alexametrics
B.N.CHECK

Covid-19 - Quel impact de la réouverture des frontières en Tunisie et ailleurs ?

Temps de lecture : 3 min
Covid-19 - Quel impact de la réouverture des frontières en Tunisie et ailleurs ?

 

La deuxième vague de la pandémie Covid-19 bat son plein dans plusieurs pays. Certains ont, d’ailleurs, décidé de se re-confiner, la France et le Maroc, notamment. La Tunisie a, elle, signifié un non catégorique au re-confinement.

Les experts du comité scientifique en charge de la lutte contre la pandémie n’y voient, pour le moment, aucune raison et tablent sur la conscience des citoyens et le respect des mesures de distanciation et règles d’hygiène pour casser la courbe. Des mesures qui ne sont respectées que par 40% des Tunisiens, selon les dernières estimations du ministère de la Santé. 

 

Du côté du débat public, on pointe du doigt l'ouverture des frontières comme étant la principale cause de la hausse exponentielle des cas de contamination au Covid-19. Est-ce le cas pour tous les pays ayant décidé, eux-aussi, cette ouverture?

 

En Tunisie, pour de très nombreux observateurs, si la situation épidémiologique de la Tunisie a atteint ce stade de gravité, ce n’est qu’à cause de la décision du gouvernement Fakhfakh de rouvrir les frontières le 27 juin, après à peine trois mois de confinement, et sans prendre les mesures adéquates pour accompagner la reprise du trafic aérien, terrestre et maritime.

A l’époque, le ministre de la Sant Abdellatif Mekki avait indiqué, quelques jours avant l’ouverture, que l'ouverture des frontières est « un droit constitutionnel que personne ne peut refuser aux Tunisiens désireux de retourner dans leur pays ».

 

Certains pays – en particulier la France – ont été placés sur la liste verte en dépit du risque qu’ils représentaient de par le nombre élevé de cas qu’ils affichaient. Une catégorie de voyageurs a même été dispensée du test RT-PCR à réaliser avant d’embarquer et n’a pas été soumise au confinement obligatoire. L’idée étant alors de sauver la saison touristique, où ce qu’il en restait malgré un contexte sanitaire mondial critique.

Depuis la réouverture des frontières, la courbe Coronavirus de la Tunisie ne cesse de grimper. Au 26 juin, le pays comptait quelque mille personnes positives au SARS-Cov-2. Selon le ministère de la Santé, le bilan des contaminations a grimpé à 71.119 cas au 7 novembre. Le nombre de décès a, lui, atteint, 1.873. En d’autres termes, sur les quatre derniers mois, la Tunisie a totalisé pas moins de 70.000 cas Covid+.

 

La situation en France se complique, également. L’hexagone a rouvert ses frontières le 15 juin à ses voisins (sauf l’Espagne et le Royaume-Uni), puis le 1er juillet au reste du monde. Le 30 juin, la France ne comptait que 164 801 cas. Selon le bilan du 7 novembre, le pays a totalisé 1.748.705 cas depuis le début de la pandémie, soit 1.583.924 cas de plus depuis la réouverture des frontières. Le nombre de décès total a lui grimpé à 40.169, depuis le début de la pandémie. 

 

Le Maroc vit, aussi, au rythme de la multiplication des foyers de contamination. Le pays a, rappelons-le, suspendu les liaisons aériennes terrestres et maritimes le 13 mars pour rouvrir ses frontières le 6 septembre. 

Au 5 septembre, il affichait un bilan de 70.160 cas coronavirus et 1329 décès. Le 7 novembre, le nombre de personnes positives au SARS-Cov-2 a atteint 251 915 et celui des décès 4.197. 

 

L’Algérie reste fermée depuis le 24 juillet et ne semble pas prête à rouvrir ses frontières. Sa stratégie semble d’ailleurs marcher compte tenu de son bilan. Au 7 novembre, le pays ne comptait que 61.381 cas et un nombre de décès cumulé de 2.036. 

En attendant le vaccin contre le SARS-Cov-2, les pays susmentionnés ont, notons-le, tous annoncé une batterie de mesures pour éviter une deuxième vague épidémique. Ces mesures ont été relativement les mêmes : le port du masque obligatoire, distanciation sociale, respect des règles d’hygiène... Et pourtant, rien ne semble efficace, pour le moment, face au Coronavirus ! 

 N.J

Votre commentaire

Commentaires
stanislas
ridicule
a posté le 10-11-2020 à 08:11
article stupide et ridicule,ouverture de frontières ou pas,le virus circulera quand même.respecter les mesures barrières est infiniment plus protecteur et efficace que tout autre alternative,le test aussi est nécessaire dès que les symptomes sont là.
Tests
Falsification
a posté le 09-11-2020 à 20:29
N'oubliez pas que des tests falsifiés depuis l'Europe ont été vendus aux Tunisiens du monde et que ces derniers sont des complices des truands assassins. La population Tunisienne a du coup été contaminée. Le gouvernement n'a rien fait contre ces complices malfaisants et égoïstes. Ce qui fait aussi le gouvernement complice et condamnable.
Abel Chater
Le monde est devenu trop petit. Il est impossible de fermer les frontières de la Tunisie pour longtemps.
a posté le 09-11-2020 à 18:36
La Tunisie appartient au monde et le monde appartient à la Tunisie. Il y a plein d'obligations pour les entreprises, pour les hommes d'affaires et pour n'importe quelle coopération de la Tunisie avec les autres pays de ce monde. L'ouverture des frontières tunisiennes ne concerne pas le tourisme seulement. Surtout pas ce tourisme des affamés d'Europe, qui viennent nous appauvrir davantage. Toute l'économie de la Tunisie est tributaire de nos relations avec l'étranger. Donc, il est impossible de fermer nos frontières et de nous enfermer dans l'isolation sanitaire, puis de demander au gouvernement tunisien, de sauver quoi que ce soit de l'économie tunisienne.
C'est une guerre mondiale contre le coronavirus, qui nous épargne en comparaison aux pays riches, industrialisés et «ennemis» du Créateur Allah le tout Puissant.

A lire aussi

Cette information a été catégoriquement démentie

26/11/2020 13:25
1

Une citoyenne autrichienne avait accusé Mahomet de pédophilie.

23/11/2020 10:33
1

Les internautes se font parfois prendre au piège

21/11/2020 17:55
3