alexametrics
mercredi 07 décembre 2022
Heure de Tunis : 03:42
Dernières news
Le journaliste Sofiène Ben Nejima agressé par la police
18/09/2022 | 22:38
1 min
Le journaliste Sofiène Ben Nejima agressé par la police


Le syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a rendu public un communiqué, ce dimanche 18 septembre 2022, dans lequel il a fermement condamné l’agression, dans la soirée d’hier, du journaliste de radio RTCI, Sofiène Ben Nejima au poste de police de Bab Bhar (septième) à Tunis par trois agents.


Le SNJT explique que le journaliste s’est présenté au poste de police en question pour déposer une plainte après avoir été victime d’un braquage. Sofiène Ben Nejima s’est présenté en tant que journaliste tout en expliquant le motif de sa présentation.

Pendant qu'il patientait avec quelques citoyens, un agent est entré au poste insultant tous les présents. Le journaliste a, donc sorti un téléphone pour filmer l’agression verbale, selon le syndicat. Dès que l’agent s’en est rendu compte, il l’a insulté et a dénigré son métier de journaliste. Il a saisi son téléphone et l’a menotté avant de le conduire vers une autre pièce loin des caméras de surveillance où le journaliste fût tabassé par trois agents. Le journaliste a été séquestré toute la nuit jusqu’à 6h du matin.


Le syndicat condamne cette agression dangereuse et sans précédant appelant le ministre de l’Intérieur à prendre toutes les mesures disciplinaires contre les responsables sécuritaires et à condamner cette agression publiquement. Le syndicat affirme d'ailleurs qu'il reste attaché à son droit de poursuivre les agresseurs en justice.


S.H

18/09/2022 | 22:38
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Abel Chater
C'est ce même syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), qui a rendu possible de telles agressions policières contre les journalistes tunisiens. Il a joué au borgne, qui ne voit que le malheur des siens, ayant délaissé les journalistes Ameur Ayèd et Salah Attia, l'un des fondateurs du SNJT, à leur sort.
a posté le 19-09-2022 à 21:46
Nous l'avons tant écrit dans ce forum de BN, que le tour viendra aux journalistes qui pensent que ça n'arrive qu'aux autres, suivant l'adage : «je fus dévoré lorsque je les ai aidés à tuer le taureau blanc.
Maintenant, nous disons à ces «babbouches Bou massa» à la tête du syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), que leur tour ne saura trop tarder.
Allah yèrham Néjiba Hamrouni, combien elle lutta sur le terrain pour les droits et pour le soutien des journalistes tunisiens.
Anwar
Abus impuni
a posté le 19-09-2022 à 15:16
On attend un communiqué de l'autre partie pour tirer au clair cet incident.
Pourquoi tant d'abus ?
En Tunisie le citoyen se trouve une victime éternelle jusqu'à preuve du contraire.
Carthage Libre
La Flicaille prend des ailes sous la Dictature de Kais Saied.
a posté le 19-09-2022 à 12:03
La Flicaille sait qu'un Etat Dictatorial est comme le pain béni, surtout quand ils commencent à comprendre qu'il y'a pleins de "béni oui oui".

La Flicaille se nourrie de Dictature.

A l'époque toute puissante d'Ennahdha, la Flicaille était devenue pro-islamiste (police des moeurs, viol de femmes avec leur copains, tabassage des "koffars" dans les cafés durant ramadan, etc).

Mais la Flicaille sait se "mettre à jour" en fonction...de qui est au pouvoir.

Aujourd'hui, ils se sont "radaptés" entre toute puissance, vu qu'ils ont un "nouveau" Chef tout puissant à Carthage et entre le respect de la chari3a, vu qu'ils ont "étudié" leur nouveau maître, qui a des "tendances" un peu islamistes.

Et c'est parti pour un Tour mon kiki! La Flicaille revient en force pour réprimer les gens et laisser en liberté les vrais criminels ; n'allez plus dans les postes de polices si on vous insulte verbalement ou mieux, si on vous agresse : c'est vous qu'on va enchainer!

La vie n'est pas belle sous la "Dawlet" Kaies Saied? Dite moi non, je vous crucifie au...cachot! Avec un procès de "propagation de fausses nouvelles" comme au beau temps de Ben Ali (lui, au moins, était un expert en économie nationale).
Mansour Lahyani
Louken eddonia donia...
a posté le 19-09-2022 à 11:26
Louken eddonia donia, tout flic convaincu d'avoir agressé et violenté un citoyen lambda serait automatiquement exclu de la police ! Il était là pour protéger ce citoyen : dès lors qu'il a failli à sa mission de base, il n'est plus digne de faire partie de ce corps ! Il ne suffirait pas de le traduire au conseil de discipline, il faut l'exclure automatiquement, et l'éloigner de toute possibilité de faire partie des "forces de sécurité" susceptibles, en plus, de porter des armes... mortelles !! Faut-il vraiment attendre que ce genre de délinquant recourre à l'emploi de l'arme que l'Etat, ce grand naïf, lui a mis entre les mains ? Un flic excédé et poussé à bout pourrait très bien user de son arme pour régler son sort à un autre éventuel Sofiène Ben Nejima !!!
Naim
A dégager sans ménage ni procès.
a posté le 19-09-2022 à 11:20
C'est inadmissible. Ces voyous n'ont pas leur place par les honnêtes agents qui se dévorent pour protéger ceux parmis les tunisiens qui sont respectueux des valeurs de la republique.
Tunisino
Tout le monde est à nerfs vifs!
a posté le 19-09-2022 à 11:16
Sofiène aurait-il provoqué les policiers, sans se rendre compte, alors que les policiers sont à bout de leurs nerfs? Ceci ne justifie pas l'agression puisque les policiers sont dans l'obligation de distinguer entre citoyen propre et criminel à risque, et sont dans l'obligation de se retenir. Faute de moyens et suite à l'anarchie, nos policiers se sont-ils devenus dangereux? sauf que, ce qui est certain est que tous les tunisiens ont les nerfs à vifs suite à la gestion chaotique de Saied, il ne voit que son Jamahiria, il n'est qu'un train à grande vitesse sans freins, et dans le mauvais sens!
LE CURIEUX
MESSAGES !
a posté le 19-09-2022 à 09:55
Sans équivoque, ces faits divers qui se produisent à l'initiative de certains policiers envers le citoyen, quelque soit son statut au sein de la société, sont en réalité des messages on ne peut plus clair.
Les postes de polices sont devenus des lieux à risques qu'il faut éviter.
Que ce soit pour déposer une plaine, faire faire une main courante, demander un document,...le citoyen n'est plus sûr d'être traité humainement.
C'est évident, puisque l'appareil sécuritaire a repris ses "nobles vielles missions" d'un autre temps.
Le comble, ce genre de faits se reproduit constamment malheureusement les autorités compétentes ne réagissent pas à temps voire elles banalisent le problème en classant ces affaires.
Il est temps que le ministère de tutelle réagisse pour stopper l'hémorragie.
Les agents de sécurités surtout du terrain doivent bénéficier d'un recyclage ou d'une formation périodique dans deux domaines précis :
- la sociologie et son évolution au sein de la société tunisienne,
- la psychologie comportementale en situation réelle et dans le temps et dans l'espace.
J'ajoute que par naïveté et/ou par manque de culture sociétale, la plupart des agents, surtout ceux du bas de l'échelle, n'ont pas ni la formation adéquate ni le suivi et l'encadrement nécessaire pour se sentir utile et considéré.
Enfin, on ne peut passer sous silence le fléau récurant de la corruption et le recel qui sévit depuis des décennies au sein de l'appareil sécuritaire.
Pour certains, être policier ou gendarme c'est se permettre tout en toute impunité.
L'agent de sécurité est aussi l'image de la société où il vit.
Citoyen libre
commentaire d'un citoyen libre
a posté le 19-09-2022 à 09:03
On a les gouvernants qu'on mérite. Je me souviens des insultes dont on était victime le jour où on a dénoncé le putsch, y inclus des journalistes. On a semé le vent, récoltons alors la tempête. Sans pleurnicher. SVP.
Forza
Une police déchainée contre les citoyens
a posté le 19-09-2022 à 07:13
Elle insulte, agresse, torture et tue, et le putschiste n'ose pas dire un seul mot de critique. Des bandes armées règnent dans le pays.. Ce bandit psychopathe et ses collègues ne risquent rien.
Gg
Quelle horreur!
a posté le 19-09-2022 à 06:58
Les coups sont Inadmissibles.
Mais le journaliste devrait savoir qu'on ne filme pas sans autorisation à l'intérieur d'un poste de police. Et c'est normal, on peut réaliser le montage qu'on veut d'une vidéo, la tronquer, la modifier, et lui faire dire ce qu'on veut!
Les policiers auraient dû lui confisquer le téléphone, sans violence mais fermement.