2019 19:59
2

Newsletter