alexametrics
A la Une

Malversations à la SNCFT, la victoire de l’INLUCC

Malversations à la SNCFT, la victoire de l’INLUCC

 

Voilà deux ans, l’opinion publique découvrait l’histoire incongrue de Issameddine Fitati, un conducteur de train licencié par la SNCFT en 2016 pour avoir dénoncé des dossiers de corruption. Le 8 mars 2018, le PDG de la société des chemins de fer, a annoncé, la réintégration du chauffeur, à partir de lundi prochain. Une décision prise sous la pression du ministre du Transport Rahouane Ayara et de l’INLUCC. Issameddine Fitati, présent au plateau de Hamza Belloumi sur Elhiwar Ettounsi exprimait hier sa joie de reprendre le travail soulignant toutefois son intention de continuer à « dénoncer les faits de corruption » qui gangrènent la SNCFT…

 

Le président directeur général de la société nationale des chemins de fer de Tunisie SNCFT, Anis Oueslati a annoncé, hier, que Issameddine Fitati qui avait été suspendu de ses fonctions au sein de la société de transport il y a un an et demi pour avoir dénoncé des dossiers de corruption, réintégrera officiellement son poste.

La décision a été « imposée » par le ministre du Transport, Radhouane Ayara, qui avait signé le 28 février dernier un document dans ce sens suite à la publication par l’instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), le 18 janvier 2018, d’une demande de réintégration de l’employé licencié.

 

L’affaire Issameddine Fitati date de 2016. Bien qu’il ait mené un combat acharné contre les défaillances de la SNCFT depuis plus de dix ans, ce n’est que lorsqu’il a commencé à apparaitre dans les médias qu’il a perdu son travail. Après avoir été traduit deux fois devant le conseil de discipline de la SNCFT, le 30 décembre 2015 et le 22 juillet 2016, le chauffeur a été licencié pour « avoir dévoilé des documents internes de la compagnie, pour avoir diffamé et insulté des responsables et pour avoir introduit, sans autorisation, une personne qui a filmé de l’intérieur les locaux de la gare de Jebel Jeloud ».

Selon la SNCFT, cette violation du secret professionnel a donc conduit le chauffeur de train à la révocation. Oui, mais… Issameddine Fitati n’a eu de cesse, bien avant la médiatisation de son « combat », et depuis 2012 déjà, voire bien avant, d’adresser des lettres aux ministres, aux responsables et à ses directeurs, toutes restées sans réponse.

 

Lors d’une entrevue avec Business News, datant du 21 avril 2017,  il avait affirmé : « Quand j’étais encore conducteur de train, j’ai écrit à tous les ministres du Transport pour leur faire part de mes inquiétudes. En interne, à la SNCFT, personne n’a voulu m’écouter et on m’a fait passer pour un fou. Depuis Abderrahim Zouari, ancien ministre du Transport de 2004 à 2011 jusqu’au ministre actuel, Anis Ghedira, toutes mes lettres sont restées sans réponse. D’ailleurs, ceux qui sont à l’origine de la faillite de la SNCFT sont toujours en poste ou proches de la retraite. Ils n’ont pas été inquiétés ».

D’après ses dires, en 2010, lorsque Sarra Rejeb était directrice générale du transport terrestre, une entrevue a été organisée. L’actuelle PDG de la SNCFT lui aurait alors fait une proposition : « Changez le contenu de votre rapport sur la SNCFT et nous nous placerons de votre côté », une proposition que le chauffeur abasourdi, avait déclinée sans l’ombre d’une hésitation.

 

Les dénonciations de Issameddine Fitati concernent d’abord et comme il tient à le rappeler, les manquements conduisant à la mise en danger des 41 millions de voyageurs qui empruntent chaque année les trains de la SNCFT. Des anomalies majeures et très graves, que le chauffeur a documentées, filmées et exposées lors de son passage, il y a un an, dans l’émission El Hak Maak de Hamza Belloumi. Des anomalies, qu’il avait relevées et desquelles il a fait part, comme l’exige le code de bonne conduite du fonctionnaire dans le public, à ses supérieurs, en vain.

Lors de notre enquête en 2017, nous nous étions aperçus qu’Issam n’était pas le seul à parler de corruption au sein de la SNCFT. En allant visiter la page Facebook « Les cheminots Tunisiens », on s’était aperçu que les allégations de corruption se multipliaient. Usage abusif des pouvoirs conférés aux cadres de la SNCFT dans l’exercice de leurs fonctions, transactions douteuses dans le cadre des appels d’offres sur les marchés publics, détournement, dilapidation des deniers publics, abus de biens sociaux, collusion avec des chefs d’entreprises, enrichissement illicite, sont autant de sujets évoqués par les cheminots dont la plupart ont gardé l’anonymat par peur des représailles.

 

Aujourd’hui Issameddine Fitati est réhabilité, mais l’acharné qu’il est ne lâche pas l’affaire. Le 7 mars au matin, encore au micro de Hamza Belloumi, il dévoilait encore des soupçons de mauvaise gestion dans la SNCFT.

Selon le chauffeur, la SNCFT, a procédé, avec l’accord du ministère du Transport du temps de l’ancien ministre Anis Ghedira à l’acquisition de 20 locomotives pour près de 165 millions de dinars pour renforcer sa flotte. « Sauf que ces wagons ne sont pas compatibles avec notre réseau ferroviaire. En effet, un wagon pèse 120 tonnes et possède 6 roues, ce qui fait une charge de 20 tonnes par roue, or les rails, constituant le réseau tunisien, ne supportent pas plus d’une charge de 15 tonnes par roue. Ces trains ne sont donc pas opérationnels, et on sera obligé par la suite, comme on avait déjà procédé auparavant, de changer toutes les lignes, ce qui aurait un coût colossal pour l’entreprise publique. En gros, on achète du matériel inadapté, que souvent on est appelé à réparer alors qu’il est encore tout neuf et quand il est non conforme on engage des travaux coûteux sur les lignes pour essayer de rectifier le tir » a souligné l’agent licencié.  

Issameddine Fitati a enfin précisé, que si l’affaire a été engagée par l’ancien ministre et l’ancienne PDG de la SNCFT, il était important aujourd’hui d’ouvrir une enquête pour en déterminer la portée. L’actuel PDG, Anis Oueslati, a tenu à expliquer, pour sa part, que les techniciens et ingénieurs de la SNCFT, œuvrent à s’assurer de la conformité technique du matériel acquis, ajoutant que les travaux engagés sur les rails entrent dans le cadre des travaux de restauration. Il a toutefois avoué que des locomotives neuves avaient, en effet, subi des rectifications pour une histoire d’écartement des roues et qu’elles sont aujourd’hui exploitées. Fait démenti par M. Fitati qui a souligné, de son côté, que les réparations n’ont rien arrangé au problème et que les roues « retouchées » ne font qu’abîmer davantage les rails des chemins de fer.

 

Issameddine Fitati s’engage donc dans un second round avec la SNCFT. Lors de son passage à l’émission « Ma Lam Youkal », le chauffeur, tout content de retrouver son travail, a bien assuré qu’il ne cèdera pas. L’INLUCC a d’ailleurs appelé les responsables de la SNCFT, à respecter la clause de non harcèlement des dénonciateurs de faits de corruption, afin qu’aucun moyen de pression ou de représailles ne soient exercées sur le chauffeur. Il s’agit là d’une victoire et pas des moindres, quand on sait la portée du phénomène de corruption dans les administrations publiques tunisiennes. Cette affaire pourrait bien être la fissure qui fera s’effondrer l’Omerta qui a toujours regné sur ce secteur.

 

Myriam Ben Zineb

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (12)

Commenter

MISKINA TOUNES
| 20-03-2018 13:07
Le problème des 20 nouveau locomotives pas encore réceptionner par la SNCFT c'est que l'appel d'offre était prépare sur mesure pour éliminer la majorité des fabriquant dans le monde ou très peux de fabricant répond au critère demander de l'appel d'offre qui sont au juste GM ET BOMBARDIER tous simplement les chinois sont toujours écarter, d'ailleurs c'est les deux seule retenue ,si e me rappel bien un produit que la tunisie va le payer 15 a 20 MILLIONS DE DOLLARS AMERICAIN EN PLUS pour rien ou pour quelqu'un qui va encaisser j'espère au moins une bonne commission

pappou
| 12-03-2018 13:19
Jusqu'à cet article je croyais que Business News était un journal électronique sérieux,allant au dela des apparences et voici que tout à coup il prend fait et cause pour un fait dont il ignore les tenants et les aboutissants.Demandez au service social de la SNCFT de vous faire un rapport sur la santé mentale du héros du jour.

Mindfuck
| 12-03-2018 12:57
ca fait plaisir à lire qu'un Whistle blower Tunisien s'en sort tant bien que mal, mais s'en sort quand même . Respect

Rzouga
| 12-03-2018 09:01
Nos responsables sont ils, nuls, naifs a ce point?
Primo ce monsieur n'est pas encore conducteur! Au lieu de travailler comme ses collegues pour atteindre cet honneur, il a prefere mener un combat a la Don Quichotte. Ce "monsieur" a commence par denoncer l'absence de securite dans les trains. Sans resultat puisque, depuis des centaines de trains continuent a circuler quotidiennement en toute securite( mis a part les accidents aux passages a niveau). Puis il a mis en cause le materiel roulant. Ce materiel circule depuis plus 20 ans et a assure des millions de km et transporte des millions de voyageurs et de tonnes de phosphate et autres marchandises. Pour le materiel non encore acquis, supposez que quelqu'un veut faire des affaires peut il etre aussi debile pour faire des erreurs aussi flagrantes. Les constructeurs sont ils aussi cons pour accepter ces aberrations alors qu'ils assument la garantie. Les gens qui veulent croient ces idioties oublient qu'aucune decision n'est prise pour l'acquisition d'un materiel aussi couteux sans l'accord de differentes commissions techniques et juridiques dont la plus importante est la Commission superieure des marches. Puis tout materiel est suivi et receptionne provisoirement puis definitivement apres des annees d'usage. La cloture des marches n'est realisee qu'apres l'accord definitif de la commission superieure des marches. Les messieurs qui croient les allegations, soient ne connaissent pas ces details ou font semblant de les ignorer comme le ministere du transport. Pour preuve pourquoi ce ministere ne publie t il les resultats de l'enquete sur le materiel chinois? Tout simplement parceque les conclusions sont contraires aux fausses nouvelles diffusees par certains ir responsables qui malheureusement sont promus par les lobbies qui les soutiennent. Pour le cas d'espece c'est le lobby des camions transportant du phosphate qui a l'occasion du C.I.Ministeriel a sorti ces fausses nouvelles. Je demandera aux gens qui sont charges de combattre la corruption de ne pas se laisser abuser par les vrais corrompus.

Casual
| 11-03-2018 08:37
Bravo Issam pour ta perseverance mais a ta place j'aurais un gout d'inacheve. Et c'est pas de ta faute mais de l'instance qui t'a retabli partiellement dans tes droits. Car l'Instance a neglige- probablement par deformation socioculturelle- le dommage moral que tu as subi des annees durant et se devait de statuer que tu avais droit egalement a des dedommagements pour reparer le prejudice moral subi outre tes droits aux salaires

REBELL
| 10-03-2018 19:17
Quel courage et quel culot...!
Ce jeune salarié "osé" d'une grande entreprise héritée de l'ère coloniale est le parfait exemple "inattendu" qui dénonce un état des lieux désastreux de nos quelques entreprises publiques où règnent la loi du "poltron".
Pire encore, certains salariés se sont transformés, et pour cause, en larbin de services voire en "nervi" attitré pour que la loi de la corruption et de la gangrène perdure et se transforme en une institution inévitable pour s'enrichir et/ou lapider les deniers publics.
Cette dynamique de l'autodestruction méthodique a été imposée depuis l'aube de l'indépendance.
Aujourd'hui, tout le pays, état et société civile, enfermé dans un mal incurable où même la loi ne vaut rien au yeux de ceux qui n'ont ni foi ni loi et la notion de "patriotisme" n'est que mythe et chimère.

Moustache
| 10-03-2018 18:19
Qui aurait cru qu'un jour un employé puisse dénoncé sans ne plus être inquiété!
Bravo en minimim au ministère qui a forcé sa réintégration, à l'INLUCC qui l'a soutenu mais surtout à son courage .

C'est vrai que de nombreux travaux on été fait et bizarrement tout d'un coup alors qu'en principe des travaux de maintenance se font par ci par la histoire de maintenir le réseau en bon état.

Dorénavant, les ingénieurs qui feront les cahiers des charges ou signeront les rapports de dépouillement de marché y réfléchiront à deux fois car leur responsabilité sera engagé si jamais l'enquête affirme les dire de Issameddine

EL OUAFI
| 10-03-2018 14:05
Est-ce la fin de l'OMERTA ?
est-ce nos ingénieurs sont incompétents ? Non je le pense sincèrement, le seul tord que notre peuple est gangrené par cette corruption ! il n'a pas la faculté de discerner le sens du devoir voire même la responsabilité ! le profit personnel passe avant le sens du DEVOIR or ceci est incompatible pour la bonne marche de l'entreprise, le fléau qui paralyse toutes évolutions cette fameuse corruption avec les dessous-de-table les marchés parallèles etc . .
Notre espoir réside en cette élite imbue du sens du devoir, cette nouvelle génération qui peut petit à petit dégangréner le paysage du pays et parvenir à mettre les roues sur les RAILLES.(Manai)

Maryem
| 10-03-2018 11:12
L exemple de ce patriote doit se multiplier dans toutes nos entreprises et nos administrations,il ne faut plus fermer les yeux ou tourner la tete,il faut denoncer tous les faits de corruption d ou qu ils viennent,la loi protege les citoyens et la societe civile les defendra.

Abir
| 10-03-2018 08:53
Qui combat et persiste pour une vérité ou un droit,tôt ou tard l'emportera et comme monsieur Issameddine ,un homme de conscience, responsable que la Tunisie à besoin,bonne continuation monsieur !!!!!

A lire aussi

La nouvelle du décès de l’ancien président égyptien Mohamed Morsi, survenu hier, a particulièrement

18/06/2019 19:59
1

Toute la scène politique nationale ne parle que du projet d’amendement du Code électoral. Une vive

17/06/2019 19:59
1

Les échéances électorales s’approchent et les nouvelles coalitions partisanes ont commencé à

16/06/2019 15:59
3

Depuis quelques années, les réseaux sociaux ont commencé à devenir un vivier d’ambassadeurs pour des

14/06/2019 19:59
0

Newsletter