alexametrics
lundi 24 juin 2024
Heure de Tunis : 00:51
Chroniques
Elyes Fakhfakh, rassurant comme le devrait être tout chef qui se respecte
Par Nizar Bahloul
21/03/2020 | 23:50
4 min
Elyes Fakhfakh, rassurant comme le devrait être tout chef qui se respecte

S’il n’y avait pas ce retard de deux heures trente minutes, Elyes Fakhfakh aurait été parfait ce soir du samedi 21 mars 2020, veille du premier jour du confinement total et lendemain de l’inquiétant discours du président de la République, Kaïs Saïed.

En vingt minutes, en dialecte tunisien accessible à tout un chacun, et en lisant un prompteur et non une feuille sous la main, le chef du gouvernement a répondu à la majorité des inquiétudes et interrogations des Tunisiens soulevées ces derniers jours et particulièrement depuis hier après le discours présidentiel.

Il a expliqué ce qu'est le confinement, ses raisons et ses répercussions et a présenté les solutions proposées par le gouvernement. Il s’est adressé à la fois au Tunisien lambda, aux nécessiteux, aux riches, aux spéculateurs (qualifiés de criminels de guerre), aux travailleurs, aux chômeurs, aux financiers, aux professionnels de la Santé, de la Sûreté, de la Défense, de l’Information. Il a rassuré les uns et averti les autres. Il a surtout lancé un message clé qu’on a tardé à entendre : « On ne doit compter que sur nous-mêmes ! ». Le véritable sens de l’indépendance, en ce jour de lendemain du 20-Mars, est bel et bien dans cette phrase !

Elyes Fakhfakh a beau n’avoir recueilli que des miettes à la présidentielle de 2019, il s’est montré en vrai chef responsable ce soir ! Rien à voir, mais absolument rien à voir, avec le président de la République qui, avec son arabe inaccessible et rébarbatif, a dit trop et pas assez, a inquiété au lieu de rassurer. Que demander de plus à un chef que de rassurer son peuple avec des mots simples et une stratégie claire ?

 

Le coronavirus frappe la planète entière et la Tunisie ne saurait être ménagée. Elyes Fakhfakh a expliqué la démarche anticipative de l’Etat afin d’éviter toute perte humaine. Alors que quelques CPR aigris et aveugles, pronostiquaient le décès de quelques centaines de Tunisiens, le chef du gouvernement a démontré par a+b comment on peut éviter ce drame si l’on mettait la main dans la main et si l’on respectait à la lettre les mesures de confinement. Pour arriver à cette stratégie, il a écouté les scientifiques et observé et analysé les expériences des autres pays. On ne demandait pas davantage.

Le coronavirus frappe la planète entière et va laisser plusieurs entreprises et plusieurs personnes sur le tapis. La Tunisie ne saurait être différente. Elyes Fakhfakh n’a pas caché le soleil par un tamis, ne s’est pas perdu dans le verbiage et a dit les choses comme elles devraient être dites, aussi difficiles soient-elles. On ne demandait pas mieux que cette sincérité.

La majorité des pays frappés ont sorti le chéquier et les garanties de l’Etat pour préserver leurs citoyens et leurs entreprises d’une véritable banqueroute qui les attend. Elyes Fakhfakh a fait preuve de responsabilité et, en dépit des caisses vides, il a réussi à dégoter 2,5 milliards de dinars qui serviront à sauver les uns de la faillite et les autres de la faim. A quelques mesures près, celles prises sont exactement celles attendues et répondent aux doléances du patronat et du syndicat. Rééchelonnement des crédits et des arriérés d’impôt, ajournement du paiement des impôts et de la CNSS, garantie de l’Etat pour les crédits bancaires, des chèques au profit des plus nécessiteux, remboursement du trop perçu d’impôt sous 30 jours, création d’un fonds d’investissement pour la restructuration et la recapitalisation, sont autant de bouées de sauvetage. On ne demandait vraiment pas mieux !

À l’instar de plusieurs autres pays, il a demandé à légiférer par ordonnance. Il va ainsi soumettre à l’assemblée un projet de loi, en application de l’article 70 de la Constitution, pour lui permettre de prendre des décrets-lois et ce pour une période ne dépassant pas les deux mois. Il doit avoir l’aval de 60% des députés et il faut qu’il les obtienne. C’était exactement ce qu’il fallait faire afin de parer au plus urgent et ne pas perdre de temps. 

 

La stratégie d’Elyes Fakhfakh avait trois objectifs : aucun Tunisien ne doit être dans le besoin, aucun emploi ne doit être perdu, aucune entreprise ne doit faire faillite. C’est exactement ce que disent et répètent Utica, UGTT, experts, analystes et éditorialistes.

Etre aussi en phase avec la population, son élite et ce qui se passe dans le monde n’est pas donné à tout chef. Quand on pense à Boris Johnson et Donald Trump, il y a de quoi se dire que Elyes Fakhfakh, tant dédaigné à cause de son résultat à la présidentielle, a l’âme d’un chef, d’un grand chef. Ce n’est pas si évident quand on voit Kaïs Saïed élu avec ses 72,71%.

Avec son discours de vingt minutes, Elyes Fakhfakh a fait oublier aux Tunisiens ses deux heures et demie de retard. Il a fait surtout oublier toutes les folles rumeurs circulant ce soir à cause d’une hypothétique et non étonnante crise à la tête de l’Etat. Il a cité deux fois le président de la République comme pour ménager son égo et éviter tout parasitage sur son travail, comme cela a été le cas hier. Au-delà des caprices et du formalisme du locataire de Carthage, Elyes Fakhfakh a surtout évité au pays une grosse crise politique, économique et sociale.

Bon à rappeler, Elyes Fakhfakh n’est à son poste que depuis le 28 février.

 

Par Nizar Bahloul
21/03/2020 | 23:50
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Zohra
@lecteur
a posté le 23-03-2020 à 22:00
https://www.youtube.com/watch?v=e-oRVji6n0w
Maxula
Tête de neu-neu !
a posté le 23-03-2020 à 21:08
"les deux discours du guignol de Carthage."
"malade doublé d'un incompétent"
Etc.

Et ça, ça coûte cher ou c'est gratuit ?
Ou insultes d'un frustré ?
Maxula.
Fares
'?a va Maxuala
a posté le 23-03-2020 à 02:20
'?a tu t'est bien défoule avec toutes les attaques gratuites? Est ce que tu avait tote ta tête. C'est la première et la dernière fois que je réponds à une personne de ton espèce.
Justinia
Les acculturés franco-arabe.
a posté le 22-03-2020 à 22:54
En 698,la Tunisie a été colonisée par les Arabes.
En 1881 la Tunisie a été colonisée par la France.
En tant que berbère,pour moi,un colonisateur reste un colonisateur qu'il soit Français ou Arabe.Il faut donc laisser les gens le choix de la langue.
Ceux qui parlent des acculturés de la francophonie,ne leur est même venu à l'idée qu'ils sont les acculturés de l'arabité.
Maxula
idiot lambda
a posté le 22-03-2020 à 21:34
"l'arabe de kais saied m'est inacessible."

Personne n'a pleuré pour que vous sortiez de votre B'HEMA !
Les ignares sont généralement tellement fiers de leur ignorance. . .qu'ils le crient sur les toits, puisqu'ils sont ignorants de leur état !
Maxula.
Maxula
Fares
a posté le 22-03-2020 à 21:14
Le président parle clair et direct. . .seuls les incultes comme vous ne pigent que dalle !
Vous devriez donc retourner à l'école pour prendre des cours intensifs d'arabe !
C'est une vraie calamité que certains "azimutés" , ne sachant déjà pas maîtriser l'arabe, se croient autorisés à se lancer aussi gratuitement sinon connement dans des critiques "tous azimuts" et à côté de la plaque !
Votre "français" laisse déjà grandement à désirer. . .ce qui devrait vous inciter à vous regarder d'un peu plus près. . .
Si l'arabe (littéraire) n'est pas compris par le Tunisien de la rue, il faudrait d'abord exiger son abandon par les journalistes de nos radio-télés, ici ou là, comme chez M. Belkadhi par exemple, au profit de la "derja". . . pour que les électeurs (comme vous) du "distributeur de pâtes", soient au parfum !
Jusque-là, souffrez que "notre" président s'adresse à ses concitoyens dans la langue . . .qu'il lui plaira, à lui et à lui seul, d'utiliser !
Maxula.
Maxula
C'est du français, ça ?
a posté le 22-03-2020 à 20:31
"rassurant comme le devrait être tout chef qui se respecte"

.. . .comme devrait l'être tout chef. . .

Pas besoin d'aller plus loin. . . pour ne pas être obligé de "tout" corriger !
Maxula.
flytox
Le monde ne sera plus jamais pareil
a posté le 22-03-2020 à 19:44
Apprenez le chinois.
Toutes ces nations dites avancées ont démontré une telle décadence, un tel égoisme, une telle incapacité à s'organiser et à réagir efficacement ! Des centaines de morts et un président de la supposée première puissance mondiale qui il n'y a pas quelques jours se moquait de la pandémie.

Quelle mascarade. Quelle déception.

La Chine kafira, vers laquelle se tourne désormais tous les désespérés des unions de charlatans pour une bouffée d'humanité sortira première puissance incontestée. Le monde changera à jamais.

L'occident avec son égoisme, son matérialisme et son système économique impitoyable est fini. Avant le corona, il se fissurait déja sous les assauts de milliers de simples citoyens broyés par l'effroyable machine à sous mondiale.
zamharir
Pour lambda
a posté le 22-03-2020 à 19:11
J'aimerais bien connaître les langues "originelles" de notre pays ou ce qu'il en subsiste. La seule que je connaisse est le berbère, qui est restée un idiome à l'état oral, et dont il ne reste que peu de choses. Des efforts bienvenus sont faits pour le ressusciter et l'améliorer. Il faut les saluer. Si on remonte plus loin il ne reste plus rien du punique ni du carthaginois. En tout état de cause, l'arabe n'est pour rien dans leur disparition : ils avaient déjà disparu ou reculé sous la pression des Romains -- dont les Français ont plus tard la même politique d'assimilation et de ségrégation, indigènes-évolués. Les Français ont fait plus tard un sort à la langue arabe, qui aurait sans doute disparu sans la vigilance des Tunisiens. L'Américain ne parle pas un mélange d'anglais, de swahili, d'espagnol et d'arabe que je sache. L'anglais parlé par les Américains est une langue bien identifiée, avec des variantes sans doute, mais très peu nombreuses, par rapport à l'anglais d'origine parlé au Royaume Uni. Un Britannique et un Américains n'ont pas besoin d'un traducteur pour converser. Je ne peux que regretter que vous ne pratiquiez plus l'arabe que vous avez appris l'école publique, ou que vous le pratiquiez mal, mais c'est votre choix. Ce qui m'intéresse, c'est la langue nationale qui concerne "saouad ennnas" (la majorité absolue du peuple). Il faut enfin rappeler tout de même que le chef n'est pas celui qui suit son peuple passivement, comme vous semblez le suggérer comme conduite linguistique pour KS , mais, au contraire, celui qui appelle son peuple à le suivre, en le tirant vers le haut, en particulier dans ce domaine crucial qui est la promotion de sa langue nationale. Merci de vos remarques pertinentes
zamharir
Persiste et signe contre tous les pourfendeurs de l'arabe
a posté le 22-03-2020 à 18:18
Persiste et signe : la langue arabe est la langue nationale et officielle de la Tunisie, selon la constitution. Il est de devoir du président de la République, du Premier ministre, des ministres, des députés, de gouverneurs et de toutes les autorités de l'état de s'exprimer dans cette langue, au moins en public. Ceux qui la refusent ce sont les néo-acculturés -- je dis bien néo-acculturés -- qui ne sont bien évidemment pas les Sadikiens, qui eux sont de parfaits bilingues : Bourguiba en faisait partie, mais aussi toute une génération de l'indépendance, qui a libéré le pays pour aussi lui redonner son identité spoliée par quelques uns. Ils avaient une excellente maîtrise de la langue nationale. Les élèves de l'école publique également. Les néo-acculturés ne sont que les avatars du système éducatif colonial francophone, qui subsiste depuis l'indépendance (et aurait même tendance à se développer, hélas !), ceux qu'on appelle aussi "hizb frança". Ils vivent mal leur ignorance de l'arabe, sont accrochés comme un moule à son rocher à langue du colonisateur et complexés à l'idée qu'on puisse le leur rappeler. Ceux qui ne connaissent pas l'arabe doivent se choisir d'autres destinations. La Tunisie n'est pas faite pour eux. Pour ce qui est de la darija, il faut le rappeler tout de même c'est un arabe dégradé du fait de la faiblesse, sinon de l'absence, d'un système éducatif tunisien pendant des décennies et en particulier sous le régime colonial. Des dizaines de générations n'ont jamais accédé à l'école pour apprendre la langue nationale, restée entretenue par de rares écoles coraniques, qui n'ont pas le même objet. La langue nationale a fini par dégénérer en darija, mais je préfère encore la darija qu'une langue étrangère, avec l'espoir que l'arabe correct se substituera à elle et sera progressivement promu pour occuper toute la place qui doit être la sienne dans la société, aux côtés de toutes les langues étrangères que l'on veut.
Microbio
@M. Bahloul, Merci de le rappeler dans la dernière Phrase!
a posté le 22-03-2020 à 18:02
"Bon à rappeler, Elyes Fakhfakh n'est à son poste que depuis le 28 février."
lambda
@zamharir
a posté le 22-03-2020 à 17:34
monsieur ou madame,
quand vous parlez de séquelles coloniales, vous parlez du français venu sans s'imposer en 1881 ou de l'arabe venu pour prendre la place des langues originelles de ce pays depuis le moyen age ? l'arabe tout comme le français sont des langues de colonisateurs cher monsieur ou madame.
Vous parlez de langue maternelle, ma langue maternelle à moi est la derja, mélange d'arabe de français, d'italien et meme d'anglais. Je suis fier de ce mélange et l'arabe de kais saied m'est inacessible. Peut etre que je suis analphabète, mais le président de tous les tunisiens doit parler la langue de tous les tunisiens et non uniquement ceux qui sont passés par la zitouna et la fac des lettres. cet arabe littéraire n'est parlé nulle part à l'exception des académies.
vous avez parlé de l'anglais, sachez qu'il y a un anglais américain bien différent de l'anglais. et l'anglais américain lui meme diffère en accent entre l'est et l'ouest.
PS : je suis issu de l'école publique tunisienne et j'avais de bonnes notes en arabe.
Justinia
@ Zamharir Suite et fin.
a posté le 22-03-2020 à 16:24
Les premiers "acculturés" de la francophonie furent Sengor et Bourguiba...Merci pour eux.
Ce n'est pas au singe qu'on apprend la grimace,parmi les "acculturés",il y a les Sadikiens,de parfaits bilingues,ne vous en déplaise.
Quant à la langue arabe (langue morte),sachez qu'un million746 mille Tunisiens sont analphabètes et ne l'utilisent donc pas.
Comme vous voyez,il ne suffit pas de convertir les gens à la langue arabe dont vous êtes si fier et on peut se demander pourquoi.
A quoi sert-il de mettre un tigre dans le moteur quand le chauffeur est un âne ?
Tounsi
N'importe quoi
a posté le 22-03-2020 à 15:49
Bien sûr vous applaudissez ce discours.. Des avantages que pour les sociétés... Je suis un fonctionnaire avec des crédits.. Quoi faire !!!! Que du capitalisme.. Si nizar b je vais plus lire vos articles
Zohra
Des millards de pains jetter à la poubelle tous les ans
a posté le 22-03-2020 à 14:10
Bien fait, la nature fait bien les choses, elle va mettre les idées en place. Vous allez revenir aux bons m'?urs, malgré vous,
Chih fikom, chih au monde entier.
Zohra
Alors
a posté le 22-03-2020 à 13:45
On n'a pas cessé de vous dire depuis des années que ce n'était pas ni le moment de faire de la politique ni le moment de casser vos cadres au contraire c'était le moment plus que jamais d'union pour mettre le pays sur pied et après on fait de la politique. Vous avez tous participé à la destruction de ce pays. Quand je dis tous peuple, hommes "politiques", surtout médias.
Dites moi comment vous allez vous en sortir avec le krach boursier, comment ? Meme les grandes puissances n'arriveront pas.
Je suis très contente, ce virus, la nature va mettre les idées en place, a commencer par mes enfants qui ne prévoient pas le lendemain.
Merci la nature, allez-y battez vous pour la place maintenant. Ya malhoufin,
Vous allez connaitre la faim, après le virus c'est la faim
Fares
L'obstination de KS
a posté le 22-03-2020 à 13:45
KS s'est montré être un grand rancunier. Souvenez-vous que beaucoup des électeurs de Nabil Karoui étaient analphabètes. Je ne vois qu'une seule explication logique à l'obstination du résident d'El Minihla à parler en Arabe littéraire dans ses discours, il ne considère le président de ces pauvres analphabètes qui n'ont pas voté pour lui. Sans rancoeur est sans limite, un vrai malade doublé d'un incompétent. S'il est vraiment honnête comme il le prétend alors il devrait démissionner après la fin de crise du corona dans l'intérêt du pays, il n'est pas pour diriger un pays ou quoique ce soit d'ailleurs.
Alya
D accord avec Bahloul
a posté le 22-03-2020 à 13:33
Le retard de l intervention nest pas grave au vu de toutes les mesures économiques qui devaient être prises pour un pays pauvre .Sinon j apporterai 2 remarques personnelles .le dépistage systématique fiable donc par PCR est très onéreux et même la France ne le pratique pas et risque même de monter certes une prévalence tres forte de formes asymptomatiques et tres bénignes donc de dédramatiser la situation donc gardons notre sinistrose et protégeons nous en ce qui con verne la quinine son seul usage actuel sont des pathologies chroniques handicapante elle donne des complications rétiniennes graves et serait dangereuse pour les diabétiques donc laissons les scientifiques évaluer et comparer le bénéfice/efficacité de ce traitement
Germinal
EFF: ils se sont gavés de carottes : omek 7ourya la matraque doit prendre le relais
a posté le 22-03-2020 à 12:20
Qu'ils soient hommes d'affaires, fonctionnaires, salariés, indépendants il est grand temps qu'ils jouissent tous de l'effet Matraque. '?a va marcher sans aucun doute.
mansour
Le gouvernement Ennahdha-Elyes Fakhfakh+Abbou se cache derrière des demi-mesures qui ne résoudront ni sauveront du covid-19 les tunisiens
a posté le 22-03-2020 à 12:07
Israël( Singapour,Corée du Sud,Taiwan et autres) opte pour un dépistage généralisé(débuter par 5000/6000/j) afin de procéder à un confinement partiel et différencié, une source de Reuters+Al Jazeera : le chef du Mossad au Qatar+autres pays arabe du golf pour les kits de tests et une coopération bénéfique pour leurs peuple..déjà une longue file d'attente avec Erdogan+les intégristes islamistes mollahs d'Iran pour collaborer avec israel...tandis que nous avec des Don Quichotte à Carthage+Kasba qui refuse de collaboration sanitaire comme les autres avec Israël le covid 19 a de beaux jours devant lui
Gg
Un président...
a posté le 22-03-2020 à 12:05
...est Président de TOUT son peuple.
Alors qu'il parle la langue de son peuple.
Même ma belle famille, qui ne parle pas un mot de français (pour zamharir), ne le comprend pas.
Dans ces accusations de séquelles colonialistes, une chose claire apparaît: vous êtes aujourd'hui les colons d'une religion totalement anachronique, inefficace et délétère.
Gg
@ zamharir
a posté le 22-03-2020 à 11:52
Les "séquelles coloniales" sont dans votre tête, nulle part ailleurs. Vous êtes indépendants depuis 60 ans, et vous reprochez encore à la France... de vous avoir laissé un pays moderne? Des infrastructures? D'être, aujourd'hui, votre premier client, le seul qui vous achète plus qu'il ne vous vend? D'héberger des centaines de milliers de tunisiens et d'accepter que chaque mois, des centaines de millions d'euros foutent le camp chez vous pour faire vivre les familles?
Vous me faites gerber, comme votre religion me fait gerber. Il est grand temps qu'enfin, enfin la vraie indépendance soit promulguée: demerdez vous.
Et n'en appelez pas à l'aide et à la fraternité internationales, surtout pas vous.
Mansour Lahyani
Toutankhamon devrait en prendre de la graine !
a posté le 22-03-2020 à 11:46
"S'il n'y avait pas (eu) ce retard de deux heures trente minutes, Elyes Fakhfakh aurait été parfait ce soir du samedi 21 mars 2020", peut-être... mais il y a bien eu un retard de 2h30, injustifié ! Les mesures qu'il devait annoncer devaient être prêtes depuis belle lurette, puisqu'elles ne devaient qu'expliciter le contenu du discours de Saïed ! Il semble donc que Fakhfekh non plus, n'y a pas compris goutte, et qu'il a fallu lui expliquer l'auguste parole - ce qui justifie ce retard de 2h30, qui s'est agrégé aux 48h de délai après le discours fumeux de Saïed... Quoi qu'il en soit, quel crédit accorderiez-vous à un "chef de gouvernement" qui ne respecte pas ses rendez-vous, même pas les plus faciles à respecter : 2h30 !!! Mais, bon : on peut passer la main, car Fakhfekh s'est "exprimé en dialecte tunisien, lui, accessible à tout un chacun" ! Toutankhamon devrait en prendre de la graine ! Je ne peux qu'en douter, les momies ayant une trop forte propension à l'autisme et à l'aveuglement...
DHEJ
Pas du tout...
a posté le 22-03-2020 à 11:22
Si le pays est en guerre comme il le dit alors il est un mauvais commandant de guerre !
zamharir
Encore du chemin à faire pour Fakhfakh
a posté le 22-03-2020 à 11:08
Et encore un coup pour enfoncer le clou dans la tête des gogo. L'arabe de Kaës Saëd n'est ni "rébarbatif", ni "inaccessible" pour le commun des Tunisiens qui a fait ses études à l'école publique et vit au sein de sa société et non dans un microcosme hors sol. On peut reprocher au président son ton ton emphatique, mais certainement pas sa belle langue. Ceux qui ne comprennent pas le président parmi l'élite auto-procalmée, n'ont qu'à apprendre l'arabe, qui est, et restera la langue nationale et officielle de la Tunisie et de son peuple. Si Fakhfakh ne peut pas accéder à cette belle langue correcte et superbe, c'est bien dommage. Mieux vaut l'avatar de la darija qu'une langue étrangère. Mais il faut relever tout de même que son phrasé n'est pas celui de la darija, mais celui d'un acculturé de la francophonie qui vient découvrir sa langue nationale. Un phrasé lourd et insipide. Car la langue, c'est aussi un rythme et des intonations à nulles autres pareilles. Supporterait-on jamais que l'anglais soit prononcé "à la française" ou à "l'italienne" ? L'inverse est aussi vrai. On peut aussi constater que sur le plan politique, les francophones et francophiles, azlem hizb frança, sont en train de se rassembler autour de l'un d'eux, Fakhfakh, après avoir perdu espoir en Nabil Karoui. Décidément, la dure bataille pour une identité tunisienne sans séquelles coloniales n'est pas encore terminée.
takilas
Il n'est pas tout seul à prendre des de décisions.
a posté le 22-03-2020 à 10:46
Le ministère des Finances grouille de compétences, hormis les khwanjias recrutés par compassion.
Abir
Oui monsieur Nizar, tout ça c'est beau à entendre
a posté le 22-03-2020 à 10:14
Mais on verra bien pour l'application! Ne criez pas fort ! Mais monsieur Nizar,parlez lui de la corruption de son sinistre nahdaoui qui a abusé de la voiture du contribuable et j'usqu'aujourd'hui rien n'est fait pour le sanctionner,ou peut être il va le récompenser en lui donnant une nouvelle voiture ! On ne va pas encore laisser passer une crime de plus pour cette secte ! Monsieur le premier ministre, soit il vire ce sinistre soit il démissionne lui même ! Voilà du sérieux et comment combattre la corruption
Lol
Restez chez vous svp
a posté le 22-03-2020 à 09:59
Le message de EF est clair malgré les nombreuses imperfections. Il faut lui donner le temps de faire ses preuves.
Bon courage à tout le monde et restez chez vous
Ben-Big
Une lecture saine, propre et hygiénique de la constitution
a posté le 22-03-2020 à 09:58
Double F s'est référé à la constitution d'une manière très fluide contrairement à ce pseudo constitutionnaliste qui se perd entre le t maFtou7a et le t maghlou9a sans comprendre la finalité des chose.
Je pense que Kaies S3aied sait ce que lui reste à faire: hibernation à Carthage jusqu'à la fin de son mandat. En quelques mois, il a réussi à parasiter, à infecter et à pourrir une scène politique qui souffre déjà de beaucoup de douleurs. S3aied pourra se la couler douce : s'occuper avec l'art, Facebook, la dégustation des cafés de bonne qualité, le tabac de bonne qualité, bien manger, bien dormir, apprendre la derija...
Almongi
respect
a posté le 22-03-2020 à 09:53
si Bahloul vous parlez de respect il annonce son intervention vers 21:00h et voilà qu.'il se présente à 22:25 sans un mot d'excuse à ceux attendait depuis longtemps devant leur écran de TV
Gustave
Un raisonnable au milieu d'un groupe de fous
a posté le 22-03-2020 à 09:42
Et surtout, si Nizar, il a bien dit qu'il y aura l'avant Corona et l'après Corona. On s'attend donc, si nous restons en vie, un changement radical dans le système de gouvernance du pays et qui a montré ses limites, non pas aujourd'hui, mais depuis plus de 10 ans. Les dernières années de Ben Ali en sont la meilleure preuve.
Un autre message entre les lignes pour Mr Majoul: je tends la carotte mais j'ai aussi le bâton.
Gg
Très contente!
a posté le 22-03-2020 à 09:32
Ma femme a été très contente de l'entendre.
"Enfin!", a t- elle dit avant de me raconter.
Il y a donc un capitaine sur la passerelle, venu là en pleine tempête.
Merci, Capitaine!
takilas
Tout devient rassurant quand nahdha n'est pas impliquée.
a posté le 22-03-2020 à 09:30
" Lorsque nahdha est là, rien n'ira ".
Et,
" Lorsque nahdha n'est pas là, tout ira".

La Tunisie a besoin d'experts, de spécialistes et de chevronnés, et non pas d'amateurs qui agissent aux tâtonnements arguant des élections.
Ceci étant, La Tunisie grouille de compétences sauf que ghannouchi insiste à placer ses incultes et ses médiocres qui ont connu pourtant un fiasco inégalable lors troika 1 pour revenir retenter l'irréalisable avec troïka 2.
abc
Soyons derrière lui !!!
a posté le 22-03-2020 à 09:00
Prenons acte des dispositions et mettons nous derrière lui !!
Chacun comme il le peut et surtout en restant chez soi pour ceux qui ne peuvent rien apporter
stanislas
Elyas Fakhfakh
a posté le 22-03-2020 à 08:44
En effet,Mr Fakhfakh est a la hauteur des fonctions et du poste qui lui sont dévolus.
NBA
Le vrai rôle d'un vrai journaliste.
a posté le 22-03-2020 à 08:21
Un journaliste, authentique et qui se respecte, n'a pas pour rôle de cirer les pompes. Dans une vraie démocratie le 4ème pouvoir est plutôt censeur.
Un journaliste averti en vaut deux
Rhaiem
Attestation d'incompétence pour Said
a posté le 22-03-2020 à 07:25
Bravo pour cet article clair et précis
Malheureusement, les Tunisiens grâce à la naïveté de 70% d'entre eux, sont en train de réaliser que l'exercice du pouvoir nécessite un profil et des compétences autres que celles de Kais Said.
Encore malheureusement (ça ne sert à rien à posteriori), Nabil Karoui n'aurait pas fait mieux. La vraie connerie était celle des politiciens qui se sont effrités lors des primaires pour permettre à deux incompétents de passer au deuxième tour.
Bref, Said se discrédite de jour en jour. Il démontre de plus en plus ses limites.
Il doit impérativement respecter ses prérogatives et plus elles sont limitées mieux c'est. Je vois très mal comment une personne pareille pourrait s'exprimer dans un conseil international, comment va-t-il gérer les meetings et les entrevues avec les autres chefs d'état.
C'est malheureux mais ça passera j'espère après 5 ans.
A bon entendeur
Tom 91
Le choix du président
a posté le 22-03-2020 à 02:15
Monsieur Bahloul, vous ne devez pas oublier que c'est Kais saied qui a emmené fakhfakh au pouvoir. Donc si on a un bon chef du gouvernement c'est que le choix du président de la république est juste. Un peu d'objectivité concernant le président.
Fares
Bravo M. Fakhfekh
a posté le 22-03-2020 à 01:35
Le discours était parfait, du concret, des actions, des dates. Un discours honnête donné dans la langue du peuple avec un ton paternel et rassurant. On revient de loin avec les deux discours du guignol de Carthage.
Corona
Une tempête dans un verre d'eau
a posté le 22-03-2020 à 01:19
Monsieur Nizar,
Je viens de lire il y a quelques minutes " Fin de parti! Pour le covid" par le Pr Raoult.
En deux phrases: le traitement est simple et coûteux ( les médecins tunisiens le connaissent
depuis les années cinquante.
Le confinement est digne des techniques de traitement du moyen âge.
Conduite à tenir tout à fait personnelle: cette messe énorme d'argent proposer par CDG doit
servir au dépistage le plus large possible. Ce dépistage permettra de dénicher les personnes
positives, les isoler et les traiter. Le résultat est quasiment certains.
Le confinement de toute la population est une aberration digne du moyen âge.
J'attends votre réponse merci.