alexametrics
Tribunes

La délinquance en col blanc

La délinquance en col blanc

 

Par Hédi Ben Abbes


A la question souvent posée par les observateurs politiques concernant les dégâts occasionnés par 23 ans de benalisme, la réponse qui revient très souvent concerne -à juste titre- la déliquescence du système éducatif. Rares sont ceux qui évoquent la question des valeurs et notamment les valeurs morales qui sont le véritable socle sur lequel repose l’organisation de la vie de la Cité. Ainsi morale et politique sont intrinsèquement liés.

 

De nos jours, après un soulèvement motivé en partie par la nécessité de rétablir les valeurs morales (dignité, justice, probité, etc) la Tunisie connaît une déliquescence encore plus grave de ses valeurs et dont la partie la plus visible concerne la délinquance en col blanc et celle de la classe politique en particulier.

La Tunisie est passée de l’impunité d’une minorité (les 7 familles) à l’impunité généralisée qui achève le délabrement de l’Etat et établit de nouvelles règles de fonctionnement basées sur le principe hobbesien selon lequel « l’Homme est un loup pour l’Homme ». Cette généralisation de la délinquance et notamment chez la pseudo-élite politique tunisienne - à l’exception de quelques rares figures - opère un changement de paradigme qui ne restaure pas les valeurs morales mais bien au contraire « normalise » cette délinquance.

 

Rappelons quelques principes élémentaires. Dans son ouvrage de référence « La République », Platon nous apprend que politique et morale sont intrinsèquement liés et constituent le socle de l’ordre social. Il affirme que l’action politique ne peut se concevoir en-dehors de ces principes moraux. Platon affirme aussi que le rôle de l’Etat est de faire valoir la vertu dans une société juste. Cette justice ne peut être atteinte que si 4 principes sont respectés à savoir : sagesse, courage, tempérance et justice. Pour que cet Etat puisse voir le jour il faudrait, selon Platon, des gouvernants eux-mêmes pétris de ces qualités.

Pour mettre davantage en évidence ces principes sans lesquels on ne peut parler de gouvernance, ni de démocratie, Machiavel a cyniquement dressé un portrait inversé du gouvernant qui n’a que faire de la morale. L’objectif étant de démontrer à contrario l’importance de la morale en politique. Une mélecture de Machiavel a amené nos délinquants politiques à prendre au pied de la lettre les thèses du « Prince » ce qui donne aujourd’hui lieu à des comportements d’une violence inouïe.

 

Ceci étant dit, que se passe-t-il en Tunisie depuis 2011 à ce jour ? Ce que l’on constate c’est tout simplement une accélération dans l’inversion des valeurs et la « normalisation » de la délinquance sous toutes ses formes et celle de la classe politique en particulier. Cette forme de délinquance est d’autant plus préjudiciable qu’elle provient de cette pseudo-élite politique qui étaient censées donner l’exemple et œuvrer à assoir l’Etat de droit. Dans un tel système, les institutions de l’Etats qui sont censées garantir les équilibres des pouvoirs et prévenir contre toutes les dérives ne remplissent plus leur rôle, bien au contraire. Dans un tel système la seule règle qui prévaut consiste à utiliser les moyens les plus viles qui soient contre les potentiels adversaires politiques pour pouvoir exister. Une des pratiques les plus répandues consiste à préparer des dossiers réels ou fictifs et les sortir le moment venu non pas pour faire valoir le droit, mais pour se débarrasser d’un ennemi politique lui aussi, réel ou supposé. Pour ce faire il faudrait alors disposer soit des moyens de l’Etat, soit de réseaux médiatiques, ou les deux à la fois tout en s’appuyant sur les opportunistes et les mercenaires qui sont légion dans notre pays.

 

Quand on est incapable de créer de la valeur, quand on est incompétent et en même temps, on vise les très hautes responsabilités, le seul moyen à la portée de tous est bien entendu, le comportement de voyou. Raison pour laquelle, les prétendants au pouvoir sont très nombreux et leur nombre ne cesse d’augmenter car les « qualités de voyou » - excuser cet oxymore - requises sont à la portée du premier venu. Les exigences morales, la compétence, le sens de l’Etat, la sagesse et la justice n’étant pas facile d’accès, les délinquants les contournent pour aller instaurer un système inversé tout en le généralisant. On rêvait d’un changement de paradigme positif, vers davantage de justice et de liberté et nous voilà face à un paradigme négatif et inédit dans l’histoire de la Tunisie. Une véritable voyoucratie est érigée en système.

 

C’est dans ce tunnel noir que l’écrasante majorité de cette pseudo-élite politique actuelle s’est engouffrée selon un principe très simple : puisqu’ils ont allègrement franchi la ligne de la décence, il n’y a plus de limite à l’indécence et aux vices. C’est ce qu’on peut appeler la concurrence par le bas. Celle qui consiste à être inventif dans la fabrication des coups bas et hélas, dans ce jeu macabre certains tunisiens sont devenus experts. A telle enseigne que la probité, la droiture, la recherche de l’intérêt général, la compétence, sont devenus des « défauts » synonymes de naïveté et de manque de réalisme. Résultat : une détestation généralisée de la politique et des politiciens, abstentionnisme record, rejet de la démocratie sans même l’avoir exercée, délabrement de l’Etat, etc…   

 

Où sont les visions, les idées et les projets pour le pays ? Où sont les débats de société et les choix stratégiques ? Que proposent les apprentis dictateurs et les délinquants en col blanc ? Quelle est leur conception de l’Etat, leur projet politique, leur modèle économique et social ? Rien et trois fois rien. Bien sûr il y aura toujours des naïfs et des opportunistes qui marcheront dans le système dans l’espoir d’en tirer profit. Il y a aujourd’hui en Tunisie des gens qui œuvrent au rétablissement de la dictature. On ne peut plus dire qu’on ne le savait pas.

A toute cette faune de délinquants, nous sommes nombreux à dire on ne vous laissera pas faire et vous n’allez pas échapper à la sanction populaire.

Nous n’avons pas fait tout ce chemin pour que le sort du pays soit déterminé par des incompétents et des délinquants en col blanc.

 

La révolution est inachevée. Elle ne pourra réussir qu’après sa deuxième phase, celle qui balaiera le système dans son ensemble et rétablira les valeurs morales et l’éthique au cœur des institutions pour que l’Etat et sa crédibilité ne dépendront plus du bon vouloir du « prince », mais d’un nouveau système de gouvernance. Une telle ambition ne peut s’accomplir qu’en s’appuyant sur une jeunesse que j’espère non atteinte par le virus de l’égoïsme, de l’indifférence au sort du pays et du chacun pour soi. Une jeunesse qui croit en elle-même et qui portera haut les valeurs de la probité, l’amour du pays, la compétence et la responsabilité.

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (10)

Commenter

Mehdi Jendoubi
| 11-05-2019 15:55
Le problème posé est pertinent, mais Votre solution de "balai" magique est une illusion, si le mal est aussi généralisé que vous l'affirmez, cela veut dire que les causes sont profondes, la couche que vous proposez de balayer sera remplacée par une autre issue du même contexte et portant donc les mêmes tares, Que faire donc?
Je pense qu'il vaut mieux être plus pragmatique, plus patient et plus positif. Nous accepter dans nos limites, encourager les moins mauvais, gratifier les meilleurs en les reconnaissant et en les soutenant, renforcer l'accès des jeunes aux responsabilités, ouvrir des opportunités de prise de conscience (et votre papier y contribue), multiplier les programmes de formation et de recyclage des "chefs", multiplier les lois et les procédures qui encadrent les acteurs publics (comme l'arsenal anti-corruption) , renforcer les institutions judiciaires pour traiter plus rapidement les cas de diffamations et permettre une réparation des atteintes à l'honneur que vous mentionnez, concevoir des actions de sensibilisation des citoyens pour développer l'esprit critique, et peut être le plus difficile et le plus lent, donner l'exemple.

Houcine
| 02-05-2019 14:25
Invoquer Platon ou Machiavel pour appuyer une vision quelque peu idéaliste, pardonnez-moi, n'y suffirait pas. Plutôt regarder les hommes tels qu'ils se conduisent et agissent. Dans la sphère privée ou publique, ils ne sont conduits que par l'appétit du pouvoir et ne recherchent qu'à servir leurs intérêts.
Pour autant, ils parviennent à vivre en société, certes dans le conflit et pris par leurs passions. Pour y parvenir ils ont créé des institutions qui leur ressemblent, fruit de leur imagination et de leur génie singulier. Ils ont su confier la responsabilité de les gouverner aux meilleurs d'entre-eux, et mis en place des procédures, des règles et des lois pour les tenir.
Le cas tunisien n'y échappe pas. Sauf et exceptés le sens des responsabilités et le manque d'attachement au bien commun. Et, cela est observable partout et à tous niveaux quels que soient les lieux et l'institution.
Constat très sévère. Certes. Mais réaliste.
C'est pourquoi j'incline à considérer les hommes tels qu'ils se montrent dans leurs actes et conduites et pense que seules des institutions ouvertes et 'leurs contre-pouvoirs sont de nature à convoquer la responsabilité et capables de contenir les passions, au moins en limiter les effets.
Le sens du bien commun serait un plus, et le sentiment d'appartenance commune ( nation) est affaire d' expérience et d'histoire. Même si l'éducation et la culture peuvent y aider.

hommesc

Rina
| 30-04-2019 18:26
Bonjour momo si vous voulez des propositions concrète et un véritable programme ambitieux et intelligent je vous recommande de lire le
livre de MR Abbés qui vient de sortir TUNISIE 2040 UN R'?VE ACCESSIBLE.
Je suis sûre vous allez être comblé

momo
| 30-04-2019 17:12
On ne peut qu'approuver le sens de votre texte ,M° Ben Abbes ,c'est une évidence, une porte ouverte , même pour les corrompus, les incompétents, les arrivistes etc.etc,Je dirai même qu'en dépit d'un texte bien écrit, je reste sur ma faim ,aucune ébauche d'une action concrète ,d'un programme politique ou autre ,je dirai même ,que ce genre de texte n'apporte malheureusement rien .

Chaba7
| 30-04-2019 11:07
Un peuple avait espéré retrouvé un père, mais le père n'avait en tête que son fils. On avait espéré retrouver un sage, mais il' s'est avéré être un vieux malin. On avait espéré retrouver un visionnaire, mais il s'est avéré qu'il ne voit pas plus loin que son nez. On avait espéré tourner la page du passé, et on s'est retrouvé plein dedans...mais en pire!

Rina
| 30-04-2019 08:59
Pour ceux qui cherchent une vision et une mine d'idées sur ce qu'il faut faire en Tunisie, il faut lire le livre de Mr Abbes qui vient de paraître "TUNISIE 2040, UN R'?VE ACCESSIBLE". Il ne s'agit pas de critique et d'analyse mais nous offre une vision qui fait vraiment plaisir avec des propositions concrètes sur ce qu'il faut faire en Tunisie. C'EST TRES CONSTRUCTIF.

Zohra
| 30-04-2019 08:54
Ras le bol de ces voyous. Même les voyous d'autrefois avaient plus d'honneur et de respect des personnes que ceux qui se pretend homme polique actuellement si on ose appeler ça politique.

Mais malheureusement, pour balayer tout ça , ça va être un calvaire de plus. Mais ce calvaire là c'est le plus douleureux. Ces voyous de politicards sont sans âmes et sans scrupule capables de tout.

Ahmed
| 30-04-2019 08:07
Ecrivez nous un article critique sur Marzouki.
Une critique construction biensur, pas un règlement de compte.
Un truc serieux de fond, puisque vous aviez la chance d'être temoin et acteur, a un moment
crucial.

Je pense pour ma part que Marzouki renvoi beaucoup au Machiavelisme, a l'opportunisme et a une certaine forme de populisme.

Nous aussi Beji 'ghalitna', nul n'est parfait.

VerrePleinVerreVide
| 30-04-2019 00:00
Merci pour cet article Monsieur Ben Abbes. Il y a clairement un manque de valeurs morales chez nos politiciens. Notre pays a besoin de leaders possédant ces qualités, peut être que laisser la place à la nouvelle génération serait la solution... Hélas, faisant partie de cette jeunesse (j'ai la vingtaine), je crains que les mentalités ne soient pas si différentes et un long chemin reste à parcourir.

Pour reprendre des références plus philosophiques, les politiciens en Tunisie me font penser au mythe de la caverne (Platon, la République):

Ils visent le siège, le poste qui satisfera leur ambition à court terme et ce, quelques soient les moyens employés. Cette état d'esprit représente l'observation des ombres dans la caverne.

La véritable révolution aura lieu lorsque les préoccupations ne seront plus consacrées aux ombres mais à la lumière de la vérité, l'intérêt suprême du pays, le soucis pour les générations futures, retrouver une place digne dans le concert des nations.

Et pour se détourner des ombres, il nous faudra des meneurs qui reprennent les qualités que vous avez cité:
Du courage pour changer les mentalités.
De la sagesse pour ne pas céder aux sirènes du passé (coucou Abir).
De la tempérance parce qu'on le veuille ou non notre pays est une mosaïque politique et il faudra trouver un terrain d'entente entre les progressistes laïcs et les conservateurs islamistes.
Justice parce que sans elle nous ne pourrons pas construire un Etat de droit!

Meilleurs messages.

Rina
| 29-04-2019 21:51
Comme d'habitude après son livre proposant une vision pour le futur de la Tunisie une véritable vision qu'aucun politique n'a osé proposé il nous explique l'importance de la moralité en politique dans une Tunisie qui a perdu tous ses repères avec cette catastrophe qui s'appelle Nahdha et Sibsi-chahed qui sont les chevaux de Troie de Nahdha.
Bravo Mr Abes au moins vous vous êtes fidèle à la Tunisie.

A lire aussi

Régis Debray disait que la révolte est l’expression d’une colère alors que la révolution est une

13/07/2019 11:53
3

En cette fin de législature parlementaire mouvementée qui laisse un pays exsangue, un pouvoir

11/07/2019 15:42
25

Je dédie cet article à mon fils Hachem

07/07/2019 18:15
4

vos enfants sont vraiment dans un " moment

30/06/2019 10:53
4

Newsletter