alexametrics
dimanche 28 novembre 2021
Heure de Tunis : 16:27
Dernières news
L'extradition des frères Karoui devra avoir lieu dans les 48 heures, selon un journaliste algérien
31/08/2021 | 21:15
2 min
L'extradition des frères Karoui devra avoir lieu dans les 48 heures, selon un journaliste algérien

 

Hamid Ghomrassa, rédacteur en chef du journal algérien Al Khabar, a indiqué, dans une déclaration accordée, mardi 31 août 2021, à Express FM, que les frères Nabil et Ghazi Karoui, arrêtés en Algérie, devraient être remis aux autorités tunisiennes dans les 48 heures.

Il a précisé que Nabil et Ghazi Karoui seront traduits devant le juge d’instruction et passeront deux jours en prison avant d’être extradés.

Le journaliste a ensuite souligné que le lien entre l’arrestation des frères Karoui en Algérie et l’extradition, par la Tunisie, du militant kabyle Slimane Bouhafs, est devenu très clair.

 

Rappelons que le fondateur de Qalb Tounes, Nabil Karoui, a été arrêté, dimanche, en Algérie. Les médias algériens soutiennent qu’il a été échangé contre le réfugié politique Slimane Bouhafs. Hamid Ghomrassa a d’ailleurs estimé que le « pragmatisme » des deux pays l’a emporté, dans cette affaire, sur toute autre considération.

 

Le député Ghazi Karoui a été arrêté par les autorités algériennes en même temps que son frère. Ils auraient été arrêtés à Tébessa près des frontières tunisiennes. Ils se trouvaient dans un appartement situé au centre-ville. D’après les sources algériennes, les Karoui auraient passé les frontières clandestinement et devraient être déférés devant le tribunal en Algérie dès lundi 30 août.

L’affaire du réfugié algérien Slimane Bouhafs crée une vive polémique en Tunisie dans la mesure où la Constitution tunisienne interdit l’extradition des réfugiés politiques.

L’article 26 de la Constitution indique en substance : « Le droit d'asile politique est garanti conformément aux dispositions de la loi ; il est interdit d'extrader les personnes qui bénéficient de l'asile politique ».

D’autre part, la convention d’entraide judiciaire entre la Tunisie et l’Algérie interdit l’extradition des personnes impliquées dans des crimes politiques ou en rapport avec la politique. La même convention indique que toute extradition doit passer par la voie diplomatique. 

 

 

 

M.B.Z

31/08/2021 | 21:15
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Lazo
C'est juste un échange
a posté le 01-09-2021 à 09:36
Enahdha l'a déjà fait avec Baghdadi Mahmoudi... lui c'est un vrai réfugié politique et personne n'a levé la voix. Les intérêts des pays passe avant les personnes...
MH
Honte à vous Mr Président
a posté le 01-09-2021 à 06:44
Double faute: 1- on ne traque pas son ex-adversaire direct des élections, dès qu'on 6pris le pouvoir. 2- on ne bafoue pas les règles et les lois universelles. Un pays respectable ne doit en aucun cas extrader ses réfugiés politiques. Tout indique un retour à la dictature. Les Tunisiens ont tout faux en 2019, aux législatives comme au présidentiel.
Sedan
a posté le à 14:14
faux. encore faut-il avoir obtenu le statut de réfugié.
uno
mieux être en tunisie
a posté le 31-08-2021 à 21:57
Mieux être extradé en TUNISIE que resté en Algérie les frères Karoui sont très mal conseillé ils n'avaient pas besoin d'aller en Algérie il fallait juste attendre comme tous le monde jusqu'à la fin du feuilleton anti corruptions parfois on se met dans la geule du loup gratuitement
Sedan
la France n'extradie pas ses criminels ...
a posté le à 14:18
contrairement à Chahed, Jomaa, fakhfakh , rené Trabslsi ... ils n'ont pas de passeport français !!!

le judaiste Polanski violeur d'une gamine de 13 ans, recherché par Interpol depuis 1973. la France refuse de l'extrader. pourquoi ? parce qu'il est élu de dieu !!
les élus de dieu, sont intouchables en France.