alexametrics
samedi 28 novembre 2020
Heure de Tunis : 08:39
Chroniques
Le lait, le feu et la Tunisie
Par Karim Guellaty
14/11/2020 | 17:15
7 min
Le lait, le feu et la Tunisie

 

Le monde est essentiellement focalisé sur la lutte contre la Covid, sur les conséquences de la Covid, sur notre mode de vie à cause de la Covid. Une sorte de lassitude, un certain fatalisme s’installent et l’équation de vie contient désormais trop d’inconnues pour permettre aux êtres de se projeter dans un avenir possible. En somme, une partie du monde découvre ce que précarité veut dire.

 

La Covid précisément. Pfizer et BioNTech, Américain et Allemand, annoncent un vaccin imminent, qui pour le moment, dans sa phase 3, c’est-à-dire en plein essais sur des humains, tendrait à démontrer une efficacité de l’ordre de 90%. Les Russes ont immédiatement réagi en annonçant que leur vaccin, Spoutnik V, également en phase 3, aurait lui une efficacité de 92%. La bonne nouvelle, c’est que cette guerre à l’armement contre la Covid pourrait bien être la seule guerre qui profite à l’humanité. Ou qui finisse de l’achever pensent les tenants du complot, voyant dans un vaccin, la main de conspirationnistes dont le dessein est d’être les seuls survivants à la fin du monde. #laveriteestailleurs

Les deux études, pour annoncer ce pourcentage, se basent sur les résultats du vaccin sur des personnes atteintes de la Covid. Dans l’essai russe, ils étaient 20 personnes, et le 92% de taux de réussite est la comparaison entre ceux ayant reçu un placebo et ceux ayant reçu le vaccin, tous testés au 21ème jour de la première injection. (Le protocole de Spoutnik V se base sur deux injections à 21 jours d’écarts). Une partie du monde est suspendue à ces 20 personnes.

Dans l’essai germano-américain, l’efficacité de 90% est mesurée sur les 94 personnes atteintes de la Covid, dont une partie a reçu le vaccin et l’autre un placebo. Les tests ont été pratiqués au 7ème jour de la seconde injection (comme pour spoutnik V, 21 jours séparent les deux injections). Et le taux de réussite est de 90%. Pfizer ne nous dit pas combien sont placebo et combien ont reçu le vrai vaccin.  L’autre partie du monde est suspendue à ces 94 personnes.

Et c’est ainsi donc que l’état de santé de 114 personnes va conditionner la vie sociale du reste du monde. État de santé que les bourses du monde surveillent comme le lait sur le feu. La seule certitude est qu’une fois le vaccin trouvé, on va pouvoir recommencer à mourir d’autre chose. #terrainpathogène

 

Heureusement pour le moral du Monde, l’élection présidentielle américaine a tenu en haleine pendant une semaine le peuple américain, et tous les autres pour qui le résultat ne changera rien à leur quotidien. Mais comme pour le vaccin Covid, on observe l’élection du prochain gendarme du monde, comme on regarde le lait sur le feu. Le lait c’est Biden, et le feu c’est Trump. Ou l’inverse. Chacun ayant une expertise poussée en lait et en feu. #lesexpertsdelamatrice

Les résultats définitifs tombent les uns après les autres et confirment les projections de la fin de la semaine dernière, Biden remporterait 306 des 538 grands électeurs, en n’en laissant donc que 232 pour Trump. Et alors que le candidat sortant et défait voulait continuer à monopoliser l’attention du monde une seconde semaine en refusant le résultat, il semble envisager la possibilité de la réalité de la défaite. Et c’est ainsi que vendredi, le 13 novembre, interrogé sur un possible reconfinement, il a répondu que « le temps nous dira quelle administration nous aurons, mais quoi qu’il se passe à l’avenir, qui sait, je peux vous dire que cette administration n’imposera pas de confinement ».  C’est léger, c’est subtil, mais à défaut de s’intéresser au battement de l’aile d’un papillon, une partie du monde s’attache à ceux des lèvres de Trump. #lipstick

 

L’Iran, qui était dans un accord sur l’enrichissement de l’uranium à fin de nucléaire est moins attentif que le reste du monde à ce qui se passe aux États-Unis. Ces derniers sont sortis dudit accord, ont infligé des sanctions aux Iraniens, pensant ainsi faire cesser de manière coercitive toute velléité d’enrichissement. Et les Iraniens défait de la menace d’un embargo qui s’est réalisé, ont donc tout tranquillement repris l’enrichissement de l’uranium, et sont désormais assis sur un stock plus de douze fois supérieur à ce qu’autorisait l’accord sur le nucléaire. La politique de l’escalade trumpiste a porté des fruits, mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne s’agit pas de ceux escomptés. #defaiteethumiliation

Et c’est ainsi désormais que face à cette escalade, le Monde espère que l’Iran cessera la sienne pour ne pas oblitérer les possibilités pour Joe Biden de revenir dans l’accord. Les diplomaties combinées de la France, de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne font feu de tout bois auprès de Téhéran pour laisser la possibilité aux Américains de revenir à la table des négociations. Mais les Européens sont faibles et puisque Trump a déjà tiré la balle des sanctions, il ne leur reste que peu sinon pas de cartouche, si ce n’est la raison, pour faire entendre raison aux Iraniens. Sachant que la raison est la chose la moins bien partagée dans les conflits. Et le monde regarde le lait déborder sur le feu.  #bienjoué

 

Et maintenant pêle-mêle.

Nos confrères du New York Times ont annoncé hier vendredi 13 novembre que les services israéliens, à la demande des États-Unis, auraient exécuté, à Téhéran le 7 août dernier, le numéro deux d’Al Qaïda, Abdallah Ahmad Abdallah. Plus connu sous son nom de guerre de Abou Mohamed Al Masri, il serait le commanditaire des attentats contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie de 1998 qui ont fait 224 morts. Téhéran, encore elle, dément ce samedi l’information, en précisant qu’elle n’abrite pas de terroristes et que l’homme n’était pas sur son territoire.  Le fait est que ce fameux 7 août, dans les rues de Téhéran, deux hommes à moto tuent dans une voiture un homme et une femme. Et que selon le NYT, cet homme est bien le terroriste, la femme n’est autre que sa fille, veuve d’un des fils d’Oussama Ben Laden, que les deux hommes à moto sont des agents israéliens, et que ces agents agissaient à la suite d’une commande américaine. L’un a fait le lait, l’autre a fait feu. #jamesbond

 

En Éthiopie, nous expliquions la semaine dernière les raisons de leur dernier conflit, la tension continue de se tendre. Nous avons désormais plus de 11 000 Ethiopiens réfugiés au Soudan qui fuient les combats. Lesquels combats qui ont pris une tournure plus dure la nuit du 9 novembre puisqu’une attaque particulièrement sanguinaire a fait des centaines de morts civils dans la ville de Mai-Kadra dans la région du Tigré. L’armée régulière parle, elle, de raids aériens contre des dépôts d’armes et de carburants et le premier ministre évoque une intervention pour rétablir des institutions légitimes au Tigré.  La réalité est que des civils ont été poignardés, découpés à la hache, démembrés pendant que le monde compte ses morts de la Covid. Ou les voix de Biden. Ou les kilos d’uranium iranien. Ou le coût de la crise. #onnesavaitpas

 

Nous pourrions également évoquer Ziad Takieddine qui avait révélé le financement libyen de la campagne de Sarkozy en 2007 et qui vient de se dédire auprès de nos confrères de Paris Match en affirmant qu’il avait porté cette fausse accusation à la demande d’un juge d’instruction français. Nous pourrions écrire sur la réaction de Nicolas Sarkozy qui ne demande pas que l’ancienne déclaration dudit Takieddine, qui avait provoqué une enquête contre lui, trouve une réciprocité dans cette nouvelle déclaration en justifiant une enquête contre le juge d’instruction. Il ne le demande pas mais l’attend.

 

Nous pourrions le faire, mais nous observerons de la décence car en Tunisie libre et démocratique les contrebandiers circulent librement pendant que Sami El Fehri croupit en prison depuis plus d’un an sans autre forme de procès qu’une détention préventive, pour éviter que celui qui ne s’est jamais soustrait à la justice de son pays ne s’enfuit. En Tunisie libre et démocratique et pendant que nos gouvernants s’écharpent, l’économie formelle compte le peu qui lui reste, alors que l’économie souterraine pèse son argent à la balance. Et on trouve certains pour se féliciter en Tunisie, que la Covid qui entraine couvre-feu et confinement fasse vaciller la contrebande, alors même que cette Covid emporte le peu d’économie formelle qui restait. #baineteaudubain

 

Et dans tout ce brouhaha, les moments de bonheur restent les naissances. Alors félicitons les nouveaux heureux parents de cette semaine #benYacoub

 

C’est la fin de ce trip, c’est la fin de la semaine, vous pouvez éteindre vos smartphones.

Par Karim Guellaty
14/11/2020 | 17:15
7 min
Suivez-nous
Commentaires
Mourad GUELLATY
Le lait et le feu
a posté le 19-11-2020 à 15:28
Excellent Karim, Mourad Guellaty
DIDON
@karim guelaty et les autres journalistes
a posté le 15-11-2020 à 15:43
Je ne comprends pas comment des journalistes comme vous ou les autres d ailleurs sont cachés derrière leurs écrans à l étranger ou en Tunisie et laissent injustement croupir Samir Fehri sans lever le petit doigt. C est réellement une très grande déception de cette disant liberté d expression et de dénonciation il faut vraiment se bouger un peu les fe..... et sortir de cet immobilisme intolérable pour des journalistes qui devraient se battre becs et ongles sur le terrain et non cachés derrière des écrans !
Gg
Takieddine?
a posté le 15-11-2020 à 12:21
La question est de savoir quand il a menti. Quand il a affirmé avoir lui même donné 5Me à Sarkozy de la part de Kadhafi pour sa campagne électorale, ou quand il affirme ne l'avoir jamais fait?
#pourri
Nouveau monde
C'est de cette liberté qu'il faut décrier.
a posté le 15-11-2020 à 10:31
Amnesty International s'inquiète pour la liberté d'expression en Tunisie

La Tunisie a poursuivi 40 internautes ces deux dernières années pour de simples critiques envers les autorités. L'ONG lui demande de cesser de s'en prendre à la liberté d'expression sur la base de lois «obsolètes» datant de la répression.#protégeonslaTunisied'abord.
Nouveau monde
'?lections Tunisie
a posté le 15-11-2020 à 08:25
C'est bien de commenter l'élection de l'oncle Sam mais un commentaire et une analyse sur les dépassements du financement de certains «  partis «  notifiés par la cour des comptes pourrai éclaircir un peu plus les électeurs sur le jeu de dupe que mènent ces partis voyous de «  l'axe du mal «.#Coplein19baslesmasques. »
mansour
Les américains autour de leur président Trump
a posté le 14-11-2020 à 22:00
voir cette mobilisation massive des patriotes américains qui dénoncent la fraude massive du collabo des islamiste Biden+ Obama+ Soros+ CNN en Pennsylvanie, Géorgie et autres etats et quand la justice tranchera Biden,Nancy Pilosie iront rejoindre Hillary Clinton+Obama en retraite
Alya
Bravo
a posté le 14-11-2020 à 21:22
Je suis épatée que vous ayez relevé la méthodologie relative aux deux essais en phase 3.. le plus grave est que les choses aient été rapidement faites et que les effets secondaires ne seront certainement étudiés qu en phase 4 donc après la commercialisation.
1/3i
92% avec 20 personnes ?
a posté le 14-11-2020 à 18:13
le taux est forcément un multiple de 5, puisque 100 / 20 = 5

Ou alors des demi personnes sont testées, ou des personne sont malades à 40 %