alexametrics
Chroniques

Le danger est entre les mains de Kaïs Saïed

Temps de lecture : 4 min
Le danger est entre les mains de Kaïs Saïed

 

Kaïs Saïed, garant de la Constitution, président de tous les Tunisiens, et chef suprême des forces armées, détient aujourd’hui le sort du pays entre les mains. Mais il ne devrait pas. Pas de cette manière du moins.

 

Le blocage constitutionnel actuel fait que l’interprétation de la Constitution n’est pas sans danger. Nous avons hérité de la « meilleure constitution du monde » disent ceux qui nous ont laissé une véritable bombe truffée de pièges. Kaïs Saïed prétend que le texte de la Constitution est sans équivoque, que l’article 89 doit être appliqué, face au blocage actuel, et non un autre. Il ajoute ainsi que ceux qui veulent aujourd’hui retirer la confiance au gouvernement de Youssef Chahed outrepasseraient la constitution puisque, selon son interprétation, « un tel gouvernement n’a pas de comptes à rendre à ce parlement puisque ce n’est pas lui qui a accordé sa confiance ». Mais peut-on faire confiance à Kaïs Saïed dans ce point très délicat pour décider de faire dire à la Constitution ce qu’elle pourrait dire différemment ?

Oui car si on ôte à Kaïs Saïed sa cape de super président de la République, en matière de droit constitutionnel, il n’a pas le monopole du savoir. Lui qui est, ne l’oublions pas, professeur-assistant en droit constitutionnel, pourra-t-il faire taire les interprétations contradictoires de ceux qui pourraient le dépasser en crédibilité ?

Le constitutionnaliste Slim Laghmani, pour ne citer que lui, ne voit en effet pas les choses du même œil que Kaïs Saïed.  Laghmani explique que le recours aux articles 97 et 98 est possible pour interpréter le flou du fameux article 89. Ainsi, selon son interprétation, non seulement le président de la République n’est pas dans l’obligation de dissoudre le Parlement (ceci reste simplement une option), mais aussi une motion de censure contre le gouvernement Chahed est tout à fait possible, et ce en vertu de l’article 97 et à 109 voix au minimum et « à  condition que les promoteurs de la motion de censure présentent, en même temps, un candidat en remplacement du président du Gouvernement objet de la motion de censure. Ainsi, la balle sera alors dans le camp d'Ennahdha ».

Tout est donc sujet à interprétation. Mais la tournure de cette interprétation peut agir sur l’avenir de tout un pays. Cela, Ennahdha l’a bien compris et Rached Ghannouchi n’a pas hésité à consulter l’instance de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi. Toujours en l’absence d’une précieuse et nécessaire cour constitutionnelle.

 

Rached Ghannouchi n’a toujours pas digéré l’affront qui lui a été fait hier. Au palais de Carthage, il a été rappelé à l’ordre par Kaïs Saïed qui a tenu à l’humilier, le mettant « face à sa responsabilité historique ». Mais est-ce vraiment le chef du parti islamiste qui l’est aujourd’hui ? Dans cette partie, où les jeux sont faussés et pervertis, la balle a changé de camp et se trouve aujourd’hui entre les mains du chef de l’Etat. En fera-t-il bon usage ? Permettez-nous d’en douter.

 

Kaïs Saïed nous a prouvé, durant ses 100 jours - et des poussières - de prise de pouvoir, qu’il avait la gâchette facile et avait tendance à s’emporter et à ne pas faire preuve de la raison nécessaire à son poste. Ses communiqués tonitruants et irréfléchis l’ont prouvé, à plus d’une occasion. Sa sortie d’hier ôte tout doute possible. Kaïs Saïed appelle Youssef Chahed et Rached Ghannouchi les mettant face à face et s’adresse à Ghannouchi pour lui dire le fonds de sa pensée. Mais au sujet de quoi exactement ? Ennahdha a-t-il parlé, ouvertement et officiellement, de destituer Chahed ? Aucune annonce officielle ou communiqué de presse du parti ou de son chef ne le mentionnent. Des chuchotements qui devraient pourtant être inaudibles pour celui qui représente Carthage et qui est le garant de la Constitution, le président de tous les Tunisiens et le chef suprême des forces armées…

 

Le garant de la Constitution devra aujourd’hui trancher sur la voie qu’on pourrait donner à un article des plus équivoques mais aussi des plus dangereux. L’absence d’une cour constitutionnelle, seule habilitée à décider en cas de litige, permet de tomber dans ce genre d’aberration. Kaïs Saïed impliqué politiquement dans le choix du chef du gouvernement désigné – qui n’a pas manqué une occasion de se présenter comme étant le Premier ministre obéissant aux desiderata de son maître, sera ainsi juge et partie. Il ne pourra donner aux textes constitutionnels que l’interprétation qui lui sied. Comment pourra-t-il faire autrement ?

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (16)

Commenter

G&G
| 20-02-2020 15:16
Le danger n'est pas ce que l'on ignore, c'est ce que l'on prend pour certain ce qui ne l'est pas.

G&G
RCDiste et fier

Candide né
| 19-02-2020 17:50
Madame S.Tajine
Permettez-moi de répondre à cette vieille banane qui se reconnaitra!
Cette vieille banane,toujours aussi superficiel,ose parler de pléonasme!En somme il vous reproche l'ingénieuse expression de:"Bombe truffée de pièges" et de ne pas utiliser le vocabulaire des militaires spécialistes en explosifs!
Notre fanfaron superficiel ignore que la bombe piégée existe bien,et nommée "Bombe à fragmentations(je laisse le féru de Google chercher les détails,moi je n'ai pas la patience)!Ah,j'allais oublier son fameux Dico,MDR!

lol
| 19-02-2020 15:44
KS ne peut pas être pire que RG. Etre amateur mais intègre est de loin meilleur qu'être le pion d'une organisation terroriste (frères musulmans) qui obéi au ordres du sultan turque...
"Aucune annonce officielle ou communiqué de presse du parti ou de son chef ne le mentionnent." ? Ah bon ?! Parmi ces déclarations il y avait cette du chef du groupe parlementaire d'ennahda ( et accessoirement chef de Karama)

Amel
| 19-02-2020 12:10
Tout le monde a tendance (politiques, juristes, journalistes et autres représentants de la société civile) à sacraliser la Cour constitutionnelle et son rôle comme si cette haute instance allait tomber du ciel toute faite, toute propre, en formule PDF. Or cette instance, comme toutes les autres, a eu du mal à se mettre en place à cause des querelles et des calculs partisans et au final sera, au terme d'un marathon éreintant pour les Tunisiens, le produit d'un partage complexe de ses sièges entre les partis les plus influents actuellement. Alors, mettre le bonheur des Tunisiens sur le dos de la Cour constitutionnelle est tout simplement de la désinformation. Ce serait le cas si ses membres ne seront pas élus par les partis politiques. Sinon, ce sera, je me permets de le dire, une autre IVD ou ISIE et j'en passe

Zut et Flûte
| 19-02-2020 08:41
En l'absence d'une Cour Constitutionnelle,le premier et dernier mot reviennent au président de la république,CIRCULEZ,il n'y a rien à voir....

Professeur de droit
| 19-02-2020 00:55
Voici le nouveau plan des haineux : Nommer quelques ministres QT, puis les chasser tous, après le vote de confiance. Ne votez en aucun cas, la confiance et sortez de ces discussions avec des hypocrites.

Professeur de droit
| 19-02-2020 00:52
Ces haineux ont trouvé un nouveau plan : Nommer quelques ministres QT et les chasser tous, après le vote de confiance. Ne votez, en aucun cas et sortez définitivement, de ces discussions avec des hypocrites.

Maxula
| 19-02-2020 00:16
"Le danger est entre les mains de " KS. . .
Logique. . . syntaxe. . .signification. . .!!!

"une véritable bombe truffée de pièges."
Bonjour le pléonasme dans le pléonasme !
Autant dire que le danger est dangereux !

Bon, j'arrête. . .
Maxula.

DHEJ
| 18-02-2020 21:31
Article 3 :
Le peuple est le titulaire de la souveraineté et la source des pouvoirs. Il les exerce à travers ses
représentants élus ou par voie de référendu

Gg
| 18-02-2020 21:05
...ne pourra jamais résoudre la vraie, la seule crise qui agite la Tunisie en profondeur: la moitie du pays veut un régime religieux, charia, califat...Et l'autre veut une démocratie moderne. Deux sociétés antinomiques.
Ce n'est pas nouveau, en leurs temps Bourguiba et Ben Ali avaient su contenir le problème, mais aujourd'hui la dichotomie est là, source de tous les chaos.

A lire aussi

D’habitude, dans les moments de crises, les gens puisent au fond de leurs êtres pour trouver une

29/03/2020 15:13
10

En attendant, je vous promets qu’on ne deviendra pas fous. On essaye très

28/03/2020 19:59
10

Nous vivons une période absolument

28/03/2020 15:47
7

Dans ce climat anxiogène, nos politiques plombent encore plus

27/03/2020 18:30
7

Newsletter