alexametrics
vendredi 03 février 2023
Heure de Tunis : 21:52
Dernières news
Altercations nocturnes entre policiers et.... policiers
02/09/2022 | 09:19
3 min
Altercations nocturnes entre policiers et.... policiers

 

Des agents des forces de l'ordre appartenant à certains syndicats policiers ont tenu des sit-in dans plusieurs endroits dont le district de police de Sfax ou encore l'aéroport Tunis-Carthage. Les syndicalistes ont décidé de procéder de la sorte pour plusieurs raisons dont la position adoptée par le ministre de l'Intérieur, Taoufik Charfeddine dans le conflit les opposant au comédien Lotfi Abdelli et suite à la décision annoncée par le ministère de l'Intérieur à la date du 30 août 2022 portant sur l'arrêt des prélèvements automatiques au profit des syndicats sécuritaires.

 

 

 

Ainsi, le syndicat régional des forces de sécurité intérieure de l'aéroport Tunis-Carthage a déployé une tente dans le parking de l'aéroport depuis le 31 août 2022. Le ministère de l'Intérieur a ordonné aux forces de police d'intervenir durant le soir du 1er septembre 2022. La scène avait été filmée par l'un des syndicalistes participant au sit-in et avait été diffusée sur les réseaux sociaux. On y voit des policiers en civil se crier dessus au point de ne plus pouvoir distinguer les civils intervenus pour mettre fin au sit-in et ceux y participant ! La tension est vite montée et les policiers ont insisté auprès des syndicalistes sur l'obligation de démonter la tente. En guise de réaction, les syndicalistes se sont agrippés aux barreaux métalliques servant de piliers. Les syndicalistes ont essayé tant bien que mal de s'y accrocher mais en vain. La tente a finalement été arrachée par la force. Le secrétaire général du syndicat des forces de sécurité intérieure, Nabil Ayari, présent sur place, s'était mis à crier : « Vous n'êtes pas nos collègues... Quelle honte ».

 

 

 

Du côté de Sfax, la situation était plus critique. Une vidéo publiée par l'un des syndicalistes montre un véritable champ de bataille dans les alentours du district de police. D'un côté, les syndicalistes étaient torse nu et usant de leur t-shirt comme cagoule. Ils avaient bloqué la route en jetant des barrières et en renversant la cabine de police qui se trouvait devant le bâtiment. Une image pouvant être confondue avec les nombreux clichés pris par les photographes lors des manifestations du 14 janvier ou celles du 9 avril. La vidéo montre, également, la tente du sit-in en feu ! D'après la personne tenant le téléphone, les forces de police auraient usé de canon à eau, de gaz lacrymogène et de véhicules d'intervention blindés. « On ne laissera personne nous prendre notre tente ! Il faudra nous passer sur le corps ! », l'un d'eux s'était écrié. Une deuxième vidéo montre un raid policier sur le sit-in. On y entend clairement le son de tir de plusieurs grenades lacrymogènes et les cris des syndicalistes participants au sit-in.

 

 

S.G

 

02/09/2022 | 09:19
3 min
Suivez-nous
Commentaires
EL OUAFI
Obligation 'assainir ce corps
a posté le 03-09-2022 à 05:11
Nous sommes armatures pour se doter de syndicats de policiers où le BAKCHICH est constamment réclamé, la mentalité est lourdement mise à l'?uvre,frustration et amertume de voire des sécuritaires de hauts rangs adhérer à ce genres de pratiques !
Dommage, il nous faut des siècles pour assainir, pour mettre ces corrompus hors service.
Ces ceux-là la source de nos malheurs.
Abel Chater
Une scène de grande importance pour l'immunité de la transition démocratique post-révolution du 14 janvier 2011.
a posté le 02-09-2022 à 21:27
Des syndicalistes qui se vantent de leurs crimes contre le droit parlementaire de Seifeddine Makhlouf, lorsqu'il vint en aide à une citoyenne tunisienne à l'aéroport Tunis-Carthage. Des syndicalistes qui passent leur temps à lire les pages Face book, afin de déposer des plaintes contre les Tunisiens, en contradiction flagrante au droit à la liberté de la parole et à la liberté de l'expression, garanties par la Constitution légale de 2014. Mais aussi, en contradiction totale avec leur mission de syndicalistes, ne se limitant qu'aux intérêts sociaux de leurs adhérents. Des syndicalistes qui sèment la peur au sein de la Justice tunisienne. Une justice qui leur accepte leurs plaintes, bien qu'elles ne soient pas de leurs prérogatives. Leurs syndicats censés ne s'occuper que des affaires sociales des agents des Forces de sécurité, se transforment en la CIA du Face book, aux frais du contribuable. La justice tunisienne ne trouve plus à quel article de la loi se vouer. Chaque accusé par les "kawèdè" des syndicats des Forces de l'ordre, se trouve illégalement devant la justice tunisienne. Une justice qui a peur des syndicats de la police, sans jamais leur avoir refusé les accusations qu'ils ramassent illégalement sur le Net.
Maintenant, c'est leur ministère de l'Intérieur qui a compris l'abus de pouvoir, qui grandit autour des syndicats des Forces de sécurité. Mais ces dernières aussi, elles ont bien compris le jeu de la mainmise du duo Kaïs Saïed- Taoufik Charfeddine, sur l'ensemble des Forces armées de la Tunisie. Ces altercations entre policiers est un très bon signe pour la bonne santé de la démocratie tunisienne. Les syndicalistes attaqués par leurs collègues par du gaz lacrymogène, crient fidélité à la Patrie tunisienne, l'hymne nationale à l'appui. Ils ont raison à mille pour cent.
Abdelaziz
Critique
a posté le 02-09-2022 à 20:49
L'existence de syndicats au sein de la police est considéré comme hors normes car dans la logique des choses tous ceux qui portent l'uniforme (( policiers, militaires, douaniers, gardes nationales et juges )) n'ont pas le droit de participer à la politique ni être doté de branches syndicales.
Citoyen_H
@ AMMAR BEZZOUIR | 02-09-2022 à 14:58
a posté le 02-09-2022 à 20:26
Déjà, ceux qui sont en place, des 1ère année secondaire, au mieux, revendiquent des salaires de cadres.
Imaginez un peu, ce que réclameront des BAC +2.
Probablement des salaires de ministres !!!!!!
Quant à l'éducation, on a plus de chances de gagner à l'euro millions, que de tomber sur un policier aimable.

M,chéte él bléde.
Seul le zolate à dose soutenue pourrait éventuellement remettre le pays sur les rails, je dis bien, peut-être.



MHT
Le vrai visage de la police.
a posté le 02-09-2022 à 20:02
La police s'est montrée sous son vrai visage et ce n'est pas très beau. Ils auraient pu s'entre tuer, ça n'aurait pas été plus mal pour les citoyens qui les subissent à longueur d'année.
Hannibal
De Mieux en Mieux
a posté le 02-09-2022 à 15:46
le role d'un syndicat et de defendre les travailleurs en general et pas se constituer en clan mafieux.
Miskina Tounes
Judili58
QUAND ILS VEULENT ILS PEUVENT
a posté le 02-09-2022 à 15:18
La tente a été démontée malgré l'opposition des syndicalistes. Et il n'y a pas eu de blessés ni de morts ni d'arrestations mais ça c'est une autre histoire. Espérons qu'ils feront preuve du même sens de la responsabilité quand ils auront en face de simples citoyens qui exercent leur droit de manifester.
AMMAR BEZZOUIR
Police Républicaine !
a posté le 02-09-2022 à 14:58
Les policiers doivent avoir au moins un niveau Bac + 2 et une bonne éducation civile, sinon la Mafia continue à diriger le pays : cette situation n'a absolument pas changé depuis 1956 !
Citoyen_H
HAHAHAHA, HAHAHAHA, HAHAHAHA
a posté le 02-09-2022 à 14:24
Vous allez en bouffer à toutes les sauces, du "Khobz ou Mè et ZABA, Lè"
Très bien fait pour vos gueules d'ignares et d'incultes !!!!!!!!!





Jean Neymar
C'était couru d'avance....
a posté le 02-09-2022 à 13:34
Souvenez-vous de la création de NT,tout le monde s'était réuni autour d'un personnage consensuel,BCE,afin de faire barrage au parti dominant au pouvoir Ennahdha,ainsi ce parti nouvellement créé recueillait toutes les tendances réunies au sein d'un seul et même parti;
La suite,on la connait,le parti implosa de l'intérieur.....
C'est exactement la même chose avec les forces de l'ordre,réunies en un premier temps autour de leur chef,et outrepassant leurs prérogatives, en mettant à exécution un article 80 frauduleusement interprété par leur chef,mais toujours avec le consentement tacite d'une population ,outrée par le comportement de leurs députés au sein de l'hémicycle...
Comme au sein du parti NT jetable,toutes les tendances sont réunies dans ces syndicats de l'Ordre et le gâteau à partager est limité,à un certain moment ils en auront marre et cela implosera de l'intérieur exactement comme dans un parti.....
Celui qui apparaît comme un colosse,l'Emir KS ,sera trahi à son tour par....ses pieds d'argile.
Anwar
Vive la révolution
a posté le 02-09-2022 à 12:21
On a ce qu'on mérite, et ce n'est que le début.
ZABA paix à ton âme.
Tunisie libre
Bravo Mr charfeddine.
a posté le 02-09-2022 à 11:39
Il faut débarrasser le pays de ces bons à rien de syndicalistes...
Plus de syndicats de police surtout dans un pays du tiers monde.
Le vieux schnok sebsi est le seul responsable de tout ça . C'est lui qui a donné l'autorisation à ses voyous de se constituer en milices, pas pour défendre les revendications sociales des fonctionnaires mais ils sont uniquement là pour les magouilles,la rébellion, les menaces et l'intimidation même contre leurs responsables hiérarchique.
Donc bravo Mr charfeddine, ne reculez surtout pas car tout le peuple était contre la création des syndicats chez les forces de l'ordre.
Enquetez sur la fortune des soit disant responsables syndicaux.
Allez tapez fort et bravo aux policiers honnêtes.
AMMAR BEZZOUIR
Nous sommes prêts!
a posté le 02-09-2022 à 11:12
C´est le debut de formation de milices des flics et la guerre civile n´est pas trop loin: Mabrouk 3lè Tounis Ilwillèdè Wè Sidhoum Kaisollah (Rathia Allah 3anhou)
Corto
Décomposition
a posté le 02-09-2022 à 11:09
Le début de l'effondrement final. Un président prisonnier de des dogmes, une administration en déliquescence, des forces de l'ordre laissées à l'abandon, un pays gangrené par le crime, l'immigration des subsahariens, les contrebandiers, une économie en faillite et un gouvernement d'incompétents. C'est bientôt la fin.
Un citoyen
Quel cirque depuis cette merdolution de la brouette
a posté le 02-09-2022 à 11:04
Que de la déchéance et de la destruction des institutions depuis cette soit disant merdolution du jasmin qui a fait reculer le pays de deux générations si ce n'est plus '?'
Bruno
La vérité
a posté le 02-09-2022 à 10:56
Vous appelez ça des syndicalistes. Ces syndicats sont des mafias qu'ils fait limoger et remplacer par de nouveaux policiers républicains
Hayder
La discipline !
a posté le 02-09-2022 à 10:50
Les syndicats de police sont-ils devenus un état dans l'état ? Il faut arrêter cette dérive dangereuse ! Le ministre de l'intérieur a raison ! Il faut rétablir la discipline dans un corps armé comme la police !
BORHAN
C'EST PITOYABLE...!
a posté le 02-09-2022 à 10:48
QUEL D'?SASTRE...!!!
Franchement, c'était prévisible ce genre de spectacle désespérant.
Il n'ya plus de doute, l'état tunisien est complètement désintégré.
Voir l'appareil sécuritaire, pilier du pouvoir, dans cet état de désordre absolu signifie que le pays est vraiment au bord du chaos et de l'éclatement.
Celà nous démontre aussi que la dynamique contre-revolution a réussi et achevé astucieusement son programme du retour de la dictature.
La main invisible a fini par "TUER" tout espoir d'un peuple désabusé.
Je suis tellement pessimiste que, pour moi, il faudra des décennies pour que le pays se relève de sa descente en fer.
L'état, cet individu collectif n'est plus qu'un mythe.
Quant au pouvoir en place, il s'avère incapable et incomptent pour assumer le rôle qui lui incombe après l'avoir usurpé.
Plus les jours passent plus la situation générale se complique.
Enfin, il est à craindre que la situation ne devienne incontrôlable et qu'une nouvelle vraie révolution se produise pour libérer ce peuple pacifique de cette prise d'otage qui date depuis plus de soixante ans.
C'est ce que je crois.
Bbaya
Le vrai visage de ces syndicats! Ils ne devraient jamais appartenir à la police!
a posté le 02-09-2022 à 10:39
Si ces syndicats de la police se comportent ainsi avec la police alors imaginez avec un simple citoyen!
C'est horrible! Vivement qu'ils soient tout juger par les juges militaires (au moins cette fois ça leurs concerne!)
Faysal
Il n a pas le choix
a posté le 02-09-2022 à 10:33
Et voila, ce sont les maffias securitaires , en bon eleves de l ugtt, sous le couvert
d un syndicalisme perverti et fausse, qui veulent etre les patrons du ministere de l interieur et imposer leur dictature et leur legendaire corruption policiere au peuple tunisien. L etat, Kaeies Saeied et le pays, ne pourront jamais avancer, tant que l ugtt et affilies, continuent de paralyser et de saboter
l etat et l economie du pays. Ce n est qu apres avoir recadre le syndicalisme megalomane de l epoque, que Margathe Tatcher a reussi a sauver
l economie britannique. Kaies Saied n a pas le choix ou le pays, ou l ugtt et affilies.
Naim
Pourquoi référez-vous un ordre légal rétabli ?
a posté le 02-09-2022 à 09:53
Vous méritez plus que du gaz lacrymogène. Vous êtes la honte du corps sécuritaire tunisien et vous méritez d'être qualifiés de traître à votre corps de métier et à la nation toute entière.