alexametrics
Dernières news

Les Européens surpris par le refus de la Tunisie d’assister à la conférence de Berlin

Temps de lecture : 2 min
Les Européens surpris par le refus de la Tunisie d’assister à la conférence de Berlin

 

 

L’Italie, la France et l’Allemagne ont été surprises par le refus de Kaïs Saïed de l’invitation de la chancelière allemande Angela Merkel d’assister à la conférence de Berlin, sous prétexte que l’invitation a été envoyée tardivement, soit deux jours avant l’événement prévu demain dimanche 19 janvier.

Un diplomate européen a indiqué à Business News que ce retard serait uniquement dû à une mauvaise évaluation de la situation par Angela Merkel. Une invitation de la Tunisie impliquant automatiquement celle des pays frontaliers, c’est à dire l’Algérie, le Tchad et le Niger. Seulement voilà, même si l’information de l’invitation de l’Algérie a circulé dans les médias algériens depuis plusieurs jours, il faut savoir que l’Algérie n’a reçu son invitation officielle qu’hier, tout comme la Tunisie donc. De plus, l’Italie et la France sont parvenues à convaincre Angela Merkel de ne pas exclure la Tunisie et de l’inviter à la conférence, ce qu’elle a fait hier, vendredi 17 janvier.

 

Le diplomate souligne que si la date exacte de l’information pouvait être gardée confidentielle, une telle conférence aurait pu représenter une occasion en or pour la Tunisie. En assistant à la conférence de Berlin, la Tunisie pouvait marquer sa présence auprès d’importants dirigeants mondiaux à l'instar du président russe, Vladimir Poutine, le chef de l'État français, Emmanuel Macron, le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo ou encore le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

La Tunisie aurait même pu profiter de l’occasion pour obtenir des fonds mais aussi oeuvrer pour un renforcement de la coopération militaire, en sa qualité de pays frontalier avec la Libye, directement touché par les répercussions de la crise voisine.

 

Dans un communiqué publié plus tôt dans la journée, Kaïs Saïed a affirmé avoir « décliné » l’invitation qui lui a été adressée hier par Angela Merkel pour assister à la conférence de Berlin. La Tunisie reproche en effet le fait que « l’invitation ait été envoyée de manière tardive, mais aussi son absence aux préparatifs qui ont débuté en septembre dernier », et ce « malgré son attachement à être en première ligne des pays participant à la résolution de la crise libyenne », peut-on lire dans le communiqué publié aujourd’hui par le ministère tunisien des Affaires étrangères.

 

 

Synda Tajine 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (128)

Commenter

EL OUAFFY Y
| 15-02-2020 14:37
Peut être ce n'est pas la vraie cause que Le président Kais avait présenté or il avait raison il évite les ingérences dans les affaires d'un pays qui est en mesure de régler leurs mal'entendus seul ,la Libye est encore en existence pleine d'hommes et femmes de potentiels .
Le président Kais a des préoccupations qu'il lui suffit .

Maxula
| 23-01-2020 01:54
"Supposons que Kais Saied ait été invité"

Avec des suppositions on peut en faire beaucoup de "si", qui peuvent même finir en "suppositoires". . .
Maxula.

Maxula
| 23-01-2020 01:36
"la Tunisie a bienfait de dire NON à cette invitation de la 25e heure"

A la bonne heure !
Je vous rappelle néanmoins que c'est bien Kaïs Saïed, Président de la République. . . et seulement lui, qui a pris la décision de décliner cette invitation indigne et de dernière minute !
Vous vous félicitez que ce soit "la Tunisie [qui] a bienfait de dire NON". . .en pensant bien sûr rendre hommage à KS, n'est-ce pas ?
Maxula.

Blutch
| 20-01-2020 21:21
Il a tout à fait raison, de ne pas rentrer dans les magouilles de l'Europe.
Après l'étonnement, du chef d'?tat tunisien.
De ne pas avoir été, invité à la conférence en Allemagne.
Il est tout à fait normal, qu'il refuse l'invitation le jour avant les grands débats. Il faut dire, que ce qui se passe en Libye.
Ne regarde en rien, les Européens.
C'est un problème, que l'Afrique doit régler elle-même...

Sam
| 20-01-2020 20:09
C est pas ainsi qu on fait la politique mr le president, vous avez faché l europe et les etats unis,avec vos conneries vis a vis d israel et maintenant voufier

Maryem
| 20-01-2020 09:02
L'Europe croule sous les dettes avec en prime des manifestations de gilets jaunes, de fonctionnaires en grèves au nom du pouvoir d'achat (2400 '?', par mois serait insuffisant pour vivre à Paris). Il faut donc du cash, un relais de croissance.Le Diable à l'origine de la guerre en Libye était invité à la table mais pas un mot sur les dommages et intérêts à verser aux parties civiles.Le Turc Erdogan était aussi là pour prendre sa part de gâteau dans les eaux territoriales Libyennes en gaz et pétrole. Le dépeçage a commencé.Les tribus Libyennes vont s'en mordent les doigts d'avoir comploter contre leur propre Guide car ils vont finir colonisés. Quand on ne s'occupe pas de son pays ce sont les autres pays qui s'occuperont de lui. C'est le tarif à payer.Merkel a tout dis sur les destruction mais elle n a pas prononcer un seul mot que c est l OTAN de Sarkosy qui a bombarde et detruit l armee nationale Lybienne et ont permi l entree des terroristes qu ils ont finances entraines et armes et leurs services speciaux infiltres en Lybie pour assassiner Gaddafi..et aujourd hui Haftar a extermine les terroristes et avance sur Tripolie la capitale ou sont concentres des milliers de terroristes et les mercenaires et cette conference veut tout simplement arreter cette offensive de Haftar et sauver Al Sarraj leur marionnette et les milliers de terroristes et mercenaires encercles par Haftar et sur le point d etre exterminees.C est aussi exactement le meme scenario qui se passe en Syrie a IDLIB ou 30.000 terroristes de DAECH sont encercles par l armee arabe Syrienne depuis plus de 5 mois et Merkel et ses allies veulent sauver en poussant Erdogan contre des milliards d Euros a les sauver d une extermination certaine....Voila les verites et Haftar doit exterminer les terroristes encercles a Tripoli coutera ce qu il coutera sinon il n y aura jamais de paix et les richesse de la Lybie seront finalement entre les mains des Lobbies Francais et Allemands et les barons milliardaires dont Abdelhakim Belhaj et le Tunisien Yadh marionnettes des Francais et des Allemands en Lybie...Merkel est un soutien important des terroriste a IDLIB et ceux de Tripoli..L Allemagne est le seul pays au monde qui a vote une loi pénalisant l'antisionisme.L'antisémitisme est un délit, puni comme tous les racismes par les lois françaises et allemandes. L'antisionisme est une opinion que chacun est libre d'approuver ou non", distingue le journaliste et écrivain Dominique Vidal, collaborateur du Monde diplomatique et auteur de l'essai Antisionisme = antisémitisme ? Réponse à Emmanuel Macron (éditions Libertalia)."L'antisionisme est le fait de critiquer la pensée de Theodor Herzl, le fondateur du mouvement sioniste, pour qui d'une part les juifs ne pouvaient pas s'assimiler, s'intégrer dans les sociétés dans lesquelles ils vivent et donc, secondement, il fallait un '?tat pour que tous puissent s'y rassembler", précise l'historien à franceinfo. Cette pensée est ancienne : elle date de la fin du XIXe siècle, donc avant la Shoah.

"L'antisionisme est une pensée politique et n'a donc rien à voir avec le fait de développer la haine des juifs", relève Dominique Vidal. Pénaliser l'antisioniste, "ce serait comme si les communistes demandaient une loi pour réprimer l'anticommunisme ou si les libéraux demandaient une loi pour réprimer l'altermondialisme", estime-t-il. "On entrerait dans un processus totalitaire", dénonce-t-il.

Slim2212
| 20-01-2020 03:29
Fierté et honneur ! Il appelle au respect

Professeur de droit
| 20-01-2020 00:01
Vous n'avez pas de recul sur la politique internationale. Autant l'Allemagne pèse (financièrement) au sein de l'UE, autant ce pays est un nain diplomatique, hors espace européen.
Cette conférence est un simple remplissage de calendrier, qui n'apportera rien (comme tout ce que Mme Merkel pilote, les européens en savent quelque chose), et ne changera rien à la situation. Elle sera rapidement remplacée par une autre conférence.
Aucune grande puissance ne penserait à confier à Angela Merkel , un dossier international aussi brulant, lorsqu'on passe aux choses sérieuses. Donald Trump la méprise ouvertement, Poutine l'a toujours ignoré, La chine, qui fait pourtant des juteuses affaires avec son pays, ne s'est jamais concerté avec elle, pour le moindre dossier international. Et j'ai peine à croire que l'Algérie ou l'Egypte (des régimes pour dont la conception de la puissance est avant tout militaire) aient grande opinion de ce pays dont on sait qu'il ne sera d'aucun apport, si jamais les choses devaient se gater, dans la région.
Attendez de voir le communiqué final sans tete ni queue, qui sortira de cette conférence, pour savoir si la Tunisie a vraiment raté quelque chose.
La décision de la tunisie n'est pas un caprice de KS. C'est l'avis des experts du ministère des affaires étrangères et ils ont 100% raison.
En diplomatie, tout est image, et il faut savoir se faire respecter. La Tunisie est le seul pays de la région, siégeant actuellement au conseil de sécurité. Ne pas l'associer, dès le départ, montre l'amateurisme du cabinet de Merkel, et non de la Tunisie.
Si jamais, un jour, des décisions devraient se prendre sur la Libye, ça se passera au conseil de sécurité, et non dans une vague consultation informelle à Berlin.
Il n'y a aucune absence, ni aucune présence à regretter sur Berlin. Attendez voir le communiqué final flottant et superficiel qui en sortira, avant de tirer des grandes conclusions.

Blu
| 19-01-2020 22:42
C'est quoi cette invitation de dernière minute ! en tout cas Il a bien fait de la refuser . Le président de la République Tunisienne participera à la prochaine réunion annuelle du Forum économique mondial qui aura lieu du 21 au 24 janvier à Davos, en Suisse, c'est là qu'il faut être pour faire avancer le pays pas en Allemagne pour parler avec des gens qui ont détruit la Libye.

Léon
| 19-01-2020 22:04
Et pourtant, je pense que c'est une erreur, car:
1) Les absents ont toujours tort.Les rapports de cette conférence ne mentionneront ni le nom de la Tunisie, ni sa position, ni son point de vue.
2) La politique exige que l'ont profite de toute occasion qui se présente pour défendre les intérêts de son pays. Ce n'est ni l'Italie, ni le Congo, ni la Turquie qui le fera.
3) Nous n'auront qu'à subir les décisions qui vont être prises.
A chaque réclamation ou lamentation, on nous dira "trop tard, vous auriez dû être là quand il était encore temps, surtout que l'on vous a invité".
4) Il parait que certains pays et certaines personnalités ont exercé des pressions pour que la Tunisie soit invitée. La prochaine fois personne ne fera cet effort.
5) La première chose qu'il faut savoir faire pour faire de la politique, c'est étudier les rapports de forces entre les divers intervenants. Quel est le poids de notre pays qui n'arrive à survivre que grâce aux dons et aux prêts ? Notre dette extérieure répartie sur la population donne 7300 dinars à rembourser par tête d'habitant !!!
6) C'est une erreur politique monumentale et l'avenir le prouvera. Donnons du temps au temps et on verra ...
7) La politique est un métier qui demande beaucoup de qualités et beaucoup de connaissances. Le malheur de ce pays réside dans le fait que ce sont les opportunistes, les médiocres, les affamés et les assassins qui ont envahi la scène politique.
Ceci dit, je vous laisse juge !

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES

A lire aussi

cette mesure concernant l'amélioration du climat de l'investissement intervient dans le cadre de

25/02/2020 22:11
0

un ressortissant italien arrivé en Algérie le 17 février est atteint du

25/02/2020 21:30
0

un terroriste retranché dans les hauteurs de

25/02/2020 20:52
2

le conseil national du parti a décidé de ne pas accorder la confiance au gouvernement Fakhfakh.

25/02/2020 20:12
4

Newsletter