La Tunisie trahie par ses amis…et par ses enfants !

Businessnews.com.tn | publié le 07/12/2017 19:59

Sauf catastrophe, la Tunisie sera retirée de la liste des paradis fiscaux le 23 janvier prochain. La Tunisie a été victime d’une injustice de la part de ses partenaires européens mais elle n’est pas exempte de tout reproche. Retour sur une polémique qui met au jour plusieurs défaillances.

 

La nouvelle est tombée comme la foudre, le 5 décembre 2017, sur le microcosme économique tunisien : La Tunisie est considérée comme un paradis fiscal par les 28 ministres européens des Finances. Une décision grave surtout si l’on sait qu’il faut l’unanimité pour qu’un pays soit inscrit sur cette liste.

Branle-bas de combat au niveau gouvernemental : Le ministère des Affaires étrangères émet un communiqué, le ministre des Finances, Ridha Chalghoum, se défend à l’Assemblée, Iyed Dahmani va sur les plateaux dire l’indignation de la Tunisie et Youssef Chahed, chef du gouvernement, exprime son étonnement vis-à-vis de cette mesure. Maintenant, la Tunisie va activer ses réseaux et une délégation partira à Bruxelles défendre le dossier tunisien pour un dénouement espéré le 23 janvier 2018.

 

Voilà pour le contexte général. Mais deux questions ont rapidement émergé : Pourquoi l’Europe prend cette mesure contre la Tunisie, elle qui prétend se tenir à ses côtés et être l’un de ses principaux partenaires ? Et puis surtout, comment, nous Tunisiens, en sommes-nous arrivés là ?

Il est vrai que l’Europe trébuche dans le traitement du dossier des paradis fiscaux. Les opinions publiques européennes ont été ulcérées par les scandales à répétition concernant l’évasion fiscale et les paradis fiscaux (luxleaks, Panama Papers et dernièrement Paradise Papers). Les ministres des Finances européens ont été placés dans une certaine urgence pour traiter ces dossiers et donc, il y a eu des dérapages, dont le cas de la Tunisie.

 

L’attitude de l’ambassadeur de l’Union européenne en Tunisie, Patrice Bergamini, montre le réel intérêt pour la Tunisie de la part de l’Union européenne. Il a eu un entretien ce matin du 7 décembre avec le chef du gouvernement, Youssef Chahed, et a enchainé avec une réunion des ambassadeurs des pays européens en Tunisie. Mais où est-ce que ça a cloché ?

L’Union européenne s’est cachée derrière une histoire de délais et de retard dans la présentation des éclaircissements tunisiens. Mais en réalité, ce genre de classement ne se fait pas d’une manière rigoureuse. A titre d’exemple, quand le FMI ou les agences de notation s’intéressent à un pays, ils y envoient des missions et des experts pour évaluer la situation, ils ne le font pas dans des bureaux fermés à Bruxelles.

Deuxième chose, la liste préliminaire de pays susceptibles d’être qualifiés de paradis fiscaux comprenait, au départ, 90 pays. Par quel raisonnement en est-on arrivés à 17 pays seulement, surtout en sachant que des pays comme le Qatar et le Maroc y étaient quelques jours avant la publication ? Troisième point, comment expliquer qu’il n’y a pas de pays ou de territoires européens dans cette fameuse liste ? Pourquoi on n’y voit pas des pays comme le Luxembourg, le Lichtenstein, Andorre, l’Irlande etc. ? Seule la politique politicienne peut l’expliquer. Pour comprendre l’ampleur de la supercherie, il suffit de faire un comparatif avec la liste de paradis fiscaux établie par l’ONG spécialisée Oxfam.

 

Cela dit, il ne faut pas non plus fermer les yeux sur les défaillances du côté tunisien. D’abord au niveau structurel. Personne n’est aujourd’hui capable de dire qui s’occupe de manière exclusive, au sein de l’Etat tunisien, des négociations et des tractations au niveau financier international. Le dossier économique revêt une telle importance que l’on a cru bon de multiplier les intervenants en espérant redresser la barre. Entre le ministère des Finances, celui de l’Investissement de la Coopération internationale, en plus des conseillers économiques à la présidence du gouvernement, les mains sont nombreuses mais il n’y a pas de résultat.

Il faut ajouter à cela l’instabilité politique et l’attribution des postes en fonction des proximités et des calculs politiques. Certains partenaires extérieurs s’en émeuvent dans les coulisses en disant qu’on ne peut pas avancer avec un nouveau ministre tous les six mois.

Pour revenir au dossier des relations avec l’Europe, certains experts n’hésitent pas à dire qu’il a été traité de façon légère et nonchalante par l’exécutif tunisien qui s’est fait « attraper » sur un détail concernant des délais. Un constat qui remet un doute l’utilité même d’un secrétariat d’Etat à la diplomatie économique, car c’est là ou se trouve aussi la défaillance. La diplomatie tunisienne, quel que soient les efforts qui vont être faits aujourd’hui, s’est fait déborder par cette histoire. La Tunisie allait être classée en tant que paradis fiscal sans que nous ne soyons au courant, d’abord, et donc sans pouvoir mettre sur pied les contacts nécessaires pour éviter cela à une économie fragile.

 

La précipitation des ministres européens des Finances, mêlée à une certaine négligence de la partie tunisienne, ont fait en sorte que la Tunisie se retrouve dans cette liste néfaste de 17 pays. Aujourd’hui, il va falloir aller convaincre à Bruxelles, ce qui devrait être facile tant les arguments de la Tunisie sont rationnels et forts. Toutefois, il s’agit d’un grand signal d’alarme sur la gestion gouvernementale du dossier économique, surtout dans la partie concernant les bilatéraux et les multilatéraux. Quand il y a 10 responsables dans un dossier, rien n’avance, et ce malheureux épisode en est l’illustration parfaite.

 

 

Marouen Achouri 

 

 

La Tunisie trahie par ses amis…et par ses enfants !

publié le 07/12/2017 19:59

Sauf catastrophe, la Tunisie sera retirée de la liste des paradis fiscaux le 23 janvier prochain. La Tunisie a été victime d’une injustice de la part de ses partenaires européens mais elle n’est pas exempte de tout reproche. Retour sur une polémique qui met au jour plusieurs défaillances.

 

La nouvelle est tombée comme la foudre, le 5 décembre 2017, sur le microcosme économique tunisien : La Tunisie est considérée comme un paradis fiscal par les 28 ministres européens des Finances. Une décision grave surtout si l’on sait qu’il faut l’unanimité pour qu’un pays soit inscrit sur cette liste.

Branle-bas de combat au niveau gouvernemental : Le ministère des Affaires étrangères émet un communiqué, le ministre des Finances, Ridha Chalghoum, se défend à l’Assemblée, Iyed Dahmani va sur les plateaux dire l’indignation de la Tunisie et Youssef Chahed, chef du gouvernement, exprime son étonnement vis-à-vis de cette mesure. Maintenant, la Tunisie va activer ses réseaux et une délégation partira à Bruxelles défendre le dossier tunisien pour un dénouement espéré le 23 janvier 2018.

 

Voilà pour le contexte général. Mais deux questions ont rapidement émergé : Pourquoi l’Europe prend cette mesure contre la Tunisie, elle qui prétend se tenir à ses côtés et être l’un de ses principaux partenaires ? Et puis surtout, comment, nous Tunisiens, en sommes-nous arrivés là ?

Il est vrai que l’Europe trébuche dans le traitement du dossier des paradis fiscaux. Les opinions publiques européennes ont été ulcérées par les scandales à répétition concernant l’évasion fiscale et les paradis fiscaux (luxleaks, Panama Papers et dernièrement Paradise Papers). Les ministres des Finances européens ont été placés dans une certaine urgence pour traiter ces dossiers et donc, il y a eu des dérapages, dont le cas de la Tunisie.

 

L’attitude de l’ambassadeur de l’Union européenne en Tunisie, Patrice Bergamini, montre le réel intérêt pour la Tunisie de la part de l’Union européenne. Il a eu un entretien ce matin du 7 décembre avec le chef du gouvernement, Youssef Chahed, et a enchainé avec une réunion des ambassadeurs des pays européens en Tunisie. Mais où est-ce que ça a cloché ?

L’Union européenne s’est cachée derrière une histoire de délais et de retard dans la présentation des éclaircissements tunisiens. Mais en réalité, ce genre de classement ne se fait pas d’une manière rigoureuse. A titre d’exemple, quand le FMI ou les agences de notation s’intéressent à un pays, ils y envoient des missions et des experts pour évaluer la situation, ils ne le font pas dans des bureaux fermés à Bruxelles.

Deuxième chose, la liste préliminaire de pays susceptibles d’être qualifiés de paradis fiscaux comprenait, au départ, 90 pays. Par quel raisonnement en est-on arrivés à 17 pays seulement, surtout en sachant que des pays comme le Qatar et le Maroc y étaient quelques jours avant la publication ? Troisième point, comment expliquer qu’il n’y a pas de pays ou de territoires européens dans cette fameuse liste ? Pourquoi on n’y voit pas des pays comme le Luxembourg, le Lichtenstein, Andorre, l’Irlande etc. ? Seule la politique politicienne peut l’expliquer. Pour comprendre l’ampleur de la supercherie, il suffit de faire un comparatif avec la liste de paradis fiscaux établie par l’ONG spécialisée Oxfam.

 

Cela dit, il ne faut pas non plus fermer les yeux sur les défaillances du côté tunisien. D’abord au niveau structurel. Personne n’est aujourd’hui capable de dire qui s’occupe de manière exclusive, au sein de l’Etat tunisien, des négociations et des tractations au niveau financier international. Le dossier économique revêt une telle importance que l’on a cru bon de multiplier les intervenants en espérant redresser la barre. Entre le ministère des Finances, celui de l’Investissement de la Coopération internationale, en plus des conseillers économiques à la présidence du gouvernement, les mains sont nombreuses mais il n’y a pas de résultat.

Il faut ajouter à cela l’instabilité politique et l’attribution des postes en fonction des proximités et des calculs politiques. Certains partenaires extérieurs s’en émeuvent dans les coulisses en disant qu’on ne peut pas avancer avec un nouveau ministre tous les six mois.

Pour revenir au dossier des relations avec l’Europe, certains experts n’hésitent pas à dire qu’il a été traité de façon légère et nonchalante par l’exécutif tunisien qui s’est fait « attraper » sur un détail concernant des délais. Un constat qui remet un doute l’utilité même d’un secrétariat d’Etat à la diplomatie économique, car c’est là ou se trouve aussi la défaillance. La diplomatie tunisienne, quel que soient les efforts qui vont être faits aujourd’hui, s’est fait déborder par cette histoire. La Tunisie allait être classée en tant que paradis fiscal sans que nous ne soyons au courant, d’abord, et donc sans pouvoir mettre sur pied les contacts nécessaires pour éviter cela à une économie fragile.

 

La précipitation des ministres européens des Finances, mêlée à une certaine négligence de la partie tunisienne, ont fait en sorte que la Tunisie se retrouve dans cette liste néfaste de 17 pays. Aujourd’hui, il va falloir aller convaincre à Bruxelles, ce qui devrait être facile tant les arguments de la Tunisie sont rationnels et forts. Toutefois, il s’agit d’un grand signal d’alarme sur la gestion gouvernementale du dossier économique, surtout dans la partie concernant les bilatéraux et les multilatéraux. Quand il y a 10 responsables dans un dossier, rien n’avance, et ce malheureux épisode en est l’illustration parfaite.

 

 

Marouen Achouri 

 

 

Commentaires (22) Commenter
La Tunisie n'est pas un paradis fiscal...
Watani
| 11-12-2017 06:19
...En passang en revue la Loi de Finances qui vient d'etre Adoptée on a plutôt l'impression que v'est Un Enfer Fiscal.....du moins pour les Tunisiens.
Tunisie paradise
Nabil
| 10-12-2017 18:26
L Europe faisait la course as optimisation fiscal aujourd'hui place la Tunisie comme paradis fiscal est bien mettons en place des plateformes pour que les riches entreprises et particulier viennent chez nous après tout quelle bénéfice tiront nous de coopéré avec union européenne quand celle-ci nous enfle avec ses credit de la mort tant qu' as faire profitons de cette action médiatique pour faire du bénef mais c est pas avec nos politiques qu' ont y arriveras
7atta 9attous...
Momo
| 09-12-2017 13:04
Il n'y a pas d'amis dans le business. Arrêtons de nous mentir, et soyons lucides.
Les listes de chantage de l'union européenne
Forza
| 08-12-2017 19:05
Ces listes noires et grises pondues par les ministres de finance de l'EU n'ont pour but que de protéger les intérêts économiques, politiques et sociaux de l'union et de barrer la route a des concurrents potentiels. Elles n'ont rien à avoir avec le combat contre l'évasion fiscale et les paradis fiscaux car des membres de l'EU ont perfectionné l'évasion fiscale. Ces listes n'ont rien à avoir non plus avec blanchissement d'argent ou financement de terrorisme, la preuve des pays paisibles, pacifistes qui n'ont aucun conflit ni avec les voisons ni avec les lointains comme la Namibie ou la Mongolie se trouvent sur la liste noire, aussi la Corée du Sud n'est soupçonnée par personne de financement de terrorisme. Alors quel est le but réel de ces listes ? C'est un chantage, l'épée de Damoclès sur les têtes des pays et des dirigeants des pays blacklistes pour obtenir des concessions, dans le cas de la Tunisie une augmentation des impôts pour stopper les délocalisations surtout de la France et de l'Italie, un responsable tunisien sous couvert d'anonymat l'indique bien au journal électronique Sputnik de France. Et c'est logique, Sarkozy attaquait la Tunisie dans un de ses discours a causes des délocalisations. Je suis sûr que pour la Namibie, la Mongolie et la Corre du Sud, il ne s'agit que de protections d'intérêts européens. Certains attaquent le Maroc mais en faite ils sont dans la même merde, ils sont sur une liste grise et à tout moment on peut les mettre sur la liste noire. Cette histoire ne va pas s'arrêter le 23 janvier pour la Tunisie, elle va faire des concessions et se trouvera comme le Maroc sur la liste grise (carton jaune). L'union européenne veut maintenir ces listes et les actualiser régulièrement donc un chantage perpétuel. Pour la préparation de la date du 23 Janvier, la Tunisie devrait étudier en détail les lois régissant les impôts surtout dans des pays comme Malte, le Luxembourg, l'Ireland ou la Slovaque, on démontrera par la preuve que ces pays ne sont pas conformes aux règles imposés unilatéralement par l'EU, ca ne va pas changer grand-chose car le grand tricheur Juncker le sait bien. Il a lui-même fondé le système d'évasion fiscale (il l'appelle optimisation fiscale) mais question de documenter l'hypocrisie, ensuite il faut travailler ensemble avec des pays victimes comme la Namibie, la Mongolie ou la Corée du sud pour attaquer l'EU dans une cour internationale, il y'a des cours qui traitent des différents économiques et commerciaux, en attendant une union maghrébine, africaine ou tiers-mondiste qui nous protégera des chantages de l'union européenne, des unions malheureusement qui ne se dessinent pas pour demain ou après-demain.
Egal a Egal
Lefghoun
| 08-12-2017 17:11
il faut apprendre a parler d'egal a egal avec ces europeens, ils ne sont pas nos amis ils sont seulement a la recherche de leurs interets.
M. Achouri corrigez le titre de votre commentaire !
Vent du Nord
| 08-12-2017 15:32
Ne cherchons pas midi à 14 heures. Ce ne sont pas les amis qui ont trahi la Tunisie, CE SONT SES PROPRES ENFANTS !!!!!
Vous le dites vous-même en affirmant : «Pour revenir au dossier des relations avec l'Europe, certains experts n'hésitent pas à dire qu'il a été traité de façon légère et nonchalante par l'exécutif tunisien qui s'est fait « attraper » sur un détail concernant des délais. Un constat qui remet un doute l'utilité même d'un secrétariat d'Etat à la diplomatie économique, car c'est là où se trouve aussi la défaillance ».
Comment expliquer que l'ancien député à l'ARP pour la circonscription d'Allemagne, M. Hatem Charfeddine Ferjani, qui a été catapulté du jour au lendemain (baina leilatin wa dhou7ha, comme on dit en arabe) SECRETAIRE D'ETAT AUX AFFAIRES ETRANGERES CHARGÉ DE LA DIPLOMATIE ÉCONOMIQUE. Et ceci Le 7 SEPTEMBRE dernier, sachant que
(1). des négociations très importantes étaient en cours avec l'Union Européenne.
(2). ce M. Ferjani n'a aucune compétence ni en diplomatie ni économique. Il n'a pas fait carrière au ministère des affaires étrangères. Il est avocat de métier et ne sort ni des prestigieuses universités comme l'ENA de France ou la Harvard Business School, ou la London School of Economics ou bien le MIT Sloan School of Management.

La faute incombe au Président de la République et au chef du gouvernement pour cette nomination dictée par HCE et Nada.

Tant que les partis politiques continueront, par calcul politicien et népotisme, de nommer des ministres et secrétaires d'état incompétents, le pays n'avancera pas.
Dans la Sourate Ar'Raad ( Le Tonnere), verset 11 on lit ceci « En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple, tant que les individus qui le composent, ne modifient pas ce que est en eux-mêmes ».

Cordialement
SE REPROCHER A NOUS MEME , PAS AUX AUTRES !
abidou
| 08-12-2017 14:20
Les Responsables Tunisiens n' ont aucun reproche a faire a qui conque , ils reprochent a eux meme cet immobilisme et ce manque de suivi . Ils doivent reprendre le dossier , bien le travailler et le representer rapidement .
depuis carthage
antireligions
| 08-12-2017 14:12
on trouve la trahison partout mais les gens de ce pays sont à part trahir leur pays ce n'est pas nouveau... qui avait trahi HANNIBAL ce qui a provoqué la destruction de Carthage
@ BN
AmilcarB
| 08-12-2017 13:52
Vous avez censuré mon com.je ne vois pas en quoi c est diffamatoire si ce n est que la vérité

BN : Votre commentaire a été publié
DIPLOMATIE
zohra
| 08-12-2017 13:49
La Tunisie est morte diplomatiquement comme en politiquement, elle a perdu son poids, depuis ces l'arrivée de ces ploucs au pouvoir.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration