alexametrics
mardi 23 juillet 2024
Heure de Tunis : 08:45
Dernières news
Saïed s'entretient avec Blinken afin de parler du Bonheur national brut et du magazine qu'il a emporté avec lui
15/12/2022 | 10:16
5 min
Saïed s'entretient avec Blinken afin de parler du Bonheur national brut et du magazine qu'il a emporté avec lui


Le chef de l'Etat, Kaïs Saïed, a rencontré, à l'occasion de la visite qu'il effectue aux Etats-Unis d'Amérique, le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken. Au cours de cette rencontre, le président a affirmé que la Tunisie demeurera un pays méditerranéen et continuera à entretenir de bonnes relations avec la rive nord de la Méditerranée et avec ses alliés notamment les Etats-Unis d'Amériques. Kaïs Saïed est revenu sur sa visite à la bibliothèque du Congrès américain. Il a, aussi, évoqué la reconnaissance de la déclaration d'indépendance des USA par la Tunisie et les relations de longue date liant les deux pays.


Selon un communiqué publié à la date du 15 décembre 2022 par le département de l'Etat, Kaïs Saïed a souligné l'importance de la collaboration tuniso-américaine. Il a affirmé que la Tunisie a bénéficié, à de nombreuses reprises, du soutien américain. Il a cité, à titre d'exemple, le soutien à l'indépendance de la Tunisie et dans les secteurs de la santé et de l'éducation. Il a expliqué qu'il s'agissait d'aides et de collaborations directes avec le gouvernement américain, en plus du soutien indirect à travers le groupe de la Banque Mondiale et l'USAID. Le chef de l'Etat a, encore une fois, évoqué les documents qu'il avait apporté avec lui de la Tunisie. Il est revenu sur le fameux magazine qu'il avait présenté lors de sa visite de la bibliothèque du Congrès américain comportant une illustration du premier drapeau américain. Le même magazine comportait des explications, selon lui, sur la création des USA.

« J'ai également fait un rappel du Préambule de la Constitution américaine, en quelques phrases courtes, mais assez significatives et permettant de garantir la joie et le bonheur des gens. Nous ne cherchons pas le Produit national brut, mais le BNB, le bonheur national brut. Le terme que nous cherchons, c'est le bonheur international brut, que ce soit au niveau international ou national... Nous avons eu des constitutions depuis le temps de Carthage jusqu'au Pacte fondamental de 1861. Après, nous avons été témoins de l'ère durant laquelle les Tunisiens ont demandé une constitution garantissant les droits et les libertés et ouvrant la voie vers la création d'une nation. Ceci a été achevé après la déclaration de l'indépendance, à la date du 1er juin 1959, plus précisément », a-t-il ajouté.


Le président de la République a évoqué l'épidémie du Coronavirus. Il a évoqué la crise d'oxygène et la dégradation de la situation des hôpitaux. Il a rappelé avoir visité un hôpital à Redeyef (gouvernorat de Gafsa) à la date du 24 juillet 2021. Il s'agissait d'un établissement n'ayant ni électricité, ni oxygène, ni eau potable. Le lendemain, il a usé de mécanismes juridiques afin d'annoncer des mesures exceptionnelles, car il ne pouvait plus accepter de voir des gens mourir devant lui. Il a affirmé avoir agi dans le cadre de l'article 80 de la Constitution. Il a également affirmé avoir annoncé à Rached Ghannouchi, président de l'Assemblée des représentants du peuple, qu'il comptait dissoudre le parlement. Il a indiqué avoir fait cela à huit heures du soir par téléphone. Il a expliqué qu'il ne voulait pas le contraindre à venir au palais de Carthage en raison de son âge. 

Kaïs Saïed a indiqué que la constitution promulguée après la Révolution de 2011 avait été élaborée sur mesure afin de servir les intérêts de certaines catégories. Il l'a assimilé à un vêtement ou à une paire de chaussures. Le chef de l'Etat a, aussi, critiqué l'adoption du scrutin plurinominal proportionnel. Kaïs Saïed a affirmé que la constitution de 2014 a conduit à la désintégration des institutions politiques et que la corruption s'était fortement répandue en Tunisie. Il a assuré à Antony Blinken que des élus avaient voté pour certains membres de la Cour constitutionnelle contre 150 mille dinars. Il a indiqué que des élus ont fait l'objet d'une levée de l'immunité après le 25 juillet 2021. Il s'agit de parlementaires impliqués dans des réseaux de contrebande. Il a, aussi, assuré que des élus ont vendu leur voix lors de votes sur des projets de loi.


Kaïs Saïed a indiqué que les réseaux de corruption avaient réussi à infiltrer les tribunaux. Il a, par la suite, évoqué l'agression subie par Anouar Bechahed, élu d'Attayar. Ce dernier a reçu un coup de poing par des députés d’Al Karama à la date du lundi 7 décembre 2020. Il a rappelé avoir reçu au palais de Carthage plusieurs députés suite à cette agression. Plusieurs d'entre eux avaient demandé la dissolution du parlement. Le peuple a, aussi, demandé la même chose. Il a affirmé s'être retrouvé dans l'obligation de le faire par la suite tout en veillant au respect de la Constitution. Il a indiqué qu'il avait, avant cela, annoncé un gel de l'activité parlementaire. Kaïs Saïed a motivé ses décisions par sa volonté de sauver la Tunisie et d'éviter une guerre civile.


S.G

15/12/2022 | 10:16
5 min
Suivez-nous
Commentaires
Naim
Les américains sont en zone trouble.
a posté le 15-12-2022 à 20:41
L'oncle Sam perd les pédale et ça rame fort mais le courant de la dedolarisation du monde avance à pas géants.
Jha
Paradoxe
a posté le 15-12-2022 à 14:02
KS qui parle de bonheur, sachant qu'il est lourdement handicapé pour l'exprimer. .. cest un peu comme si une péripatéticienne nous faisait un exposé sur la vertu ..
Abir
Une phrase qui m'a intéressé !
a posté le 15-12-2022 à 12:53
La Tunisie demeurera un pays méditerranéen! Inchallah ks ne penserait pas un jour, envoyer le pays en Afrique de sud !
EL OUAFI
Exposé limpide
a posté le 15-12-2022 à 12:08
Mr Kais Saïed, en plaidoyer de la cause tunisienne, ignorée par grand nombre de responsables politiques américains.
Il est donc temps de mettre les choses au point,informer nos amis Américains, du réel de l'historique qui l'ont conduit à pendre les mesures qu'on connaissait,
informer les responsables, du déni et le réel de la constitution de 2014,et sa nocivité, son vrai contenu,
il est certain que le parfait n'est qu'un mirage, Kais Saied, a agît dans la légalité d'interrompre le processus établi par l'équipe précédente et redresser la barre.
Plaidoyer honnête rendre compte à nos amis Américains, ces derniers qui ont soutenu par le passé notre juste cause à savoir l'indépendance, et les aides successives qui nous ont hissés vers un progrès, l'enseignement entre autres,et une coopération utile promouvant l'intérêt des deux pays.
takilas
Est-ce que nahdha connaît l'histoire de la Tunisie rt même l'histoire en général ?
a posté le 15-12-2022 à 10:57
C'est impossible, car ces énergumènes qui voulaient un butin tombé du ciel, et pour la plupart, n'ont aucune formation ni suivi des études universitaires ou autres études analogues, sauf une minorité mais qui sont limités et non aucune raison de s'impliquer dans la gouvernance d'un pays.
Ceci étant, et le plus grave c'est qu'ils se permettaient à falsifier des c.v. et au mieux ramener des certificats sans valeur.
C'est d'ailleurs l'énorme défaut et manquement de nahdha qui a planifié lors de sa sinécure à Londres, d'envahir la Tunisie au cours du ridicule printemps arabe, et ce sans jamais donner de l'importance à la compétence, c'est parce que ceci l'intéressait peu, d'autant plus plus que ses adeptes croyaient que de gouverner est similaire à la gestion d'une épicerie et qui consiste à commander la marchandise, à avoir une arrière boutique pour le stockage et de mettre sur une estrade pour s'imposer comme patron.
Et les ministères c'est quoi alors pour eux ?
C'est un décor que quelques citoyens devront gérer, et que ce nest par l'affairedun gouvernement qui ne savent même pas de quoi il s'agit.
D'ailleurs, et jusqu'à maintenant, ils pensent, risiblement, que l'opposition consiste à insulter, à saboter et à mettre les bâtons dans les roues et ce pour tenter de reprendre ledit "commerce".