alexametrics
jeudi 19 mai 2022
Heure de Tunis : 04:04
Chroniques
Les pieds dans la merde
Par Synda Tajine
16/11/2021 | 15:59
5 min
Les pieds dans la merde

 

Pas d’article tel que vous avez eu l’habitude de lire aujourd’hui. Le cœur n’y est pas. A quoi ça sert de déblatérer sur la politique, si nous avons – littéralement - les pieds dans la merde ? Ne m’excusez pas cette expression, elle est si douce comparée à l’horreur et au surréalisme du spectacle.

Stratégie gouvernementale, réformes, communication, discours fédérateur, guerre des chiffres… Références à Charles de Gaulle, Schopenhauer, Dostoïevski… De qui nous foutons-nous ? L’odeur de la ville de Sfax a vite fait de ramener nos pauvres pieds sur terre. Arrêtez de planer, c’est ici que ça se passe, nous dit la ville, en nous donnant une grande claque en plein visage…et en nous crachant dessus par la même occasion.

 

 

50 jours aujourd’hui. Après une semaine d’accalmie où on aura vu les ordures commencer à être levées pour devenir le triste problème des malheureux habitants de Agareb, et où les rues commençaient à redevenir à peu près humaines, retour à la case départ pour Sfax.

Depuis cette fin de semaine, les immondices, les ordures, les déchets, les détritus… la saleté – appelez-les comme vous voulez - ou ne les appelez pas du tout – ont fait leur grand retour. Stars de la ville, il y a quelques semaines, on ne ferait presque plus attention à eux aujourd’hui, tellement ils font désormais partie du décor.

 

 

Les pots de yaourt remplis de fourmis sont la continuité même de ces trottoirs qu’ils viennent embellir. Les sacs poubelles roses, bleus et noirs donnent un je-ne-sais-quoi d’unique à des rues déjà impraticables. Et les restes des repas de la veille, en pleine décomposition, font un subtil clin d’œil à l’immense Charles Baudelaire et à sa « Charogne ».

« Le soleil rayonnait sur cette pourriture,

Comme afin de la cuire à point,

Et de rendre au centuple à la grande Nature

Tout ce qu'ensemble elle avait joint »,

écrivait-il dans les Fleurs du mal.

 

On s’y abandonnerait presque, si ce n’est l’odeur qui vient vous réveiller de votre torpeur et les mouches qui vous poussent dans vos retranchements.

 

Les vitres de la voiture doivent être implacablement fermées. Impossible de penser respirer un peu d’air dans ce pourrissoir à ciel ouvert. Téléphone portable à la main, je décide de m’arrêter et de m’aventurer dehors pour immortaliser ce moment. Histoire de vous donner, à vous lecteurs, un aperçu vivant. Mais aussi, de raconter à mes arrière-petits enfants, lorsque je serai grisonnante et peut-être aussi sénile, qu’à un moment, un temps suspendu dans l’histoire, nous avons vécu au milieu des ordures. Nous nous y sommes presque habitués. Ils ne me croiront pas, vous aussi vous refuserez d’y croire. Il me faut des preuves.

Les gens me regardent comme si un ovni venait de se poser au beau milieu de ma tête. Qui voudrait photographier des poubelles ? N’ont-elles pas toujours été là ? « On aurait dû la brûler » me lance un passant, « on aurait dû tout brûler ! ». On pourrait allumer un immense brasier, nous brûler nous-mêmes et mêler nos dépouilles à cette puanteur qu’ils ne s’en rendraient pas compte, pensai-je. Je ne réponds pas et je rétorque avec un sourire, triste, entendu. Il hausse les bras et continue sa route, zigzagant entre les sacs poubelles. Un autre passant s’écarte pour me laisser filmer. « Magnifique n’est-ce pas ? », je lui lance, il acquiesce avec un sourire, triste lui aussi.

 

Devant l’hôpital, les fenêtres des services des urgences ont la plus belle des vues. Un tas d’immondices de plusieurs mètres, le long du trottoir. Vieux de plusieurs jours, à croire la quantité de poussière déposée dessus. 50 jours…

Les poubelles rivalisent de taille et de prestige. On y retrouve de tout. Expressionnisme, art abstrait, naïf, impressionnisme…tout se mêle. On rivaliserait presque avec les plus grands artistes du dadaïsme de l’entre deux-guerres. On peut voir de la beauté partout… Pourvu que l’on ne sombre pas…On peut aussi trouver de l’espoir. L’espoir de vivre dans un monde sans poubelles. Soyons ambitieux. Les rêveries n’ont pas de limites.

Devant les écoles, lycées et jardins d’enfants, les petits philosophent. « Quand je serai présidente, il n’y aura plus d’ordures dans les rues ». Rêves de jeunesse. Utopies. Il y a quelques années à peine, on rêvait de libertés, de dignité et de progrès. Il faut savoir modérer ses attentes. Vivre avec son époque.

 

En attendant, ceux qui sont responsables de ce pourrissement, continuent à vivre comme s’il n’avait jamais existé. Il y a ceux qui ne l’ont jamais vu (ou senti) en vrai. Il y a ceux qui le contournent et boivent leur petit café en faisant semblant d’ignorer que leur gobelet atterrira dans la rue pour y rester des semaines. Il y a ceux qui font des promesses qu’ils ne prennent pas la peine de tenir et ceux qui pensent qu’on gère un Etat comme on gérerait une épicerie…

Tous ceux-là devraient avoir honte. Vous deviez tous avoir honte. J’ai honte, aujourd’hui, et il est peu sûr que j’aie, un jour, réellement envie de raconter cette histoire sordide à mes enfants et petits-enfants…

 

A la place, je leur dirai qu’un jour, nous avons eu tellement mal que nous n’espérions rien de plus qu’un retour en arrière, que l’odeur des pots d’échappement nous manquait…

Par Synda Tajine
16/11/2021 | 15:59
5 min
Suivez-nous
Commentaires
Un citoyen
Le résultat de 11 ans d'égarement ...
a posté le 18-11-2021 à 14:29
Voilà le vrai problème !
KS ou Obama n'a pas de baguette magique et on ne peut redresser en quelques mois une situation que la secte a mis 11 ans à engendrer !
Le laxisme, la corruption, les recrutements massifs dans ma fonction publique par la secte qui ont désorganisés les caisses de l'état, la destruction de l'autorité de l'état, l'absence de vrai justice que la secte a instrumenté, voilà les vrais causes de cette déchéance et la merde on est pas prêt d'en sortir !
Fehri
Ordures à Sfax? On peut s'en débarrasser
a posté le 17-11-2021 à 23:00
Chère Synda, toutes le (merdes) que vous décrivez peuvent peuvent se résoudre en quelques minutes. Elles ne sont pas un défi. C'est une situation créée par l'homme. Maintenant mettez cela de coté et concentrez-vous sur la situation catastrophique aux Colombie Britannique au Canada: Inondations, coulés de boues, personnes et animaux bloqués, routes et voies ferrées bloquées plus un immense feu. Les êtres humains sont très chanceux. On a pu les sauver par hélicoptères, mais les animaux ne sont pas si chanceux. Voilà ce que veut dire « climate change » c'est triste. Les Sfaxiens devraient tirer leurs chemises et se mettre au travail tout de suite. Il faut la boucler!
Damergi habib
Cocoricooooo
a posté le 17-11-2021 à 09:17
C'est l'histoire du coq français le pauvre il chante et les pates dans la merde.on le dit souvent çi et la jusqu'à le vivre réellement.
Aghir
!!!!!!
a posté le à 22:49
Vraiment maladif de toujours faire référence à la France quel que soit le sujet!
why
Triste
a posté le 17-11-2021 à 02:11
'?a fait mal au coeur. C'est vraiment difficile à croire que notre pays est devenu à ce point méconnaissable. Et malheureusement, nous n'en sommes qu'au début du cauchemar. Bientôt 11 ans de révolution et voilà où nous en sommes. J'ai honte de ces poubelles, j'ai honte de ce pays. '?a nous fait encore plus mal au coeur parce que fondamentalement, nous l'aimons. Malheureusement, 11 ans d'incompétence, inepties, ARP, arrogance, islamismes, troïka et de médiocrité nous ont ramené à ce point. Tous ceux qui insultaient Zaba (allah yarhmou) savent au fond d'eux que les conditions de vie étaient 10 fois meilleures à cette époque-là. Les ordures étaient ramassées et le semblant d'état fonctionnait quand même. Merci à tous les médiocres de la révolution qui nous ont ramené à cette médiocratie crasse et infecte.
Warda
Toute la Tunisie est une décharge à ciel ouvert
a posté le 16-11-2021 à 22:11
De retour après deux ans cause covid à djerba il y a une semaine, je pensais que l'ile aux sables d'or était prête pour re-accueillir les touristes !

Poubelles partout, plages souillées de détritus : bouteilles en verre, couches, plastique, parasol rouillés enfouis dans le sable.

On m'avait dit que la plage de la lagune était magnifique : une déchèterie !

Je ne réserverai pas pour cet été la destination Tunisie, trop de saleté, aucun effort n'a été fait en deux ans.
La Grèce, Portugal avec leurs plages, rues archi propres feront le plein avec des touristes qui iront dépenser l'argent économisé pendant la crise covid.
Aghir
Oui!
a posté le à 22:56
Et quand on pense que des illuminés réclament d'inscrire Djerba au patrimoine de l'UNESCO.... Ca serait à mourir de rire si ce n'était pas si triste.....
nazou de la chameliere
Oui Mme Tajine
a posté le 16-11-2021 à 20:19
Le c'?ur n'y est pas.
Personnellement, pendant ma semaine en Tunisie, je me suis retrouvé en banlieue de Tunis sous la pluie.
J'avais filmée les torrents, ou il m'a été impossible de marcher avec mes chaussures.
Me voilà avec mes chaussures dans une main et le téléphone dans l'autre pour immortaliser ce moment !!!
C'est une Tunisie qui ne fait plus envie !!
Le facho de carthage est l'homme qu'il faut.
Cet homme est à l'image de son peuple !!
Tunisino
La deuxième république
a posté le 16-11-2021 à 18:08
C'est malheureux, mais c'est ainsi! La deuxième république n'a pas été instaurée pour servir les tunisiens, chacun pratique ses fantasmes malades, au détriment des intérêts des pauvres citoyens.
zozo Zohra
Ya hasra
a posté le 16-11-2021 à 18:07
Ya hasra l'époque de labib cette mascotte qu'on voyait partout en Tunisie.
Je compatis j'ai bien souffert cet été de ces poubelles et ces odeurs nauséabondes. la Tunisie s'est transformée en 'décharge à ciel ouvert'?'. Problème de décharges, pourquoi cela n'existait pas avant.
En plus des décharges c'est l'éducation. Il faut croire que le peuple a perdu soudain son éducation. Bizarre
Tout à refaire, l'éducation et les moyens de se débarrasser de ces ordures.
Mon.
Comment
a posté le 16-11-2021 à 17:50
Ce peuple tunisien chauvin hautain et hypocrite, a livré le pays aux islamistes parce qu'ils étaient pieux, a ce qu'il mérite aujourd'hui et ce n'est pas fini!
Nephentes
Liquefaction
a posté le 16-11-2021 à 17:20
Ce n'est pas uniquement Sfax qui agonise; ce sont toutes les villes historiques tunisiennes. Et avec elles ; c'est toute la Tunisie.

La régression qui s'ensuit va être durable et profonde, mais elle est inévitable compte tenu de la généralisation des comportements de oorben, qui en sont la cause principale; et c'est la viabilité même d'une société civilisée qui est en fait remise en cause de manière certaine, pour les dizaines d'années a venir.

Je ne sais pas de quoi l'avenir de mes enfants sera fait dans cette société de plus en plus barbare de plus en plus étrangère aux patrimoine civilisationnel tunisien: aussi les encourage je le plus possible a planifier un exil acceptable
Vieux Routier
A quoi fallait-il s'attendre
a posté le 16-11-2021 à 16:48
Chère Synda
Je compatis à votre tristesse et partage votre colère.
A quoi fallait-il s'attendre lorsque nous avons livré le pays aux islamistes, par lâcheté, par incivisme et par opportunisme. L'un d'eux n'avait-il pas posé la question wini eddaoula (où est l'Etat).
A quoi fallait-il s'attendre devant l'anéantissement des valeurs et attitudes qui sous tendent le vivre ensemble et la montée d'un individualisme dévastateur et cruel.
A quoi fallait-il nous attendre lorsque nous avons livré le pays à un universitaire théoricien du droit constitutionnel qui cherche à régler ses comptes en usant de la bonne parole populiste.
A quoi nous attendre lorsque nos ministres, bien bardés de leurs diplômes universitaires, n'ont aucune expérience de la gestion des problèmes quotidiens de la populace que nous sommes.
A quoi fallait-il nous attendre lorsque des gouverneurs sont limogés et non remplacés pendant des mois, avec une mairie bien islamiste qui ne bouge pas le petit doigt pour gérer la situation.
Nous l'avons tous voulu, activement ou par notre passivité séculaire. Nous en payons la facture.
Le seul désaccord entre vous et moi vient de ce que vous affirmez "A quoi ça sert de déblatérer sur la politique?" Vous êtes en plein dans la politique car vous vous intéressez au quotidien de vos concitoyens, loin du délire de l'article 80, de la constitution et autres finesses du droit, dignes de débats académiques et de sujets de thèses.
Dommage pour notre beau pays ... dont on nous a volé la beauté que nous avions connues à Sfax et ailleurs, dans chacun de ses recoins.