alexametrics
lundi 08 août 2022
Heure de Tunis : 06:02
Dernières news
Samir Cheffi sur la participation de l’UGTT au dialogue : la balle est dans le camp de Kaïs Saïed
26/05/2022 | 09:36
3 min
Samir Cheffi sur la participation de l’UGTT au dialogue : la balle est dans le camp de Kaïs Saïed


Le secrétaire général adjoint de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), Samir Cheffi, est revenu, jeudi 26 mai 2022, sur la position de la Centrale syndicale au sujet de sa participation au dialogue national initié par le président de la République Kaïs Saïed dans le cadre de sa commission consultative pour une nouvelle république. 
 
Notant que le déroulement des évènements était contraire à ce qu’espérait l’organisation qui considérait le 25-Juillet comme une opportunité pour reconstruire une nouvelle Tunisie, il a affirmé, au micro de Myriam Belkadhi dans la Matinale de Shems FM, que l’UGTT, même si elle a refusé de rejoindre le dialogue de Kaïs Saïed, n’avait pas changé d’avis sur la nécessité de rompre avec une décennie d’échecs. 
 
 
La centrale syndicale a, rappelons-le, annoncé son opposition à la démarche unilatérale du président de la République. Celui-ci a formé, la semaine dernière, une commission consultative dont la mission sera de présenter un projet de constitution pour une nouvelle république dans le respect des principes et objectifs de l’article 22 du décret 117, et des résultats de la consultation nationale, initiée par le locataire de Carthage. Ce texte devrait être soumis au référendum prévu le 25 juillet.
 
Cette commission est répartie en trois structures : un comité consultatif des affaires économiques et sociales composé de représentants de l’UGTT, de l’Utica, de l’Utap, de l’UNFT et de la LTDH, un comité consultatif des affaires juridiques composé des doyens des facultés de droit, des sciences juridiques et politiques et présidé par le membre le plus âgé et un comité du dialogue national composé des membres des deux comités précédents et présidé par le président coordinateur de la commission nationale consultative, le doyen Sadok Belaïd. Les partis politiques en sont exclus.  
 
 
Soulignant que la situation nécessite la conjugaison des efforts et une intelligence collective, Samir Cheffi a indiqué que la commission consultative – de par sa composition étroite et les délais exigus – ne pourrait produire un projet fédérateur. Il a rappelé, dans ce sens, ce qu’il s’est passé lors de l’élaboration de la constitution de 2014 rédigée en fonction des « desiderata de la majorité », notamment les assassinats politiques de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. 
 
 
 
 
Le secrétaire général adjoint de l’UGTT a assuré que l’organisation ne changerait pas de position quant au boycott du dialogue national « tant que son contenu, les participants et sa gestion n’ont pas changé ». « La balle est dans le camp du président de la République. Il a été informé des propositions de l’UGTT et de ses réserves lors de sa rencontre avec Noureddine Taboubi », a-t-il ajouté. 
 
Interpellé sur les appels à convier les partis au dialogue, il a avancé que l’UGTT estimait que les partis politiques qui considèrent le 25-Juillet comme une opportunité pour reconstruire le pays devraient impérativement participer au dialogue national. « Ceux qui ont qualifié le 25-Juillet de coup d’Etat ne se considèrent pas concernés par les résultats du dialogue », a-t-il relevé en référence aux partis du Front de salut. Ceux-ci ne sont pas conscients de leurs erreurs, de leur échec et de leur part de responsabilité dans la situation actuelle du pays, selon Samir Cheffi. 
 
 
Le syndicaliste a, par ailleurs, dénoncé les accusations d’Ennahdha contre l’organisation syndicale estimant que Rached Ghannouchi ferait mieux de s’occuper des affaires internes de son parti. D’après Samir Cheffi, le leader islamiste a laissé entendre que la décision de l’UGTT venait dans le cadre d’un deal entre Kaïs Saïed et Noureddine Taboubi, selon lequel, celui-ci continuerait à appuyer le projet de Kaïs Saïed implicitement. « Ceci est ridicule. Il dénote d’un manque de gratitude et d’éthique politique. C’est impoli », a-t-il lancé soutenant que la Tunisie a beaucoup souffert de cette mentalité politique destructrice et divisive. 
 

N.J. 

26/05/2022 | 09:36
3 min
Suivez-nous
Commentaires
Harbi
Doyens laches deserteurs guerre!
a posté le 26-05-2022 à 14:48
Pendant la crise du Covid on a vu des technologues et des ingénieurs opérant dans les ISET et écoles nationales d'ingénieurs proposer et mettre en '?uvre des solutions pratiques pour les tunisiens ( lit Medical, système de respiration artificielle'?') . C'étaient des gens courageux qui se sont alliés aux causes du peuple .
Sans oublier bien sûr les autres militants à blouses blanches ou l'armée nationale'?'.
Pour le cas des doyens ( des omadas dixit'?'sans oublier la première lettre a), on est en pleine crise de Droit de Constitution, soit de leur métier de noblesse, et ce depuis des années, sans qu'il ne lèvent le doigt pour proposer, suggérer, donner un draft qui pourra illuminer la voie aux citoyens et aux politiciens même laissant le vide planer aux chroniqueurs '?'aux malades chroniques de bla..bla et aux « niqueurs » de ce pauvre pays!!!
Indépendamment de la manière de KS ou de toute autre considération qu'ils essaient d'inventer pour justifier leur « PH Neutre » vis à vis de '?'la politique en vue de se réserver à la recherche et au travail académique!!!
Ces omdas de droit ont bien failli à leur devoir et on trahi les tunisiens en leur droit de leur éclairer la route '?'ce sont des déserteurs de guerre'?'en fait , leur mission est à titre consultatif donc que peuvent ils craindre '?'Tout simplement ils sont aussi incompétents ou peut être des compétents mais laches ce qui revient à une incompétence dans tous les cas'?'Certains d'entre eux se limitent de donner des bribes d'idées et des soit-disant conseils à KS, sur antenne radio ou bien en montrant leurs tronches devant les caméras'?'mais lorsqu'il s'agit d'assumer sa responsabilité et rédiger « l'ordonnance constitutionnelle » en tant que médecins spécialistes en la matière, ils se dissimulent derrière une « fausse couche « de neutralité.
C'est une faction de l'armée élitiste qui manque à son devoir.
Dommage'?'
VIO
M. le Président où sont les dossiers de l´UGTT, il est grand temps de les faire sortir !
a posté le 26-05-2022 à 14:13
Cette Organisation n'a jamais été contre le Putsch, elle a même travaillé et travaille encore avec les Putschistes contre notre Démocratie.

L'UGTT a-t-elle organisé une quelconque manifestation pour la liberté ou contre le démantèlement de la Constitution et des organes de l'Etat ? NON.

Cette organisation a-t-elle manifesté avec toutes les forces démocratiques contre l'arbitraire de la justice militaire ? NON.

Cette organisation a-t-elle manifesté pour la fermeture de l'ARP (coeur de toute démocratie) ? NON.

Peut-on parler de patriotisme et de responsabilité envers le pays ? NON.

Qui a chassé les milliers d´investisseurs du pays ? l'UGTT
..
Sous d'autres cieux, ça s'appelle des TRAITRES !


Allah Lè yar7im Lèhoum Wèlden !
Ali
UGTT.
a posté le 26-05-2022 à 11:56
Allons nous être les otages de cette organisation qui brille par le blocage de toute initiative aussi incomplète soit elle. Qu'est ce qu'ils veulent au juste ses dirigeants qui ns rendent la vie amère par leurs refus systmatique de toute ébauche susceptible de débloquer la sitiuation.Apres le blocage ils veulent faire du pays un brasier avec les menaces de grève qu'ils brandissent maintenant après avoir échoué d'imposer leur diktat. S'ils s'estiment plus aptes a diriger le pays qu'ils le disent. On n'en a vraiment marre de ces enfants gates .
Soussi
Taboubi
a posté le 26-05-2022 à 11:52
Ya Taboubi
Vous avez laisse tomber le pays
S il y a probleme il faut l afronter par votre presence sur place et non dans vos bureaux
Vous n etes pas oblige d etre d accord Mais etre present pour defendre vos idees parceque les absents ont toujours tord
Rak Zit fil ajin Bella
Loc
Caprice
a posté le 26-05-2022 à 10:55
Il n'y a plus de sucettes pour ces enfants gâtés qui ont pris l'habitude de jouer aux enfants rois
à qui on doit rien refuser
Mad
A devenir fou
a posté le 26-05-2022 à 10:35
Dans les pays qui se respectent , les centrale syndicales n`intervienent pas en politique ni a l`elaboration d`une constitution ni......
l`UGTT est la principale responsable de la deterioration de l`economie , Mettez Abir moussi ou Ghannouchi ou Kais Saeid au pouvoir, rien ne changera .
l`Ugtt va toujours tirer a l`arriere. Bourguiba et B. Ali l`ont bien compris.
DHEJ
D'un ouvrier à la SONEDE...
a posté le 26-05-2022 à 10:32
Pour péter plus gros que son xxx...