Une Femen se dénude devant Hamadi Jebali à Montréal (Vidéo)

Businessnews.com.tn | publié le 02/06/2013 09:00
L’ancien chef du gouvernement tunisien Hamadi Jebali a présidé samedi 1er juin une conférence au Canada organisée par l’association Tunisiens de Montréal.
En pleine conférence, une jeune fille est montée sur l’estrade et a retiré son haut pour se présenter, sein nus, devant Hamadi Jebali en criant « Free Amina, Free Amina ».
Une façon de demander la libération de la jeune tunisienne de 19 ans Amina Tyler en prison depuis 15 jours déjà.
L’assistance a essayé d’arrêter tout de suite la jeune fille, un jeune homme s’est précipité en courant sur l’estrade essayant de l’agresser physiquement, mais il a été empêché tout de suite d’user de toute violence et a été arrêté tout de suite.
Quant à Hamadi Jebali, il était clairement surpris, mais il a eu suffisamment de tact pour demander tout de suite à ses troupes de s’abstenir de toute violence.
Après la reprise, la conférence a tout de même été fortement chahutée en raison de grosses tensions entre des membres d'Ennahdha et des participants ayant d'autres tendances politiques (Nidaa, Front populaire et même salafistes, selon un des présents). Ces tensions ont poussé à la suspension puis l'arrêt de la conférence.
C'était suite à des questions dérangeantes que ces tensions sont nées. Un des présents, au nom de Haythem Abid, a interrogé Hamadi Jebali sur les Wahhabites qu'il n'a pas empêché de venir en Tunisie (et il se demande si ce n'était pas une diversion) et sur la partie derrière l'assassinat de Chokri Belaïd. En guise de réponse, Hamadi Jebali lui a dit : "c'est clair que vos questions sont préparées et envoyées". Sous-entendu, envoyées par quelqu'un. D'après Haythem Abid, on l'a fait sortir de force de la salle, avec deux de ses amis, et on l'a accusé d'avoir ramené les Femen pour perturber la conférence.

R.B.H.


Une Femen se dénude devant Hamadi Jebali à Montréal (Vidéo)

publié le 02/06/2013 09:00
L’ancien chef du gouvernement tunisien Hamadi Jebali a présidé samedi 1er juin une conférence au Canada organisée par l’association Tunisiens de Montréal.
En pleine conférence, une jeune fille est montée sur l’estrade et a retiré son haut pour se présenter, sein nus, devant Hamadi Jebali en criant « Free Amina, Free Amina ».
Une façon de demander la libération de la jeune tunisienne de 19 ans Amina Tyler en prison depuis 15 jours déjà.
L’assistance a essayé d’arrêter tout de suite la jeune fille, un jeune homme s’est précipité en courant sur l’estrade essayant de l’agresser physiquement, mais il a été empêché tout de suite d’user de toute violence et a été arrêté tout de suite.
Quant à Hamadi Jebali, il était clairement surpris, mais il a eu suffisamment de tact pour demander tout de suite à ses troupes de s’abstenir de toute violence.
Après la reprise, la conférence a tout de même été fortement chahutée en raison de grosses tensions entre des membres d'Ennahdha et des participants ayant d'autres tendances politiques (Nidaa, Front populaire et même salafistes, selon un des présents). Ces tensions ont poussé à la suspension puis l'arrêt de la conférence.
C'était suite à des questions dérangeantes que ces tensions sont nées. Un des présents, au nom de Haythem Abid, a interrogé Hamadi Jebali sur les Wahhabites qu'il n'a pas empêché de venir en Tunisie (et il se demande si ce n'était pas une diversion) et sur la partie derrière l'assassinat de Chokri Belaïd. En guise de réponse, Hamadi Jebali lui a dit : "c'est clair que vos questions sont préparées et envoyées". Sous-entendu, envoyées par quelqu'un. D'après Haythem Abid, on l'a fait sortir de force de la salle, avec deux de ses amis, et on l'a accusé d'avoir ramené les Femen pour perturber la conférence.

R.B.H.


R.B.H.
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration