alexametrics
vendredi 27 novembre 2020
Heure de Tunis : 03:29
Dernières news
La Fédération internationale des journalistes dénonce le projet de loi audiovisuel d’Al Karama
15/10/2020 | 19:27
2 min
La Fédération internationale des journalistes dénonce le projet de loi audiovisuel d’Al Karama

 

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a indiqué, dans un communiqué publié mardi 13 octobre 2020, qu’elle se joint au Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) pour appeler au rejet du projet de loi audiovisuel, qui sera discuté la semaine prochaine à l’ARP, pour modifier le mode de désignation des membres de la Haica et l'octroi de licences pour les chaînes de télévision.

 

La FIJ a estimé qu’une telle initiative porte atteinte aux principes de concurrence loyale, de transparence et de démocratie.

 

Ce projet de loi a été présenté en juillet dernier par la coalition Al Karama et comporte des amendements relatifs au décret-loi 116 du 2 novembre 2011. Il propose l'élection des 9 membres de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (Haica) à la majorité par le parlement, et la suppression de l’octroi de licences par la Haica pour la création des chaînes de télévision et leur remplacement par une simple déclaration.

 

L’initiative d’Al Karama avait déjà suscité de nombreuses réactions hostiles de la part des intervenants du secteur, de la société civile et des organismes de défense de la liberté de la presse. La Haica a notamment estimé que cette initiative, qui se limite à la révision de certains articles du décret, se veut aussi un moyen de contourner l’application des dispositions de la constitution de 2014, qui stipule la nécessité de promulguer les lois fondamentales pour remplacer les décrets et d'achever la mise en place d'institutions garantissant la suprématie du droit, dirigées par la Cour constitutionnelle et des organes constitutionnels indépendants.

 

Elle a précisé que cette initiative reflète également le manque de connaissance de ses instigateurs du rôle des instances de régulation, des problèmes du secteur audiovisuel, de ses particularités et le manque de vision sérieuse qu’ils ont pour le secteur et garantissant sa transparence, sa diversité et sa multiplicité. « Cela cache les intentions de certains partis visant à mettre la main sur le secteur des médias en soumettant la Haica et en l’impliquant dans les calculs partisans » a indiqué l’Instance.

 

Anthony Bellanger, Secrétaire général de la FIJ, a déclaré pour sa part que « Ces amendements contredisent les engagements de la Tunisie en faveur de la liberté d'expression et d'information. Il faut à tout prix maintenir l'indépendance des membres de la Haica et éviter la création de chaînes de télévisions qui n'obéissent pas à des principes éthiques et sociaux solides. Nous invitons les parlementaires tunisiens à coopérer davantage avec les représentants de la profession afin d'aboutir à une solution pérenne et solide pour la presse et la démocratie ».

 

 

M.B.Z

15/10/2020 | 19:27
2 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
veritas
@ Fij
a posté le 15-10-2020 à 20:01
Les députés tunisiens s'en tapent royalement de la vraie démocratie car ils prônent la démocratie islamiste(poudre aux yeux ) cautionnée par les anglo-saxons la pièce maîtresse du coup d'état de janvier 2011 sous couvert de révolution.