Les manifestations nocturnes : 3ème round !

Businessnews.com.tn | publié le 10/01/2018 20:40 , mis à jour à 00:04

Les manifestations nocturnes reprennent, ce soir du mercredi 10 janvier 2018, pour la 3ème nuit consécutive. Des grandes surfaces ont fermé leurs portes plus tôt ce soir, suite aux grabuges vécus les deux nuits précédentes, soit 19h au lieu de 22h, heure de fermeture habituelle. Mardi 9 janvier 2018, des casseurs se sont attaqués au magasin Carrefour de Yasminet, au gouvernorat de Ben Arous, pour voler et saccager les rayons.

 

Grabuges et vandalisme dans plusieurs régions du pays

 

Une importante présence sécuritaire est observée ce soir à la Cité Ibn Khaldoun (Tunis) où les forces sécuritaires se sont déployées afin de prévenir les éventuels grabuges.

 

Photo Cité Ibn Khaldoun (Tunis) / Copyright Mosaïque Fm


Des grabuges ont également été enregistrés à Tebourba (La Manouba) où un manifestant est décédé lundi 8 janvier.

Des jeunes se sont, aussi, rassemblés à la banlieue sud de la capitale, plus précisément à Hammam Lif et Chaâbia. Ils ont mis le feu dans des pneus. Des affrontements ont eu lieu avec les forces de l'ordre.

 

 Photo Cité Ezzouhour (Tunis)

 

A Jbel Lahmar, une patrouille de police a été ciblée par des jets de pierre lancés par des jeunes. Les agents sécuritaires ont tenté de disperser les assaillants en usant de gaz lacrymogène. De vifs accrochages ont eu lieu entre les protestataires et les forces de l’ordre.

 

D'autres mouvements ont commencé en cette soirée du mercredi 10 janvier 2018 dans la ville de Sousse. A la cité l'Aouina, des protestataires ont bloqué des routes mais les forces de sécurité ont répliqué rapidement afin de rétablir la circulation.

 

 Photo Cité l'Aouina (Sousse) / Copyright Mosaïque Fm

 

D'autres manifestations ont, également, eu lieu dans le gouvernorat de Béja où on assiste à des affrontements entre protestataires et forces de sécurité.

 

 

A Thala (gouvernorat de Kasserine), des jeunes sont descendus dans les rues et ont mis le feu à des pneus. Après 22h, la situation à Thala est devenue hors de contrôle. Des assaillants ont incendié le district de sûreté de la région. Les forces sécuritaires se sont retirées pour laisser la place à l’Armée nationale qui a pris le contrôle dans la ville.

 

 

Des routes ont été barrées à Siliana suite à des mouvements menés par des jeunes. Des affrontements ont lieu actuellement avec les forces de l'ordre qui tentent de protéger le siège du Tribunal.

 

 

Les manifestations commencent également, mais de manière plus timide, dans la région du Cap Bon, notamment à Slimane.

 

 

Plusieurs arrestations à Kasserine, Siliana, Béjà et Sousse

 

Lors des manifestations à Siliana, un manifestant a été arrêté tandis qu’on a enregistré la blessure d’un agent sécuritaire.

40 individus ont été arrêtés à Kasserine durant les trois nuits des protestations. Par ailleurs, 8 sécuritaires ont été blessés lors des affrontements

Il y a, également, eu 10 arrestations à Béja Nord et un sécuritaire fût touché par une pierre au niveau de la tête. Il a été transporté à l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires.

 

Photo Gare ferroviaire de Sousse

 

Le ministère du Transport, a annoncé que des délinquants ont attaqué le train de Tunis-Sousse au niveau de Hammam Lif avec des cocktails Molotov et des armes blanches. Les forces de sécurité sont intervenues, immédiatement, pour contrer cet acte de vandalisme.

Des habitants de la région les ont rejoints par la suite, et ils sont parvenus à arrêter trois agresseurs munis d’armes blanches. Le train a pu poursuivre son trajet vers Sousse.

 

Chokri Rahhali, en visite d'inspection à la Cité Ettadhamen

 

Le commandant en chef de la Garde nationale Chokri Rahhali s'est déplacé dans la soirée à la Cité Ettadhamen (Tunis) afin d'inspecter le travail des unités déployées sur place et de s'enquérir de la situation.

 

Photo Cité Ettadhamen / Copyright Shems Fm

 

Les manifestations nocturnes : 3ème round !

publié le 10/01/2018 20:40 , mis à jour à 00:04

Les manifestations nocturnes reprennent, ce soir du mercredi 10 janvier 2018, pour la 3ème nuit consécutive. Des grandes surfaces ont fermé leurs portes plus tôt ce soir, suite aux grabuges vécus les deux nuits précédentes, soit 19h au lieu de 22h, heure de fermeture habituelle. Mardi 9 janvier 2018, des casseurs se sont attaqués au magasin Carrefour de Yasminet, au gouvernorat de Ben Arous, pour voler et saccager les rayons.

 

Grabuges et vandalisme dans plusieurs régions du pays

 

Une importante présence sécuritaire est observée ce soir à la Cité Ibn Khaldoun (Tunis) où les forces sécuritaires se sont déployées afin de prévenir les éventuels grabuges.

 

Photo Cité Ibn Khaldoun (Tunis) / Copyright Mosaïque Fm


Des grabuges ont également été enregistrés à Tebourba (La Manouba) où un manifestant est décédé lundi 8 janvier.

Des jeunes se sont, aussi, rassemblés à la banlieue sud de la capitale, plus précisément à Hammam Lif et Chaâbia. Ils ont mis le feu dans des pneus. Des affrontements ont eu lieu avec les forces de l'ordre.

 

 Photo Cité Ezzouhour (Tunis)

 

A Jbel Lahmar, une patrouille de police a été ciblée par des jets de pierre lancés par des jeunes. Les agents sécuritaires ont tenté de disperser les assaillants en usant de gaz lacrymogène. De vifs accrochages ont eu lieu entre les protestataires et les forces de l’ordre.

 

D'autres mouvements ont commencé en cette soirée du mercredi 10 janvier 2018 dans la ville de Sousse. A la cité l'Aouina, des protestataires ont bloqué des routes mais les forces de sécurité ont répliqué rapidement afin de rétablir la circulation.

 

 Photo Cité l'Aouina (Sousse) / Copyright Mosaïque Fm

 

D'autres manifestations ont, également, eu lieu dans le gouvernorat de Béja où on assiste à des affrontements entre protestataires et forces de sécurité.

 

 

A Thala (gouvernorat de Kasserine), des jeunes sont descendus dans les rues et ont mis le feu à des pneus. Après 22h, la situation à Thala est devenue hors de contrôle. Des assaillants ont incendié le district de sûreté de la région. Les forces sécuritaires se sont retirées pour laisser la place à l’Armée nationale qui a pris le contrôle dans la ville.

 

 

Des routes ont été barrées à Siliana suite à des mouvements menés par des jeunes. Des affrontements ont lieu actuellement avec les forces de l'ordre qui tentent de protéger le siège du Tribunal.

 

 

Les manifestations commencent également, mais de manière plus timide, dans la région du Cap Bon, notamment à Slimane.

 

 

Plusieurs arrestations à Kasserine, Siliana, Béjà et Sousse

 

Lors des manifestations à Siliana, un manifestant a été arrêté tandis qu’on a enregistré la blessure d’un agent sécuritaire.

40 individus ont été arrêtés à Kasserine durant les trois nuits des protestations. Par ailleurs, 8 sécuritaires ont été blessés lors des affrontements

Il y a, également, eu 10 arrestations à Béja Nord et un sécuritaire fût touché par une pierre au niveau de la tête. Il a été transporté à l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires.

 

Photo Gare ferroviaire de Sousse

 

Le ministère du Transport, a annoncé que des délinquants ont attaqué le train de Tunis-Sousse au niveau de Hammam Lif avec des cocktails Molotov et des armes blanches. Les forces de sécurité sont intervenues, immédiatement, pour contrer cet acte de vandalisme.

Des habitants de la région les ont rejoints par la suite, et ils sont parvenus à arrêter trois agresseurs munis d’armes blanches. Le train a pu poursuivre son trajet vers Sousse.

 

Chokri Rahhali, en visite d'inspection à la Cité Ettadhamen

 

Le commandant en chef de la Garde nationale Chokri Rahhali s'est déplacé dans la soirée à la Cité Ettadhamen (Tunis) afin d'inspecter le travail des unités déployées sur place et de s'enquérir de la situation.

 

Photo Cité Ettadhamen / Copyright Shems Fm

 

S.H et M.G
Commentaires (23) Commenter
Rien de mieux qu'un bicot pour stygamtiser un sémite !!!
TeTeM
| 11-01-2018 20:48
@HatemC je vous pensais plus évolué que cela. Certes, JW a raison de dire que seuls les Tunisiens sont responsables de la situation actuelle. Là y a pas de soucis. Contrairement à JW, je ne dis pas que l'erreur est d'avoir viré ZABA (comme si l'homme providentiel était un Dieu immortel!) mais plutôt de ne pas avoir su saisir une opportunité (mais il n'est jamais trop tard pour bien faire).

Par contre, vous et JW vous me faites marrer à parler des beurs de France. Comme ci vous aviez la science infuse. Comme si tous les Tunisiens de France vivait dans des cités pourri du 9-3. Ah oui suis bête, ceux qui sont éduqués sont forcement à la solde d'Israël dixit JW (et aussi de Chater)! Sacré niveau.

Du reste, je ne vous autorise nullement à parler en ces termes de ma femme (qui n'est pas une beurette du reste) et qui est bien loin d'être bâché comme vous le dite (pas plus que ma soeur...).

C'est aussi en raison de la stigmatisation, des certitudes de détenir LA vérité et d'intolérances comme la votre qui font que ce pays va mal !

Pour ce qui est de l'attachement des beurs à la Tunisie, je pense que nous sommes quelques uns à écrire ici (je pense à @kameleon78) et les autres. Notre seule présence ici prouve notre attachement et notre amour pour la TUNISIE.

Des fois, il est bon de méditer avant d'écrire des sotises !
@Hanni2
TeTeM
| 11-01-2018 20:40
Mon points 2 n'est pas invalidé. Bien au contraire. Lors des législative de 2014, Nidaa Tounes n'a rassemblé que 37% des suffrages. Je suis désolé mais moi je n'appelle pas ça un vote massif pour supprimer Ennadha du paysage politique, étant donné que la formation islamiste arrive en 2ème position avec 27% des suffrages.

Un vote massif contre Ennadha aurait donné en faveur de Nidaa aurait donné une majorité absolue à BCE. Ceci n'est pas le cas puisque presque un Tunisien sur 3 à voté pour la bande à Ghannouchi.

Les faits et les chiffres sont là. La 3ème formation politique n'a que 4% des suffrages (l'UPL de Slim Riahi). Vienne ensuite le front populaire de Hamma avec 3,6 % (lui il est encore pire que la gangrène islamiste) et Afek Tounes avec 3% des voix.

Sachant que pour gouverner, il faut la majorité, tu fais comment? Soit tu te lances dans de longue et improbable tractation avec les petits partis à 3 ou 4% sachant que, de base tout accord avec Hamma est impossible, soit tu t'allies au 2ème.

J'en ai beaucoup voulu à BCE pour cette traitrise, mais quand je vois le cas Belge (plus de 541 jours sans gouvernement) ou le cas de l'Allemagne actuellement), je me dis finalement que c'était sans doute la seule chose à faire parce que nous, imbéciles d'électeur avons placé d'ex terroristes en numéro deux et que nous n'avons pas voté MASSIVEMENT et correctement en donnant la majorité à une formation politique qui pouvait écarter les islamistes du jeu.

La suite on la connait, l'éclatement de NT qui fragilise encore plus sa situation et renforce Ennadha qui devient plus ou moins la première formation politique à l'ARP.

Donc non, je n'ai pas tord ! Les faits et les chiffres me donnent au contraire raison !
JW plutôt que l'autre tâche immonde chater
HatemC
| 11-01-2018 20:07
JW dérange et dit des vérités sur les Tunisiens .. la vérité blesse ..
Qui a détruit la Tunisie si ce n'est le Tunisien lui même ....
Es ce que JW appelle à la haine et la sédition ??? non ... il ne fait que lister nos tares ... nos incompétences ...

Pour avoir livrer la Tunisie aux islamistes .. à marzouki le GOUMI ... et aux basanés de l'UGTT ... n'est pas pour honorer ceux et celles qui se son battu pour édifier un Etat moderne aujourd'hui livré à l'anarchie totale ...

Oui les beurres sont une tare .. ils ne vivront plus jamais en Tunisie ... ils n'ont aucune attache avec la Tunisie sauf pour la spolier comme la harza ... slim hmidene ... badi et j'en passe ...

Les beurres .. rebeu ... avec leur repli identitaire en France ... Belgique ... Allemagne offrent une image biaisée de l'islam .. leur femme ne ressemblent plus à rien avec leur voile ... et leur hommes violent et sans éducation ... JW a raison de stigmatiser cette communauté ...

J'invite les Tunisiens à visiter els cités Françaises et vous serez horrifié par le délabrement de cette communauté ... HC
John Wayne, Jinn Wayn ,.....
Polaris
| 11-01-2018 17:36
un bouffon qui se dit ancien diplomate ...
no comment.
@TeTeM
Hanni2
| 11-01-2018 16:55
Votre point 2 est invalidé par le simple fait que les tunisiens ont votés en masse pour BCE en 2014 justement pour virer le gourou et sa secte et que, par le miracle de la réunion-trahison de Paris, BCE a réintroduit le gourou et sa secte dans le gouvernement en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire...donc vous vous trompez de responsable! Les fautifs ne sont pas ceux ui ne veulent plus voter, les fautifs sont ceux qui se sont essuyés les pieds sur la volonté populaire des tunisiens...que ces derniers jugent désormais la "démocratie" tunisienne comme une vaste (mauvaise) blague est on ne plus normal et logique!

Hannibal
Difficile situation
TeTeM
| 11-01-2018 16:12
Il serait effectivement simple de mettre en place un couvre feu mais dans un contexte où le tourisme commence à reprendre (= plus d'emplois et de croissance), cette mesure pourrait avoir des effets dramatiques.

On est à un tournant dans la mesure où on arrive sans doute au bout de la crise mondiale (l'Europe semble amorcer sa reprise) et où la stabilité relative du pays est favorable à remettre en route les affaires et surtout le tourisme.

2018 devait aussi permettre de mettre en place des élections municipales. La question est donc à qui profite ce trouble? Je n'ai pas de réponse à cette question, peut être même qu'il y en a pas mais, il faut tout de même se la poser.

La situation actuelle est aussi du à l'irresponsabilité de nos syndicats qui ont pris l'habitudes de manifester et de faire grève pour un oui et un non. La grève est un droit OK. Néanmoins, le nationalisme est un devoir et dans le contexte actuel chaque citoyen doit mettre la main à la patte pour la Nation. C'est un investissement pour plus tard, pour nos vieux jours et surtout pour nos enfants.

Disque enrayé
TeTeM
| 11-01-2018 16:06
Mon pauvre JW... toujours la même rengaine. Plus je vous lis, plus je fini par vous trouver des points communs avec Abel Chater, l'homme qui vois des juifs et des sionistes partout....

Je ne prendrais même pas le temps de démonter votre argumentation... se répéter tel un perroquet c'est lassant.
@Jilani
TeTeM
| 11-01-2018 15:57
Vous n'avez rien compris au jeu démocratique et c'est comme ça qu'on fini par aller droit dans le mur. Non, on ne doit pas inviter les gens à descendre dans la rue pour demander l'éviction de nos élus.

1/ On sait toujours ce que l'on perd mais jamais ce que l'on gagne. Si vous voulez voir Ennadha ou Hammami mener ce pays à la catastrophe, allez-y!

2/Un mandat doit aller à son terme. Que tout nos donneurs de leçon anti Gannouchi qui n'ont pas jugé bon de voter la dernière fois se déplacent et aille voter ou se taise à jamais. Si les islamistes ont encore fait un gros score la dernière fois, si on arrive pas à se débaraser de cette vermine c'est aussi à eux qu'on le doit.

3/ Il est plus que temps que le Tunisien cesse de penser à sa petite personne et raisonne de manière collective en terme de nation. On peut tout reprocher à nos élus, mais tant que chacun cherchera à défendre ses petits avantages, ses petites magouilles, etc.... le pays ne pourra pas avancer ! Encore une fois, il est plus que temps pour le Tunisien de cesser de tout revendiquer et d'aller TRAVAILLER !
@Alibobo&@Amateur@l'etrange(r)...Tozzz fikom!!!
Kikou
| 11-01-2018 15:32
Au fait juste pour vous dire que le type John Wayne vous trois combines (en bande de Couscous ***) ne lui arrivez pas à la cheville..

Beaucoup de Tchatche pour ne rien dire..bande de dégénéré
@ JHON W
L'étranger!!
| 11-01-2018 14:43
A mes yeux, vous êtes le roi des CONS, qui n'ont as de domicile.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration