alexametrics
Chroniques

A qui profite le remaniement ministériel ?

A qui profite le remaniement ministériel ?

Par Sofiene Ben Hamida

 

Le remaniement ministériel dont tout le monde parle, semble accaparer toutes les attentions. Mais rares sont ceux qui se posent les questions sur la finalité de ce remaniement et surtout sur son efficience. Dans un climat de crise politique aigue, le remaniement ministériel peut-il être le remède tant attendu ?

Les formes les plus connues de remaniements sont le remaniement de mi-mandat qui sert au chef de gouvernement d’évaluer l’action des différents départements et de rectifier le tir sans changer de politique gouvernementale. Sinon, il y a les remaniements partiels qui surviennent en cas de graves défaillances mais qui touchent généralement le ministre mis en cause ou, rarement, quelques ministres, sans plus.

 

Pourtant le remaniement dont on parle et qui sera annoncé très probablement dans les prochains jours, n’est ni l’un, ni l’autre. C’est un remaniement de fond qui s’apparente à un nouveau gouvernement qu’on nous annonce avec des alliances, des orientations et des visées nouvelles. Pour des raisons connues et multiples, le chef du gouvernement, qui a été mandaté dans le cadre d’un gouvernement d’union nationale, se prépare à présenter un nouveau gouvernement d’alliance entre lui, le parti islamiste Ennahdha, un groupe parlementaire scissionniste qui a pris l’appellation de la coalition nationale et un parti politique, le Machrouû qui s’était opposé il y a deux ans au gouvernement d’union nationale. C’est une disposition étrange car c’est une coalition qui va se faire entre des partis politiques d’une part, et entre un homme politique seul qui s’adosse uniquement sur sa fonction de chef de gouvernement  ainsi qu’un bloc parlementaire sans appartenance partisane d’autre part. Ce n’est ni en Tunisie ni ailleurs qu’il faudrait chercher des expériences similaires. C’est uniquement  la transition démocratique dans le pays, même si elle est un peu chaotique, qui permet ce genre de situations inédites.

 

Mais soit, le nouveau gouvernement n’aura aucune peine à avoir la confiance de l’ARP. Seulement, il devra faire face à trois contraintes au moins. La première, c’est qu’il sera confronté à une forte opposition de la part d’une frange importante de députés composée des blocs de Nidaa, de celui du Front populaire et de l’alliance démocratique. Dans la différence, les députés de ces trois blocs seront à l’affût de la moindre erreur pour mettre en difficulté ce gouvernement et son chef. D’un autre côté, le nouveau gouvernement composé forcément sur la base d’un dosage politique entre les différentes composantes de la nouvelle coalition, portera les stigmates de l’échec de ses prédécesseurs. Il manquera obligatoirement de solidarité et de cohésion. Enfin, le facteur temps, allié du chef du gouvernement il y a six mois, joue désormais contre le nouveau gouvernement dont la durée de vie ne devrait pas excéder douze mois tout au plus. De fait, un délai aussi court fera du prochain gouvernement, quoiqu’on dise, un gouvernement de gestion des affaires courantes.

Ce n’est donc pas sur la base de son efficience qu’il faudrait juger le prochain gouvernement, ni d’ailleurs sur la base des dividendes que pourraient récolter les différentes parties qui le composent. En effet, même le parti islamiste donne l’impression d’être le principal bénéficiaire de la situation actuelle, il n’est pas exclu qu’il soit amené dans quelques mois à assumer l’essentiel du bilan de l’action gouvernementale.

 

En vérité, seul le chef du gouvernement tire profit, pour le moment, du prochain gouvernement et de la nouvelle coalition gouvernementale. La crise politique concernait au départ sa présence à la tête du gouvernement. Sa manœuvre permet de détourner la crise pour la rendre une simple affaire de remaniement ministériel. Cela lui permet de gagner du temps, un exercice dans lequel il a montré une parfaite maitrise, en espérant trouver le moyen, ou bien de réintégrer la direction de Nidaa à l’occasion de son prochain congrès, ou bien de créer un nouveau parti en se basant sur le noyau composé par les députés du bloc de la coalition nationale. En dehors de ces deux scénarios, il risque de se retrouver otage du parti islamiste, hypothèse porteuse de tous les dangers pour son propre avenir politique.      

     

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (14)

Commenter

jendoubi mehdi
| 11-11-2018 16:25
Bonjour si Sofiane, c'est un Plaisir de vous lire. Le groupe de la Coalition Nationale et la parti Machrouû, sont tous dissidents du Nidaa historique qui a gagné les élections de 1914 avec Ennahdha. En fait le chef du gouvernement remet les pendules à l'heure de 1914 et joue le Nidaa historique éclaté contre le Nidaa institutionnel vidé comme vous le dites bien, de ses fondateurs. C'est une solution intelligente de redonner une légitimité souvent remise en cause depuis l'éclatement public des conflits entre les leaders du Nidaa institutionnel et le chef du gouvernement.
Un allié principal du gouvernement est le réalisme des tunisiens fatigués de changements gouvernementaux sans résultats concrets. Le chef du gouvernement à mon humble avis gagnera encore plus d'estime auprès de l'opinion publique s'il annonce qu'il n'est pas concerné a titre personnel par les élections présidentielles de 1919 et cela ne fera que renforcer le climat de sérénité dont aura besoin le prochain gouvernement pour vaquer à ses tâches.
En politique comme en économie, il y a des investissements à court terme à moyen et à long termes. l'essentiel n'étant plus en Tunisie d'arriver au pouvoir, mais de durer et de réussir. Deux mots qui n'ont pas été suffisamment compris depuis 2011.

Ennnahdha?
| 09-11-2018 19:35
Ennahdha à profité du récent remaniement!! Sofiene ben hmida à réinventé la roue, comme si cela n'était pas prévisible!!!! Qui est responsable de cet exploit nahdhaoui? C'est Nidaa tounes qui a tout détruit, en commençant par soi-même!!!

adel
| 06-11-2018 15:53
Le cynisme et le patriotisme ne font pas et ne feront jamais bon ménage.

A qui profite ce genre d'articles ?

Momo
| 06-11-2018 14:38
Supposons que Chahed et son nouveau parti gagnent aux prochaines élections : Ils n'arriveront certainement pas en premier vu la fragmentations du paysage politique au niveau des démocrates. Donc la probabilité penche plus du côté des Nahdhaouis d'arriver en 1er et par conséquent de diriger les manoeuvres. Chahed sera probablement aussi porté à la présidence de la république : Les Nahdhaouis savent pertinemment qu'ils n'ont aucune chance de porter un des leurs: ils soutiendront Chahed. On se retrouvera alors avec la Nahdha à la Kasbah et au Bardo et Chahed à Carthage comme *** avec la bénédiction du cheikh. Donc à mon avis les plus grands gagnants de cette tragi-comédie sont bien les nahdhaouis et le plus grand perdant est bien la Tunisie: et on entrera dans une dictature khouamjia !

Ghazi
| 05-11-2018 11:28
Profit ? YC a oublié depuis longtemps que la politique est faite pour servir l'ensemble des citoyens.
Il ne s occupe que de son image à coup de sponsoring Facebook er de ses soutiens nahdhaoui .
L'avez vous entendu s'exprimer sur la Colibe ? Sur l'organisation secrète ?
Un jour ou l'autre il aura des comptes à rendre ou devra lui aussi se retrouver aux seychelles

Mansour Lahyani
| 05-11-2018 08:39
A qui profite le remaniement ministériel ? A beaucoup de gens, probablement, et surtout à des journalistes en mal de copie : l'angoisse de la page blanche peut être mortelle!

Houda
| 04-11-2018 22:30
Abir moussi prends le large sur toutes les cartes brulées : les islamistes terroristes et le ssassins des martirs bel aid et brahmi youssef chahed avec son bilan catastriphique et honteux Moncef marzouk le clown il ne sait plus quoi faire pour il s est jeté dans la gueule du loup pardon du gourou les autres partis n ont pas de poids seul ABIR MOUSSI RESTE SEULE EN COURSE POUR TOUT RAFLER EN 2019 ET ELLE M'?RITE ELLE A GAGN'? LA CONFIANCE DES TUNISIENS ET TUNISIENNES BRAVO POUR CETTE FEMME DE FER

Il n'est jamais trop tard!
| 04-11-2018 21:04
-Nidaa Tounes, HCE et BCE ne veulent plus d'une coalition avec Ennahdha. En effet, on se laisse pas piquer plusieurs fois de suite par un moustique assoiffé de XXXX (auto censure) !

-çà serait complètement idiot de la part de HCE et de BCE de continuer cette coalition `à la con dont le seul profiteur est le clan RG. Je rappelle que le clan RG a même "confisqué" les mairies où Nidaa Tounes a la majorité relative, pour vous dire combien le clan RG est égoïste et gourmand: de ce fait HCE et BCE seraient trop bêtes s'ils continuaient à faire confiance au clan RG!

-Oui, Le parti politique Nidaa Tounes cherche le conflit direct avec Ennahdha depuis quelques semaines déjà. Et il a trop de choses à nous dire et avouer! ça va chauffer les prochains jours entre les clan RG et HCE! Oui, les conflits électoraux ne font que débuter!

-BCE et HCE peuvent se rattraper et se corriger en faisant la paix avec YC et en intégrant le groupement progressiste! Même une majorité parlementaire relative suffirait afin de gouverner la Tunisie sans Ennahdha!

-Je rappelle que BCE a réussi une coalition avec son plus grand adversaire RG (pour ne pas dire autre chose) et il serait aussi capable de faire la paix avec YC afin de faire sortir la Tunisie de l'impasse!

-Il est évident que Nidaa Tounes a besoin de la popularité de YC afin de gagner les élections législatives en 2019! Oui, HCE et BCE seraient trop cons, s'ils excluaient YC de Nidaa Tounes!

-HCE et BCE doivent comprendre qu'ils n'ont aucune chance aux élections présidentielles en 2019! Ils feraient mieux de soutenir YC aux élections présidentielles en 2019 et d'utiliser la popularité de YC afin de gagner les élections législatives. Et Ainsi BCE pourrait faire son retour à la tête de Nidaa Tounes!

@BCE, soyez enfin raisonnable!

mansour
| 04-11-2018 20:41
le remanient n'est qu'une fiction politique comme l'a écrit un auteur la politique-fiction c'est installer de vraies problématiques avec de faux personnages et leurs promesses trahis

Momo
| 04-11-2018 19:38
Deux issues possibles : la poubelle de l'histoire ou un tartour numéro 2

A lire aussi

La recomposition que connait actuellement la scène politique tunisienne à la lumière des nouvelles

14/11/2018 15:59
6

Les députés ont validé hier, lors d’une plénière mortelle de platitude, les ministres proposés dans

13/11/2018 15:59
2

Le parlement examine ce lundi 12 novembre 2018 la nouvelle formation gouvernementale proposée par

12/11/2018 15:59
13

Le chef du gouvernement Youssef Chahed présentera demain sa nouvelle composition gouvernementale à

11/11/2018 15:59
9

Newsletter