alexametrics
lundi 15 août 2022
Heure de Tunis : 01:06
Chroniques
Mechichi - Vous avez dit destruction ?
Par Synda Tajine
03/11/2020 | 15:59
4 min
Mechichi - Vous avez dit destruction ?

 

Novembre pointe déjà le bout de son nez et présage de la fin de cette année hors du commun…En attendant, le monde part en sucette.

La pandémie, imprévisible et inévitable, s’est abattue sur le monde et a chamboulé tous les équilibres déjà établis. Comme pour prouver que rien ne peut être tracé d’avance, elle a mis le monde face à un avenir incertain pour lequel il peine, pour l’heure, à trouver des solutions.  

La France interdit la vente des produits dit « non-essentiels » de ses rayons, provoquant la consternation de ses citoyens. Les Etats-Unis s’apprêtent - peut-être - à dire adieu à un président que le bilan prédisposait à briguer un deuxième mandat. Les attentats terroristes se multiplient dans un contexte très tendu et la crise économique balaie tout sur son passage.

Le monde patauge et ne sait pas comment faire face à cette situation qui a échappé aux prévisions et aux projections les plus pointues. Et nous, nous ne sommes certes pas en reste.

 

C’est une conférence de presse indéniablement défaitiste et pessimiste qu’a tenue le chef du gouvernement Hichem Mechichi aujourd’hui. Lorsqu’un chef de gouvernement ne trouve pas d’autres mots pour justifier son (court) bilan qu’en expliquant que c’est la faute à ceux qui l’ont précédé et qu’il n’y pouvait rien, c’est que nous sommes vraiment dans la mouise.

Sachons-le, regardons-le en face et réalisons-le une bonne fois pour toutes. « Ce déficit, ce n’est pas le gouvernement qui l’a apporté avec lui…Nous aurions apprécié plus de transparence [de l’ancien gouvernement], ils ont été plus optimistes qu’il ne faudrait…C’est comme celui qui, mécontent de son reflet, décide de briser le miroir dans lequel il se regarde », tels sont les propres termes du chef du gouvernement. Plus de place au doute…ni à l’espoir.

 

Après la surprise des mesures Covid annoncées en catimini à 2h du matin, il ne fallait pas espérer que, cette fois-ci, Hichem Mechichi se pointe à l’heure. Alors que, pour une fois, les services de la Kasbah ont annoncé une heure exacte pour l’allocution gouvernementale – au lieu de l’habituelle, dans la soirée, dans la journée - c’est avec presqu’une heure de retard que Hichem Mechichi s’est présenté aux journalistes. Mais ne vous offusquez-pas, gentes citoyens, cette conférence n’est pas pour vous. Comment voulez-vous qu’elle le soit, diffusée à 16h alors que vous êtes en train de courir dans tous les sens, dans vos bureaux, dans la circulation ou en train de faire vos courses afin d’échapper à la loi implacable du couvre-feu ?

 

Cette conférence de presse, au ton monocorde et intelligible, est destinée à la banque centrale de Tunisie. Vous remarquerez d’ailleurs que le nom de la BCT a été répété pas moins de 12 fois pendant une allocution qui a duré moins de 30 minutes.

C’est que le gouvernement digère mal le niet catégorique opposé par la BCT à ses sollicitations de financer le déficit budgétaire. Présenté par Mechichi comme l’unique et ultime bouée de sauvetage à une crise inéluctable, la solution a été balayée d’un revers de main par l’institution monétaire qui a souhaité rester attachée à son indépendance, voulant garantir sa mission première celle de « maintenir la stabilité des prix et de contribuer à la stabilité financière ».

 

« Nous avons trouvé la solution…Nous sommes convaincus que la BCT est consciente du rôle très important qu’elle aura à jouer pour limiter les répercussions de la crise économique que traverse le pays. Nous croyons en l’indépendance de la BCT, mais il faut savoir aussi qu’elle évolue dans un contexte économique qui nous englobe tous […] Nous aurions aimé que les échanges se fassent autour d’une table et non via des communiqués qui annoncent des décisions prises. Bon, voilà ce qui s’est passé », a déclaré Hichem Mechichi aujourd’hui à l’adresse du gouverneur Marouen Abassi.

 

Pour Mechichi, si le bilan est aussi sombre, il n’y peut rien et la balle est désormais entre les mains de la BCT. Il n’arrête pas de le dire en évoquant le mot magique « la continuité de la vie économique et le pain du Tunisien ». La balle est donc dans son camp et si elle ne répond pas à l’appel, elle aura failli à sa responsabilité envers le citoyen.

 

Jamais discours politique n’aura été aussi sombre et défaitiste. En cette période de crise économique, aggravée par une pandémie avec laquelle le monde entier se bat, Hichem Mechichi consacre 30 minutes au public pour ponctuer son discours des mots : crise, entrave à la production, lenteurs administratives, déficit, inflation, urgence... avant de les achever en prononçant le mot « destruction », en évoquant le dossier d'El Kamour.

« Faisons face à l’ampleur de la destruction que nous avons causée à nous-mêmes. Assez perdu de temps dans la contemplation, il faut retourner au travail », a-t-il dit. Si la responsabilité n’est celle de personne, à qui est adressé ce message ?

Par Synda Tajine
03/11/2020 | 15:59
4 min
Suivez-nous
Commentaires
takilas
Dix ans déjà ?
a posté le 04-11-2020 à 12:36
Et les gens traînent à comprendre que ces envoyés de Londres sont venus en Tunisie justement pour détruire le pays tunisien ; et c'était toutes les directives et les lavages de cerveau qu'ils ont subi dans cette ville européenne qui n'a pas cessé de démontrer qu'elle agit contre sa réputation historique exemplaire.
Pourtant ces londoniens, tout en espérant que cela soit involontaire et sans arrières-pensées, ont paraît-il ( d'après leur plan ) agi ainsi pour soi-disant éradiquer le terrorisme soit chez eux ou dans le monde.
De ce fait, et surtout suite aux catastrophes du 11 septembre 2001, leur plan consistait à rassembler, chez eux.
, tous les supposés terroristes (des "islamistes" en général) afin de leur inculquer les droits de l'homme et le respect de l'homme.
Or, et sans tergiverser dans l'explication, cette méthode s'est avérée caduque et inefficace.puisque l'improvisation d'un prétendu printemps arabe n'a pas donné ses fruits, et il ne restait pratiquement que la Tunisie victime de ce plan diabolique.
Toutefois, une question se pose d'elle-même aux britanniques :
- Pourqioi cette démarche à inclus la Libye dans ce plan ? alors que tout le monde sait que les réserves de pétrole dans lecterritoire libyen sont immenses voire "inepuisables" et qu'il ne fallait pas éliminer aussi hâtivement Gueddafi pour inculquer la démocratie et puis de semer la propagande en Libye toujours avec le contexte d'instaurer la démocratie.
Donc les occidentaux pensent peut-être que Dieu les envoyés sur terre, en messie, pour sauver le peuple libyen ; alors à ce moment-là pourquoi Nontils pas sauvés plusieurs peuplades victimes de colonisation et pourquoi cherchaient-ils à imposer nahdha des islamistes en Tunisie à moins pour baliser le passage vers le pétrole libyen ? Pourquoi ne sauveraient- ils pas alors la Tunisie des griffes de nahdha qui a ramassé tout l'argent de ce petit pays pour lendetter indéfiniment, et de créer une dictature jamais connue depuis la nuit des temps ?
De toutes les façons, on constate déjà les conséquences néfastes de ce plan avec l'implication géopolitique de plusieurs pays et qui risqueraient d'être néfastes à caudnse de cette idée que les briyltanniques supposaient ingénieuse pour éradiquer (faussement ) le terrorisme.
Natiotunis
"Wakkfat ezzanka belhareb"
a posté le 04-11-2020 à 06:20
Visiblement, l'état s'approche à une cessation de paiement. On harcèle le BCT pour financer et créer de liquidités pour pouvoir continuer à payer ses salariés et ses dettes, au prix de la valeur du dinar. L' état veut ainsi taxer les citoyens davantage sans leur prendre aucun millimètre, mais en depreciant leur monnaie. Pour l'état, c'est évidemment justifiable, tant que ça lui empêche le pire. L'etat aurait dû, au lieu de ça, résoudre les vraies sources des problèmes: les entreprises publiques déficitaires et l'argent circulant hors du circuit commun (la contrebande)
Sebei
Un gouvernement attendu à l abattoir
a posté le 04-11-2020 à 04:22
Une scène politique éparpillée les institutions de l'état sont faibles le centre est épuisé les péripheries sont renforcées les tensions s intensifient et l époque favorise le discours radical c est une situation péniblement gouvernable beaucoup de politiciens compréhensifs ont dit Que Dieu vous aide Mr Mechichi c est un poste qu aucun de nous le veut dans cette période
momo
Lui ,il bosse ,il faut que le reste suive.
a posté le 03-11-2020 à 23:31
Je pense que vous êtes sévère, vous ajoutez à la destruction du pays, qui est réelle, une charge terrible contre le chef du gouvernement qui n'a que quelques mois de gestion, la situation catastrophique du pays est connue de tous, sa franchise ou sa transparence nous rassure quelques parts, car là je trouve le technocrate. Des décisions importantes ont été annoncée, cela prouve qu'il est à la manette ,il bosse ,il faut que le reste suive de grés ou de force.
Le peuple veut
Qu'c'est qu'il peut faire?
a posté le 03-11-2020 à 23:03
Rien? Il faut attendre que tout le monde arrive au fond du baril inclus les contrebandiers, les brigands, et les corrompus. Et Surprise, Surprise, Miracle, Miracle: le peuple retournera au travail, arrête de faire des grèves, accepte la réduction de tous les salaires (privés et publics) et les bénéfices marginaux de 20%, le peuple accepte de cesser de tricher et commence à payer les impôts, cesse de voter pour les incompétents, et accepte de patienter quelques années. 5 ans après le peuple cesse de mendier et ainsi le peuple deviendra peuple. Dix ans après, il peut voyager n'importe où dans le monde sans Visa aucune. Juste dix ans de travail et sans triche. C'est trop demander de travailler, ne pas tricher et attendre 5-10 ans? Oui si les dirigeants ressemblent aux dirigeants de la décennie 2011-2020.
La banqueroute de la Tunisie
Faut-il qu'un pain coûte un panier de Dinars
a posté le 03-11-2020 à 22:27
Notre 1er ministre a-t-il étudié un minimum d'économie ?
A t-il entendu parler de certains pays dans lesquels il fallait un couffin de billets de banque pour s'acheter un pain.
Les solutions pour sortir le pays de cette situation étouffante sont nombreuses. Il suffit qu'il y ait des responsables qui remuent leurs méninges et qui osent prendre des décisions idoines.
Chapeau au gouverneur de la BCT qui a osé dire NON. Tenez bon et ne démissionnez pas.
"Ibki" Yè Tounes et attend toi à un avenir sombre.

Gg
Pauvre homme!
a posté le 03-11-2020 à 20:48
Il est évident qu'il ne peut être tenu pour responsable de 10 ans de gouvernance islamiste, de 10 ans de destruction systématique du pays, que ce soit par incompétence ou par pur machiavélisme. Ces gens ont trahi le pays, le peuple, brisé toutes les espérances.
Et dans ce contexte, si la BCT refuse de prendre à son tour le toboggan vers la banqueroute, c'est tout à son honneur. En cas de rebond, elle sera présente.
DHEJ
Un nul hunted par un président CARTABLE...
a posté le 03-11-2020 à 19:53
Qu'est-ce qu'il connait à l'Ingénierie de destruction ?


Il faut être un as de structures comme structure gouvernementale.


Ministère des affaires étrangères de la migration et des tunisiens à l'étranger, c'est quoi cette institution ?
DHEJ
Il faut vendre...
a posté le 03-11-2020 à 19:38
Les sociétés de transport à commencer par la TRANSTU...