Biographie de Ahmed Adhoum, ministre des Affaires religieuses

Businessnews.com.tn | publié le 06/09/2016 16:30

Ahmed Adhoum vient d'être reconduit à son poste de ministre des Affaires religieuses qu'il occupe depuis le 25 février 2017.

Né le 12 juillet 1954 à Kairouan, Ahmed Adhoum est titulaire d'une maîtrise en Droit obtenu en 1977 puis en 1978 il rejoint le corps des magistrats. En 1984, il est nommé juge au tribunal cantonal de Kairouan avant d'occuper le poste de président du tribunal de première instance relevant de la même circonscription en 1988. En 1989 il devient alors président du tribunal de première instance de Mahdia.
Il est par la suite désigné président du tribunal de première instance de Monastir en 1995 avant d'occuper le poste de président de la cour d'appel de Bizerte puis premier président près la même cour en 2000.

Le 28 janvier 2011, Ahmed Adhoum est nommé secrétaire d'Etat auprès du ministre des Finances en charge des Domaines de l'Etat. Très vite, il est nommé ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, poste qu’il occupera de mars à décembre 2011 dans le gouvernement de Béji Caïd Essebsi. Il a également occupé le poste de président du Haut comité de Contrôle administratif et financier depuis mars 2014.

Ahmed Adhoum est marié et père de 3 enfants.

 

 

 

Biographie de Ahmed Adhoum, ministre des Affaires religieuses

publié le 06/09/2016 16:30

Ahmed Adhoum vient d'être reconduit à son poste de ministre des Affaires religieuses qu'il occupe depuis le 25 février 2017.

Né le 12 juillet 1954 à Kairouan, Ahmed Adhoum est titulaire d'une maîtrise en Droit obtenu en 1977 puis en 1978 il rejoint le corps des magistrats. En 1984, il est nommé juge au tribunal cantonal de Kairouan avant d'occuper le poste de président du tribunal de première instance relevant de la même circonscription en 1988. En 1989 il devient alors président du tribunal de première instance de Mahdia.
Il est par la suite désigné président du tribunal de première instance de Monastir en 1995 avant d'occuper le poste de président de la cour d'appel de Bizerte puis premier président près la même cour en 2000.

Le 28 janvier 2011, Ahmed Adhoum est nommé secrétaire d'Etat auprès du ministre des Finances en charge des Domaines de l'Etat. Très vite, il est nommé ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, poste qu’il occupera de mars à décembre 2011 dans le gouvernement de Béji Caïd Essebsi. Il a également occupé le poste de président du Haut comité de Contrôle administratif et financier depuis mars 2014.

Ahmed Adhoum est marié et père de 3 enfants.

 

 

 

Commentaires (6) Commenter
Rien ne changera avec ce Ministère
vgfr
| 10-03-2017 19:59
Je pense que dans le Monde, seuls les pays arabes musulmans ont créés des Ministères de la Religion.La majorité de ces pays sont sous développés mais cela n'a pas de relation directe avec le degré de développement du pays puisque dans tous les pays sous développés et dont la religion principale est le Christianisme, ils n'ont pas crée de Ministères religieux.Je ne sais pas si l'Etat sioniste Israël a un Ministère des affaires religieuses. cela m'étonne fort car c'est un pays développé.C'est l'hypocrite Ben Ali qui a commencé par la création de ce Ministère.On continue à jouer le jeu hypocrite de Ben Ali.99% de la population tunisienne se dit musulmane. La majorité n'a pas appliqué dans une période de leur vie quotidienne les principes de cette religion parce que Dieu est méséricordieux.Le grand défi de ce Ministère est d'augmenter le pourcentage de la population tunisienne qui applique ces principes. Cela m'étonne fort car mis à part les apparences (couverture des cheveux mais habillement indécent du reste du corps) et l'intolérance (le peuple est subdivisé en croyant et non croyant)qui ont augmenté, tous les autres principes n'ont fait que dégringoler en Tunisie.
pourquoi un ministère de ce qui est religieux!
medeve
| 27-02-2017 10:50
Dans une phase de remise sur pied de notre Pays, il n'est pas nécessaire de créer un ministère pour s'occuper des affaires de religion, une direction au sein du ministère de l'intérieur serait suffisante.
IL FAUT TAXER LES RELIGIONS
La cause du peuple
| 26-02-2017 20:25
aucune changement
RELIGION TJRS RELIGION DE N'INMPORTE QUOI
Ministère des AR, un ministère régalien
kameleon78
| 25-02-2017 22:27
Apparemment ce n'est pas un religieux, c'est déjà une bonne chose. En Tunisie changer un ministre des affaires religieuses est aussi important qu'un ministère régalien (justice, défense, affaires étrangères) c'est ça qui est choquant, moi personnellement cela me choque, puisqu'on a pas vraiment besoin de ce ministère, il faut gérer les problèmes religieux au ministère de l'intérieur, cela ferait des économies au pays.
Bon travail !!!!
mon pays
| 25-02-2017 17:28
L'essentiel qu'il nettoie les mosquées des extrémistes et que la religion suit la voie adéquate!!!
1-1+1=
1+1-1=
| 25-02-2017 16:50
Sans connaitre la personne ni même la soutenir , on peut dire que , pour une bonne initiative cette fois-ci du chef de gouvernement , c'en est vraiment une .
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration