alexametrics
B.N.CHECK

Jendouba en tête au niveau du taux d’analphabétisme en Tunisie

Temps de lecture : 3 min
Jendouba en tête au niveau du taux d’analphabétisme en Tunisie

 

 

Le monde célèbre le 8 septembre 2023, la Journée internationale de l'alphabétisation. Une journée pour se rappeler de l'importance de l'alphabétisation. Aujourd’hui près d'une personne sur sept est illettrée, selon l’Unesco.  Les mêmes données montrent que 750 millions personnes ne savent ni lire ni écrire au niveau le plus élémentaire, deux tiers sont  des  femmes. 

La différence entre illettré et analphabète est que l'illettré est une personne qui ne sait pas lire, tandis qu'un analphabète est, plus précisément, une personne illettrée qui ne connaît pas les lettres de l'alphabet. En tant qu'adjectif, "illettré" décrit une personne qui est incapable de lire et d'écrire.

 

Combien d’analphabètes en Tunisie ?

Le taux d'analphabétisme général est estimé à environ 17,7 %, ce qui équivaut à environ deux millions, selon les chiffres du ministère des Affaires sociales.

Les données de l'Institut national de la statistique, ont montré que le pourcentage d'analphabétisme s'élève à 12,9 % pour les femmes et les hommes vivant dans des zones communales, tandis qu'il augmente à 29,5 % dans les zones non communales. Ce taux d'analphabétisme varie entre les âges, il est de 2,8 % pour les groupes d'âge de 10 à 14 ans, mais grimpe à 79,8 % chez les personnes âgées de 80 ans et plus.

 

La région de Jendouba présente le taux d'analphabétisme le plus élevé de 31,6 %, ensuite on trouve Kasserine avec 30,2 %, et Siliana avec 29,7 %. La région de Ben Arous a enregistré le taux d'analphabétisme le plus bas, à 9,7 %. Toujours selon les chiffres de l’INS, le gouvernorat de Tunis a enregistré un taux de 10,1 %, et Monastir 10,5 % (2022). 

Des chiffres confirmés aussi par le directeur général du Centre national de l'éducation des adultes, Ali Felhi. Le responsable qui a mis en garde contre ces chiffres, a souligné qu'il est impossible de parler d'économie, de développement, de justice et de démocratie en présence de deux millions d'analphabètes, selon ses dires.

 

« Aujourd'hui, il est nécessaire d'adopter une approche culturelle et sociale adaptée au contexte tunisien », estima Ali Felhi. Il a également noté qu'il y a environ un million de personnes ayant abandonné l'école précocement et se trouvant en situation d'analphabétisme, et que 70 % de ces jeunes ont quitté l'éducation en raison des coûts élevés de l'enseignement.

 

 

Pour le président de l'Association tunisienne pour la qualité de l'éducation, Salim kassem, ce chiffre d’analphabétisme est comme une  bombe : « Nous n’exagérons rien aujourd'hui si nous disons que notre pays est assis sur une bombe à retardement d'environ 2 millions d'analphabètes, un chiffre susceptible d'augmenter considérablement. En effet, notre éducation publique continue de perdre plus de 100 000 élèves chaque année, sans parler des cas d'analphabétisme avéré, ce qui fait que plus de 80 % de nos élèves atteignent la fin de l'éducation de base sans posséder les compétences de lecture minimales. »

 

Sur la région Arabe, le rapport statistique de l'Organisation arabe pour l'éducation, la culture et les sciences (ALECSO) pour l'année 2021 montre qu'il y a 69,4 millions de personnes âgées de 15 ans et plus qui souffrent d'analphabétisme, et que la région arabe représente 9% du total mondial des personnes analphabètes.

R.A.

 

 

 

Votre commentaire

Commentaires
Insan
Ce n'est pas par hasard
a posté le 10-09-2023 à 11:48
Ce n' st pas par hasard qu'on voit ces chiffres! Depuis l'époque de Bourguiba, les régions de l'intérieur du pays ont été ridiculisées et méprisées en termes de développement au profit des régions du Sahel (aucune idée de ma part de discours régionalistes car j'aime les tunisiens qu'ils soient du Sahel où d'ailleurs mais pour la vérité) pour des raisons purement politiques car la plupart étaient youssfistes. Il n'y a aucune raison qu'un sfaxien ou sahelien soit plus intelligent que quelqu'un de l'intérieur s'ils ont eu les mêmes moyens pour y arriver. Aujourd'hui, on voit que les lauréats du baccalauréat ne sont pas forcément tous du Sahel ou des régions « privilégiées » mais aussi de l'intérieur du pays et ça c'est une bonne chose pour la Tunisie de demain.
kikou
réponse
a posté le à 17:58
Arrêtez bon dieu de dire n'importe quoi .C'est grâce à bourguiba que la tunisie est devenu à un certain moment le pays où le taux d'analphabetisme était l'un des faibles dans le monde arabe. A son époque, il consacrait plus des deux tiers du budget à l'éducation nationale. Moi je suis de l'intérieur et je peux temoigner de l'intérêt de Bourguiba à l'éducation. Mais malheureusement, les personnes qui ignorent tout de leur histoire (comme vous)ont intérêt à la boucler.Je vous rappelle que les chefs d'état des pays arabes se moquaient de Bourguiba à cause des dépenses budgétaires réservées à l'éducation. Si vous avez le courage et l'honnêteté, vous n'avez qu'à lire votre histoire.


Abidi
Analphabétisme
a posté le 10-09-2023 à 04:13
Je ne sais pas d'où vous détenez ces chiffres surtout qu'il n'y a eu aucune étude sur terrain ou statistiques, mais sachez que le problème d'analphabétisme est plus profond que cela, aujourd'hui la majeure partie des élèves du primaire sont analphabètes et non illettrés
Houcine
Analphabètes ou illettrés.
a posté le 08-09-2023 à 23:48
Dans les deux cas, cela fabrique des personnes mineures, ignorées sinon meprusees par les sachants qui ont partie liée avec le système qui a produit l'illettrisme et l'analphabétisme.
Il semble même que le nombre d'enfants de scolarisés à l'issue de la primaire ait progressé par rapport à ce que le pays connaissait sous les régimes qualifiés de dictatures.
On a le droit de retourner ce constat à la figure des "révolutionnaires", islamistes et leurs copains tresporolixes quand il s'agit d'occuper le ministère de la parole.
Ils ont favorisé le phénomène quand ils ne l'ont pas aggravé par leur mépris des filles, des femmes, dans un pays qui cherchait à installer la femme dans sa dignité de personne.
Ils ont favorisé l'ignorance par leur propagande pseudo-religieuse, donnant de l'islam une image édulcorée, plus régressive, attentatoire au final à la liberté de conscience par un discours totalisant et clos.
C'est une part du bilan de la Troika, du règne hégémonique sinon totalitaire de Ennahdha avec ses sbires fascistes, et un peu celui de leurs compagnons de route.
La Tunisie avec leur "révolution" aura fait un bond en arrière pour paraphraser à l'envers la formule de Mao..
Mais, c'est au moins intéressant pour les politiciens sans scrupule, un électeur illettré doublé d'un inculte à qui on bourré le crane de "vérités" est plus facile à conduire comme on conduit sa bête ou son troupeau.
Bourguiba avait le projet inverse.
Des générations entières furent scolarisées, filles et garçons, ceux de la ville et ceux de la campagne.
Des "révolutionnaires", c'est comme cela qu'ils se nomment, ont cassé le processus. Ils ont ouvert une ère comme il se doit quand on est révolutionnaire.
Même les mots ont été prostitués.
Jendouba faisait partie des espaces délaissés, ses populations ne recevaient pas du même statut visiblement que le commun, et nos charlatans qui promettaient de tout transfiguré ont aggravé le phénomène.
Ils peuvent invoquer dieu, le diable, mettre au compte du hasard ou de ka nécessité leur forfait, ils sont tout bonnement des irresponsables.
Et des gens sans qualités.
Abidi
Illettrés
a posté le à 04:15
Voici un exemple clair et net d'illettrisme

A lire aussi

Depuis le 25 juin 2024, des publications ont circulé affirmant la remise des diplômes de la première

12/07/2024 13:45
6

Le terme sionisme est souvent associé au mouvement politique débuté au XIXe siècle, avant la

11/07/2024 12:26
3

Nous nous engageons à opérer des rectifications et à les mentionner dans un souci de

03/02/2020 8:44
0

Des internautes ont partagé sur Facebook une publication affirmant que l’État tunisien a récupéré le

10/07/2024 13:01
6