alexametrics
vendredi 31 mai 2024
Heure de Tunis : 00:14
Dernières news
Ben Mbarek Msaddek : Charfeddine a monté l'affaire de complot de toute pièce
22/08/2023 | 16:26
7 min
Ben Mbarek Msaddek : Charfeddine a monté l'affaire de complot de toute pièce


L’avocate et membre du comité de défense des détenus politiques dans le cadre de l’affaire de complot contre la sûreté de l’État, Dalila Ben Mbarek Msaddek a accusé l’ancien ministre de l’Intérieur Taoufik Charfeddine d’avoir monté le dossier de l’affaire de toute pièce. Elle a mis le ministère public au défi de présenter une seule preuve de l'existence d'un complot.

Invitée le 22 août 2023 à Midi Show de Elyes Gharbi sur Mosaïque Fm, Dalila Ben Mbarek Msaddek a indiqué qu’après six mois rien n’a changé au niveau de l’affaire. Il n’y a pas eu, selon elle, d’avancement de l’enquête. Elle a affirmé que les détenus ont été arrêtés dans l’espoir de trouver des preuves d'accusations potentielles durant l’enquête. Elle a insisté sur l’absence de preuve dans le dossier de l’enquête.

L’affaire, selon elle, a été initiée par le ministère de l’Intérieur. Par la suite, des témoignages anonymes ont été créés afin d’inculper les accusés. Elle a indiqué que ces témoignages ne s’appuyaient sur aucune preuve. Il s’agit d’un récit sans photos ou enregistrements prouvant leur authenticité. Un témoignage peut représenter une preuve complémentaire et ne suffit pas à lui seul.

« Je pense que ce dossier a été monté dans les couloirs du ministère de l’Intérieur durant les mois de janvier et février. Il s’agit d’une période durant laquelle la relation entre le président de la République (Kaïs Saïed) et le ministre de l’Intérieur (Taoufik Charfeddine) était très tendue. Le ministre de l’Intérieur était absent du paysage. Il a fait son retour avec ce dossier qu’il a monté de toute pièce », a-t-elle déclaré.

Dalila Ben Mbarek Msaddek a indiqué que Taoufik Charfeddine avait imaginé le scénario du complot et choisi lui-même ses victimes, à savoir, les détenus dans le cadre de cette affaire. Elle a révélé qu’il s’était rendu à une prison afin de convaincre une personne de jouer le rôle d’informateur anonyme. Il a fait croire aux Tunisiens et à l’opinion publique en un complot contre la sûreté de l’État. Elle a appelé à l’ouverture d’une enquête visant Taoufik Charfeddine et à le poursuivre en justice.



L’avocate a rappelé que les arrestations, les fouilles et les raids ont été exécutés par les équipes du ministère de l’Intérieur. Le dossier de l’affaire a, par la suite, été transféré aux mains du juge d’instruction. C’est à ce moment-là qu’on a découvert que le dossier était vide. Dalila Ben Mbarek Msaddek a indiqué que l’affaire de complot était devenue une source d’embarras, de gêne et de problèmes pour la Tunisie à l’échelle nationale et internationale.

La membre du comité de défense a indiqué qu’une plainte avait été déposée contre Taoufik Charfeddine par les avocats des détenus. Une autre plainte a été déposée à l’encontre de la ministre de la Justice, Leila Jaffel. Mme. Msaddek a critiqué le non-traitement des plaintes. Selon elle, les affaires ont été laissées de côté. Elle a considéré qu’une personne ayant occupé un poste aussi sensible que le ministre de l’Intérieur et ayant fait croire à l’État en l’existence d’un complot devait être traduite en justice.

Dalila Ben Mbarek Msaddek a indiqué que l’État tunisien ne voulait pas reconnaître l’absence de preuve et assumer les conséquences de l’ouverture de cette enquête. Elle a rappelé que 21 autres personnes ont été auditionnées dans le cadre de la même affaire après l’arrestation des premiers accusés. Ils ont été remis en liberté en raison de l’absence de preuves. Tous les accusés ont été interrogés au sujet de liens entre eux. Ils ont, aussi, été auditionnés au sujet de leur relation avec les diplomates étrangers.

L’avocate a affirmé que Issam Chebbi avait été arrêté alors qu’il n’avait pas rencontré de diplomate. Il a, seulement, participé à des réunions organisées dans les locaux d’Al Joumhouri et à la résidence de Khayma Truki. On reproche aux accusés d’avoir organisé des réunions et d’avoir débattu des moyens permettant de mettre fin au coup d’État du 25 juillet 2021. Elle a expliqué que les diplomates avaient l’habitude de contacter des politiciens et de demander à les rencontrer et non l’inverse.

Dalila Ben Mbarek Msaddek a critiqué la mobilisation du Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme pour la poursuite en justice de personne ayant appelé à sa création et pour porter atteinte à l’opposition. Elle a, aussi, expliqué que la détention de Ridha BelhadjJaouhar Ben M’barek, Abdelhamid JlassiKhayam Turki, Ghazi Chaouachi et Issam Chebbi, initié le 25 février 2023, a été renouvelée sans que ces derniers ne soient auditionnés par le juge d’instruction.

« Le juge d’instruction a choisi de fuir et de ne pas faire face… La détention doit durer six mois. La prolongation est possible à deux fois de quatre mois… Ceci doit avoir lieu en cas d’enquête en cours, d’examen en cours ou de nouvelles pièces à conviction. Rien de cela n’a eu lieu… Les ordinateurs et téléphones des détenus ont été fouillés et on n’y a rien trouvé… Les détenus font face à 17 accusations. Chacune d’entre elles est passible de la peine de mort », a-t-elle ajouté.

Dalila Ben Mbarek Msaddek a indiqué que le comité de défense a fait appel à la décision de renouvellement de la détention des accusés de quatre mois émise par le juge d’instruction. Elle a expliqué que la chambre d’accusation se penchera sur le recours dans les prochaines semaines.

Pour ce qui est de l’interdiction de traitement médiatique de l’affaire, l’avocate a expliqué qu’une note a été adressée à la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (Haica). Celle-ci avait été appelée à surveiller les médias et à leur interdire la chose. Or, la Haica s’est opposée à cette décision et a refusé d’informer les télévisions et les radios de la chose. Elle considère la décision comme étant illégale.


S.G

22/08/2023 | 16:26
7 min
Suivez-nous
Commentaires
Houcine
Si le mensonge.
a posté le 22-08-2023 à 20:32
Si le mensonge faisait l'objet d'un concours, je crois que la Tunisie serait champion du monde.
Peut-être même classée hors concours compte tenu des talents et compétences.
Le ministre de l'Intérieur, l'ex, serait le comploteur.
Pour autant, madame nous informe du haut de son magistère que les mis en cause encourent la peine de mort.
Rien que ça !
Madame, pourrait nous parler des morts réelles infligées à nombre de personnes, dont des opposants politiques.
Comment qualifier l'initiateur, l'ordonnateur d'un crime ?
C'est vrai, j'oubliais qu'il s'agit de "prisonniers politiques".
Nom de dieu, qu'est ce qu'il faudrait que ces crapules fassent pour qu'on convienne qu'ils ont agi en Crapules ?
Je n'éprouve aucune peine à les imaginer en taule durant de nombreuses années.
En plus, nous leur payons le gîte et le couvert.
Ne pas oublier, aussi, que parmi nos "personnalités" on compte des voleurs, des menteurs.
Qui plus est, des responsables de la banqueroute qu'on se plaît à mettre au compte de ceux qui nous en ont débarrassés.
Basta, la plaisanterie.
Et enfin, des gens bien intentionnés qui comptaient composer un gouvernement provisoire.
Tout le monde ne peut pas s'appeler Boumedienne ou Fidel, lesquels le fusil à la main regardaient la mort en face.
Nos prisonniers de seconde zone dont palits à côté.
Zarzoumia
Crapule
a posté le à 22:52
Voilà une crapule qui mérite le mépris tellement il est pourri. Il se rend compte, le pauvre, que les accusations ne tiennent pas debout et qu'elles sont farfelues, alors il essaie de déplacer la question sur une espèce de condamnation politique. Cela confirme les réelles intentions du pouvoir. Les crapules de son espèce se moquent de la justice pour assouvir je ne sais quel délire révolutionnaire. Fidel et Boumediene, en plus d'être une crapule il est drôle également.
Toute la Tunisie attend des éléments de preuves mais malheureusement pour les crapules, le pouvoir qui a fabriqué cette histoire n'est pas capable de les fournir.
Pour le moment, c'est le pouvoir et ses sbires qui se comportent comme des vraies crapules.
Houcine
Petite crapule
a posté le à 09:44
Toi, tu en es l'exemple puisque tu te complais dans l'insulte au mépris du sens du texte.
Comme tu ne sais pas lire, je te le redis, tu es complice des terroristes au nom d'un énoncé de principe supposé dire le vrai du point des libertés et de la démocratie.
Crapule, tu es, puisqu'aussi bien tu peux t'attaquer au pouvoir en place, et je n'en ai rien à faire n'étant pas de ses sbires contrairement à ton délire de suffisant et paranoïaque, mais je ne vous pas ce qui t'autorise à cette obsession envers, autrui.
Fanatique, obtus, toi et tes vérités provisoires, ta démocratie qui t'autorise à l'imposer aux autres, tes obsessions, montrent à quel pont tu es victime d'un mal à quoi il est bien difficile de trouver remède.
Dans ton cas, il n'y a guère d'espoir.
Tu es à enfermer, le ferment de la dictature coule dans tes veines, la liberté t'est étrangère, et tu n'as de rapport aux mots qu'en anthropphage.
Alors, ravale ta salive, et respire un peu, ça te soulagera un instant.
Pour la recherche d'une solution durable, l'hôpital est recommandé.



Tunisino
Les seins visibles, c'est pour convaincre!
a posté le 22-08-2023 à 20:01
Totalement convaincu si elle montre plus! Du nudisme gratuit qui témoigne d'un déséquilibre flagrant.
SARAH
@Tunisino: Commentaire ABJECT !
a posté le à 10:48
Qu'est-ce que ce commentaire a à voir avec une critique constructive ou politique ? : Rien !
Commentaire ABJECT !
Commentaire ABJECT !
Commentaire ABJECT !
Zarzoumia
Allez vous soigner
a posté le à 07:28
De l'obsession gratuite qui traduit une frustration maladive. Vous nous avez convaincu que votre regard malsain est la source du problème.
Houcine
C'est le malade.
a posté le à 09:58
Mais, taré, tu es l'ayatollah pour te croire autorisé à rappeler à l'ordre tout le monde.
Va t'occuper de soigner tes obsessions.
Un vrai petit dictateur caché par sa muselière.
Tunisino
Zarzoumia!
a posté le à 09:51
Tu n'es qu'une ignorante déséquilibrée. La nudité n'est jamais gratuite sauf pour les personnes malsaines, et ton pseudo (Zarzoumia) témoigne de ton immaturité et d'un déséquilibre mental profond, ainsi les sains pour toi sont des malsains!
Zarzoumia
Saint
a posté le à 10:46
Le saint qui voit en un sein du malsain et se croit sain. Il veut voir plus, ce frustré, je vais lui offrir un voyage en Amazonie ou en Papouasie pour travailler son rapport au corps et apprendre de ceux qu'on stigmatise de sauvage que tout est dans notre construction intellectuelle. Sous entendre qu'une femme à besoin de ses seins pour convaincre, c'est nous convaincre que cette maladie congénitale est dure à traiter. Pauvre frustré.
elfribo
Les cinq saints
a posté le à 14:23
Et ce Tunisino ne voit que le seins de ses brebis qu'i garde pour le compte de sa tante.
Un berger qu a acces a l'intenet. Pas plus.
Tunisino
Saint, sain, et sein
a posté le à 16:07
Saint, sain, et sein, trois mots clés pour un poème très francophone, un mélange entre la bêtise, l'immaturité, l'animalité, et l'échec.
Zarzoumia
Mascarade
a posté le 22-08-2023 à 19:41
C'est un simulacre, une mascarade, une injustice sans nom. Ce pouvoir doit répondre de cette histoire qui a causé un préjudice irréparable pour les victimes et pour l'image de la Tunisie.
Citoyen_H
@Zarzoumia 22-08-2023 à 19:41 BéLLéHI, à QUELLE IMAGE FAITES-VOUS ILLUSION ?
a posté le à 14:20
à tout hasard, ne serait-ce pas, l'image du premier pays exportateur de terroristes de la planète ou à celle de la révolution de la brouette !!
Il faudrait apprendre à relativiser certains faits.

"qui a causé un préjudice irréparable pour les victimes et pour l'image de la Tunisie."

Houcine
Massacré.
a posté le à 10:02
Oui, le massacré, l'incivil, le petit moraliste, tu es notre référence morale, éthique, politique.
On va t'ériger un temple en reconnaissance de tes bons conseils, pour ton '?uvre actuel je et à venir.
Va te torcher les fesses, et reste à ta place.
S'il y a mascarade, tu en es l'incarnation, pauvre clown.
AHMED
Mme Dalila Ben Mbarek Msaddek: Des preuves, dites-vous, mais pourquoi et pour quoi faire ?
a posté le 22-08-2023 à 18:11
C'est très pharaonique, madame !

Dans ces affaires ici, il ne faut pas fournir de preuves, car cette affaire sera close bien trop vite. Il suffit de voir comment le commandant en chef Isaffa7 Essisi d'Egypte traite ses adversaires : il met les gens en prison et prolonge leur souffrance tous les 45 jours jusqu´à la mort des victimes.

C'était la première leçon donnée aux dirigeants tunisiens par Essisi en personne, un conseil sincère d'un BenouHilèlien à un ami BenouHilèliens de Tunisie !
Balcon
Balcon
a posté le 22-08-2023 à 17:39
Toi aussi tu nous complotes quelque chose:
Tu nous invites à ton Balcon,c'est louche!