alexametrics
lundi 15 juillet 2024
Heure de Tunis : 22:47
Dernières news
Abir Moussi écope d’une amende de 7.000 dinars
20/06/2024 | 13:15
1 min
Abir Moussi écope d’une amende de 7.000 dinars

 

Nafaâ Laribi, avocat de la présidente du Parti destourien libre (PDL), Abir Moussi a annoncé, jeudi 20 juin 2024, que la Cour d’appel de Tunis a donné son verdict dans l’affaire de violation du silence électoral la visant.

La cour a ainsi statué en confirmant le jugement en première instance avec une modification du texte en portant l’amende à 7.000 dinars.

Abir Moussi a comparu devant la chambre correctionnelle près la Cour d’appel de Tunis dans cette affaire de violation du silence électoral survenue au cours des élections de 2019. Une affaire dans laquelle la présidente du PDL a écopé d’une amende de 5.000 dinars en première instance.

 

 

I.L

20/06/2024 | 13:15
1 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Léon
Du temps de la prétendue dictature Benalienne...
a posté le 20-06-2024 à 23:45
Vous pouvez vous renseigner auprès des mathématiciens universitaires sur la véracité de l'histoire suivante.

C'était vers la fin des années 90, et il faisait un temps limite caniculaire à l'extérieur de cette salle de conférences de la banlieue nord de Tunis, mise à la disposition d'invités étrangers, de compétences tunisiennes à l'étranger, et de mathématiciens locaux.
Salle offerte par l'état tunisien sur le budget de la Présidence de la République et qui, en ce jour-là accueillait une conférence de l'excellent mathématicien tunisien, Dieu ait son âme, une Fierté pour notre Pays, Feu Abbas El Bahri, Professeur à l'Université de Rutgers et qui a encadré des dizaines d'étudiants tunisiens.
Au dessus du tableau se dressait, dans un beau cadre, l'effigie de Ben Ali. Un intrus qui agaçait énormément le conférencier du jour, notre Bahri National, connu pour ses penchants de gauche à tendance plutôt nationaliste arabe.
Indépendamment de sa renommée internationale, Abbas était un être attachant, patriote, honnête, au verbe clair et sans détour. Néanmoins, il savait rendre à César ce qui appartient à César. Par exemple, il avait énormément de considération pour Ahmed Friaa, l'un des piliers de la construction Scientifique de la Tunisie.
Abbas était l'antithèse du politique à cause de son manque manifeste de diplomatie et de son côté un peu excessif, comme la plupart des génies en mathématiques dont le caractère était fortement affecté par cette discipline, pour le moins que l'on puisse dire, un peu déconnectée des réalités.
Alors que fit Abbas El Bahri devant l'effigie de Ben Ali avant de démarrer sa conférence? Vous ne me croirez pas, mais il prit une chaise, monta dessus, et déposa le tableau avec la photo de Ben Ali devant le regard médusé de l'assistance, gênée par un tel acte. Une offense à la personne du Président de la République que Abbas pouvait épargner à ses invités. Il avait même proféré une parole du type: "il n'a rien à faire dans une conférence mathématique".
Que fit le prétendu dictateur devant une telle offense? Offense qui lui a certainement été répétée, rien que par le téléphone arabe.
Eh bien, il ne fit RIEN du tout. Ben Ali, le Patriote, le dirigeant exceptionnel, a fait mine de ne pas être au courant, car il juge qu'un Patriote de la trempe de Abbas El Bahri, qui forme des thésards tunisiens à l'oeil, a bien le droit d'exprimer son désaccord, lui le génie qui fait honneur à la Tunisie.
Abbas faisait partie des personnes qui avaient applaudi la révolution. Comme quoi, un excellent mathématicien peut manquer de discernement en politique, ou en géopolitique. C'est même généralement le cas chez tous les universitaires. Bizarre, non? Je ne sais pas ce que Abbas aurait fait aujourd'hui devant les arrestations tous azimuths. Ou plutôt, je sais ce qu'il aurait fait aujourd'hui. Il aurait fait ce qu'il a toujours eu l'habitude de faire et ferait l'objet de harcèlement continu de la part du parterre de lèches-bottes; bref ceux qui usent du décret 54 pour "aider" le président à mieux asseoir son pouvoir.
Aujourd'hui, du temps de la "démocratie" tractée par la brouette bouazizienne, un décret créé sur mesure, fait taire tout le monde. Allant de l'opposant, au journaliste, du littéraire au scientifique, le décret 54 est là pour vous servir! je veux dire pour vous asservir. Une leçon qui vous apprendra à vendre votre pays pour assouvir des pulsions personnelles. Vous avez semé la haine, que croyez-vous pouvoir récolter? L'amour ou la bénédiction Divine? Vous récolterez ce que vous avez semé. Aujourd'hui, ceux qui ont fait votre révolution, vous tiennent en respect, dès lors que vous avez compris leur jeu.
Priez pour que Dieu crée "asbeb al faraj". Et surtout pour que Dieu "yihdi" ce peuple qui Lui demande des comptes. Exactement ce que fit Satan tout en priant Dieu.
Nos compatriotes ont beau prier Dieu, s'ils Lui demandent des comptes, c'est qu'ils sont des "mounafiqine" sans le savoir. Alors il les éclate. C'est ce qui nous arrive!

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya,
Résistant;

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.
Citoyen_H
J'ATTENDS AVEC IMPATIENCE
a posté le 20-06-2024 à 16:05
le verdict des centaines d'affaires dans lesquelles, est impliqué le loup sans foi ni loi, Khriji, qui promit aux bouseux et aux ploucs de la place, de devenir herbivore, si ennakba accédait au pouvoir (en 2011).

Abel Chater
Celui qui se moque de la "Zakèt" ou aumône en Islam, il le paie dans les airs ailleurs.
a posté le 20-06-2024 à 14:45
Bien sûr qu'il faut encore ajouter 50% sur la somme de l'amende. Ce qui fera une amende réelle de 10.500,- dinars.
Et ce n'est que le début. Hèdhè Takakou, mèzèl Fallakou!!!
Les Azlèms déchus de la Zalèma Abir Moussi, me font beaucoup rire, lorsqu'ils parlent d'un certain "Diwan Sièssi" en imitation comique avec ce que faisaient les deux défunts dictateurs déchus Bourguiba et Ben Ali, alors qu'ils transforment le bureau politique du parti d'Ennahdha, en une "chambre noire" ou en "appareil secret".
Allah yèhlik ass-hab el-charr.