alexametrics
mardi 25 juin 2024
Heure de Tunis : 15:49
SUR LE FIL
Joey R. Hood : les USA sont attachés à la liberté des médias
30/03/2023 | 10:07
8 min
Joey R. Hood : les USA sont attachés à la liberté des médias


L'ambassadeur des États-Unis en Tunisie, Joey R. Hood a considéré que la Tunisie faisait face à plusieurs défis économiques. Il a assuré que les USA cherchaient à aider le pays à traiter cela. Il a indiqué qu’un accord de libre-échange nécessitait une économie libérale, stable et ouverte. Il a exprimé son optimisme quant au futur en raison du programme de réformes présenté par le gouvernement de Najla Bouden au Fonds Monétaire Internationale (FMI).

Invité le 30 mars 2023 à « Expresso » de Wassim Ben Larbi sur Express FM, Joey R. Hood a estimé qu’il n’y aura pas d’accord de libre-échange entre la Tunisie et les USA. Il a affirmé que plusieurs étapes devaient être franchies par la Tunisie afin de parvenir à cela. Du côté américain, un tel accord doit être approuvé par le Congrès. Il a indiqué que cette institution était, actuellement, très partagée d’où l’absence de conclusion de nouvel accord de libre-échange avec d’autres pays durant les dix dernières années.

« Il existe près de 200 pays dans le monde et seulement vingt d’entre eux ont des accords de libre-échange avec la Tunisie. C’est pour cela que nous pensons qu’il faudrait travailler ici par secteur… Avec un petit investissement, nous pouvons avoir d’énormes retours… Ceci est bénéfique non pas seulement aux Tunisiens, mais aussi pour nous. Nous allons bénéficier des productions tunisiennes et les Tunisiens pourront acheter plus de marchandises américaines. Il s’agit d’une opération bénéfique pour les deux parties », a-t-il dit.


L’ambassadeur américain a expliqué que les USA révisaient annuellement les fonds et aides octroyés aux pays étrangers. Ceci dépend des priorités des États-Unis d’Amérique. L’invasion de l'Ukraine par la Russie n’avait pas été anticipée. Les USA se sont retrouvés dans l’obligation de revoir le budget de l’aide dans le monde. Cette décision ne concerne pas seulement la Tunisie. Il a précisé que l’aide américaine visait à atténuer les conséquences de l’invasion russe de l’Ukraine. Il a révélé que des bateaux chargés de céréales acquis par les USA seront acheminés vers la Tunisie.




Joey R. Hood a indiqué que les USA ont contribué à la réalisation de plusieurs projets touchant le secteur des infrastructures tels que la réalisation de ponts et de barrages ou la création de l’aéroport Tunis-Carthage. Il a rappelé qu’un traité d’amitié entre les deux pays avait été signé en 1799. Il a, également, précisé que le premier repas de rupture de jeûne organisé par la maison blanche avait eu lieu suite à la visite d’un émissaire tunisien.

« Par la suite et durant les dernières années, nous nous sommes focalisés sur la lutte contre le terrorisme. Nous avons investi plus d’1,5 milliard de dinars en armes, équipement et entraînement des forces tunisiennes qui ont, Dieu merci, repoussé les terroristes. Sans sécurité, on ne peut pas avoir une économie stable, notamment lorsque le secteur du tourisme occupe une part importante du développement économique… Après, nous avons aidé à combattre le Coronavirus avec l’octroi de plus de trois millions de doses de vaccin et d’oxygène », a-t-il dit.


Joey R. Hood a indiqué avoir visité plusieurs régions du pays telles que Jendouba, Béja et Tabarka. Il s’est entretenu avec des propriétaires de PME tunisiennes. Il a conclu que la Tunisie n’avait pas besoin de charité, mais de soutien. « La Tunisie a besoin d’appui pour la mise en place de réformes économiques. Le gouvernement a un excellent programme ayant gagné le soutien du FMI et de plusieurs autres partenaires. Nous souhaitons voir la mise en œuvre de ce programme par le gouvernement le plus tôt possible », a-t-il ajouté.

Joey R. Hood a assuré que la conclusion d’un accord avec le FMI était une décision relative à la souveraineté de la Tunisie. Toute allusion à un blocage américain de l’accord entre le gouvernement de Najla Bouden et le FMI est, selon lui, fausse. Il a rappelé que le gouvernement tunisien avait élaboré le programme de réformes et l’avait, par la suite, présenté au FMI. Si l’équipe de Bouden passe à l’exécution du programme, elle bénéficiera d’un soutien total de la part des États-Unis d’Amérique.

« Mes collègues ambassadeurs nommés en Tunisie m’ont révélé que plusieurs autres pays étaient prêts à soutenir la mise en place des réformes dès la conclusion d’un accord entre le FMI et le gouvernement… D’un point de vue politique, le gouvernement américain est très clair. Nous pensons qu'une démocratie saine se caractérise par un puissant exécutif capable de mettre en place des réformes, un puissant législateur ayant la possibilité de contrôler le pouvoir exécutif et un puissant pouvoir judiciaire indépendant créant un équilibre entre les pouvoirs… Un nombre d'élus du Congrès américain ont exprimé leur inquiétude au sujet de la situation économique et politique en Tunisie dans une lettre adressée au secrétaire d’État Antony Blinken. Ils ont le droit d’exprimer leur opinion », a-t-il poursuivi.

Joey R. Hood a, également, insisté sur l’importance de la liberté des médias. Il a assuré que les USA étaient et resteront attachés à cela. Il a estimé que la Tunisie avait bénéficié de cette liberté des médias. Il a indiqué que les États-Unis d’Amérique continueront à soutenir la Tunisie auprès du FMI en dépit de leurs inquiétudes quant à la situation politique du pays. L’ambassadeur a salué l’esprit entrepreneurial des Tunisiens exprimant sa joie quant à l’impact de l’aide de cinq millions de dollars fournie par son pays aux artisans tunisiens. Celle-ci a permis de placer les USA à la tête des pays vers lesquels les exportations artisanales sont exportées. Il a indiqué que son pays faisait partie des plus importants importateurs d’huile d’olive tunisienne. M. Hood est revenu sur les aides octroyées à plus de 40.000 PME dans le cadre de la lutte contre les répercussions du Coronavirus.

« Nous essayons, aussi, d’envoyer des Tunisiens aux USA afin d’expliquer à des investisseurs ce qu’ils pourraient leur offrir… Nous avons eu, à titre d’exemple, une startup tunisienne spécialisée dans le gaming qui a réussi à séduire un investisseur américain. Ce dernier a injecté dix millions de dollars dans l’entreprise tunisienne… Nous n’oublierons pas les plus démunis… Nous avons accordé un fond égal à 60 millions de dollars dans le cadre du programme de sécurité sociale Amen. Ceci a permis à plus de 300 mille familles de continuer la scolarisation de leurs enfants », a-t-il déclaré.


Joey R. Hood a indiqué que son pays continuera à appuyer les forces de sécurité intérieure. Néanmoins, il a souligné l’importance de la mise en place des réformes économiques. Il a expliqué qu’il s’agissait de la priorité des USA en Tunisie. Il a, aussi, assuré l'implication des États-Unis d’Amérique dans la lutte contre les conséquences du changement climatique. Ceci inclut un programme de 60 millions de dollars baptisé « Power Tunisia » visant l’accélération des réformes dans le secteur des énergies renouvelables.

« Nous nous focalisons, aussi, sur les PME telles que les agriculteurs et les pêcheurs… Hier, j’étais avec le ministre de l’Agriculture, Abdelmonem Belati. Nous avons lancé un programme d’une valeur de sept millions de dollars visant à fournir à plus de 9.000 agriculteurs et pêcheurs de nouvelles techniques leur permettant de faire face au changement climatique et d’accroître leur production », a-t-il ajouté.



S.G

30/03/2023 | 10:07
8 min
Suivez-nous
Commentaires
Naim
J'avoue, j'ai faillit m'etrangler en vous lisant
a posté le 30-03-2023 à 20:50
Il s'agit certainement d'une blague du 1er avril.
Les milliers de tonnes de bombes balancées sur le Vietnam, l'Irak, l'Afghanistan, la lybie, le Yémen et autres et souvent basé sur des mensonges d'etat, ne sont sans doute q' une autre forme d'amour indéfectible pour la liberté du dialogue, liberté de la presse et la démocratie. Eh! oui. Une démocratie à l'américaine... On verra bien votre capacité de répondre de votre irresponsabilité d'ici quelques semaines.
Hoch
Un conseil
a posté le 30-03-2023 à 15:20
Cher mr hood je vous consilles vivement d aller transmettre vos idees et recommanqdations en matiere de liberte dans d autres pays arabes et les exemples c du 100*/* exepte la Tunisie oui c l EXEPTION qu es ce vous dites de la liberte de la presse en Egte ou en ..... ArSate ouencore ,.,........au Mroc ....ou ......en jordie......ou!!!!!!.... au kwet ...donc arretez votre comedie et foutez nous la paix
leila
liberté
a posté le 30-03-2023 à 12:49
Les médias tunisiens sont plus libre que les médias américains . Il suffit de voir le traitement de l'info concernant le conflit en Ukraine. Une propagande russophobe massive.
Houcine
'? son e, celle ce oublieuse.
a posté le 30-03-2023 à 12:48
Les USA, dans ce récitatif, sont présentés sous leur meilleur jour.
Respectueux, ouverts, et même presque disposés à nous traiter sur un même pied d'égalité.
La réalité, les réalités sont tout autres.
Les USA sont impliqués dans des affaires plus importantes et qui doivent susciter des interrogations quant à leur volonté affichée de se conduire en partenaire respectueux.
Leurs interventions plus que douteuses dans des dossiers comme celui du Sahara (ex-Rio de Oro) complique à souhait les relations entre deux pays voisins poussés au conflit. Ce d'autant qu'on y a favorisé l'entrée en scène de leur supplétif Israël qui rajoute à la conflictualité quand on sait l'agressivité impunie de ce pays surarmé, hégémonique et garanti de leur soutien.
Dans d'autres cas, l'Africacom illustre cette pérennité de l'esprit de domination et de convoitise bien propres aux américains, premier prédateur mondial.
'?voquant l'ukraine, monsieur l'ambassadeur parle de solidarité envers ce pays.
La vérité serait de parler de solidarité, de portage du régime de Kiev, instrument d'une opération à longue portée comme on dirait d'une arme qu'elle porte loin et détruit beaucoup.
Point besoin d'en dire davantage pour révoquer en suspicion légitime tout ce discours dont l'objectif est de donner une image lisse et propre d'un empire aux mains ensanglantées.
Ce qui serait bon et juste pour cette région, dont la Tunisie est partie, c'est de laisser nos pays organiser leurs liens, régler leurs différends selon les traditions qui sont les nôtres.
Nous n'avons pas, plus besoin de tuteur.
Nos intérêts réciproques peuvent être envisagés sans paternalisme, ni suffisance, de part et d'autre.
Et, si les USA ont la volonté de poursuivre des liens avec nous, nous y sommes favorables, et personne en ce pays ne nourrit d'exclusive à leur encontre.
Condition sine qua non de leurs poursuites est le respect de notre souveraineté.
Alors, monsieur l'ambassadeur, dites à vos compatriotes que nous sommes un peuple libre, tout autant qu'eux, et pas utile de nous faire la leçon.
Ce faisant, ils y gagneraient en respect de notre part, et cela fortifiera nos relations.
Alors, mettez un terme à vos imprécations.
veritas
Go home
a posté le 30-03-2023 à 12:42
instaurer la liberté chez vous et après on en parlera '?'go home '?'tunisiens hate us .
Missile Patriote
De quels médias parle-t-il ? Devinez...
a posté le 30-03-2023 à 11:34
Ils sont attachés à la liberté des médias qu'ils financent, bien entendu...