alexametrics
mardi 17 mai 2022
Heure de Tunis : 08:15
Dernières news
Signature d'un prêt syndiqué de 250 millions d'euros pour financer le budget de l'Etat
06/07/2017 | 15:07
2 min
Signature d'un prêt syndiqué de 250 millions d'euros pour financer le budget de l'Etat

Une convention de prêt syndiqué pour un montant de 250 millions d’euros a été signée, ce jeudi 6 juillet 2017, entre le ministère des Finances et 13 banques de la place, qui servira à financer le budget de l’Etat. Le prêt est sur 3 ans, avec deux modes de remboursement annuel pour un taux d’intérêt de 2% et in fine pour un taux d’intérêt de 2,25%.

 

Le pool bancaire à taux d’intérêt 2% regroupe Attijari Bank (60 millions d’euros), l'Union Internationale de Banques (UIB), l'Arab Tunisian Bank (ATB) (40 millions d’euros), la Banque Nationale Agricole (BNA) (21 millions d’euros), (20 millions d’euros), la Société tunisienne de banque (STB) (10 millions d’euros), la Banque de Tunisie (BT) (10 millions d’euros), Amen Bank (10 millions d’euros), la Banque de l'Habitat (BH) (5 millions d’euros), Tunis International Bank (3 millions d’euros), pour un total de 179 millions d’euros.

Le second pool bancaire regroupe la Banque internationale arabe de Tunisie (BIAT) (60 millions d’euros), ABC Bank (5 millions d’euros), North Africa International Bank (5 millions d’euros), Banque de Tunisie et des Emirats (1 millions d’euros), pour un total de 71 millions d’euros.

 

 

Il s’agit d’une première en Tunisie et un test grandeur nature qui s’est passé dans de bonnes conditions, a indiqué le ministre du Développement, de l'Investissement et de la Coopération internationale et ministre des Finances, Fadhel Abdelkefi, à cette occasion.

 

Le ministère des finances veut bénéficier des dépôts des non-résidents, en bénéficiant de coût beaucoup plus avantageux que le recours au marché international tout en évitant de faire pression sur la liquidité nationale. C’est, aussi, une manière de diversifier les sources de financement du budget de l’Etat pour combler les 8,5 milliards dinars de déficit budgétaire. Cette opération permettra un gain de 15 à 17 millions d’euros par an en intérêt de la dette, par rapport à une sortie sur le marché international, a indiqué Béchir Trabelsi, DG des réserves et des marchés à la Banque centrale de Tunisie.

 

I.N

06/07/2017 | 15:07
2 min
Suivez-nous

Commentaires (12)

Commenter

Ferid
| 18-07-2017 09:47
La pression du FMI et la culture de certains responsables conduisent le pays à la catastrophe en criant victoire patientez pour profiter des recettes miracles (sic) du FMI et de ses pions

Tunisie Polémique
| 07-07-2017 18:33
Étrange qu'en commentaire à une opération technique dont la légalité et le fondement laissent à désirer et ne couvre qu'une méconnaissance des changes en Tunisie, on trouve des gens qui saisissent l'occasion pour plébisciter une personne à une fonction qui théoriquement est moins honorifique que celle qu'elle occupe. La Tunisie va de mal en pis on se croirait dans une arène.

VOILA A QUOI SERT UN BON ETAT....)
| 07-07-2017 15:52
encore des dettes publiques.....pour emmerder le secteur èrive...c est bien....

Wahid
| 07-07-2017 14:18
Crédit

Hermès
| 07-07-2017 14:16
150 millions de dinars crédit pour Tunisair ??!! Où sont les 300 millions de dinars de la vente de l'Airbus de Ben Ali ***??????!!!?!!

Bebe
| 07-07-2017 11:19
Bravo .et encore Mille Bravo à Mr Fadhel Abdelkefi.il merite amplement le poste de Gouverneur de la BCT...

el manchou
| 07-07-2017 09:53
Pour résumer, les banques Tunisiennes ont prêté l'argent en devises déposés par nos immigrés dans les banques Tunisienne pour financer un état en faillite.

Enfin + 15 M euro
| 07-07-2017 08:39
Si l'on indique un gain de 15 à 17 M euro : Qui a empêché la BCT de faire un tel montage avant ?!!!!

MCA
| 06-07-2017 20:24
Sur le Dinar, l'effet d'éviction est encore plus accentué. Actuellement l'Etat lève auprès des banques 12 milliards de BTA au taux de 7,5%, soit un risque confortable et une marge allant de 2,5 à 3%. Cette absurdité pousse évidemment chaque banque de la place à se dessaisir de ses actifs sur les PME, pour améliorer la qualité de ses créances et redresser sa rentabilité. Les résultats financiers de banques privées au titre de 2016 le confirment bien.

A BAS LES BARBUS
| 06-07-2017 18:16
La Tunizoo finira bien par faire défaut et être en cessation de paiement des que l'' sera à 4.5 TND...horizon 18 mois...aucune réforme structurelle n'a été entreprise , de facto : OMNES VULNERANT. ULTIMA NECAT