alexametrics
samedi 22 janvier 2022
Heure de Tunis : 17:56
Dernières news
Conseil d’analyses économiques : 100 mesures pour une relance pour 2019-2020
31/10/2018 | 14:13
3 min
Conseil d’analyses économiques : 100 mesures pour une relance pour 2019-2020

 

 

Le Conseil d’analyses économiques (CAE), présidé par Afif Chelbi, vient de présenter un rapport qu’il a élaboré sur le plan de relance 2019-2020 qui comprend 100 mesures horizontales et sectorielles pour une relance à deux dimensions : croissance et emploi/inclusion sociale et régionale, 8 de ces mesures concernent la Loi de finance 2019.

 

Le conseil précise ainsi, dans une présentation envoyée à Business News que les 8 mesures ont été retenues, complètement ou en partie. Il s’agit du moratoire sur la fiscalité des entreprises, du taux d’imposition unifié de 13,5% (le CAE a proposé 10%) sur les secteurs onshore et offshore, de la création de la banque des régions, de la bonification d’intérêt pour les crédits à la PME, du dégrèvement fiscal pour le secteur touristique (le CAE a proposé de l’étendre au secteur industriel), de la réduction des taxes sur les énergies renouvelables (le CAE a proposé de réduire également les taxes sur les containers et sur les Tic).

Aussi et en complément à la Loi de finances 2019, qui ne peut, à elle seule, porter toutes les mesures de relance proposées, le CAE a recommandé de promulguer, au cours du 1er trimestre 2019, une loi sur la relance économique qui comprendrait la trentaine de mesures à caractère législatif du plan de relance, les autres mesures proposées, près de 70 mesures, revêtant un caractère réglementaire ou relevant de programmes d’action à mettre en œuvre.

Ces mesures de relance concernent notamment : l’amélioration du climat des affaires, la loi sur l’investissement, l’entreprenariat, le développement régional, la microfinance, le capital investissement, la politique monétaire, ainsi que des mesures sectorielles, les dispositions sur l’urgence économique et des propositions pour un nouveau contrat social.

 

Ce plan de relance permettrait de pérenniser les prémices de reprise que la Tunisie enregistre en 2018 et de faire face aux fragilités persistantes depuis 2011. Celles-ci concernent notamment : l’instabilité politique et les tensions sociales, un taux d’investissement très bas (18 % contre 25 % auparavant), une ouverture non maitrisée des importations, la quasi suppression des incitations aux secteurs productifs. Ces fragilités conduisent à doper l’économie parallèle, à creuser le déficit commercial, et à un véritable danger de désindustrialisation de la Tunisie. D’où l’impératif de relance pour pérenniser et «booster» cette reprise.

Ce plan de relance œuvrera à la préservation et au développement de la principale richesse de la Tunisie : l’existence de milliers d’entreprises productives de niveau international et de centaines de milliers de compétences qu’elles recèlent.

 

A noter que le coût des mesures proposées sera tout à fait compatible avec les contraintes budgétaires, ce coût pouvant être compensé par les effets induits de ces mesures en termes de croissance et de réduction de l’informel. Enfin, un plan de relance a, certes, un horizon de court terme : 2019 – 2020, il s’inscrit néanmoins dans une vision à l’horizon 2025 qu’il est proposé de consigner dans des pactes de compétitivité entre l’Etat et les partenaires sociaux dans les principaux secteurs économiques.

 

Le Conseil d’analyses économiques a en outre présenté les conditions de réussite et de mise en œuvre de ce plan de relance sur une base participative impliquant l’ensemble des partenaires. Il préconise à cet effet d’organiser un dialogue national socio-économique appuyé par un comité d’experts chargé de faciliter les débats autour de ce programme de relance.

 

Cliquer ici pour consulter le plan de relance 2019-2020

31/10/2018 | 14:13
3 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous

Commentaires (5)

Commenter

laabidi Oussema
| 24-11-2018 19:43
.

Tunisie bernée
| 01-11-2018 11:46
100 ? pourquoi pas 101 ? cela dénote déjà d'un état d'esprit confus. Rien de concret ou en rapport avec les vrais problèmes. Rien de bon n'en parviendra....

Sam
| 01-11-2018 00:48
Un plan de relance économique par l'élitiste "Conseil d'Analyse Economique" intégrant 100 mesures pour relancer l'économie et, sur les 100, ni 5, ni 4, ni 1 mais ZERO MESURE relative à la mobilisation de la diaspora tunisienne (pourtant 1ere source de devises en Tunisie). Il faudrait rappeler à nos "sages" que les + forts taux de croissance en Afrique sont enregistrés chez ceux qui ont clairement opté pour l'intégration économique (et +) de leur diaspora : Rwanda, Ethiopie, Nigéria...
Export, IDE, réserves de change, compétences, image, philanthropie, tourisme, culture sont parmi les champs d'actions sur lesquels peuvent contribuer positivement et notoirement les Tunisiens de l'étranger (TRE) !
Ce rapport a le mérite de clarifier la position publique ! @1,5 millions de TRE, ce pays ne compte pas sur vous donc allez voir ailleurs ! :(
Manifestement, la Tunisie scelle le divorce avec sa diaspora !
Samir Bouzidi

Zied
| 31-10-2018 18:20
Si vous comptez sur Afif Chelbi... toujours les veilles recettes qui n'alimenent que ... la recette de son frère.

Dr. Jamel Tazarki
| 31-10-2018 17:56
par contre:
-il faut le formaliser afin d'éviter une verbosité souvent inutile (il y a un manque d'abstraction).
-Il faut préciser beaucoup mieux certains conseils/propositions qui sont vraiment vagues!
-Il faut formuler les données empiriques sous-forme de tableaux et de graphiques afin de persuader mieux les lecteurs.

Je résume: il faut scientifiser ce plan de relance afin de le rendre plus utile et plus déterminant!