La malédiction de la famille Soltani

Businessnews.com.tn | publié le 03/06/2017 17:00 , mis à jour à 21:00

Le 13 novembre 2015, un enfant de 16 ans a été décapité par un groupe terroriste au mont Mghilla à Sidi Bouzid, alors qu’il gardait les moutons. Mabrouk Soltani, est devenu très vite le symbole de la Tunisie profonde, qui paye le tribut d’une politique jugée laxiste et d’une coalition « contre nature » entre les modernistes et les islamistes.

La vidéo publiée le 22 novembre 2015 par "Jond Al Khilafa" [ndlr : les soldats du Califat], et contenant les dernières déclarations, insoutenables, de Mabrouk Soltani avant son exécution, a mis les Tunisiens devant l’horreur de l’évènement et suscité une vague de soutien à la famille Soltani.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant cela, le président de la République, Béji Caïd Essebssi, avait reçu le 17 novembre 2015, le frère et le cousin du martyr. Le président avait alors décrété une aide urgente à apporter à la famille du défunt et a demandé à ses conseillers de suivre immédiatement et de près la situation des concernés.

 

 

Béji Caïd Essebsi avait ordonné un suivi psychologique et matériel pour les habitants de la région et appelé, en coordination avec les services gouvernementaux centraux et régionaux, à fournir à cette zone rurale les conditions de vie décente.

 

Malheureusement ces mesures n’ont pas épargné à la famille Soltani un second drame. Le 2 mai 2017, le frère de Mabrouk Soltani, Khalifa Soltani, a été kidnappé au Mont Mghilla alors qu’il gardait, comme son frère, le troupeau de moutons. Les opérations de ratissage se sont intensifiées, avec l’aide des habitants de la région et des hélicoptères militaires pour retrouver le jeune disparu.

Les Tunisiens retiennent leur souffle, mais au matin de ce samedi 3 juin 2017, la nouvelle tombe… glaçante. Le corps de Khalifa Soltani a été retrouvé dans un endroit très difficile d’accès. Il aurait subi, selon les premières informations dont nous disposons, le même sort que son frère.

 

"Les pauvres et les faibles paient comme d’habitude de leur sang pour que perdure la coalition avec l’origine du terrorisme et sa source.. " écrit l'universitaire Olfa Youssef sur sa page Facebook réagissant à la triste nouvelle.

 

 

La Tunisie perd encore un jeune sacrifié sur l’autel de l’obscurantisme. Un jeune berger qui avait, il y a deux ans, gardé dans un frigidaire la tête de son frère lâchement assassiné. La mort de Khalifa Soltani a provoqué un tollé d’indignation sur les réseaux sociaux.

 

"Elle perd ses deux fils aux mains des terroristes… Certains donnent leurs enfants pour le pays et d’autres donnent le pays à leurs enfants.." peut-on lire sur la page de l’activiste politique Ahlem Hachicha Chaker.

 

 

Des personnalités publiques, des médias, journalistes et artistes ont exprimé leur chagrin, leur soutien, leur dégout mais aussi leur exaspération, devant ce sort qui s’acharne sur la famille Soltani, sur une mère qui a perdu, de la plus horrible des manières, deux de ses fils.

Le sécuritaire Ahmed Hamdouni écrit : "Le jeu politique est fini, le mariage catholique qui n’admet pas le divorce entre les deux Cheikhs a été mis à jour et il apparait clair que la dote de cette union est la Tunisie. Nous sommes un peuple sans nation et sans souverain et nous avons malheureusement participé à ce crime…"

 

 

Le blogueur Mehrez Belhassen publie : "C’est un des moments où on se demande sérieusement : quel sens est-il resté de la nation ? …" avec le hachtag #pardonne-nous.Khalifa.Soltani


 

Mohamed Ali Louzir, très actif sur les réseaux sociaux écrit : "Des légendes arabes : Au mois de Ramadan les diables sont enchaînés. Ceux qui ont tué Soltani, qui donc leur a soufflé l’idée ??!!"


 

L’assassinat de Khalifa Soltani intervient en pleine polémique sur les droits et les libertés individuelles. En ce mois de Ramadan, la traque des non-jeûneurs s’est poursuivie dans de nombreuses régions du pays. L’arrestation de quatre jeunes à Bizerte, pour avoir fumé en public, avait suscité ce week-end un débat houleux sur les droits constitutionnels qui semblent ne pas être garantis par les autorités publiques. Le lien entre une jeunesse opprimée dans ses droits les plus élémentaires et une jeunesse marginalisée et donnée en pâture aux terroristes a vite fait d’apparaitre dans les réactions des internautes tunisiens.

 « Appel aux forces de l’Ordre : on note la présence de non jeuneurs au Mont Mghilla » a publié Bassem Bouguerra, entrepreneur connu sur les réseaux sociaux.

 

 

 Synda Tajine, rédactrice en chef à Business News, a estimé que la jeunesse tunisienne est vouée à être assassinée dans un pays qui ne fait que tuer sa jeunesse, ses rêves et ses libertés. 

 

 

Nombreux autres ont estimé que les forces de l’ordre sont plus préoccupés à chasser les non-jeûneurs et les homosexuels que les terroristes.

D’autres encore, comme le médecin et syndicaliste, Aymen Bettaieb, ont affiché leur résignation face aux crimes répétitifs qui ne font que provoquer, très ponctuellement, une vague d’indignation avant de tomber dans les oubliettes… jusqu’au prochain.. .

 

 

La toile tunisienne est aujourd’hui marquée par la rage, la tristesse et un sentiment d’impuissance face au drame subi par la mère Soltani. Mahmoud Baroudi, membre du Front du salut et du progrès, a déclaré dans un post Facebook être capable, s’il en avait les moyens, de brûler la montagne [le mont Mghilla] « afin que brûlent ceux qui ont allumé le feu dans le cœur de cette maman ».

Le journaliste Khemaies Khayati s’est demandé, pour sa part, si les télévisions tunisiennes vont porter un signe de deuil à la mémoire du défunt..

 

 

 

« Ce qui est arrivé n’aurait jamais dû se produire », « c’est une honte pour la Tunisie », « cela nous rappelle qu’il faut prendre soin des familles de nos martyrs », se sont exclamés aujourd’hui Mohsen Marzouk, secrétaire général du MPT, Said Aïdi, ancien ministre de la Santé et fondateur du parti centriste, Bani Ouatani et Mehdi Jomaa, ancien chef du gouvernement et président du parti Al Badil Ettounsi.

 

 

 

 

Des partis et personnalités politiques ont également condamné l’assassinat de Khalifa Soltani. Si Nidaa Tounes a choisi de publier un communiqué ayant recours à des généralités sur la lutte contre le terrorisme qui menace le pays, d’autres à l’instar d’Afek Tounes ont clairement appelé à une riposte qui soit à la hauteur de l’horreur du drame subi par la famille Soltani.

La malédiction de la famille Soltani

publié le 03/06/2017 17:00 , mis à jour à 21:00

Le 13 novembre 2015, un enfant de 16 ans a été décapité par un groupe terroriste au mont Mghilla à Sidi Bouzid, alors qu’il gardait les moutons. Mabrouk Soltani, est devenu très vite le symbole de la Tunisie profonde, qui paye le tribut d’une politique jugée laxiste et d’une coalition « contre nature » entre les modernistes et les islamistes.

La vidéo publiée le 22 novembre 2015 par "Jond Al Khilafa" [ndlr : les soldats du Califat], et contenant les dernières déclarations, insoutenables, de Mabrouk Soltani avant son exécution, a mis les Tunisiens devant l’horreur de l’évènement et suscité une vague de soutien à la famille Soltani.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant cela, le président de la République, Béji Caïd Essebssi, avait reçu le 17 novembre 2015, le frère et le cousin du martyr. Le président avait alors décrété une aide urgente à apporter à la famille du défunt et a demandé à ses conseillers de suivre immédiatement et de près la situation des concernés.

 

 

Béji Caïd Essebsi avait ordonné un suivi psychologique et matériel pour les habitants de la région et appelé, en coordination avec les services gouvernementaux centraux et régionaux, à fournir à cette zone rurale les conditions de vie décente.

 

Malheureusement ces mesures n’ont pas épargné à la famille Soltani un second drame. Le 2 mai 2017, le frère de Mabrouk Soltani, Khalifa Soltani, a été kidnappé au Mont Mghilla alors qu’il gardait, comme son frère, le troupeau de moutons. Les opérations de ratissage se sont intensifiées, avec l’aide des habitants de la région et des hélicoptères militaires pour retrouver le jeune disparu.

Les Tunisiens retiennent leur souffle, mais au matin de ce samedi 3 juin 2017, la nouvelle tombe… glaçante. Le corps de Khalifa Soltani a été retrouvé dans un endroit très difficile d’accès. Il aurait subi, selon les premières informations dont nous disposons, le même sort que son frère.

 

"Les pauvres et les faibles paient comme d’habitude de leur sang pour que perdure la coalition avec l’origine du terrorisme et sa source.. " écrit l'universitaire Olfa Youssef sur sa page Facebook réagissant à la triste nouvelle.

 

 

La Tunisie perd encore un jeune sacrifié sur l’autel de l’obscurantisme. Un jeune berger qui avait, il y a deux ans, gardé dans un frigidaire la tête de son frère lâchement assassiné. La mort de Khalifa Soltani a provoqué un tollé d’indignation sur les réseaux sociaux.

 

"Elle perd ses deux fils aux mains des terroristes… Certains donnent leurs enfants pour le pays et d’autres donnent le pays à leurs enfants.." peut-on lire sur la page de l’activiste politique Ahlem Hachicha Chaker.

 

 

Des personnalités publiques, des médias, journalistes et artistes ont exprimé leur chagrin, leur soutien, leur dégout mais aussi leur exaspération, devant ce sort qui s’acharne sur la famille Soltani, sur une mère qui a perdu, de la plus horrible des manières, deux de ses fils.

Le sécuritaire Ahmed Hamdouni écrit : "Le jeu politique est fini, le mariage catholique qui n’admet pas le divorce entre les deux Cheikhs a été mis à jour et il apparait clair que la dote de cette union est la Tunisie. Nous sommes un peuple sans nation et sans souverain et nous avons malheureusement participé à ce crime…"

 

 

Le blogueur Mehrez Belhassen publie : "C’est un des moments où on se demande sérieusement : quel sens est-il resté de la nation ? …" avec le hachtag #pardonne-nous.Khalifa.Soltani


 

Mohamed Ali Louzir, très actif sur les réseaux sociaux écrit : "Des légendes arabes : Au mois de Ramadan les diables sont enchaînés. Ceux qui ont tué Soltani, qui donc leur a soufflé l’idée ??!!"


 

L’assassinat de Khalifa Soltani intervient en pleine polémique sur les droits et les libertés individuelles. En ce mois de Ramadan, la traque des non-jeûneurs s’est poursuivie dans de nombreuses régions du pays. L’arrestation de quatre jeunes à Bizerte, pour avoir fumé en public, avait suscité ce week-end un débat houleux sur les droits constitutionnels qui semblent ne pas être garantis par les autorités publiques. Le lien entre une jeunesse opprimée dans ses droits les plus élémentaires et une jeunesse marginalisée et donnée en pâture aux terroristes a vite fait d’apparaitre dans les réactions des internautes tunisiens.

 « Appel aux forces de l’Ordre : on note la présence de non jeuneurs au Mont Mghilla » a publié Bassem Bouguerra, entrepreneur connu sur les réseaux sociaux.

 

 

 Synda Tajine, rédactrice en chef à Business News, a estimé que la jeunesse tunisienne est vouée à être assassinée dans un pays qui ne fait que tuer sa jeunesse, ses rêves et ses libertés. 

 

 

Nombreux autres ont estimé que les forces de l’ordre sont plus préoccupés à chasser les non-jeûneurs et les homosexuels que les terroristes.

D’autres encore, comme le médecin et syndicaliste, Aymen Bettaieb, ont affiché leur résignation face aux crimes répétitifs qui ne font que provoquer, très ponctuellement, une vague d’indignation avant de tomber dans les oubliettes… jusqu’au prochain.. .

 

 

La toile tunisienne est aujourd’hui marquée par la rage, la tristesse et un sentiment d’impuissance face au drame subi par la mère Soltani. Mahmoud Baroudi, membre du Front du salut et du progrès, a déclaré dans un post Facebook être capable, s’il en avait les moyens, de brûler la montagne [le mont Mghilla] « afin que brûlent ceux qui ont allumé le feu dans le cœur de cette maman ».

Le journaliste Khemaies Khayati s’est demandé, pour sa part, si les télévisions tunisiennes vont porter un signe de deuil à la mémoire du défunt..

 

 

 

« Ce qui est arrivé n’aurait jamais dû se produire », « c’est une honte pour la Tunisie », « cela nous rappelle qu’il faut prendre soin des familles de nos martyrs », se sont exclamés aujourd’hui Mohsen Marzouk, secrétaire général du MPT, Said Aïdi, ancien ministre de la Santé et fondateur du parti centriste, Bani Ouatani et Mehdi Jomaa, ancien chef du gouvernement et président du parti Al Badil Ettounsi.

 

 

 

 

Des partis et personnalités politiques ont également condamné l’assassinat de Khalifa Soltani. Si Nidaa Tounes a choisi de publier un communiqué ayant recours à des généralités sur la lutte contre le terrorisme qui menace le pays, d’autres à l’instar d’Afek Tounes ont clairement appelé à une riposte qui soit à la hauteur de l’horreur du drame subi par la famille Soltani.

Myriam Ben Zineb
Commentaires (31) Commenter
La 3éme guerre mondiale la plus longue et la plus destructrice est en marche
LARIO
| 05-06-2017 01:07
chaque jour on entend parler d'une opération terroriste survenue ça et là , aucun continent n'est épargné, les grandes puissances ont commencé à prendre leurs précautions, ils sont en train de travailler jour et nuit pour pouvoir prévenir ce fléau et cette calamité, et ils sont parvenus à inventer, à façonner des moyens sophistiqués, les plus modernes pour garantir la sécurité de leurs nations et de leurs populations, ils ont tous les atouts et tout le nécessaire dans tous les domaines pour la prévention et l'empéchement de tout malheur, et malgré leurs génialités, et leurs avancements dans leurs recherches, ils n'ont pas pu l' éradiquer. Le seul but et l'unique vision des groupes et des organisations terroristes sont d'affaiblir le développement économique et autres des nations qui se disent en voie de développement, en semant la gabegie, le désordre, l'insécurité, et l'instabilité pendant une durée qui sera longue et indéterminée, on doit s'attendre à d'autres catastrophes plus dures et plus souffrantes, notre destin est de ne pas paniquer, seule une gouvernance intelligente, transparante , une gestion d'une intégrité sans faute,et une justice sociale bien rétablie peuvent nous éviter tant de souffrances et de frustrations
@Forza
Je doute
| 05-06-2017 00:52
Vous avez compris mes propos à l'envers ou vous faites semblant ne pas comprendre et vous retournez le sens comme d'habitude....
la personnalité de Luther ne m'intéresse pas mais celle de Jésus oui, entre les lignes il ya une comparaison entre Jésus et Mohamed et la c'est le fond de mes propos..
Ça explique pourquoi Luther à réussi sa mission alors que J.Erroumi a échoué... pas d'arguments ni appui.
L'islam dès sa naissance est un mélange de politique et de religion.. Mohamed était le chef de guerre,le Prophète et le gouverneur .. Jésus était loin de l'autorité et de la politique !

.


Réponse à @Sursaut
Abel Chater
| 04-06-2017 23:09
Réponse à @Sursaut
Cher ami.
Mon discours décousu m'a honoré de ton attention et de ton aimable réponse «amicale». Toutefois, j'aurais beaucoup apprécié ta remarque, si tu m'avais indiqué le surfilage qui t'a perturbé l'objectivité de mon intervention.
Lorsqu'on contredit un discours, il faut soutenir sa contradiction par une antinomie explicite, afin de comprendre le sens de la contradiction. Mais, démentir quelque chose sans proposer sa propre vérité, ça devient du déjà-vu dans ce forum. Sauf que toi, tu es poli en comparaison aux hyènes et aux chacals de ce forum, dont le niveau se limite aux insultes et aux termes bidon et vacuums, comme «islamiste» ou autres termes de tendance médiatico-judaïque.
Tout en te priant d'accepter l'avis contraire, je te prie d'agréer mes salutations distinguées.
Sahha Chribtek, si tu jeûnes.
donnez des armes aux gens pour se proteger
pseudo
| 04-06-2017 16:31
le plus dégoutant c 'est l 'indignation de certains ex politiciens
Réponse à abel chater
Sursaut
| 04-06-2017 16:26
Cher ami
Au lieu de te lancer dans un grand discours décousu qui entérine notre incapacité à relever le défi lancé par les terroristes avec l'assassinat des deux frères Soltani, essaies de réfléchir eu peu: est ce que nos gouvernants ont apporté la bonne solution à ce crime terroriste? Personnellement je ne le crois pas. Il faut au contraire une réaction dynamique d'encerclement et d'investissement cette montagne Mghila par notre armée et nos forces de sécurité qui sont capables de le faire. Toute autre demie mesure n'aura d'effet que de faire durer le calvaire des populations avoisinantes.
Il vaut mieux parler peu pour aider concrètement que de passer des heures à la TV pour ne rien dire.
vbhjkf
| 04-06-2017 15:54
les troupeaux des usagers des montagnes ont détruits la forêt en utilisant le bois des arbres pour leur construction et leur source d'énergie pour le chauffage et la cuisson. Leurs troupeaux pâturent librement dans ces montagnes et ne permettent la régénération naturelle ou artificielle des forêts dans ces montagnes.Il y a dans ces montagnes très peu d'arbres qui permettent aux terroristes de se camoufler de l'observation aérienne.Dans Les forêts de Chambi et Semmama, la densité des arbres dépasse rarement les 20 arbres par ha. Par conséquent,il est facile de découvrir les terroristes par observation aérienne si on utilise des drônes ou des hélicoptères.L'armée peut aussi mitrailler les rares bosquets denses d'arbres qui subsistent encore dans ces montagnes dénudées du centre de la Tunisie. L'armée connait ces moyens et elle les a utilisée. Pourtant, les terroristes sont toujours là. Il n' y a qu'une réponse à cela.Les terroristes n'habitent pas dans les montagnes. ils vivent dans les douars, les villages entourant ces montagnes et sont financés par des sympathisants qui vivent parmi nous dans les villes.Nous sommes en train de dépenser un budget énorme pour l'armée afin de surveiller et faire des randonnées dans les montagnes.Utilisons les nouvelles technologies qui permettent de détecter par observation aérienne tout ce qui bouge jour et nuit dans les alentours de ces montagnes (des drones fixes reliés à des ordinateurs).C'est moins cher que de payer des bataillons. Et surtout pas des gardes forestiers dont l'efficacité actuelle pour protéger les montagnes contre les intrants est discutable.Les gardes forestiers recrutés pendant la période de Bourguiba et de Ben Ali étaient efficaces contre le terrorisme et tout ce qui constitue un danger pour l'Etat et le gouvernement car ils ne travaillaient pas dans les montagnes.Ils travaillent dans les villes et villages situés autour de ces montagnes et dénoncent les opposants qui veulent utiliser la religion ou d'autres idéologies pour parvenir au pouvoir.J'ai peur que parmi les gardes forestiers qui ont été recrutés après janvier 2011, une majorité est sympathisante avec les idées d'Ennahdha.
@Je doute ou Samia , quel libéralisme de Luther?
Forza
| 04-06-2017 15:42
Il était islamophobe et anti sémite. Samia, vous colportez parfois des phrases sans lire de prés. Il y'a en Islam des personnalités libérales pour celui qui veut els trouver comme Jallal Eddine Eroumi et bien sûr Jésus est un symbole de tolérance mais pas Luther voyons. Luther combattait la dominance de l'église catholique, il voulait rendre la religion aux masses sans le pouvoir des religieux donc traduisait la bible pour la première fois en Allemand pour la rendre accessible a tous les allemands mais il n'était ni libéral ni tolérant.
Un Etat gouveré par un gourou islamiste
1/raisonnable
| 04-06-2017 15:14
Un gouvernement qui n'a que le nom un gouvernement qui fait l'anguille sous roche avec ses extrémistes pour agir en toute impunité à traves la nation. Un État sous la gouvernance d'un gourou terroriste islamiste en toute impunité donner des ordres contre la population. Des responsables qui préfèrent se venger contre leurs jeunesses mangeant un sandwich dans des cafés, qui n'ont fait de mal sauf, que de manger quelque chose pour changer l'arrière gout amère voulu par les obscurantistes islamistes et leurs partisans, des dirigeants braient comme des ânes sur des plateau mais des coups de cornes au font,
A tous ceux qui en profitent du malheur de cette pauvre famille et du peuple tunisien, en s'étant transformés en de génies dans la commodité de leurs fauteuils.
Abel Chater
| 04-06-2017 13:08
Ceux qui incriminent le gouvernement et sa coalition démocratique ou le parlement ou le président de la République, jusqu'à essayer d'ébranler la confiance du peuple tunisien en la compétence et l'efficacité de son armée et de ses forces de sécurité, parce que ce pauvre berger est retourné de lui-même dans la gueule des mêmes bestiaux qui lui avaient tué son propre frère, que tous ces "Klugscheisser" sachent, que notre grand voisin riche en pétrole et armé jusqu'aux dents, l'Algérie, dont les généraux se trouvent aux commandes du pays depuis l'indépendance en juillet 1962, que cette «forte» Algérie n'est pas arrivée à éradiquer ses propres terroristes depuis leurs premières élections libres en 1991.
Si nos voisins les Algériens, malgré toutes leurs expériences avec les terroristes et leurs crimes bestiaux et malgré les gigantesques moyens qu'ils possèdent, ils n'arrivent pas à les éradiquer de leurs montagnes après plus d'un quart de siècle de lutte armée sans merci contre eux, comment donc ces supposés être «intellectuels», «politiciens» ou «universitaires», osent-ils jacasser de tels bavardages contre le gouvernement, le président de la République, jusqu'à en arriver à mettre en doute tout le travail et tout le Martyrium de notre armée et de nos forces de sécurités tunisiennes.
Lorsque l'armée tunisienne avait interdit aux civils l'accès à ces lieux où circulent les terroristes, afin qu'elle puisse identifier tout mouvement d'êtres vivants, même de par des détecteurs de chaleur, les habitants des lieux se sont révoltés. Cette suite a rendu n'importe quel guet-apens terroriste contre un berger isolé, plus facile que d'aller se procurer de la viande chez un boucher.
A ceux qui ne cherchent que la nage dans les étangs, tout en déviant le sujet vers leurs intérêts politiques ou propagandistes, j'exhorterais à fermer leurs becs avant de parler dans le vide et de dénigrer l'ensemble de l'Etat tunisien, jusqu'à son armée et ses forces de l'ordre. Les Tunisiens ne sont pas bêtes et la logique humaine parle d'elle-même.
Honte à tous les profiteurs et à tous ceux qui essaient de monter sur les cadavres des innocents.
Le premier responsable c'est Ghanouch !
Moi
| 04-06-2017 09:37
Depuis que nous avons vu cet homme la Tunisie et les Tunisiens n'ont vu que malheur. La révolution des jeunes a était dévoyée par ce même homme, le résultat est qu'au lieu de s'occuper des terroristes, on met les jeunes en prison juste pour une cigarette fumée en Public !....N'est ce pas aussi monstrueux que de couper une tête de berger ?......
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration