alexametrics
Dernières news

Tunisie - Décès de Mohamed Mzali

Tunisie - Décès de Mohamed Mzali
Nous apprenons, de source familiale, le décès de l’ancien Premier ministre tunisien Mohamed Mzali à l'âge de 85 ans. Il serait mort à 16h12, croit-on savoir, et ce après une maladie qui a longtemps duré. Il était hospitalisé à Paris lors de son décès. La dépouille du défunt devrait être rapatriée demain, jeudi 24 juin. L'enterrement aurait lieu vendredi 25 juin dans sa ville natale.

Né le 23 décembre 1925 à Monastir, Mohamed Mzali a suivi ses études secondaires au Collège Sadiki à Tunis avant de rejoindre plus tard la faculté des lettres de la Sorbonne à Paris où il décrocha une licence en philosophie, puis un diplôme d'études supérieures en lettres.
Il occupe un poste de professeur avant d'être nommé directeur général de la Jeunesse et des Sports en 1959, poste qu'il quittera en 1964 pour devenir directeur de la Radiodiffusion-télévision tunisienne.

Toujours en poste en 1968, il est promu à plusieurs postes ministériels : la Défense du 12 avril 1968 au 7 novembre 1969, la Jeunesse et les Sports du 7 novembre 1969 au 12 juin 1970, l'Éducation nationale du 27 décembre 1969 au 12 juin 1970, du 29 octobre 1971 au 17 mars 1973 et du 31 mai 1976 au 25 avril 1980, la Santé publique du 17 mars 1973 au 31 mai 1976 et l'Intérieur du 7 janvier 1984 au 28 avril 1986. À l'Éducation nationale, il œuvre particulièrement pour l'arabisation partielle de l'enseignement, rapprochant davantage la Tunisie des partenaires arabes, plus particulièrement ceux du Golfe.

Le 23 avril 1980, il est nommé au poste de Premier ministre pour succéder à Hédi Nouira. Il a été, toutefois, fragilisé par les « émeutes du pain » qui font plusieurs morts au début de l'année 1984. C’est alors qu’il cherche à se rallier les islamistes et gagner leur appui dans la course pour la succession du président Bourguiba.
Proche de l'Arabie Saoudite et des pays du Golfe, il annule une circulaire interdisant le port du hijab dans les écoles publiques et parvient à obtenir du Président Bourguiba l'amnistie des leaders du Mouvement de la tendance islamique (futur Ennahdha) alors qu’ils étaient condamnés à de lourdes peines en 1981.

Le 8 juillet 1986, Mohamed Mzali est limogé de ses fonctions de Premier ministre et de secrétaire général du Parti socialiste destourien et remplacé par Rachid Sfar.
Il parvient toutefois à quitter clandestinement le pays, pour la France via les frontières terrestres avec l'Algérie, déguisé dans un sefsari. Il est condamné par contumace par la Cour criminelle de Tunis, le 20 avril 1987, à une peine de prison ferme pour abus de biens sociaux et enrichissement illégal.
En exil, il ne cesse de récuser sa condamnation et garde donc des relations tendues avec le régime tunisien. Finalement, l'avocat général auprès de la Cour de cassation a introduit un pourvoi en cassation ; la cassation et l'annulation de la condamnation par contumace est annoncée par un arrêt du 5 août 2002, permettant ainsi le retour de Mzali en Tunisie dès le lendemain.

Depuis, il a mené un train de vie assez discret jusqu’à son récent départ pour la France. En effet, le Président Zine El Abidine Ben Ali a ordonné son transfert à Paris il y a quelques semaines pour y être traité et soigné aux frais de l'Etat.

Parallèlement à ses fonctions d'homme d'Etat, il a occupé des postes sportifs en devenant président du Comité national olympique tunisien (1962-1986), président de la Fédération tunisienne de football (1962-1963), vice-président (1963-1967) puis président (1979-1987) du Comité international des Jeux méditerranéens et président du comité d'organisation des Jeux méditerranéens 1967.
Il intègre également le Comité international olympique en 1965 où il occupe les postes de membre de la commission exécutive entre 1973 et 1980 et de vice-président du CIO de 1976 à 1980. Il en était membre à vie.

Il participe également à la vie culturelle et littéraire, particulièrement grâce à la revue El-Fikr (La Pensée) qu'il créé en 1955 et codirige avec le ministre des Affaires culturelles, à l’époque, Béchir Ben Slama mais qui s'arrêtera après son limogeage. Son objectif est d'y mettre l'accent sur l'« arabité » de l'identité tunisienne.

Il est à souligner, par ailleurs, que Mohamed Mzali avait des relations privilégiées et étroites avec certains patrons de médias, indépendants dont notamment feux Habib Cheikhrouhou fondateur de Dar Assabah et Slaheddine El Amri, fondateur de Dar Al Anwar.

Son épouse Fethia Mzali, avec laquelle il a eu six enfants, a poursuivi les mêmes études supérieures que lui à la Sorbonne. Elle est nommée ministre de la Famille et de la promotion de la femme dans son gouvernement (1983-1986) après avoir été, pendant plusieurs années, présidente de la puissante Union nationale de la Femme Tunisienne.

A la suite du décès de Mohamed Mzali, le Président Zine El Abidine Ben Ali a adressé à sa veuve Fathia Mzali, et aux membres de la famille du défunt un message de condoléances et de compassion dont voici le texte:
"J'ai appris avec une profonde tristesse et une grande affliction la disparition de Mohamed Mzali, ancien Premier ministre.
Tout en louant, en cette douloureuse circonstance, les qualités du défunt et son riche parcours militant au sein du gouvernement et du parti ainsi que ses contributions éminentes dans les domaines éducatif, culturel et sportif, nous vous exprimons nos vives condoléances et nos sincères sentiments de compassion et de sympathie, priant Dieu le tout puissant d'accueillir le défunt dans son infinie miséricorde et de vous accorder ainsi qu'à tous les membres de sa famille et à ses proches patience et réconfort."

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

A lire aussi

Le secrétaire général de Machrouû Tounes, Mohsen Marzouk a indiqué, ce samedi 17 novembre 2018, à

18/11/2018 09:00
0

S’est tenue aujourd’hui, samedi 17 novembre 2018, à Tunis, la 8ème édition du conseil des

17/11/2018 22:02
1

Noureddine Bhiri a été reconduit aujourd'hui, samedi 17 novembre 2018, à la tête du bloc

17/11/2018 21:17
3

Le leader d’Ennahdha Rached Ghannouchi s’est exprimé à l’occasion de la rencontre annuelle du bloc

17/11/2018 20:54
13

Newsletter