alexametrics
mercredi 28 septembre 2022
Heure de Tunis : 21:05
Chroniques
Les 10 députés de la discorde
25/07/2015 | 18:00
4 min

La loi antiterroriste a été votée hier soir par les députés réunis en plénière. Il aura fallu trois jours pour venir à bout des discussions autour des différents amendements à apporter à ses articles, en plénière et à huis clos. Et pourtant, ce n’est pas cette loi qui suscite tout l’intérêt aujourd’hui dans les médias et sur la toile. Plutôt le fait que 10 des députés présents à la plénière se sont abstenus de voter. Ces députés sont majoritairement du CPR et du Courant démocratique (bébé du CPR). Leurs détracteurs crient donc tout de suite au complot !

184 députés étaient à l’hémicycle au moment des votes, 174 ont voté oui et personne n'a voté non. 10 par contre se sont abstenus et ces 10 députés s’accaparent toute l'attention aujourd'hui. On ne s’intéresse pas aux 23 députés absents lors du vote de cette loi d’une importance capitale, on s’en fout éperdument  de ceux qui ont triché lors des votes et on semble prêter très peu d’intérêt à l’objet de la loi elle-même. Paradoxalement, seuls les abstentionnistes sont pointés du doigt...uniquement car ils n’ont pas eu le courage de voter contre.

Ce courage personne ne l’a eu, même ceux qui ont fortement critiqué le contenu de cette loi. L’unanimisme avec lequel elle a été votée est consternant. Le fait que des députés dits de gauche et droits de l’hommistes aient voté en faveur d’une loi qui remet au goût du jour la peine de mort est plus qu’absurde.

 

Alors que la Tunisie observe depuis 1991 un moratoire sur la peine de mort, transformée en prison à perpétuité pour ceux qui y sont condamnés, cette nouvelle loi pourrait bien lui donner un coup de frais. Si la peine de mort a prouvé ses limites dans de nombreux pays s’avérant peu dissuasive, comment pourrait-elle s’avérer efficace dans le cas de jihadistes qui, en perpétuant leurs actes, cherchent eux-mêmes à se donner la mort ?

Mais le texte de cette loi demeure aussi dangereux à bien des égards. Les pouvoirs accordés à la police sont exagérés. Le recours aux écoutes téléphoniques y est simplifié  et on permet de garder un suspect à vue pendant une quinzaine de jours en le privant de son droit élémentaire de se faire représenter par un avocat.  Mais pire encore, c’est la définition même de l’acte terroriste, mentionnée dans l’article 13, qui dérange, englobant un large champ d’actes pouvant s'éloigner de l’action terroriste à proprement parler.

 

La loi antiterroriste a été votée dans un contexte de tensions et alors que le pays se trouve aujourd’hui « en pleine guerre », comme s’amusent à le répéter nos politiques, à tout bout de champ. Sans doute pour rassurer touristes et investisseurs étrangers et les encourager à venir nous voir.

La situation étant plus qu’alarmante, il fallait agir vite. L’examen de la loi antiterroriste avait débuté depuis l’été 2014 avec les élus de l’ANC (Assemblée nationale constituante) qui n’ont pas réussi à en venir à bout et qui ont donc renvoyé la patate chaude à ceux de l’ARP. Nos élus d’aujourd’hui ont dû eux-mêmes être secoués par deux attentats terroristes ayant touché des civils et plusieurs autres ayant ciblé les sécuritaires pour donner un coup de pied dans la fourmilière. Quatre mois de débats en commission ont été votés en 3 jours et le résultat semble aujourd’hui être qualifié de « grand accomplissement historique […] à la hauteur des attentes ».

 

Pour faire bref on ne polémiquera pas aujourd'hui sur le contenu de cette loi...ceci ne semble pas émoustiller les foules. Aussi critiquable soit-elle, cette loi ne servira à rien seule. Les meilleures lois du monde, si toutefois elles le sont, ne pourront rien si elles ne sont pas appliquées dans le cadre d’une stratégie globale. Dans un pays dans lequel la contrebande est l’activité principale de villes entières. Dans un pays où les armes passent, comme dans du beurre, les barrages de police moyennant quelques dinars. Dans un pays où les bavures sécuritaires sont tellement nombreuses qu’on ne saurait les compter. Dans un pays dans lequel les mosquées et les meetings politiques de certains partis sont les nids de discours violents, takfiristes et incitant, parfois-même, au meurtre. Dans un pays dans lequel certains de ces mêmes politiques qui ont voté cette loi prêchent la violence et la division, le chemin reste encore long et les mécanismes de la lutte contre le terrorisme sont loin d'être mis en place aujourd'hui...

 

25/07/2015 | 18:00
4 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous

Commentaires (23)

Commenter

hamid
| 28-07-2015 22:34
Synda ton article est suffisamment equilibré et consistant...je te promets de te donner promets de te lire en priorité sur ce site...pour essayer de gommer certains debacles d autres qui manquent bcp de professionnalisme et surtout d esprit indeprndant...

Amazigh Tunisien
| 28-07-2015 06:55
Très bon article si je compare avec l'article de bahloul par conséquent vous etes plus mâture que lui.

1/3i
| 26-07-2015 21:58
je me pose réellement des question sur vous !

Pourquoi gardez vous la nationalité Tunisienne. Ce peuple de gueux dont vous faites partie ?

Pourquoi tant de haine sur ce laboratoire à ciel ouvert ?

BN est-il le dernier lieu où votre prose est publiée, et on vous semblez avoir encore des afficionados ?

Pourquoi tant de haine, de rage en vous ?
votre époque est révolue, le monde avance. Et vous restez ancrée sur de vieille idées, qui ne sont plus possibles de nos jours !

JOHN WAYNE
| 26-07-2015 20:14



@J WAYNEG D ID| 26-07-2015 18:45 Tu as terminé ton torchon par nous cracher cordialement sur la gueule eh bien moi je te vomis"estomaquement"sur ta gueule d'ancien flic aigri ayant envoyé son fils vivre dans le plus grand pays colonisateur à Londres.

Monsieur,
Vous pouvez vomir et même *** en ma direction de flic aigri, la réalité est là, puissante, cinglante, foudroyante:
***
Votre révolution a été bénéfique car elle fut une espèce d'étude démographique spontanée, gratuite, et universelle.
Celle-ci a montré la faiblesse intellectuelle des Tunisiens qui malgré des diplômes qu'ils ont exhibé au monde en se pensant supérieurs a ceux qui les ont éduqué, ont prouvé qu'ils n'avaient jamais rien compris aux dynamiques politiques et guerrières du siècle contemporain.
Malgré vos diplômes des grandes écoles Françaises et vos certificats d'universités Américaines, vous êtes intellectuellement insignifiants par rapports à des peuples comme les Vietnamiens qui allient discrétion, humilité, et des quotients intellectuels qui sont 100 fois supérieurs aux vôtres.
Vous avez attaqué Ben Ali et l'avez traité de BAC moins 1, de ripoux, et de tortionnaire pour des raisons de projection mentale. Vous avez accusé ce grand homme de ce que vous étiez, c'est-à-dire un peuple médiocre, malhonnête, et qui ni aime ni ne respecte son pays.
La révolution est une étude brillante démographique et sociologique des Tunisiens. Au lendemain du 14 Janvier 2011, une myriade de traitres est apparue sur la scène politique et le tout dans un contexte ou l'armée Tunisienne obéissait à l'ambassade des Etats Unis.
Les forces politiques Tunisiennes sont sorties *** qui l'été pullulent autour de la bouche d'égout qui se trouve à l'entrée de ma vétuste demeure du Bardo.
Il y avait des beurres exigeant des comptes a une Tunisie qui les a isolé socialement, des islamistes rêvant de la Chariaa, et des hommes d'affaires opportunistes qui ont vu en l'émirat du Qatar l'opportunité d'arrondir leurs fins de mois et de gâter leurs épouses aux derrières volumineux et puants. Sans compter les droits de l'hommistes qui ont vendu la Tunisie dès le début des années 1990 moyennant des salaires de la CIA et du Mossad.
Monsieur, une pluie de vomi et *** tombe aujourd'hui sur le peuple terne et insignifiant que vous avez toujours été.
Vous ne vous en sortirez jamais et je vous en fais un pari d'honneur.
Ne vous attendent que misère et désolation et cela je m'en réjouis.
La Tunisie sera détruite par ses traitres et rebâtie et reconquise par les nationalistes de mon genre.
OTAN, Amérique, et même Israël, rien ne peut vous sauver à l'heure qu'il est.
Autant retourner a vos tanières des banlieues de France ou vous croupissez au milieu d'ordures ménagères.
Rendez-vous à la prochaine attaque terroriste fomentée par les islamistes ces « victimes », et qui pourrait signifier la fin des haricots ***.

F.M. Alias JOHN WAYNE
Ancien Elève au Collège Sadiki
Diplômé d'Histoire et de Sciences Politiques de l'Université Paris-Sorbonne.
Ancien Fonctionnaire aux Ministères des Affaires Etrangères et de l'Intérieur Tunisiens des gouvernements d'Habib Bourguiba et de Zine El Abidine Ben Ali.
Diplomate de carrière et spécialiste de la sécurité et du renseignement.



1/3i
| 26-07-2015 19:24
L'idiot regarde le doigt qui montre...

là je ne comprends pas le débat sur la protitution.. quelqu'un peu m'éclairer ?

certes je ne lis plus la bile du Cow Boy. Elle est devenue tellement indigeste.

Mais ces 10 députés ont donné leur avis. Et Ô crime, il va à l'encontre de l'avis moutonnesque généralisé.

On ne peut me targuer d'être pro CPR. Mais là, ils ont eu raison, quoique avec un peu plus de courage ils auraient du voter CONTRE !

Car la peine de mort : les fous furieux se la donnent déjà, et ceux, arrêtés qui n'ont pas encore agis, de quel droit les exécuter, sinon en faire des martyrs adulés dans le futur.

La Tunisie est devenue une démocratie, non ?
alors les élus, qui représentent leurs électeurs, sont libres. Et je ne pense pas que 100 % des Tunisiens soient favorables à certains points.

G&G
| 26-07-2015 19:16
Est-il vraiment nécessaire de faire passer une loi quand on est sur à 100% qu'elle serait approuvées?
Si la sécurité de l'Etat est en jeu pourquoi attendre tout ce temps pour mettre en application les décisions nécessaires?
Si on veut jouer la démocratie on doit la jouer jusqu'au bout. Sinon on doit cesser de traiter les députés de Ben Ali de "Béni Oui Oui".
De toute manière les béni oui oui d'El 3ahd el bayed étaient plus courageux et démocratiques quand 10% avaient dit non à visage découvert à un projet de loi relatif aux avantages du président de la république.
Aujourd'hui ceux qui avaient dit non avaient mis le niqab. Puisqu'une trentaine des députés s'étaient éclipsés dans la buvette du parlement au moment du vote.
C'est honteux.

alpha 1
| 26-07-2015 18:45
je suis sidéré par la violence , l'agressivité et la haine que contient les interventions dans ce post .
Aux enfers .

canalou
| 26-07-2015 16:21
la drogue preferee des musulmans c est l activite bestiale comme disait feu HB . Les annees 80 sous mzali ,nous avons vu deferler sur tunis des richards du golf investisseurs Des réseaux se sont vite formes pour un autre commerce lucratif et bien remunere qui a revolte les familles.Sous ben ali le manege a cesse et a change de système . Les emirs recevaient par avions discrètement les filles dans des résidences privees loin des regards des pauvres curieux qui croient aux valeurs de l islam . La plus belle nouvelle je l ai entendue a la radio zéitouna par la bouche d un cheikh animateur et qui prétendait que Mahomet avait des révélations au lit quand il était en compagnie de aicha .Lier le plaisir avec le spirituel et les affaires de l etat n est pas nouveau . Le jihad sous toutes ses formes

gedeon
| 26-07-2015 16:19
Synda Tajine comme à ton habitude tu as mis les pieds dans le...tajine. Nulle ! Tu es nulle comme à ton habitude. Juste une question s'il te plait! Tous ces orphelins, ces veuves, ces parents qui ont perdu un fils qu'en fais tu ??? La peine de mort c'est encore une douce chose pour ces assassins.

Amie des peuples tunisiens
| 26-07-2015 14:59
Maintenant les terroristes sont arrivés à leur but.

Les droits de l'hommes n'ont plus de validité,

et où étaient les députés qui l'ont compris et dit  

 

NON !!!

 

Ils sont élués pour prendre soin, que les droits des l'hommes

comptent pour tout le monde, de faire avancer l'état et la société

dans la direction d'une vie en dignité pour toutes ses membres!

 

Et qu'est-ce qu'il on fait ?

 

Ils ont rapporté le climat de peur , comment il existait sous le regime

de Ben Ali !

 

Cela doit être la belle et espérée nouvelle Tunisie ?

 

Ne jamais.

 

Une démocratie n'utilise pas les moyens qui n'ont jamais menés

dans aucun état au bonheur de ses habitants.

 

Ce n'est pas seulement un danger pour les peuples honnêtes et apporte

des dénunciations dont on ne peut pas pas se défendre,

c'est une faillit´banqueroute de l'état.

 

 

Cela ne peut jamais comprendre quelqu'un qui connaît l'histoire de la

Tunisie ' ou plus pire 'a vu ce que ca peut faire des peuples !

 

 

Je ne suis pas une personne qui se laisse effrayer facilement -

 

mais

 

en regardant le devellopement avec la crise je m'arrive lentement

au stade

 

où moi aussi vais dire:

 

 

J'ai peur ' peur pour la Tunisie

 

et le manque des hommes et femmes poilitique qui ne comprennent

rien

et ne prennent aucune responsabilité pour leurs peuples !!!!!

 

Pauvre Tunisie !!!