alexametrics
dimanche 27 novembre 2022
Heure de Tunis : 20:09
Chroniques
La Tunisie ne va pas respecter ses engagements envers le FMI
Par Nizar Bahloul
14/11/2022 | 18:59
7 min
La Tunisie ne va pas respecter ses engagements envers le FMI

 

Dimanche 13 novembre, le président de la République plante un olivier à Boukornine à l’occasion de la fête de l’arbre. Il en profite, devant la caméra, pour prononcer ses habituels monologues. Dans une vidéo de huit minutes diffusée par la présidence, il accuse des parties occultes d’avoir incendié Boukornine cet été. « Ils brûleront par le même feu qu’ils ont déclenché, déclare le président. Ils veulent détruire l’État, mais l’État est fort, eux ils brûlent et nous, nous plantons. Ils parlent de dictature, alors que ceux qui appellent aux assassinats sont libres de se déplacer comme ils veulent, en Tunisie et à l’étranger. » Aux côtés du président, le gouverneur de Ben Arous, figé comme un gorille (regardez la vidéo, je n’exagère pas), pérore : « Jamais dans l’Histoire de la Tunisie, l’État n’a été aussi fort ».

Le président et son protégé vivent dans le déni, dans une bulle. Une bulle depuis laquelle ils ne voient pas les dizaines de pénuries de produits de consommation courante, le déficit commercial, les difficultés pour l’État de souscrire des crédits pour financer son budget, l’inflation à 9,2% (la réelle serait bien plus importante), le dinar dégringolant, la faible croissance, le chômage galopant et le taux de pauvreté grandissant.

C’est quoi cet État fort qui ne subvient pas aux besoins de sa population ? C’est quoi cet État fort qui laisse libres ceux qui brûlent les forêts et appellent aux assassinats ?

La vérité est que les incendies de forêt sont courants dans les saisons estivales sèches partout dans le monde et que les appels aux assassinats sont de purs mensonges proférés pour attendrir trois millions de Tunisiens crédules.

 

Vendredi 11 novembre, le président de la République reçoit Didier Reynders, commissaire européen à la Justice. Le chef de l’État a indiqué à son invité que de nombreux concepts de la pensée politique occidentale nécessitaient une relecture critique évoquant plusieurs expériences actuellement objets de débat en Occident.

Le président pense qu’il faudrait de nouvelles approches pour diriger le monde, la politique et l’économie. Il l’a dit à M. Reynders, il l’a dit il y a quelques semaines devant des chefs d’État étrangers lors du sommet de la Ticad, il l’a dit des dizaines de fois dans les monologues devant ses ministres et il le dira, sans aucun doute, en fin de semaine lors du sommet de la Francophonie.

C’est une évidence, Kaïs Saïed est convaincu que la planète entière, notamment les pays occidentaux, ont de mauvaises approches et adoptent une mauvaise politique et qu’il est temps de les changer pour que les populations vivent mieux.

C’est un peu le même discours (dans le principe du moins) Kim Jong-un, président de la Corée du Nord, Miguel Díaz-Canel, président de Cuba, Nicolás Maduro, président du Venezuela ou encore Daniel Ortega, président du Nicaragua. C’était aussi à peu près les discours de feus Mouammar Gueddafi, Hugo Chávez et Fidel Castro.

Tous ces présidents s’estiment supérieurs à l’Occident, tous estiment que l’Occident se trompe et tous estiment que l’Occident devrait changer d’approche et de politique.

La question s’impose d’elle-même, les pays de ces différents présidents sont-ils meilleurs que ceux de l’Occident ? Non !

Notre pays, dirigé avec les nouvelles approches de Saïed depuis trois ans, est-il meilleur que la France, l’Italie ou la Belgique ? Non ! 

Chers présidents, vos pays servent de labos à vos propres approches. Si celles-ci sont meilleures que celles de l’Occident, on verra le fruit de ces approches, d’abord et avant tout dans vos propres pays.

En attendant, et à défaut de pouvoir prouver sur terrain que vos approches sont meilleures que celles prônées par l’Occident, on garde nos anciennes approches de l’économie de marché, de démocratie, de droits, de libertés et d’indépendance de la justice.

 

Jeudi 10 novembre, Kaïs Saïed reçoit son ministre de l’Intérieur à qui il dit qu’il est impératif de lutter contre la spéculation et la cherté inacceptable des prix. En quoi la cherté des prix concerne le ministre de l’Intérieur ? Ça doit être la nouvelle approche de gouvernance de Saïed. Passons.

La vérité est que la cherté est étroitement liée aux nombreuses augmentations des prix des carburants (leur effet se produit en cascade sur l’ensemble des produits) et à la peur des grossistes et intermédiaires d’être accusés de spéculation.

Kaïs Saïed ne se rend pas compte qu’il a perturbé tout le circuit de distribution, ce qui a causé pénuries et inflation. Il ne se rend pas compte que le gouvernement est en train d’essayer de suivre une politique d’austérité qui crée, elle aussi, pénuries et inflation.

 

Mercredi 9 novembre, Kaïs Saïed reçoit sa cheffe du gouvernement. Il lui dit (une énième fois) qu’il faut adopter de nouvelles approches pour réaliser les équilibres budgétaires et qu’il est hors de question que l’État abandonne son rôle social et privatise ses entreprises publiques, comme l’affirment certains.

Merci pour cet éclaircissement Kaïs Saïed, car on navigue en pleines intox depuis des mois.

De quelle intox parle-t-on ? De cette question des privatisations.

Qui a propagé l’intox ? Certainement ces journalistes qui ont été reçus par des membres du gouvernement il y a quelques semaines et à qui on a expliqué le plan de réformes envoyé au FMI. Mais il n’y a pas qu’eux. 

Il y a également Kristalina Georgieva directrice générale du FMI, qui propage l’intox. Dans un entretien accordé à Sky News, en octobre, elle a affirmé que les accords avec la Tunisie stipulent, entre autres, que le gouvernement tunisien s’engage à réduire la participation de l’État dans l’économie et à encourager l’investissement privé, et que la Tunisie se dirigerait vers la privatisation de certaines entreprises publiques.

Il y a donc les propos des journalistes et de la directrice générale du FMI d’un côté et ceux du président de la République de l’autre. Ils sont clairement diamétralement opposés.

Les premiers parlent de privatisation, le second rejette catégoriquement l’approche.

Les premiers ont pour interlocuteur le gouvernement. Le second est le supérieur de ce gouvernement et celui qui doit valider, en dernier, tout accord avec le FMI.

Le gouvernement adopte les mêmes approches de tous les pays endettés et en crise, le président n’a de cesse de répéter qu’il faut de nouvelles approches.

 

Qui doit-on croire alors ? Les propos du gouvernement et du FMI ou ceux du président ?

Concrètement, le gouvernement est parachuté et n’a aucune assise politique ou populaire. Il n’a pas été adoubé par un parlement et il est à la merci d’une saute d’humeur du président.

Le président de la République est élu au suffrage universel, il demeure à la tête des sondages et son projet de constitution a été adopté, il y a trois mois, par 94,6% des électeurs.

Le gouvernement peut s’engager sur ce qu’il veut, c’est le président de la République qui décide au final.

Or le président n’a pour devise que « nouvelles approches ». Il critique ouvertement la politique de l’Occident. Il l’a fait à la Ticad et répété cette semaine devant Didier Reynders.

À moins que le président ne renie ses propres propos, répétés à de multiples reprises, on ne voit pas comment le gouvernement va pouvoir honorer ses engagements avec le FMI.

Ça n’a rien d’une première, les derniers engagements de la Tunisie envers ce même FMI ont été reniés par les gouvernements précédents.

Si la Tunisie n’a pas respecté ses engagements antérieurs, alors qu’elle avait des gouvernements légitimes et évoluait en démocratie, pourquoi devrait-elle respecter ses engagements actuels, alors qu’elle a un gouvernement parachuté et évolue en dictature néo-bolivarienne ?

Pour rappel, la révolution bolivarienne, telle que définie par Wikipédia, est un mouvement de masse initié par Hugo Chávez après son arrivée au pouvoir au Venezuela, pour mettre en place une « démocratie populaire participative », une indépendance économique du Venezuela, une distribution équitable des revenus et en finir avec la corruption du pays.

Hugo Chávez a envoyé balader l’Occident et se croyait messager d’une mission divine pour servir toute l’humanité.

Kaïs Saïed est sur cette voie mégalomane et il s’est bien dit détenteur d’approches capables de sauver toute l’humanité.

Le FMI peut aller se rhabiller. En Tunisie, c’est le président qui décide et non le gouvernement. Viva la revoluçion.

 

Par Nizar Bahloul
14/11/2022 | 18:59
7 min
Suivez-nous
Commentaires
riri
étudiants atterdés des années 70 (marxiste, islamiste, bassistes, etc) doivent avoir honte et partir!!
a posté le 15-11-2022 à 16:38
Tout le monde sait très bien (tout le monde = les pays occidentaux, les élites tunisiennes, les agences multilaterales, etc etc) que la Tunisie va droit vers la catastrophe.

Les débats des étudiants attardés des années 70 avaient leur place à la poubelle, par au pouvoir.
Djodjo
Dictateur périmé
a posté le 15-11-2022 à 15:10
Il s'adresse aux plus stupide/superstitieux/paranoïaque/religieux d'entre nous parce que facile à manipuler avec quelques slogans simples.

Sont problème c'est que la Tunisie a beaucoup évolué depuis le siècle dernier. Le bouffon lui, il est resté sur place, sont logiciel est périmé depuis longtemps.
Nephentes
"La Tunisie peut compter sur ses propres forces productives, joyau du Maghreb qu'elle est.
a posté le 15-11-2022 à 13:34
J'aimerais tenter d'apporter un semblant de réponse a votre commentaire.

Je précise d'emblée que je crois que Mr Saed est sincère dans son souhait d'être utile au peuple tunisien; mais je crois aussi qu'il n'en est pas capable.

Nous n'avons pas de capacités nationales productives capables a court et moyen terme de nous ramener sur la voie d'une croissance forte et durable comme nous l'avons connue dans les années 90. Notre capacité a générer de la richesse et donc du revenu est durablement entravée, l'investissement productif est en berne et notre encours de la dette empêche toute relance par incitation de l'Etat.

Notre population est en danger de famine. Dans l'immédiat. Vous le comprenez , cela ?

Qu'est ce qui, concrètement alors, justifierait votre optimisme. Pareille justification me serait extrêmement profitable
Nakor
Souveraineté
a posté le 15-11-2022 à 11:40
Tous les pays ayant reçu l'aide et suivis les "recommandations" du fmi l'ont amèrement regretté par la suite. Celui ci n'est que l'instrument de l'impérialisme américain. Le président serait bien avisé de ne pas céder aux sirènes de ces suppôts du diable.
La Tunisie peut compter sur ses propres forces productives, joyau du Maghreb qu'elle est. Mais elle doit pour cela faire preuve de rigueur dans le développement de son économie. Le libre marché a montré son échec, la mise en place d'une planification de l'activité économique visant à protéger et développer le marché intérieur est venue. Il est clair que la bourgeoisie nationale a échouée à jouer son rôle dans le développement de l'économie nationale et s'est contentée de se coincer dans le rôle de classe compradore....
Et quand aux crédits si nécessaires au gouvernement, celui ci pourrait être avisé de s'adresser à une alternative moins mortifère que l'impérialisme occidental : la Chine. Ses investissements sont très genereux.
Par ailleurs, si le pétrole d'Algérie et de Libye ne suffit plus il y a toujours la possibilité de défier les sanctions pour se procurer celui du Kremlin et de Persepolis....
La Tunisie est un grand pays avec une fière histoire. Elle n'a pas à céder à des modèles étrangers mais à chercher sa propre voie, indépendamment des diktats de l'étranger, tel que Sankara, Ghadafi, Nasser et Lumumba l'ont montré par leur exemple.
Tirons les conséquences de leurs échecs et réussites pour poser une nouvelle pierre à ka construction de l'édifice sacré de la souveraineté nationale.
TRE
la bourgeoisie nationale ?
a posté le à 15:49
Malheureusement ces bourgeois de grandes geules avec une formation douteuse mais ils ont toute l´administration dans la poche: Le plus souvent , ils maitrisent à peine d´ecrire leur nom sur la jarre (9olla), avec des niveaux Bac + 1 au maximum, s´accaparant depuis 1956 de presque la totalité des permissions pour voler l´Etat et les contribuables..
Sam laker
Goumis
a posté le à 15:30
Malheureusement, l'esprit Goumis et Spahi perdure, 66 aprés l'independance ... certains ne peuvent vivre sans un oppresseur ...
AMMAR BEZZOUIR
A part Kaiis Saied qui est surtout responsable de cette catastrophe?
a posté le 15-11-2022 à 11:38
Voici le résultat du hit parade:
Les Momies d´El3askar (Chars à l'entrée de l´ARP et ainsi la destruction du coeur de la Democratie)
Les Securitaires RCDistes (3amloulnè Il3aaaar dans tout le monde!)
les medias du RCD (Kèn Itta777aaaan Wè Khouh..!)
Le PDL ++++++++++ (Allah Lé yar7im Léhoum Wéldin, Wè Rabbi Yihlik Ben Zaied ou Bou Mouchar!)
Ennahdha (Khmajjjj mTé33 Tounis depuis 1956, intrumentalisée par les 2 grands dictateurs!)
et surtout un peuple, oh combien naif !
Petit x
@ Nizar Bahloul...
a posté le 15-11-2022 à 09:06
Ne vous inquiétez pas...
L'heure de vérité est très proche pour K.Saeid:
- Soit il se déculotte et signe l'accord avec le FMI pour ouvrir un tant soit peu les vannes du financement extérieur du pays à travers les canaux de coopération multilatéraux et bilatéraux (FMI+BM+BAD+BEI+FONS SOUVERAINS...) sans toutefois s'assurer de pouvoir sauver sa peau d'une révolte du pain à l'instar de 1984.

- Soit il saute tout court; faute de devises et de liquidités pour subvenir aux besoins vitaux du peule en produits alimentaires, énergie et médicaments sans parler de ce dont a besoin le pays pour faire tourner la machine économique...

ALLAH YIHLIK El Khouanjias et leurs alliés qui nous ont conduit à cette situation dramatique après une décennie de mauvaise gouvernance; des plus sombres depuis l'indépendance du pays.


Et aussi...
Allah yehlik les RCD istes qui nous ont mené aux khwanjia
a posté le à 12:21
Vive SAIED libérateur démocrate pour de vrai.
Nephentes
La peur au ventre
a posté le 15-11-2022 à 08:33
La remarque émise par le Président concernant l'impératif de "compter avant tout sur nos capacités nationales " doit générer beaucoup de questions.

C'est la remarque d'un haut "responsable" ne disposant pas de l'état des lieux correct parce que n'ayant pas accès aux informations adéquates. et quand ce responsable est président de la République, et que le pays traverse une crise aussi grave, ce genre de remarques ne peut que susciter une profonde anxiété.

QUI dans l'entourage du président parvient a convaincre ce dernier que la Tunisie peut s'en sortir en comptant en priorité sur "ses propres capacités nationales " ?

Par quel cheminement extrêmement dangereux, préoccupant; Mr Saed est il parvenu a conclure qu'il était envisageable actuellement de retrouver une croissance durable, simplement en identifiant et mobilisant toutes les "capacités nationales"

A l'heure où le taux de chômage réel dépasse les 40 % , le taux d'inflation réel 20 % le taux de pauvreté monétaire les 35% et où le nombre de faillites des PMEs a été multiplié par 2,3 depuis 6 ans ?

Si Mr Saed est réellement persuadé de ce qu'il a dit dimanche alors il faut le destituer pour incapacité mentale. Je répète que si ce cirque indécent continue, c'est la guerre civile .
Lotfi
Saied à raison mais il fait ça trop tôt il fallait attendre la victoire de la Russie sur l'otan pour se prononcer.
a posté le 15-11-2022 à 07:06
On ne peut nier un fait dans tout ça, l'occident a aussi à se reprocher et joue un grand rôle dans la décadence des pays qui s'obstinent à ne pas être ses esclaves. La Russie veut changer tout ça. Le président a raison. Mais la ou je lui reproche c'est que la Tunisie n'est pas la Russie. Il aurait dû faire profil bas et attendre ces changements prônées par les BRICS. Bref, je lui reproche aussi de s'être retourné contre le peuple au lieu de juger et demprosonner les vrais voleurs dont ceux dennahdha.
A part ça, on est faibles et en attendant il faut se conformer aux diktats du FMI. Pas d'autre choix.
MH
Bonjour Lotfi
a posté le à 08:53
On risque d'attendre très, très longtemps. En attendant, on coule. Je mettrai une pièce sur la disparation de Saied avant la victoire de la Russie.
Fa sol la
MH
a posté le à 12:25
Tu peux toujours rêver.. y a pas de mal !!
Wei
Où va -t-on?
a posté le 15-11-2022 à 04:40
Où va t-on? , il faut mettre fin à cette mascarade de masturbation politique. C'est honteux d'avoir une personnalité pareille qui mâche et lâche les mêmes expressions.
Sa directrice a affirmé qu'il est malade, mais il est toujours soutenu par les forces porteuses d'armes, si non les choses vont vite changer pour au-moins mettre fin aux mensonges et des rêves non réalisables même avec cette obéissance inexplicable de ceux ayant les moyens de mettre fin à cette mascarade ?
Nephentes
Quel va être le prix a payer
a posté le 14-11-2022 à 22:09
Ce régime est le pire depuis l'indépendance de la Tunisie.

Mr Saed ne maitrise pas la spirale infernale issue des effets cumulés de l'inflation de la pénurie de la paupérisation du désinvestissement productif de la hausse du chômage et de la fuite des capitaux

Cette spirale ne peut que se démultiplier au cours des prochain mois. Aucun pouvoir, fut il la pire dictature, ne peut durer dans une dynamique aussi destructrice
Fares
Un président dangereux?
a posté le 14-11-2022 à 21:08
Ces propos qui s'adressent à l'humanité me donnent des sueurs froides. Nous sommes devenus la risée du monde. Comment peut-on donner des leçons à l'humanité lorsqu' on a un bilan catastrophique au niveau économique et social? Soit que Kaisollah n'est pas au courant encore de ses échecs multiples, soit qu'il est atteint de sérieux troubles psychiatriques.

Après avoir détruit la Tunisie, l'ambitieux Kaisollah vise la destruction du monde et peut-être même l'extermination de l'espèce humaine? Pourquoi s'arrêter en si bon chemin? First we take Tunis, next we take the world.

Leonard Cohen: First we take Manhattan, next we take Berlin. Les paroles de cette chanson s'appliquent tellement à Kaisollah.

https://tinyurl.com/5cde5csd
Welles
Et maintenant'?'
a posté le 14-11-2022 à 19:37
Le constat est clair et net mais une question reste suspendue ; et maintenant qu'est-ce qu'il faut faire pour se débarrasser de cet *** ?
Forza
Il signera, wiqfit izanqua lilharib
a posté le 14-11-2022 à 19:28
Il broie de l'air pour les faibles d'esprit. Il est déjà en train d'annuler la compensation des denrées de base en créant la pénurie. Il a dit qu'il respecte la constitution et dans la pratique il l'a viole. Il dira de même qu'il est contre les privatisations et l'annulation de la compensation et il les fera sans rougir. Il donnera d'autres noms, au lieu de privatisation, coopération publique/prive, non pas que ce soit mauvais, au contraire, mais sa façon de faire est juste hypocrite.