alexametrics
mardi 24 mai 2022
Heure de Tunis : 16:02
Dernières news
UGTT : Nous pousserons le gouvernement à combler les lacunes du budget de 2022 !
21/01/2022 | 15:50
3 min
UGTT : Nous pousserons le gouvernement à combler les lacunes du budget de 2022 !

 

A l’occasion du soixante-seizième anniversaire de la fondation de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), la centrale syndicale a publié un communiqué s’adressant à ses militants et assurant notamment qu’elle continue de jouer son rôle national « surtout après la crise étouffante qui a abouti, depuis 2019, à deux ans d'une politique bâtie sur des fausses promesses, perturbant les rouages de l'État, incapable de trouver des solutions au point d’avoir dégouté les Tunisiens de tout travail politique ».

 

« Le contexte délicat que traverse le pays pousse l'Union à assumer sa responsabilité historique en contribuant à corriger le cap et à sauver le pays des tensions et des crises qui le minent. L’UGTT n’a pas hésité à soutenir les décisions présidentielles annoncées le 25 juillet et y a vu une opportunité historique qu'il faut transformer en une voie participative intégrée. Cependant, la lenteur et les hésitations, en plus des obstacles et des freins, ont commencé à susciter des craintes et à miner la confiance en un changement réel, qui nécessite d'élargir la participation, l’audace dans les décisions et de construire un chemin basé sur la clarté, le dialogue, la participation et la confiance, et qui rompt avec l'époque d'avant 25 juillet » a ajouté la centrale syndicale.

 

L’UGTT souligne que la commémoration de son anniversaire coïncide avec une crise économique et sociale « exacerbée par la soumission aux pressions des institutions financières, des lobbies de la corruption et l'absence de programmes et de solutions dans la reproduction d’un modèle de développement raté et injuste qui approfondit les inégalités et détruit le pouvoir d’achat des classes moyennes et pauvres ».

 

« A un moment où l'on prépare un budget boiteux incapable de stimuler les investissements et comportant des mesures impopulaires qui ne font qu’approfondir la pauvreté, l'Union est déterminée à pousser le gouvernement à trouver des solutions pour sauver des centaines de milliers de citoyens et à prendre des mesures urgentes pour combler les grandes lacunes du budget 2022, tout en reprenant le dialogue social pour équilibrer le pouvoir d'achat des fonctionnaires et mettre en œuvre les accords conclus dans tous les secteurs » a-t-elle poursuivi.

 

On rappellera qu’après un break de six mois, le président de la République, Kaïs Saïed et le secrétaire général de l’UGTT s’étaient rencontrés samedi 15 janvier 2022. Noureddine Taboubi était convié à Carthage pour une entrevue qui a duré trois heures, selon nos sources. Pour souhaiter la bienvenue au secrétaire général de la centrale syndicale, le chef de l’Etat a déclamé un poème signifiant qu’il n’existe aucune dissension.

Dans une interview accordée à Acharaa Al Magharibi, Noureddine Taboubi a affirmé que les Tunisiens étaient capables d’une solution tuniso-tunisienne pour sortir le pays de l’ornière. « Nous n’avons d’autres choix que d’avoir espoir en l’avenir de notre pays », a-t-il déclaré, soulignant qu’aucun retour au dialogue n’a été évoqué lors de sa rencontre avec le chef de l’Etat.

« Il y a de l’ouverture mais rien de précis », a-t-il indiqué notant que la discussion avec le président de la République a porté sur des généralités, la position de l’UGTT du plan de réforme élaboré par le gouvernement Bouden en prévision des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI).

La Centrale syndicale a, rappelons-le, rejeté en bloc le programme de réforme critiquant son opacité et son exclusion. Selon Noureddine Taboubi, le président de la République a manifesté de la réceptivité quant à la position de l’UGTT vis-à-vis de ce programme.

 

M.B.Z

21/01/2022 | 15:50
3 min
Suivez-nous
Commentaires
Abel Chater
Nous pousserons, vous pousserez, ils pousseront !!!
a posté le 21-01-2022 à 20:50
Des pets, rien que des pets et de la trouille pour sauver leurs peaux de la justice tunisienne. Une justice qui détient des dossiers contre Noureddine Tabboubi, Sami Tahri et compagnie, pour un long séjour à Porto Farina.
Ce bluff de "avant et après 25 juillet", qu'ils utilisent à égalité avec les coqs de bruyère du parti d'Echaâb, aux 15 parmi les 217 députés du parlement ARP, ne leur servira à rien du tout, lorsqu'ils seront confrontés à la vraie Justice de la Révolution tunisienne.
Lorsque je vois ces arrivistes du parti d'Echaâb, parler à Al-Jazeera au nom du président Kaïs Saïed, avec l'arrogance des anciens "Raïs Echoôba", il me vient à l'idée cet ancien adage tunisien, qui dit:"Arbi wè aâtah El-Bey, Hassane" ou "Forestier qui se déplace à dos d'un cheval royal".
Allah yèhlik Ass-hab el-charr.