alexametrics
dimanche 29 janvier 2023
Heure de Tunis : 13:56
Dernières news
Samir Majoul : l’Utica rejette toute nouvelle taxe
29/11/2022 | 22:26
1 min
Samir Majoul : l’Utica rejette toute nouvelle taxe

 

Le président de l’Utica (Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat), Samir Majoul a assuré, mardi 29 novembre 2022, dans une déclaration médiatique que la centrale patronale comprend les difficultés du gouvernement à cause du déséquilibre des finances publiques, sauf qu’elle aspire à une compréhension mutuelle face aux difficultés et problèmes rencontrés par les chefs d’entreprises.

 

Le président de l’Utica ajoute que l’organisation ne parvient pas à comprendre le recours du gouvernement à la taxation des entreprises privées, soulignant que l’Utica rejette toute nouvelle taxe. « Nous ne comprenons pas, également, l’obstination de certains à diaboliser les chefs d’entreprises et nous condamnons cette attitude et cet acharnement contre le secteur privé alors qu’il présente la pierre angulaire de l’économie nationale et qu’il a besoin de confiance et d'encouragement ».

 

Par ailleurs, Samir Majoul estime que la solution réside dans la libération de l’investissement et la réalisation de l’équité fiscale à travers l’intégration de secteur parallèle au régime du réseau fiscal.

29/11/2022 | 22:26
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Judili58
EQUITE FISCALE
a posté le 01-12-2022 à 10:27
La position de l'UTICA est compréhensible. La charge fiscale qui pèse sur les «entreprises» est trop lourde. Mais de quelles entreprises parle t on ? Celles transparentes et qui remplissent leur devoirs fiscaux et il y en a. Ou bien celles qui utilisent toutes les ficelles pour se soustraire à leurs obligations fiscales. Ce sont ces dernières qui poussent une administration incompétente à toujours se rabattre sur les solutions de facilités qui consistent à traire davantage les entreprises transparentes. Oui nous avons une fiscalité qui pénalise la transparence fiscale. L'équité fiscale devient alors une chimère.
Mieux vaut
faire payer correctement les impôts que d'en rajouter des taxes supplémentaires...
a posté le 30-11-2022 à 22:22
Le gouvernement doit augmenter le nombre des jeunes contrôleurs des finances afin de s'assurer que les hommes d'affaires tunisiens paient correctement leurs impôts ! Si on ajoute des taxes et on ignore le paiement systématique des impôts, on aura rien fait. Ainsi, ni les impôts ni les nouvelles taxes ne seront payés correctement par les hommes d'affaires. Parallèlement, la révision des réglementations fiscales et la rénovation des systèmes de contrôle fiscaux et financiers doivent être engagées dans les plus brefs délais possibles.
Nephentes
Voila les vrais problèmes; et ils ne seront pas réglés
a posté le 30-11-2022 à 12:02

A la différence de la dictature Benali, la dictature Saed est complètement hors sujet concernant le volet économie. On mène ainsi directement ce pays a la faillite généralisée

Le régime, a part le soutien aveugle des âmes simples, fait l'unanimité contre lui

il faut se préparer au chaos qui j'espère sera passager
Anonymer
Autruche
a posté le 30-11-2022 à 10:53
Nous attendons toujours de voir l'autruche se transformer en aigle!

Des établissements publiques sont spoliées par des fonctionnaires et des avantages injustes... Les société publiques rentables étouffées par le nombre d'employer inutiles...
Un banditisme, un manque de responsabilité et une absence de discipline...

Faut-il faut-il couper le deuxième bras des citoyens ou plutôt les quelques doigts pourris de l'état...
DHEJ
Monsieur Majoul....
a posté le 30-11-2022 à 08:28
Il faut être clair et précis; de quel impôt parle l'UTICA? L'impôt direct ou indirect?


Pour stimuler la consommation? L'UTICA doit rejeter la double imposition du salaire a L'impôt direct et à l'impôt indirect?


Que la retenue sur le salaire soit une avance sur TVA à percevoir.
'Gardons un minimum d'honnêteté!
La répartition de charge (Lastverteilung)
a posté le 29-11-2022 à 22:57
@Mr. Samir Majoul,

Ritz Schäffer, Président de la Bavière après la Seconde Guerre mondiale, était convaincu qu'il fallait redistribuer les richesses à l'heure zéro dans une Allemagne dévastée par la guerre. Le politicien de la CSU ne s'est pas fait d'amis avec l'idée d'impôts spéciaux.

Et ainsi, la jeune République fédérale d'après guerre a connu la plus grande action de redistribution jamais réalisée dans une économie libre de marché. Des milliards provenant entre autre des impôts sur la fortune ont été prélevés et versés à des millions de personnes démunies. Le 1er septembre 1952, la loi sur la répartition de charge (Lastverteilung) est entrée en vigueur.

L'idée n'a apparemment pas perdu beaucoup de sa force de rayonnement sociopolitique. En effet, lors du débat sur la manière dont l'Etat allemand devait faire face aux coûts élevés de la Pandémie Corona, la demande d'un nouvel impôt spécial sur le modèle historique de la répartition de charge a également fait son apparition.

Schäffer voulait construire une nouvelle société allemande socialement solidaire : "Il est naturel de penser que celui qui a subi des dommages patrimoniaux pendant la guerre se tourne vers celui qui a conservé sa fortune pendant la guerre", expliquait le ministre.

La souffrance, la misère et le désespoir étaient omniprésents. Immédiatement après la fin de la guerre, le pays comptait 15 millions de personnes qui ne possédaient souvent pas grand-chose de plus que leurs vêtements usés : Victimes des bombardements, sans-abri, douze millions de personnes, déplacées des anciens territoires allemands de l'Est, ont cherché une nouvelle patrie à l'Ouest. Dix-huit millions de personnes, soit plus d'un tiers de la population de la République fédérale d'Allemagne à l'époque, avaient droit à des versements d'argent gratuit au nom de la répartition de charge.
-->
De même, la répartition de charge est aujourd'hui une obligation en Tunisie, au nom d'une nouvelle société tunisienne socialement solidaire durant une situation socio-économique très difficile à la suite de la pandémie du virus corona et de la guerre en Ukraine.

Bonne soirée