alexametrics
jeudi 11 août 2022
Heure de Tunis : 21:13
Tribunes
Le châtiment de la naïveté
15/07/2022 | 21:19
2 min
Le châtiment de la naïveté


Par Mustapha Ben Ahmed

 

Etrange discours qui se propage sur la scène politique du pays, au delà de son caractère haineux ce discours porte de grands dangers, en appelant au balayage d'une catégorie sociale bien déterminée ce qui pourrait enfoncer le pays davantage dans les divisions et le désordre.

 

C'est après la parution de la fameuse constitution que les attaques verbales contre l'élite se sont accentuées et les accusations à son égard d'être derrière tous les maux qui se sont abattus durant la dernière décennie. Mais en vérité, les causes de cet acharnement sont les réserves exprimées par la quasi-totalité de cette élite sur le contenu de la constitution et la manière dont elle a été rédigée. Car pour Kaïs Saïed et la foule qui l'entoure, il n'est pas question de céder d'un pouce même à ceux qui se sont mouillés en s'associant à la démarche du président contre l'avis du milieu académique, alors qu'il ne leur reste que quelques pas à franchir pour atteindre leur objectif final. Pour cela, Kaïs Saïed n'est disposé à aucun compromis et tous ceux qui feront signe d'une quelconque opposition ou émettront des doutes sur la pertinence de ses choix seront exclus de toute participation au "nouveau processus ".

 

Ce courant populiste ne recule devant rien. Partis politiques, organisations nationales, institutions juridiques et académiques, tous sont sur la liste des ennemis potentiels qu'il se prépare à affronter au moment opportun. Il tire sa force de l'adhésion inconditionnelle des fans de Kaïs Saïed et de ses slogans d'incitation à l'hostilité et à la méfiance envers tout genre d'adversaire ainsi que sa capacité de mobilisation et d'excitation des masses par la propagande anti-classe politique, élite et même contre des ennemis non identifiés.

Avec ces facteurs, le courant Kaïs Saïed croit détenir tous les atouts pour franchir les ultimes étapes de son agenda avec succès. En contre partie, la confusion et l'incertitude règnent dans le camp de certaines élites et chez certains politiques. En quelque sorte, il est tout à fait normal qu'une partie de ces politiques, surtout celle qui a accédé au pouvoir à maintes reprises, doive payer le prix des pots cassés de la décennie passée. Mais la déception et l'amertume pèsent plus lourd sur ceux qui se sont engagés aux côtés de Kaïs Saïed et qui ont toléré ses abus et ses violations de la constitution et de toutes les règles juridiques et politiques.

 

Quand elle s'est rangée du côté de Kaïs Saïed, cette frange de l'élite n'a jamais envisagé qu'il osera l'utiliser comme couverture pour faire passer ses propres idées. En ce moment, ni les dénonciations de ceux qui ont été manipulés dans l'écriture de la constitution, ni les regrets de ceux qui se sont rangés corps et âme dans le camp du président pourraient empêcher la marche " triomphale" du président. Tous sont déjà mis à l'écart et le train du populisme continuera son chemin avec les inconditionnels et ceux qui ont choisi de se muter en vrais populistes et d'effacer leurs anciennes identités.

15/07/2022 | 21:19
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Citoyen de Tunisie
Les partis, les élites et soi-disant illuminés en sont la cause
a posté le 22-07-2022 à 20:39
Ya Si Mustapha, Rabbi yehdik;
Les 3 années volées de la vie des tunisiens pour élaborer la merveilleuse constitution que chaque peuple en rêve, le sieur Mustapha Ben Jâafar ne l'a-t-il pas évoquée comme la 8ème merveille du monde pour qu'ensuite (apès le 25/07/21) l'a critiqué !
Que le peuple insulte les soi-disant élites politiques du pays, n'a-t-il pas raison car c'est cette élite qui lui a fait bouffer la m***** et lui a fait vivre les calvaires des assassinats, les agressions des salafistes, ce pauvre peuple a fini par vomir toute la classe politique.
Parlons du sieur Kaïs Saïed, n'a-t-il pas été poussé au devant de la scène par cette élite manipulatrice qui l'avait cru en pion tel le fameux prédécesseur Moncef Marzouki, qui avait ruiné notre politique étrangère.
Saïed avait sorti certaines vérités dont le peuple s'en doutait :
- Les politicards ne pensent qu'à leur intérêt et non celui du peuple
- Les politicards s'enrichissent sur le dos du peuple qui s'appauvrit de jour en jour
- La chère politique nationale n'a-t-elle pas effacée la classe moyenne du peuple pour en faire de pauvres gens faciles à corrompre
- Les politicards n'ont pas offert au peuple cette constitution 2014 où nul ne peut être jugé !
- Les politicards ne nous ont pas fait voté des listes qu'on a découvert plus tard, des députés voyous, fous, affamés, obsédés, .........
- Les politicards n'ont-ils pas en sorte que le tourisme parlementaire perdure afin qu'ils puissent se remplir les poches grâce à l'argent servi par les ennemis de la Tunisie
Oui, ya Si Mustapha, la populace illettrée, crédule, bafouée et appauvrie se f=garde le droit d'insulter n'importe qui grâce à la soi-disant démocratie concoctée par les ennemis de la Tunisie démocratique.
L exilé
Les milices de la honte
a posté le 21-07-2022 à 10:44
On a rien retrnu de l histoire. C est une naïveté criminelle d une bonne bonne frange de la population doublé d un opportunisme de basse facture. Ce qui a détruit ce pays c est la milice du temps du PSD, puis celle du RCD suivie de celle d Ennahdha et aujourd'hui celle de Saied. Voici le mal endémique qui s est retourné contre ceux là même qui l ont instrumentalise. Les dirigeants dont ces hordes de mercenaires se réclament portent une lourde responsabilité meme s ils se cachent ou nie toute relation avec elle.
Pas dupe
Le soutien déterminant
a posté le 17-07-2022 à 11:14
Ce ne sont pas les foules haineuses et assoiffées de vengeance qui font la force de KS, bien qu'elles jouent un rôle.

Soyons francs, KS tient grâce au soutien du ministère de l'Intérieur et de l'armée...

Le combat n'est pas loyal.

Vous l'aurez votre constitution consacrant un régime autoritaire voire dictatorial. Les esclaves et les nostalgiques du bâton se régaleront.

Vous aurez carte blanche comme au bon vieux temps avec une justice à vos bottes.

Personne n'est dupe, les gens ont juste peur de vos représailles et de votre répression comme au bon vieux temps.

Maintenant les masques sont tombés, qu'on ne nous parle plus de police républicaine et d'armée républicaine... d'ailleurs ils se sont pressés de l'enlever de leur constitution ! Cela doit donner la nausée à certains rien que de le voir mentionné.

Tant mieux pour vous, mais un jour ou l'autre, même dans 20 ans, certains rendront compte de leurs actes.




Jendoubi
Plutot une culture politique legitimiste
a posté le 17-07-2022 à 11:09
Une bonne partie des Tunisiens, elite et peuple ont une longue tradition legitimiste, et ce n'est pas uniquement par naivete, qu'ils accordent soutien et collaboration au Hakem, celui qui est en mesure d'agir efficacement sur la destinee collective.
Le president KS, "triomphe" politiquement, comme vous le dites monsieur le depute, dans votre reflexion fort instructive, mesuree et nuancee, mais ce triomphe est conjoncturel et precaire.

Le president Ben Ali a eu son triomphe en 1987 et a ete acceuilli en sauveur, Ennahdha a eu son triomphe en accedant avec la troika au pouvoir en 2012, Si Bej a eu son triopme en 2014, et c'est le tour depuis 2019 du president KS. Quelle patience et quel souci de legitimite efficace, ce peuple a-t-il fait preuve!

Le president KS, risque de refaire la meme erreur que celle de l'elite qu'il fustige, qui a drige la Tunisie depuis dix ans, en accordant la priorite aux reformes institutionnelles et politiques, ce qui a laisse peu de temps, d'energie de ressources et de visibilite, aux actions, projets et realisations concretes touchant les domaines economiques, sociaux, culturels et tout ce qui a un impact direct sur la vie de tous les jours.

Certes, les institutions doivent evoluer constamment dans leurs textes et leurs pratiques, mais memes quand elles sont imparfaites, elles peuvent etre utilisees intelligemment a leur optimum, pour agir sur le reel et le transformer, un peu comme de vieux outils qui peuvent continuer a rendre service, meme s'il faut planifier leur remplacement.

Chez monsieur le president, comme chez ses opposants, un plus grand souci de conjuguer politique/parole et action, decision et efficacite, desir/reve et realisation, est necessaire.

La politique depuis dix ans, s'est trop limitee aux questions d'architecture institutionnelle et a l'acces au pouvoir (qui doit governer/decider?), mais d'autres chapitres sont restes presque ignores: pourquoi gouverner? Quels problemes resoudre? Cela va de la proprete des rues, a la drogue en milieu juvenile, aux activites culturelles quasi absentes des quartiers populaires, aux couvercles d'egouts qui disparaissent sans etre remplaces, cela pour me limiter aux petites actions a notre portee. Bien sur il y a les problemes majeurs, bien plus compliques, que nos experts connaissent sur le bout des doigts (chomage, entreprises publiques, fiscalite, etc... ).

"Triompher", serait de donner une reponse concrete, efficace graduelle et palpable a ce genre de problemes, les petits comme les grands, et cela redonnera a la politique tout son sens. Cela en fait, c'est le travail du gouvernement, qui detient curieusement, la cle de la reussite ou de l'echec de KS.
Lol
Et ton parti
a posté le 16-07-2022 à 08:48
La haine tu ne l'a pas vu chez ton allié au parlement ? Où dans chez tes collègues au parlement enragés ?
Qu'est ce que tu as fait pour tes électeurs et les électeurs de ton parti? Rien
On n'a vu que des guerres pour le pouvoir de la pire façon entre chahed, sebsi père et fils, marzouk et cie
Alors tes conseils de looser tu peux ...
GZ
Les populistes
a posté le 16-07-2022 à 02:59
Les populistes finissent souvent mal.
De Mussolini à Trump. Ils vérifient à leurs dépens l'inconstance des foules de flagorneurs qui, après les avoir portés aux nues, en disent pis que pendre. Quand ils ne les pendent pas haut et court.
Puisse le pays savoir raison garder et rester à l'abri de tels débordements.