alexametrics
lundi 22 avril 2024
Heure de Tunis : 22:35
Dernières news
Sadok Belaid : la décision de limoger Chawki Tabib est inconstitutionnelle !
24/08/2020 | 20:13
1 min
Sadok Belaid : la décision de limoger Chawki Tabib est inconstitutionnelle !

 

Le juriste et professeur de droit constitutionnel, Sadok Belaid a indiqué, ce lundi 24 août 2020, dans une déclaration accordée à Mosaïque Fm, que la décision prise par Elyes Fakhfakh concernant le limogeage du président de l’Inlucc, Chawki Tabib est inconstitutionnelle.

« Cette décision est une utilisation abusive de la loi, et du principe de la gestion des affaires courantes pour un chef de gouvernement démissionnaire. Elyes Fakhfakh a abusé de sa qualité de chef de gouvernement d’une manière excessive et sans précédent pour régler des comptes personnels avec ses ennemis. De ce fait, cette décision est inconstitutionnelle. Il s’agit d’un abus de pouvoir pour des règlements de comptes personnels », assure en substance Sadok Belaid.

 

Rappelons que le chef du gouvernement sortant, Elyes Fakhfakh, a décidé, aujourd’hui même, de limoger Chawki Tabib, président de l’Instance nationale de lutte contre la corruption (Inlucc).

Le Conseil des ministres a décidé de le remplacer par le juge près de la cour de cassation, Imed Boukhris 

Notons, également, que l’instance et Chakwi Tabib, par nombre de déclarations, ont joué un rôle important dans le scandale de conflit d’intérêts qui a précipité la chute du gouvernement Fakhfakh et la démission de ce dernier.

 

S.H

24/08/2020 | 20:13
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Houcine
Sans arbitre.
a posté le 25-08-2020 à 02:21
C'est assez éclairant de voir naître et prospérer des commentaires, des opinions sur la conformité de tel texte, la constitutionnalité de décidions prises par un gouvernement quand on sait toute l'énergie déployée par certains ( que chacun connaît) contre la mise en place d'un conseil constitutionnel.
Opportunément, les mêmes appellent de leurs v'?ux l'arbitrage d'une instance qui n'existe pas. Comme les manettes du pouvoir leur échappent, ils deviennent soudain très légalistes. On pourrait même dire légitimistes, tant ils apparaissent tenir à la Loi et à son application, eux qui firent à leur guise, bafouant règles, dispositions, avec une totale assurance d'être la norme.
C'est même ce qu'on entend comme musique de fond lorsqu'on lit leurs récriminations ou diatribes. Ils sont le Parti majoritaire, disent-ils.
La majorité, c'est lorsqu'on a plus de 50% de parts ou de partisans.
Les islamistes, leurs serviteurs et suivants n'ont pas fini de nous clamer la révolution, de nous parler démocratie. Ils adoreraient le diable et chanteraient ses louanges pour peu que cela serve leur prijet : Le pouvoir et ses attributs.
Si ce gouverneme (ou un autre) a du respect pour les citoyens de ce pays, il chargerait une commission d'enquête pour investiguer, vérifier, et mettre au jour tous les avantages concédés par népotisme, toutes les situations acquises illégalement, les fortunes amassées qui permettent d'acheter la clientèle pour abonder le Parti en voix...
Il faudrait de la conviction, le sens de l'équité, comme dirait Dilou, pour les poursuivre et leur appliquer la loi dans toute sa rigueur.
Voilà pourquoi, ils ne veulent pas d'un gouvernement qui échappe à la loi des partis.
Parce que, ce faisant, ils restaient maîtres du jeu. Et des enjeux.
Le règne des partis, c'est le règne des islamistes. On les a laissés faire.
Ils ont labouré le terrain, semé et quand vient le moment des récoltes, ils raflent la mise.
Il était temps que quelqu'un se lève et siffle la fin de la partie.
'? bon entendeur...


Ammar Akoubi.
Ils sont tous responsables de cette situation qui se dirige vers la Somalisation de notre pays.
a posté le 24-08-2020 à 23:41
Les pseudos gouvernants parachutés par les pions et les machinations de la boulimie de la politique qui a investi notre pays depuis 2011 ont semé une inculture généralisée qui a permis aux médiocres, aux incompétents, aux corrompus, aux profiteurs, aux hypocrites, aux professionnels du bluff et aux pervers narcissiques de prendre les commandent et mener le pays à la banqueroute. Il est temps de nettoyer les écuries d Augias puisse la majorité des éléments de cette classe politesses sont des sujets à caution doit des bons à rien ou des prêts à tout.
Bob
Jugement de valeur
a posté le 24-08-2020 à 23:16
Une précision: le terme ta3assof veut dire 'hostilité', dans ce cas, la décision de Fakhfakh serait hostile à la Constitution, elle serait donc anticonstitutionnelle et non pas 'inconstitutionnelle' (c'est à dire qu'elle n'est pas conforme à la constitution). Dans un cas comme dans l'autre, la Tunisie n'a ni Sénat ni Tribunal Constitutionnel seul capable d'examiner un litige de cet ordre. Quand dans le pays, il il y a un vide aussi important, le mieux est de se taire. En outre, quel instance est capable d'apprécier s'il s'agissait, (éventuellement), 'd'un abus de pouvoir et un règlement de comptes personnels'? Les preuves brillent par leur absence. L'intervention du Pr Belaid est une interprétation personnelle et un jugement de valeur d'un juriste et homme politique qui n'apporte aucune preuve à charge capable de créer un doute. C'est simplement un mouvement d'humeur sans portée. Alors à quoi bon?
DHEJ
Foutaise...
a posté le 24-08-2020 à 22:11
Il faut citer l'article de la constitution

A défaut c'est faux!
The Mirror
***avec ta merde de Constitution
a posté le 24-08-2020 à 21:43
La Constitution de Guanouchi n'est bonne que pour la poubelle.
MALAHI
Il est encore chef de gouvernement !
a posté le 24-08-2020 à 21:30
Nous avons une constitution qui permet à un chef de gouvernement démissionnaire de continuer à prendrez les décisions et de ne pas laisser des vacances du pouvoir; alors il a totalement le droit de faire ce qu'il veut; si non comme une majorité des TUNISIENS le demande : Une troisième république pour mieux gouverner!....
Le Cirque
El Mercato
a posté le 24-08-2020 à 21:02
C'est impensable, 10 longues années d'échec cuisant n'ont rien appris à Ennahdha.
Echry Bi3 l'épicier du coin.
foulen
2 x FAKH règle des comptes
a posté le 24-08-2020 à 20:45
C'est pas la faute à double FAKH, mais elle est de la responsabilité de IKHCHIDI qui l'a laissé faire n'importe quoi. CE dernier risque gros avec ce comportement car il devient coupable aussi du même préjudice. C'est une organisation indépendante et on ne sais pas pourquoi 2x FAKH fait ça. De quel droit ? un démissionaire qui prends des décisions aussi dangereuses.
A quand les élections (présidentielle et législative) ?
Campus
Wahdek Si Bélaid
a posté le 24-08-2020 à 20:28
Personne à part vous n'a relevé la bourde.
Voilà ce qu'on risque quand on donne les clés de la cité à des inconnus.
Forza
Fakhfakh applique la politique de la terre brulée
a posté le 24-08-2020 à 20:17
Ce n'est pas bon, pas même pour son propre futur.
Zohra
Bien voyons
a posté le 24-08-2020 à 20:17
Un corrompu peut cacher un autre.
Pouvez vous nous ce qu'il a fait ce Monsieur depuis sa nomination ? C'est comme tout reste illi tjibou lillah ywallik 3lilla.