alexametrics
vendredi 09 décembre 2022
Heure de Tunis : 19:20
Dernières news
La frénésie de consommation des Tunisiens
12/08/2022 | 11:00
5 min
La frénésie de consommation des Tunisiens

Malgré un pouvoir d’achat en berne et la hausse des prix, tout est plein à craquer (hôtels, plages, restaurants, salons de thé et cafés, avions, taxis, lieux de loisir, …), certains produits et denrées sont difficiles à trouver ou carrément en rupture de stock. Le constat est simple, les Tunisiens consomment et surconsomment, sans frein. Comment expliquer cette frénésie ?

 

Alors que l’inflation a atteint son plus haut taux depuis 31 ans et que les Tunisiens ne cessent de se plaindre de la cherté de la vie, on constate partout une frénésie de consommation. La cherté de certains produits et aliments n’empêche pas leur consommation. Certains rayons des supers marchés sont réassortis plusieurs fois par jour ou sont vides à cause de cette frénésie. Mais comment expliquer cette dualité entre la surconsommation d’une part et le pouvoir d’achat en berne d’autre part.

Pour répondre à cette question, Business News a contacté des experts et universitaires en économie afin de tenter d’expliquer ce phénomène.

 

Le docteur en sciences économiques, enseignant-chercheur à l'Université de Carthage et expert-consultant, Aram Belhadj a confirmé ce constat. « C’est vrai qu’en observant les Tunisiens et les familles tunisiennes, on n’a pas l’impression qu’il y a une crise dans le pays », a-t-il admis dans une déclaration à Business News.

Pour lui, cela est la résultante directe des inégalités et de la non-équité fiscale. Et de soutenir que la classe moyenne a été décimée à cause des inégalités importantes : les riches sont devenus plus riches et les pauvres se sont encore appauvris.

 

M. Belhadj a expliqué que trois catégories socio-économiques prennent part à ce phénomène.

La première est une catégorie aisée, ayant un pouvoir d’achat qui lui permet à un accès facile aux biens et services, sans restriction.

La deuxième est représentée par une grande partie de la classe moyenne, qui essaye de garder le même niveau de vie qu’avant, et qui compense la détérioration de son pouvoir d’achat avec un recours excessif à l’endettement.

La troisième est composée par les Tunisiens résidents à l’étranger (TRE) qui ont toujours un meilleur pourvoir d’achat, malgré la cherté de lé vie en Tunisie, vu qu’ils sont payés en devises.

 

L’économiste propose, pour mettre fin à la baisse du pouvoir d’achat de la classe moyenne, l’instauration d’une imposition sur le patrimoine immobilier dormant à défaut de l’imposition d’un impôt sur la fortune afin de faire face à ces inégalités et qui peut être un axe important dans la réforme fiscale à entreprendre.

 

Pour sa part, l’universitaire spécialiste en économie, consultant et chef d'entreprise, Wajdi Ben Rejeb, pense qu’une large frange participante à cette frénésie de consommation est composée essentiellement par des touristes et par des TRE de retour au pays, deux composantes qui consomment beaucoup, fortes de leur pouvoir d’achat.

Les TRE et les touristes sont capables, selon lui, de mener ce train de vie grâce à leur pouvoir d’achat obtenu notamment à cause du glissement du dinar et sa parité en berne face à l’euro ou au dollar. Pour lui, ce sont les deux catégories qui remplissent les hôtels, les avions, les restaurants et louent des voitures car le coût de la vie en Tunisie reste moins cher que leurs pays d’origine ou d’accueil.

 

Autre aspect évoqué par l’économiste, c’est le changement de comportement du Tunisien lambda : il adopte désormais une logique de "cigale" et n'est plus dans la logique de "fourmi" d’avant de travail, d’épargne et d’investissement, faisant référence à la célèbre fable de La Fontaine.

« Aujourd’hui, ayant eu conscience qu’ils n’ont plus la capacité de faire de gros investissements comme l’achat d’une maison, les Tunisiens se sont retournés vers la consommation pure et dure, pour subvenir à leurs besoins et pour faire comme tout le monde, surtout avec le développement d’internet et des réseaux sociaux, les uns copient les autres. Il s’agit un phénomène de mimétisme et d’isomorphisme », a-t-il exliqué.

Et de soutenir que l’économie d’endettement est en train de prendre une grande place dans le paysage et que beaucoup de personnes s’endettent, en empruntant à d’autres personnes, à des banques ou en recourant à des achats avec facilité pour aller en vacances ou pour consommer. Ces personnes se réconfortent à l’idée que tout le monde le fait, qu’ils le méritent et il n’y a pas des raison de se priver, selon lui.

« Or, c’est un mauvais comportement économique », a-t-il martelé dans sa déclaration à Business News, « car il y a un équilibre à maintenir entre ce qu’on gagne et ce qu’on dépense ». Et de préciser qu’il s’agit d’un contexte et d’un aspect social, sociologique et culturel, qui n’est pas propre aux Tunisiens mais à tous les méditerranéens du sud et des pays en développement.

En réponse à une interrogation de Business News, il a affirmé que la pandémie a été aussi un facteur décisif, les consommateurs adoptant de plus en plus des comportements irrationnels basés sur l’endettement, ce qui explique cette frénésie, un héritage de centaines d’années de privation. Ainsi, le consommateur épouse une attitude carpe diem : vivre le jour le jour et ne pas penser axu conséquences sur le lendemain. Le hic, c’est que les personnes qui recourent à un endettement excessif doivent ensuite faire face à des difficultés économiques.

 

M. Ben Rejeb a indiqué que parmi la masse, il y a des personnes aisées qui peuvent se permettre ce genre de comportement, mais il a souligné dans ce cadre que l’économie de rente et l’économie informelle, se sont amplifiées depuis la révolution et se sont largement développées. Chose qui a accentué les inégalités entre le Tunisiens et alimenté des nouveaux riches, des « riches de guerre », qui profitent du système et influencent le comportement des Tunisiens des autres classes qui veulent les imiter.

 

Wajdi Ben Rejeb assure, donc, que la consommation qu’on observe induit en erreur, car il faut voir comment cette consommation est payée. Et d’ajouter que les Tunisiens sont à l’image du pays, endettés et continuent à s’endetter malgré un taux d’endettement très élevé.

 

La frénésie de consommation observée et le comportement des Tunisiens ne reflètent pas la réalité de leurs finances et leur pouvoir d’achat. A l’image du pays, une large frange du pays se pavane et exhibe un faste irréel, financé par un surendettement.

 

Imen NOUIRA

12/08/2022 | 11:00
5 min
Suivez-nous
Commentaires
Abel Chater
@Gardons un minimum d'honnêteté! posté le 13-08-2022 à 21:52
a posté le 14-08-2022 à 20:18
C'est parce que ton minimum d'honnêteté te dit qu'en France, en Allemagne, en Angleterre, aux USA et partout dans les autres pays de ce monde, il ne s'agit pas aussi de, je te cite: "une question de milieux sociaux"!!!
Tu confonds ton «avarie maladive» avec le bon sens humain?
Tu crois que les Tunisiens ou autres, ils sortent tous les jours gaspiller leur argent à gauche et à droite, les transformant en «hédonistes», alors que toi tu viens en Tunisie pour tes vacances annuelles, ne faisant que marcher le long des murs avec cinq dinars dans la poche?
Non mon ami, personne ne sort tous les jours dépenser beaucoup d'argent!!!
Prends ta femme et tes enfants dans un restaurant spécialisé en poissons, 200,- dinars pour 4 personnes. Prends-les pour quelques jours hybrides entre la mer et la piscine d'un hôtel. Ne cherche pas midi à 14 heures dans une vie courte, où il ne faut jamais planifier, mais plutôt se faire guider par le destin avec son bon coeur. Non pas avec son compte bancaire.
Je suis marié à une Allemande et père de 5 enfants. Je n'ai jamais fait travailler ma femme. Sans elle nous n'aurions jamais réussi la bonne éducation de nos enfants. Ce qu'Allah le Tout Puissant m'offre de biens pour bien vivre avec ma famille, y compris voyages et loisirs, dépasse de loin mes attentes. A chaque naissance de mes enfants, le Tout Puissant me fait jouir d'une étape d'aisance historique dans ma vie. Pas de calcul ni de ruses dans la vie. L'honnêteté, rien que l'honnêteté et la bonne foi suffisent pour réussir toute sa vie, sans mathématiques des avares ni fausses attentes des avides.
Il y a un Tunisien de France, qui me raconte, qu'il entre en Tunisie avec sa femme française et ses deux enfants, prendre chaque soir un poulet rôti avec une salade et deux pains pour les quatre personnes. Du béton jusqu'au lendemain me disait-il, alors que tout le poulet ne me suffit pas pour le dîner, à moi tout-seul.
Débarrasse-toi de ton avarie «ech-chahha wè enntouna». Prends ta femme et va passer quelques beaux jours dans un bel hôtel touristique de la Tunisie, avant qu'elle n'aille le faire avec un autre.
Bonne soirée.
hamadi
tout ce qui brille n est pas OR
a posté le 14-08-2022 à 08:25
bonjour, la chute de votre article explique TOUT.
Gardons un minimum d'honnêteté!
C'est plutôt une question de milieux sociaux !
a posté le 13-08-2022 à 21:52
Dans l'article ci-dessus on peut lire 'Business News a contacté des experts et universitaires en économie afin de tenter d'expliquer ce phénomène.'

-->
non, il aurait fallu contacter plutôt des spécialistes des sciences et des analyses sociales. Avec tout le respect que je dois aux profs. universitaires cités dans l'Article ci-dessus, leur intervention est trop superficielle'?' En effet, catégoriser les Tunisiens selon leur richesse ne serait pas une réponse suffisante / convaincante aux questions du début de l'article.


Je fais partie de ces Tunisiens qui vivent à l'étranger, et pourtant quand je rentre en Tunisie, je ne vais pas manger dans les restaurants, je ne vais pas dans les cafés, je ne sors pas le soir faire la navette dans les grandes avenues de nos villes. --> je préfère plutôt rester en famille, aller au bord de la mer en famille, boire un thé à la menthe dans notre jardin. --> c'est le style de vie de mon milieu sociale qui se résume ainsi: vie et loisirs en famille, bonheur privé, travail et performance, gestion de l'argent sans gaspillage et avec beaucoup d'épargne sans négliger la lecture et la musique.

Les éléments constitutifs de mon milieu sociale diffèrent de ceux du milieu hédoniste qui voudrait plutôt préserver la liberté intérieure, l'indépendance et la spontanéité, la vie dans l'ici et maintenant, les scènes, les clubs, la non-conformité, le refus des conventions et considérer le travail comme instrument de financer le temps libre comme centre de la vie.

Fazit: ll faudrait donc segmenter la Tunisie selon les milieux sociaux plutôt que selon la richesse afin de trouver une explication/réponse aux questions de Madame Imen Nouira du début de son article ci-dessus.


Bonne soirée

PS: J'ai dû suivre des cours de sociologie, de pédagogie et de psychologie afin d'enseigner les maths à l'école puis à l'université allemande.

je rassure que je n'ai rien contre le milieu hédoniste
Moncef
Créer de la valeur
a posté le 13-08-2022 à 10:37
Il est écrit : « L'économiste propose, pour mettre fin à la baisse du pouvoir d'achat de la classe moyenne, l'instauration d'une imposition sur le patrimoine immobilier dormant à défaut de l'imposition d'un impôt sur la fortune afin de faire face à ces inégalités »

Absolument absurde. Le problème du pouvoir d'achat est avant tout un problème de création de valeur.
Si vous voulez améliorer le pouvoir d'achat il faut se pencher sur la question de la création de valeur et sur la productivité associée au revenu.
Si un ingénieur peut toucher 5000'?' par mois c'est avant tout parce qu'il crée 1000'?' par jours en valeur '?' aussi forcément son employeur a plus de degrés de liberté pour l'augmenter qu'un pizzaiolo qui crée 50'?' de valeurs par jours pour un revenu de 1500'?' par moi.
C'est pas compliqué a comprendre que si vous augmenter les impôts cela sapera la profitabilité et l'investissement.
La question du pouvoir d'achat est à mon avis avant tout une question d'augmentation de la valeur et de la productivité liée au travail.
Si les gens créer plus de valeur ils auront plus de revenu et auront plus de capacité à dépenser.
Les TRE ont plus de moyens avant tout parce qu'il travaillent et qu'ils crée de la valeur'?' ils sont des cadres de grande sociétés des libéraux ou des entrepreneurs et commerçants. Forcément ils sont plus riche et c'est la Tunisie qui profite de leur richesse puisque ils y investissent et y passent leurs vacances'?'
Faut pas tuer la poule aux '?ufs d'or. '?'.
RICARDO
La misère
a posté le 13-08-2022 à 08:51
Il y a 5 millions de pauvres qui vivent dans la misère.
Abel Chater
Je croyais que la décennie post-révolution du 14 janvier 2011, était une "décennie noire", non pas seulement pour les déchus et pour leur machinerie médiatique mensongère!!!
a posté le 13-08-2022 à 08:41
On dit en tunisien: "el kèdhèb, okoôd chwaya wè èss-èlou" ou (il faut reposer au menteur, la même question en lenteur).
Lorsqu'on leur disait qu'on n'a jamais vu en Tunisie cette aisance et ces réalisations infrastructurelles de l'après Révolution tunisienne du 14 janvier 2011, sur tous les plans, les menteurs intrigants et saboteurs de l'ancien régime déchu, ne faisaient que parler de leur propre "décennie noire", par laquelle ils ont perdu tous leurs privilèges chez l'ancien régime RCDiste déchu.
Les réalisations en infrastructures en Tunisie de la décennie après la Révolution du 14 janvier 2011, ont de loin dépassé toutes les réalisations chez les deux défunts dictateurs déchus Bourguiba et Ben Ali réunies. Alors que les dictateurs en faisaient du théâtre inaugural au 3 août et au 7 novembre, il n'y a eu aucune inauguration post-révolution. A peine une tranche des travaux terminée, qu'ils la mettent aux services du peuple, sans la moindre attente ni le moindre fanfaron. Presque chaque famille tunisienne possède une à trois voitures. Les embouteillages partout, même dans les supermarchés. Malgré tout, la machinerie médiatique des déchus, nous pleuraient du sang, pour leur propre perte de privilèges. Il n'y a pas eu une seule information juste et optimiste. Onze ans de faux pessimisme et de mensonges comme quoi, ce fût le parti d'Ennahdha qui gouvernait le pays. Ils ont pensé reprendre le pouvoir. Ils n'ont pas compté avec l'incalculable Kaïs Saïed.
Maintenant, le Tout Puissant leur fait goûter l'amertume de leurs mensonges, pour avoir nié sa bénédiction. On n'a jamais vu de chercheurs de poubelles et de ramasseurs de plastique comme maintenant. La cherté de vie en Tunisie a battu tous les records de son histoire. Les recrutements sont gelés. Les salaires son gelés. L'électricité, l'eau et tous les nécessaires pour la vie ont presque doublé. Notre Créateur Allah le Tout Puissant, leur rend la vie amère et insupportable, jusqu'à ce qu'ils demanderont pardon à ceux qu'ils ont comblés d'injustices mensongères et d'ingratitudes.
Où est la Zalèma moussi et ses adeptes RCDistes, qui ont tout fait pour saboter la transition démocratique de la Tunisie?
Où sont Samia et Mohamed Abbou, qui ont préparé le plan du coup d'Etat du 25 juillet 2021, suivant leur fameux article 80?
Où sont le Tabbèl Sadok Belaïd et son Zakkar Amine Mahfoudh, qui nous cassaient la tête par leu «constitution de la poubelle»?
Il ne reste encore que les arrivistes bergers des oueds et des montagnes de Jendouba, qui collent d'eux-mêmes aux semelles du président Kaïs Saïed, à la manière du «Jéridi kharnèn» Chafter, sans la moindre mission. A la manière des chiens des rues, qui te lèchent tes bottes dans l'espoir que tu leur jettes un os.
Allah yèhlik Ass-hab el-charr wè Allah yostir Tounes.
TAHAR
La consommation continue !?
a posté le 12-08-2022 à 19:58
Pendant ma jeunesse, j'étais obsédé par l'idée de posséder beaucoup de choses commerciales, des voitures, des vêtements, etc.

Maintenant que j'ai toutes ces choses, je me rends compte que les choses superflues peuvent te transformer en véritable idiot.

Dans les années 80, nous avions peu de choses, mais il y avait un sentiment de solidarité qui me manque maintenant.

Aujourd'hui, nous sommes plongés jusqu'au cou dans la consommation, l'égoïsme et l'individualisme. La consommation passe avant l'amitié.
AMMAR BEZZOUIR
Catastrophes en masse et bombes à retardement !
a posté le 12-08-2022 à 18:12
Le régime de Ben Ali continue à massacrer et sucer le sang des citoyens : les banques privées en Tunisie appartiennent très souvent à la Mafia des PSD/RCDistes et font des affaires avec les citoyens qui, à 99,99%, ne savent meme pas comment sont calculés les intérêts mensuels des banques. Il suffit de voir le taux d'intérêt, dans un pays en faillite comme le nôtre, pour avoir le vertige...
En résumé, prendre un crédit auprès d'une banque tunisienne revient à se suicider financièrement !
Warrior
n'envoyez plus vos devises pour aider les riches ...................................
a posté le 12-08-2022 à 16:57
qd j'envoie 100 dollars, la BCT imprime 300 dinars = inflation.
qui en souffre ? zawali.
car le riche achète le kg de viande 50, 100, ou 200 dinars.
à quoi servent mes 100 dollars ?
à importer l'inutile et le néfaste: banane, whisky et autre biens superflus via les sionistes Carrefour , Monoprix ...
et permettre au riche de passer ses vacances à l'étranger, car il est incapable d'exporter pour obtenir ces devises.

https://www.leconomistemaghrebin.com/2020/02/19/consommation-alcool-tunisie-1ere-arabe-9eme-mondiale/

voilà pourquoi je n'envoie plus mes devises.
GOT IT ?
V
@Warrior
a posté le à 00:40
Chose évidente que la Tunisie ne peut jamais être 9ème mondiale en consommation d'alcool.
Cherchez Liste_des_pays_par_consommation_d'alcool
Elle est positionnée au delà du 100 ou du 150

Pour l'article principal : 'La frénésie de consommation des Tunisiens', on ne peut appliquer cette réalité à tous les Tunisiens, quand les statistiques manquent et l'observation du phénomène est très limitée dans le temps et dans l'espace. Et pas de comparaison avec les années précédentes...
Sandra
Spécialité tunisienne
a posté le 12-08-2022 à 16:34
Gagner 1000 et dépenser 3 milles, je n'ai jamais riencompris comment ils faisaient.
La plupart des tunisiens ont une habitude appauvrissante si profondément ancrée dans leur vie qu'ils ne se rendent même pas compte qu'il s'agit d'habitudes qui appauvrissent

Fehri
Quels experts!
a posté le 12-08-2022 à 15:44
Ces experts se sont placés devant la porte des
magasins pour vérifier si l'acheteur est un TRE.
Bientôt ils vont nous donner des statistiques fabrication
Maison.
Sandra
Société de consommation
a posté le 12-08-2022 à 15:31
Vue la conjoncture mondiale, les jours durs sont à venir, et dépenser n'importe comment pour satisfaire ses impulsions est une grave erreur. Gardez bien vos économies au chaud pour l'instant vous allez vraiment en avoir besoin pour survivre.
HEDI
Mon avis..
a posté le 12-08-2022 à 14:43
Il y a encore beaucoup( ?) de citoyens avec de bons revenus pour qui les augmentations de prix jusqu'à présent sont certes désagréables, mais pas un drame, et qui peuvent sans problème se payer leurs vacances annuelles (d'autant plus que certains ont dû faire des économies forcées ces deux dernières années et demie grâce aux restrictions d'entrée dans de nombreux pays).
Doivent-ils maintenant renoncer à leurs vacances "par solidarité" alors qu'ils ont l'argent pour le faire ?

Ce qui disparaît de plus en plus, c'est la classe moyenne, autrefois très importante, qui n'était certes pas riche, mais qui pouvait s'offrir une vie assez confortable, y compris son propre bien immobilier, si elle dépensait de manière raisonnable.

Le nombre de personnes qui parviennent à peine à joindre les deux bouts, voire à s'en sortir, a nettement augmenté. Parce que les coûts du logement (y compris la STEG) ont littéralement explosé pour beaucoup ces dernières années, que les emplois à plein temps raisonnablement rémunérés sont devenus plus rares, mais aussi parce que de plus en plus de personnes ne peuvent plus gérer leur budget de manière raisonnable/économique et que les personnes âgées se font ponctionner sans vergogne par Big Pharma, les opticiens, etc.

Personnellement, je défends l'opinion inconfortable qu'une partie significative de la misère personnelle est la conséquence de nombreuses petites décisions non optimales dans la vie et que l'on a en fait étonnamment peu besoin (mais beaucoup de choses sont bien sûr nice-to-have) et que l'on peut encore vivre à des prix étonnamment bas dans cet asile de fous qu'est la Tunisie.
Ce qui ne change rien au fait que je suis bien entendu d'avis que beaucoup de choses vont extrêmement mal dans ce pays et que la manière dont la population qui travaille encore est dépouillée et dont les retraités méritants sont tenus à l'écart au profit des politiciens est d'une insolence sans pareille.

Et comment nous sommes tous mis à l'écart et harcelés par des prix, des impôts et des taxes artificiellement gonflés et contraints à un niveau de vie inférieur à ce qu'il devrait être.
kimdee
Asile
a posté le à 00:35
'?tes-vous au courant de ce qui est en train de se passer dans le monde? L'asile de fous est PARTOUT! Le monde entier a été pris en otage par une élite mondiale absolument malade qui a besoin de guerres, de crises économiques, de vaccins mortels pour se débarasser d'une grande marge de la population mondiale devenue trop grande à son goût. La politique d'endettement des peuples est au programme pour que le Forum èconomique Mondial puisse réaliser son Great Reset et introduire partout la monnaie double singe qu'est la monnaie virtuelle. Il faut aussi voir le contexte de la Tunisie dans ce scénario de supers-fous à l'échelle mondiale.
MAHMOUD
Périodes de difficultés financières..
a posté le à 15:56
C'est aussi ce que je ressens, car j'ai connu des périodes de difficultés financières et j'ai dû moi-même faire preuve de sagesse, du moins en partie, en faisant mes propres expériences (moins intelligentes).
Et j'ai actuellement si bien optimisé mes propres coûts pour l'énergie et la nourriture que même un doublement des coûts ne me plongerait pas dans la détresse. (Bien sûr, l'avenir et l'inflation croissante me font quand même peur).

On peut bien sûr trouver la situation globale modeste, mais on peut tout de même essayer, dans le cadre de ses possibilités personnelles, d'améliorer autant que possible sa qualité de vie et de trouver et d'utiliser des niches utiles tant qu'il en reste. Cela ne sert à rien de rester assis à se plaindre et à s'énerver, on a déjà perdu.
DIEHK : 1 très bon sujet de notre société post merdolution!
L'habit ne fait pas le moine !
a posté le 12-08-2022 à 14:42
Très bon article !
Comme le chantait "Léo Ferré" :
Il ne faut pas faire le riche quand on n'a pas des sous ! (Chanson: Il n'y a plus rien découlant des événements de mai 1968).
Pour le reste de l'article présenté par les honorables "NB + BN" et quelque cafouillage de phraséologie ou la dame est affabulée tantôt en (masulin-féminin) ?
@Imen NOUIRA, bravo pour cette étude qui tient la route, mais il ne faut trop féminiser et marginaliser car le diable est dans les détails surtout pour votre article le féminin passe au masculin dans 1 ou 2 phrases !
Je me suis posé la question si Mme Aram Belhadj était Belhadj Aram !
Juste pour vous dire que vraiment que j'ai eu du mal à vous suivre à cause du masculin-féminin.
Félicitations pour cette étude sociologique du "Mâle Tunisien".
Au prochain article, je ne perdrai plus mes repères en me concentrant 1 peu +.




WOW
Ce que j'entends par "vie".
a posté le 12-08-2022 à 14:26
Cela dépend de ce que l'on entend par "vie". Pour moi, cela signifie pouvoir partir de temps en temps, ne pas manger de la nourriture bon marché, avoir le médecin de mon choix, changer régulièrement de vêtements quand les anciens sont trop vieux au lieu de devoir les raccommoder, avoir les mêmes chaussures, pas des chaussures bon marché qui font froid et mouillent les pieds en hiver, et ainsi de suite.
Le cadre de vie est très important, on ne peut pas vivre dans les bidonvilles des pauvres, mais on y est contraint.
TRE
Consommer, consommer et consommer..
a posté le 12-08-2022 à 14:19
Aujourd'hui, je ne suis plus du tout désolée. L'élection était là, personne ne l'a remarquée. Donc, celui qui vote pour ces conneries ne peut s'en prendre qu'à lui-même.

A quel point est-on devenu stupide en Tunisie ? Même dans mon cercle d'amis et de connaissances, ils deviennent de plus en plus stupides.

Courir pour tester, pour vacciner, pour booster et pour consommer à Carrefour...

Et ce qui m'étonne le plus, c'est pourquoi on n'est pas des millions dans la rue ?

Pourquoi vous laissez-vous autant berner par les politiciens et les populistes ? !!

Peut-être que quelqu'un a une explication.
kimdee
partout
a posté le à 00:36
porquoi c'es partout comme ca?
Moncef
Une analyse socialo communiste de l'économie
a posté le 12-08-2022 à 14:17
Comment voulez vous développer le pays si vous bloquer les flux de capitaux, les échanges et la création de valeurs !!!!

Les pseudo solutions consistant à augmenter les impôts ne feront rien d'autre que freiner la croissance et le développement économique.

La croissance économique a pour carburant la consommation .
La fiscalité confiscatoire ne fait que faire fuir les capitaux et ceux qui les détiennent .
Or il n'y a pas d'investissement sans capitaux et sans les facilité à les obtenir via le credit et les taux d'intérêt faible.

l'analyse de cet économiste ne propose aucune solution visant à élever le débat et qui soit source de développement économique'?'.
La prospérité et la richesse nécessite de mettre en place des mesures attractive pour l'investissement et pour l'enrichissement et non le contraire
Prenez exemple sur Dubai'?' leur politique économique est libérale et non pas socialiste'?'
TAA
Dieu Merci!
a posté le 12-08-2022 à 14:13
Heureusement que je fais partie de la classe supérieure - encore une chance !
OK
Les époques changent, les comportements aussi
a posté le 12-08-2022 à 14:03
avant nos parent plantaient, bâtissaient et investissaient pour que nous puissions manger, respirer et boire
Aujourd'hui ça change, que voulez vous on ne vit qu'une fois et il est important de vivre et profiter au maximum, quand tout devient inaccessible et hors de prix pour un jeune couple avoir une voiture populaire, un bien immobilier il faut un salaire d'une vie...mais pas pour les profiteurs, voleurs et arrivistes islamistes freres musulmans salafistes responsables et coupables de ce désastre quotidien que vit le citoyen tunisien moyen
Warrior
islamophobie débordante ......................
a posté le à 14:48
islam devient une obsession chez toi. soigne toi !!

Warrior
faite payer cher les riches et très riches .............................
a posté le 12-08-2022 à 12:17
votre capitalisme est cruel, injuste , néfaste et rrrrrrrrévoltant.
aux USA, UE et mème en israel, les riches paient des impots, parfois lourds 30 à 40 %, pour financer le SOCIAL.
çà s'appelle justice sociale, redistribution.
chez vous les riches ne paient pas d'impots , ni zaqat. et donc pas de SOCIAL.
c'est donc le frère qui doit nourrir la famille.
Au besoin on le jette à la mer, pour qu'il envoie des devises ... aux riches !!!
en effet, qd j'envoie 100 dollars, la BCT imprime 300 dinars = inflation.
qui souffre de l'inflation ? zawali.
à quoi servent mes devises ?
à permettre au riche de passer vacances à l'étranger et importer whisky et vodka à gogo:
https://www.leconomistemaghrebin.com/2020/02/19/consommation-alcool-tunisie-1ere-arabe-9eme-mondiale/

c'est pour cette raison , je n'envoie plus rien. et demande de faire comme moi.

WAKE UP !!
Alya
Oui bon articlr
a posté le 12-08-2022 à 11:28
Bon article qui a soulève le problème de l iniquité fiscale ,de l économie de rente, mais oublier le problème de la contrebande et de l enrichissement vertigineux d une très grande proportion des tunisiens. Sinon , certes le tunisien n est plus enclin à investir dans la propriété. Il achètera en premier lieu une voiture qui lui permettra de divertir sa famille. Honnêtement, j adhere
Warrior
le vélo , coute moins en devises
a posté le à 14:50
dans certains pays au PIB plus élevé on préfère le vélo.
Borzguéne
Un peuple pourri
a posté le 12-08-2022 à 11:27
Le peuple a de quoi vivre, "chacun à ses moyens", parce qu'il vole l'Etat. Et l'Etat ne peut rien faire, soit disant qu'elle n'a pas les moyens. Mais à vrai dire, qui est l'Etat ? c'est le peuple. Qui travaille ou qui donne les ordres ? c'est soit disant l'Etat, mais l'Etat est composé du peuple. Ce peuple, un peuple pourri qui se vole lui même et qui SE laisse faire encore et encore chacun dans sa catégorie, chacun dans son poste.
nazou de la chameliere
Excellent article
a posté le 12-08-2022 à 08:15
On peut aussi parler, d'achat compulsif !
Qui cache souvent un mal-être, ou une dépression.
Si 70% des Tunisiens se comportent de la sorte, immigrés compris ,y'a du boulot, et du souci à se faire.
Jlani
Ces économistes sont e très bas niveau
a posté le 11-08-2022 à 16:12
Ils copier tjrs sur ce qui se passe en France, superfortunes, taxer les superprofits ... Du n'importe quoi. Le tunisien vit quatre ou cinq mois dans l'année de juin à septembre octobre et pendant ces mois il ne veut se priver de rien. Ce ne sont pas les riches qui consomment dans les supermarches, restaurants. Les riches vivent ailleurs. C'est qui crève le budget des ménages et surtout la classe moyenne ce sont les cours particuliers et coût de l'éducation où ils dépendent 300 à 400 dt par enfant ...