alexametrics
A la Une

Gouvernement Fakhfakh : plusieurs scénarios, un seul vainqueur !

Temps de lecture : 6 min
Gouvernement Fakhfakh : plusieurs scénarios, un seul vainqueur !

 

Quelques jours nous séparent de la fin des délais constitutionnels pour la formation du gouvernement Fakhfakh. Et bien que le chargé de la formation de ce gouvernement soit désigné par le président de la République, élu à 73% des voix, son candidat ne fait pas l’unanimité et peine à réunir l’aval des partis politiques. Le coup de théâtre réalisé par le mouvement Ennahdha en témoigne. 

 

Depuis sa désignation par le président de la République Kaïs Saïed pour la formation du gouvernement, Elyes Fakhfakh s’est voulu méthodique. Il s’est fixé une démarche s’étalant sur trois semaines. La première pour l’organisation de son soutien politique, la deuxième pour la mise au point d’un programme et d’une vision, tandis que la troisième semaine devrait se solder par la composition des membres de son équipe. A la fin de chaque étape, il s’est fixé un rendez-vous avec les médias pour faire le point de l’état d’avancement de son processus.

Malgré l’absence d’un accord autour du soutien politique pour son gouvernement, Elyes Fakhfakh a tenu sa première conférence. Toujours aussi ponctuel, a également organisé son deuxième point de presse, même si aucun parti n’a signé son programme gouvernemental.

Ainsi, et tenant compte de ses passages en force, le verdict du mouvement Ennahdha a été sans appel. Le conseil de la Choura du mouvement a décidé, hier, de ne pas accorder sa confiance au gouvernement Fakhfakh dans sa forme actuelle, s’attachant à un gouvernement d’union nationale qui n’excluerait pas le parti de Nabil Karoui, Qalb Tounes. Cette décision coïncidant avec le jour prévu pour l’annonce de la composition du gouvernement, de manière à pousser Elyes Fakhfakh à recaler sa conférence pour la première fois.

 

Les tractations de dernière minute se sont accélérées entre les différentes parties prenantes, à savoir Elyes Fakhfakh, Kaïs Saïed et Rached Ghannouchi en vue de parvenir à un accord pouvant satisfaire les exigences de chaque partie. Et au moment où tout le monde s’attendait à une annonce de la composition de la nouvelle équipe d’Elyes Fakhfakh, le mouvement Ennahdha a coupé court à toutes les spéculations et à toutes les attentes en affirmant son refus de participer au gouvernement et de lui accorder sa confiance. Une décision claire, nette et concise enterrant toute éventualité du passage de ce gouvernement.

Coup de théâtre ? Impasse politique ? Tous les éléments étaient réunis pour freiner l’entêtement et les différents passages en force d’Elyes Fakhfakh et du président de la République Kaïs Saïed qui le soutenait dans sa démarche. Ne sachant plus comment réagir face à cette situation, Elyes Fakhfakh a finalement annoncé la composition initiale de son équipe, tout en s’accordant un délai supplémentaire pour la poursuite des négociations, dans la mesure où les délais constitutionnels ne se sont pas encore écoulés et qu’il bénéficie encore de quelques jours lui permettant de peaufiner sa formation et éventuellement parvenir à un accord.

Dans le cas contraire, tous ceux qui se sont opposés à sa démarche seront confrontés à leurs responsabilités politiques face au peuple tunisien. Ce qui est finalement l'un des slogans prônés par le président de la République Kaïs Saïed depuis sa campagne électorale.

 

Ainsi, plusieurs scénarios sont possibles et envisageables. Durant les prochains jours, Elyes Fakhfakh pourrait répondre aux exigences du mouvement Ennahdha. Son équipe passera au Parlement. Mais dans ce cas, il sera fragilisé, devenant à la merci du mouvement islamiste. Ennahdha aura gagné son bras de fer engagé dès le début, non avec le chef du gouvernement désigné, mais avec son désignateur. Ainsi Kaïs Saïed aura perdu son combat et sera isolé à Carthage durant le reste de son mandat.

La deuxième possibilité qui s’offre à M. Fakhfakh serait de former un gouvernement de technocrates, s’il refuse de succomber au « chantage » d’Ennahdha. Si son gouvernement passe, chose peu probable dans la situation actuelle, il aura à mettre en application son programme et ce sera, à lui, et au président de la République, d’en assumer le bilan qu’il soit positif ou négatif. Il restera tout de même face au risque d’une motion de censure pouvant intervenir à tout moment où ses décisions et ses politiques ne correspondent pas aux orientations des partis représentés au Parlement.

Toutefois, l’enjeu majeur sera son échec d’obtenir la confiance au Parlement, ce qui est très probable, si on se tient à la conjoncture actuelle. D’abord, le mouvement Ennahdha aura récolté le fruit de son audace et de ses manœuvres politiques. Et dans ce cas, plusieurs scénarios sont également envisageables d’un point de vue constitutionnel et dans une optique de course contre la montre.

C’est dire qu’avant le délai fixé par la Constitution pour la dissolution du Parlement, à savoir quatre mois depuis la première nomination du chef de gouvernement, le mouvement Ennahdha et des partis qui lui sont alliés, pourront retirer la confiance à Youssef Chahed. Ils prendront ainsi le relais du processus de la formation du gouvernement. Or, entretemps, Youssef Chahed peut présenter sa démission et l’initiative retournera au président de la République. Rebelote dans ce cas.

 

Si aucun de ces deux scénarios n’a lieu, le président de la République peut dissoudre le Parlement. Le pays sera face à des élections législatives anticipées. La configuration parlementaire peut bien changer, notamment, avec l’amendement du Code électoral, prévu par le mouvement Ennahdha en faisant passer le seuil électoral de 3 à 5%. Une donnée clé pour les éventuelles prochaines élections, puisque dans ce cas plusieurs partis représentés au Parlement disparaitront du paysage. Ennahdha, par contre, tout comme le PDL et Qalb Tounes verront leur poids parlementaire augmenter considérablement, et ce, même si le président de la République décide de participer aux législatives avec ses propres listes. D’abord sa côte de popularité n’est plus la même qu’au moment de son élection, tenant compte de son bilan actuel, et puis il ne détient pas la même machine électorale que les autres partis puisque le processus des législatives est bien différent que celui de la présidentielle. C’est dire que le score qu’il a réalisé était dû à un contexte particulier où une grande partie des Tunisiens devait choisir entre « un universitaire intègre » et « un mafieux sortant de prison ».

 

En tout état de cause, la situation actuelle se présente assez compliquée. Elle ne sera profitable qu’à celui qui fait preuve d’audace, de tactique et de prévoyance. Dans tous les cas de figures, c’est le mouvement islamiste qui en sort vainqueur, riche de son expérience et de la solidité de ses rangs malgré toutes les divergences internes au sein de ses structures.

 

 

Sarra HLAOUI

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (7)

Commenter

cesarios
| 18-02-2020 18:10
plusieurs scénarios,un seul perdant qui n'est que notre chére TUNISIE et la majorité de son peuple qui a subi et qui
est en train de subir les pires des souffrances et les pires des miséres , et nos politiques s'en foutent éperdument,ils pratiquent la sourde oreille et nous déclarent en réalité et en vérité: - aprés nous , le déluge et surtout pour nos actuelles et futures générations

A
| 17-02-2020 13:45
L'ARP peut même isoler le président. C'est le principe du régime parlementaire.
La veuve noire Ennahdha et ses enfants karama et qalb peuvent décider de jouer encore les prolongations s'ils le décident.
C'est la veuve noire qui décide et qalb exécute.
'?a a l air qu'uniquement le PDL arrive à lui tenir tête.
De toutes les façons le président palestinien KS s'en fout. Si par contre un joueur tunisien rencontre un israélien le président palestinien ks va se réveiller et nous déballe ses discours.
Même Mahmoud Abbas s'arrache les cheveux et n'arrête pas de lui dire de se mêler de ses affaires.

DHEJ
| 17-02-2020 10:12
Ce n'est pas ce parlement qui a accordé la CONFIANCE au gouvernement YC alors il ne peut pas retirer UN VOTE CONFIANCE qui ne lui appartient pas!

Par contre notre MECANO mauvais INGENIEUR et en mal de PORTANCE ELECTORALE veut "se charger" par le biais de la PORTANCE ELCTORALE DE ROBOCOP or il aurait "se charger" de la PORTANCE ELECTORALE DE L'ARP en puisant dans les programmes des partis politiques et non dans "les visages des politiques".


Alors comment le MECAN avait réussi à l'ENIS?


Ben peut-etre lien de parenté avec ROBOCOP!

A.
| 17-02-2020 03:18
Tout ceux qui se sont affronté à la veuve noire ont été dévorés par cette dernière. Fakfak a fleurté avec la veuve noire qui l'a mangé tout cru. Qalb Tounis pareil, on n'oubliera pas que ce dernier a fleurté avec Ennahdha en votant pour le gourou. On n'oubliera pas.
La veuve noire est une araignée femelle qui s'accouple avec son male et aprés l'acte elle le dévore. C'est pour ca qu'on l'appelle la veuve noire. Exactement comme ennahdha.
'? mon avis ca sera le PDL et la veuve noire qui sortiront gagnants.

Ya7beni
| 16-02-2020 21:19
KS etant homme intègre jusqu'à présent doit couper l'heure sous les pieds de ces bras cassés et aller en election anticipé tout en creant son propre parti auquel cas les gens qui croient tjrs en lui lui donnerons une majorité pour gouverner...

Microbio
| 16-02-2020 17:39
a dinde a parlé au taureau. "Je rêve de grimper à l'arbre", "mais j'ai si peu de force."
"Pourquoi ne choisissez-vous pas ma merde?".
Répondit le taureau, "il contient beaucoup de nutriments."
La dinde mangeait un petit tas et cela lui donnait vraiment assez de force pour grimper la branche inférieure de l'arbre.
Le lendemain, après avoir mangé plus, il atteignit la deuxième branche.
Le quatrième jour, la dinde était fièrement assise sur l'arbre.
Un paysan l'a remarqué là-bas et lui a tiré dessus d'un coup de feu avec son arme.

Moral de l'histoire: Manipuler la merde peut vous aider à atteindre le sommet, mais cela ne vous y maintiendra pas.

esprit libre
| 16-02-2020 17:36
il y a peu de temps encore, la majorité des parlementaires votent contre le gouvernement d'ennahdha ( formé par el jomli); je me demande, pourquoi Mr fakhfakh a discuté avec ennahdha pour la formation de son gouvernement? au lieu de ça, il aurai dû parler avec tous les autres partis sans exception de qalb tunis au pdl, même si son choix est dicté par kais said, Mr fakhfakh doit former son équipe suivant ses convictions et sa personnalité , et suivant un programme ambitieux et réformateur de la mentalité et de l'économie du pays et avec un peu de pédagogie ( une bonne et intelligente communication) je suis sûr que le peuple adhère à son gouvernement et le soutient ; de l'audace Mr le prochain président de gouvernement.

A lire aussi

Face aux critiques, c’est le chargé de l’information et de la communication au sein du cabinet du

07/04/2020 21:00
3

La gestion transparente des dons adoptée par le ministère de la

06/04/2020 20:59
2

S’il atteint les poumons de l’être humain, le Covid-19 va jusqu’à affecter ceux de l’économie

05/04/2020 15:59
0

lLhôpital Charles-Nicolle étant en première ligne dans le combat contre le Covid-19 a besoin de

03/04/2020 16:10
10