alexametrics
lundi 03 octobre 2022
Heure de Tunis : 05:48
A la Une
Constitution approuvée, mais après ?
16/08/2022 | 22:42
4 min
Constitution approuvée, mais après ?


C’est sans grande surprise que le président de l’instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) Farouk Bouasker annonce en cette fin d’après-midi les résultats définitifs du référendum du 25-juillet. Verdict ? Le projet de la Constitution est validé après avoir récolté 94,6% des voix des électeurs et un taux de participation de 30,5%, mais aussi après le rejet des quelques recours intentés auprès du Tribunal administratif.

 

Durant la conférence de presse, le président de l’Isie n’a pas manqué d’insister sur l’intégrité du processus électoral, sa transparence et l’absence de fraude. Il avait souligné les campagnes acharnées ayant visé l’instance, les membres de son conseil. C’est dire que l’annonce des résultats préliminaires s’est accompagnée d’une vive polémique remettant en cause les chiffres annoncés par l’instance. On se rappellera des moqueries des Tunisiens dans les heures suivant la proclamation des résultats ayant hissé le nombre d’électeurs final à 2,83 millions représentant un taux de participation de 30,5%, alors que 24 heures plus tôt le nombre d’électeurs à 22 heures n’était que 2,458 millions représentant 27,54%.

Les choses ne s’étaient pas arrêtées à ce niveau. L’Isie s’entremêlait les pinceaux, dès le lendemain matin, et n’arrivait même plus à faire correspondre ses propres chiffres relatifs aux résultats préliminaires du référendum du 25 juillet 2022. De gros écarts entre les chiffres donnés par les centres régionaux des IRIE (instance régionale indépendante pour les élections) et le résultat officiel global donné par l’ISIE (Instance supérieure indépendante pour les élections).  La polémique a commencé sur les réseaux sociaux et plusieurs internautes ont pointé du doigt l’aberration des chiffres officiels de l’ISIE. Cette dernière n’a pas trouvé mieux que de faire retirer le document de sa page Facebook !

 

Malgré ces trébuchements, malgré les mises en doute, l’instance a persisté et même les voies de recours n’étaient ouvertes qu’aux parties ayant participé à la campagne référendaire. Les parties qui s’étaient exprimées contre le référendum ne dépassant pas le nombre de sept, n’avaient intenté que quelques recours, tous rejetés, puisque les 94,6% ayant voté pour le projet de la Constitution ne pouvaient être altérés par n’importe quel type d’infraction électorale.

 

Ainsi, les jeux sont faits. La Tunisie est actuellement dotée d’une nouvelle constitution rédigée par les soins de son président de la République. Une constitution, qui, selon son auteur, répondrait aux aspirations du peuple qui l’a validée. Cette partie du peuple ne dépassant pas le un tiers du corps électoral aura, donc, dit son mot, décidant du sort des abstentionnistes et de ceux qui s’opposent aux dispositions de ce texte, qui est loin de faire l’unanimité.

 

D’ailleurs, il convient de noter que la plupart des partenaires internationaux de la Tunisie avaient clairement épinglé le faible taux de participation au référendum, notamment, les USA, l’UE, les Allemands, les Canadiens et même les Britanniques. Face à cette réticence internationale, le président de la République n’a trouvé de mieux que la carte de la souveraineté à brandir. Un argument de taille et indiscutable, certes, mais il aurait été beaucoup plus valable et solide si la Tunisie n’était pas dans une crise aussi profonde économiquement, et si la Tunisie n’avait pas besoin de l’aide imminente de ses partenaires historiques et des instances financières internationales.

 

Cependant, sur le plan politique local, il est évident que les jeux sont faits, mais les choses les plus dures sont à venir. Cette nouvelle constitution du président entre en vigueur. Il est nécessaire de mettre en application ses dispositions et de rompre avec l’état d’exception actuel. Pour ce faire, il serait, donc, nécessaire d’aller de l’avant vers l’installation des institutions permanentes, notamment, la nouvelle assemblée et la fameuse chambre nationale des régions et des districts. Or, cette phase requiert l’amendement, voire l’élaboration d’un nouveau code électoral.

 

Un nouveau chapitre s’annonce palpitant à ce niveau, bien que certains observateurs, s’accordent sur le fait que cela se fera sans surprise et avec beaucoup de fluidité puisque l’auteur du nouveau code serait le même que celui de la constitution. Toutefois, il faudrait s’attendre à une réaction émanant des partis politiques dont l’existence même semble menacée à en croire le projet initial du président de la République qui ne les conçoit pas dans sa vision de la vie politique. Un projet politique que Kaïs Saïed avait avant même son accès au palais de Carthage et qu’il œuvre à faire assoire malgré toutes les pressions et toutes les oppositions.

 

Aujourd’hui, la Tunisie a bel et bien sa constitution, mais cela ne résout aucune problématique. Les véritables problèmes sont toujours là. La crise économique ne fait que s’approfondir, les clivages politiques s’ancrent davantage, les conflits institutionnels risquent de s’accentuer, et même la lueur d’espoir ayant accompagné le début du dialogue social a été éteinte par une simple phrase d’un communiqué présidentiel. En tournant le chapitre, même controversé, de la constitution, on se retrouve de nouveau dans la même spirale après la dislocation des institutions de l’Etat et le piétinement de l’Etat de droit.

 

Sarra HLAOUI

16/08/2022 | 22:42
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Bourguibiste nationaliste
BN
a posté le 18-08-2022 à 11:04
Ce site a perdu toute crédibilité.
Je m'étonne encore qu'il y ait des personnes qui s'y intéressent !
Virtuel
Prevoir
a posté le 17-08-2022 à 11:22
Le plus urgent, preparez le pays aux intemperies automnales qui s annoncent difficiles et inevitables. Arreter les budgets inherentes aux rentrees scolaires et universitaires, (aides immediates aux parents, remboursement frais des enseignants)
Sémir
Les Arabes ou Berbères sont des PEUPLES RAT'?S.
a posté le 17-08-2022 à 09:45
Les Arabes ou Berbères sont des PEUPLES RAT'?S.

Les Arabes ou Berbères ne comprennent que :
- le bâton
- la trique
- la dictature
- la violence

Les Arabes ou Berbères sont des PEUPLES de SAUVAGES.

Ils ont eu la démocratie et ils n'ont rien trouvé de mieux que :
- voter ISLAMISTES
- pratiquer le TERRORISME
- augmenter la CORRUPTION

Restez avec vos touristes algériens qui vous traitent comme des esclaves et qui s'empiffrent dans vos hôtels avec 4 ou 5 ou 6 assiettes de BOUFFE PAR TRONCHE.

Ca me dégoûtez car c'est dégoûtant.

Je préfère un pays avec des touristes civilisés comme des Français, des Allemands, des Anglais, des Suisses.

Mais vous avez préféré les Algériens, les Slovaques, les RACISTES Hongrois, les ANTISEMITES Polonais etc etc

Restez dans votre MERDE et ne venez pas nous embêtez, PEUPLE DE GITANS.

Le Maroc a tout compris lui.

Le peuple tunisien
a dit son dernier mot....
a posté le 17-08-2022 à 09:43
Maintenant, ca se confirme : le peuple tunisien a déjà dit son dernier mot. Et on peut dire sincèrement : Mille mabrouk Mr le Président de la République. Maintenant, nous avons une nouvelle constitution et TOUS les Tunisiens doivent se mettre au travail pour réparer les dégâts énormes causés par Ghannouchi et tous ceux qui ont collaboré avec lui durant les 11 dernières années. Maintenant aussi, Mr le Président est appelé à être entouré des meilleurs experts en matière économique et financière pour améliorer le quotidien des Tunisiens appauvris. Maintenant enfin, Mr le Président est appelé à élargir sa plateforme de dialogue national en impliquant les partis politiques, la société civile et les forces vives qui ont été exclus par ghannouchi et les autres médiocres qui ont ruiné notre pays durant les 11 dernières années. Vive la Tunisie, vive Kais Saied et vive la 3 ème République.
R.T.
Depuis 2011 rien n'est saint !
a posté le 17-08-2022 à 09:27
La vie d'un homme est courte mais nous la compliquons pour qu'aucun problème ne se résout rapidement . Donc La Tunisie continuera à chercher le bon chemin . Dommage que la Tunisie n'a pas encore retrouvé ses sages pour redresser les situations dans les bons sens .
OK
Le bon choix du peuple tunisien
a posté le 17-08-2022 à 09:15
Il est temps de tourner la page sur ce sombre chapitre des 11 années du pouvoir destructeur et corrompu des islamistes freres musulmans salafistes d'Ennahdha et ses alliés qui ont trahi le pays Rached Ghannouchi-Tartour Moncef Marzouki-Youssef Chahed-Nabil Karoui-Mustapha Ben Jaafer-Ghazi et Samira Chaouchi-Abbou et tant d'autres vendus
Houcine
Et après !
a posté le 17-08-2022 à 08:33
Puisque, selon vous, tout a été disloqué, piétiné par Kais Saied, l'après est déjà là.
Si, en revanche, vous aviez seulement respecté la chronologie des événements, vous auriez d'autres interrogations et d'autres réponses possibles.
On en revient toujours au même constat: on nous propose une interprétation en guise d'analyse.
C'est la vraie problématique.

EL OUAFI
Les Obstinés(ées)
a posté le 17-08-2022 à 08:24
'On se retrouve de nouveau dans la même spirale après la dislocation des institutions de l'Etat et le piétinement de l'Etat de droit.'
La dislocation des institutions de l'état ?
Et le piétinement de l'Etat de droit ?
Madame Sarra Hlaoui, vous ne manquiez pas d'humour, est-ce que vous êtes consciente de ce que vous écriviez ?
Dislocation, oui la dislocation a été entreprise par les représentants du peuple (ARP) Anciennement, le tohu-bohu qui régnait au sein de cette institution vous convenait ?
En étiez vous d'accord avec tout ce qui se déroulait ?
Il me semble que c'était vraiment la dislocation de l'état !
' les crises successives depuis l'installation de la république des islamistes inféodés aux turcs Erdogan.
Vous vous obstinez à propager des informations tronquées, essentiellement pour induire les lecteurs en erreurs.
Madame le piétinement de l'état de droit, encore une bévues de plus ! Est-il Raisonnables les assassinats le délabrement de notre pays où les entreprises fuient le pays pour s'installer ailleurs? Nous sommes les premiers fournisseurs des djihadistes mondiaux !
Quels éloges ? Quelle fierté d'une gouvernance digne de ce que vous espérer qu'elle perdure car elle sert la démocratie et la liberté d'expression la joie de vivre dans un pays où le citoyen ne trouve pas de quoi se nourrir, pays submergé par la crasse,et où toutes les anarchies sont exercées.
Frustrations, et dégoûts m'envahissent par cette irresponsabilité collective,patente !
A quand alliez vous continuer dans cette voie de la gabegie ?