alexametrics
Dernières news

Le Conseil de l'ordre judiciaire dénonce la diffamation et l'atteinte à la réputation des juges

Temps de lecture : 3 min
Le Conseil de l'ordre judiciaire dénonce la diffamation et l'atteinte à la réputation des juges

 

Le Conseil de l'ordre judiciaire, réuni hier, vendredi 18 septembre 2020, a affirmé, dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, que le mouvement des juges est essentiel pour garantir un bon système judiciaire, soulignant que la préparation du mouvement de 2020-2021, a pris en considération le comblement des vacances annoncées après avoir informé les juges de ne pas se conforme à la liste des vacances.

 

Pour répondre aux propos de  l’Association des magistrats (AMT), le Conseil a précisé que les mutations se font conformément au principe d'égalité entre tous les juges conformément aux dispositions de l'article 48 de la loi créant le Conseil supérieur de la magistrature, en tenant aussi compte des situations particulières qui lui sont signalées et tout en veillant à ce que les garanties nécessaires soient fournies aux juges lorsqu'ils envisagent leur parcours professionnel sans discrimination et conformément aux normes déclarées .

 

Il a également tenu à rappeler qu'il travaille dans un esprit d'indépendance et dans le respect de la constitution, de la loi et des normes internationales, et libre de toute tension politique et pression de quelque partie que ce soit, ajoutant que les déclaration de l’AMT sont irresponsables et contre-productives.

 

Le Conseil a enfin affirmé son engagement total à respecter le travail associatif et syndical et la liberté d'opinion et d'expression mais qu’il dénonce la diffamation et l'atteinte à la réputation des juges. Il a ajouté qu’il doit être considéré comme une institution constitutionnelle garantissant le bon fonctionnement du pouvoir judiciaire et le respect de son indépendance.

 

Le président de l’Association des Magistrats Tunisiens (AMT), Anas Hmaïdi avait révélé, jeudi 17 septembre 2020, en marge d’une conférence de presse tenue au Palais de Justice, que le procureur général près la cour d’appel de Nabeul avait commis plusieurs dépassements dans des affaires très connues. Il avait assuré que le procureur général est intervenu dans l’affaire du harcèlement sexuel pesant sur le député élu sur les listes de Qalb Tounes Zouheir Makhlouf. Il est, également, intervenu dans l’affaire de l’homme d’affaires qui s’est échappé de l’isolement obligatoire. Par ailleurs, il avait critiqué certaines mutations irrégulières, notamment celle de la Première dame Ichraf Chebil, assuranr que sa mutation a été planifiée « dans les chambres noires ».

 

L’AMT avait aussi dénoncé, dans un communiqué publié en août dernier, plusieurs dépassements dans le récent mouvement des magistrats annoncé le 12 août.

Elle a notamment condamné les fuites des délibérations du conseil de l’ordre judiciaire censées se tenir à huis clos afin de le prémunir de toute pression extérieure et relevé le manque de transparence du conseil de l’ordre judiciaire qui n’a pas daigné, jusqu’à cette date, publier un rapport expliquant ses démarches et leur conformité avec les normes, « ce qui démontre son incapacité à faire preuve d’une vision permettant le bon fonctionnement de la justice ».

Pour l’Association des magistrats, en plus des dépassements au niveau de la forme, d’innombrables violations ont été commises à plusieurs niveaux, notamment dans l’attribution des missions des juges. Ainsi, l’AMT relève, entre autres, que le conseil n’a pas annoncé au préalable la liste des postes vacants. Une situation qui a permis à certains juges de monter en grade au détriment de leurs collègues qui ont plus d’ancienneté.

Par ailleurs, l’AMT accuse les membres du conseil de l’ordre judiciaire de favoritisme les uns envers les autres, notamment en accordant des avantages à certains de leurs conjoints juges, qualifiant ces actions de conflit d’intérêts.

 

 

M.B.Z

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (8)

Commenter

cavaliero
| 20-09-2020 11:29
ministère de justice conseil juridique conseil de l'ordre association des magistrats associations de...etc
chacun a son langage chacun veut faire ce qu'il veut

khadija
| 20-09-2020 10:44
Alors pourquoi la manifestation de samedi dernier devant le ministère de la justice et de là vers le siège du gouvernement dans le but que ce dernier s'occupe enfin de ce ministre moribond.

QQ
| 20-09-2020 10:34
Dans aucun pays, si démocratique soit-il et au nom de je ne sais quel principe d'équité dans les mutations, on éloigne la première dame du pays de son mari le Président. Rien que pour assurer sa sécurité et celle de ses enfants il est illogique de les faire habiter ailleurs que dans la résidence présidentielle. Ma question: avec quoi pensent les membres de ce COJ? Je ne comprend plus rien à ce pays et sa pseudo elite

H.2n
| 20-09-2020 09:16
Arrêtez de faire référence aux articles de loi , tout le monde sait qu'en réalité ça ne se passe pas comme ça .
Le favoritisme est roi dans cette institution à qui on prête certaines rumeurs et tout le monde sait qu'à l'origine des rumeurs , il y a tjrs quelque chose de vrai.

Nephentes
| 19-09-2020 20:43
Ce communiqué a quelque chose d'effrayant et de pathetique a la fois

Schizophrénie narcissisme infantile esprit de caste déni de réalité

Et bien sûr déni de justice mais ça c'est un détail pour l'Ordre

Ce manifeste corporatiste confirme que les juges et surtout les chefs de leur caste sont coupes de leur réalité de profession minee par le népotisme la corruption et le déni de justice

Appartement les juges tunisiens pensent sincèrement que la justice tunisienne est grosso modo saine et est effectivement garante du droit des citoyens

Je ne sais pas s'il s'agit d'aliénation collective qui s'était assez semblable a celle qui prévaut par exemple chez les forces de l'ordre
qui se croivent sincèrement républicaines et respectueuses des droits fondamentaux

justice comme police en Tunisie semblent souffrir d'un léger décalage avec la réalité après 45 années de dictature

Abir
| 19-09-2020 15:48
On ne peut que vous dire: vous ne pouvez pas être fiers de vous

Jilani
| 19-09-2020 14:42
Ces conseils judiciaires qui se multiplient et qui ont montré leur inefficacité face aux graves affaires judiciaires d'assassinat des martyrs belaid et Brahimi et de blanchiment d'argent comme pour ce mafieux karoui et du parti islamiste . Comment peut-on muter la femme du président à 200 km de Tunis sans prendre en considération sa fonction de première dame et les problèmes de sécurité que cela peut poser. Est ce pour montrer leur haut niveau de transparence. Tout le monde est au courant des accointances de ces juges avec le parti islamiste depuis le passage de bhiri à la justice.

rayma
| 19-09-2020 14:26
Le dossier de la fille du ministre et le transfert du procureur Akremi en passant par le couloir Bhiri il y a à boire et à manger. Donc la réputation laisse déjà à désirer...

A lire aussi

gaspillage d'argent public pour des fins

26/10/2020 14:01
0

Aucun soutien sous aucune forme que ce soit ne lui sera accordé.

26/10/2020 11:39
5

Qalb Tounes prétend le contraire.

26/10/2020 10:28
2

On recense jusqu’au 24 octobre 877

26/10/2020 10:24
9